ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
ACME

Evo Morales était à Paris le 14 Mai 2006



Evo Morales était à Paris le 14 Mai 2006
Abel Mamani, Ministre de l'Eau bolivien Ce dimanche 14 mai, le Président bolivien Evo Morales, accompagné d'Abel Mamani, son ministre de l'eau, a été reçu à Paris par Mme Danielle Mitterrand, Présidente de la Fondation France-Libertés.
La matinée a débuté par un entretien avec le Maire de Paris, Bertrand Delanoë puis s'est poursuivie dans le Val de Marne. Le Président Evo Morales et le Président du SIAAP, Maurice Ouzoulias, ont discuté d'une possible collaboration de l'entreprise aux travaux d'assainissement de villes boliviennes comme EL ALTO. L'après-midi, dans les salons de la Mairie du 11ème arrondissement, le maire Georges Sarre, entouré d'une centaine d'invités, a accueilli la délégation bolivienne.

Le discours vibrant du Président Evo Morales, visiblement fatigué par son périple européen, rappelle à chacun que la nationalisation des ressources naturelles "n'est en aucun cas du vol...". Il est légitime que le peuple puisse en profiter pleinement ce qui n'est toujours pas le cas". La dette vertigineuse de son pays ne peut être couverte que sous cette seule condition.
Mr Evo Morales insiste : Il est venu à Paris pour trouver des solutions et des partenariats qui permettent à la Bolivie de sortir de sa situation précaire. Car La misère tue, il sait de quoi il parle. Issu d'une famille de sept enfants, ils ne sont que trois à avoir survécu à la première année. C'est pourquoi l'accès à l'eau et sa protection font partie de ses priorités vitales et impératives pour endiguer la terrible mortalité enfantine.
Il présente son ministre de l'eau, Abel Mamami comme un militant, dirigeant syndical qui doit maintenant mener une autre lutte pour éradiquer les problèmes d'alimentation en eau et d'assainissement, surtout dans la ville de EL ALTO dont il a repris les brides depuis peu.

Le jeune président, tribun par sa simplicité et sa conviction, avoue s'être senti plus à son aise comme acteur syndical et combatif. Le costume empesé des présidents, ne lui sied pas. Au contraire, il subodore que ce décorum et le rythme "administratif" imposé freine son ardeur à rénover le système vicieux, organisé pour mieux servir les intérêts en place.

Longuement il détaille les pièges qui lui ont été tendus pour l'éliminer de cette ascension que ses ennemis pressentaient néfaste à leurs intérêts. Sa nouvelle fonction le confronte à d'autres chausse-trappes auxquelles il doit simplement s'habituer.

Déterminé, il scande doucement que "rien ne l'empêchera de conduire cette révolution démocratique et sans violence, qu'il a promis à son peuple". Non rien !
Evo Morales Président de la Bolivie

Evo Morales était à Paris le 14 Mai 2006

Evo Morales invité par France Libertés à Paris

Dimanche dernier, le nouveau président de la République français, après avoir participé au sommet des chefs d’Etat et gouvernements d’Amérique Latine et d’Europe, a fait une escale à Paris avant de rejoindre le Parlement européen à Strasbourg dans l’après-midi de lundi. France Libertés avait souhaité l’inviter afin d’amplifier l’appel à l’aide d’urgence qu’elle a lancé à son retour du Forum Mondial de l’eau de Mexico, en faveur des programmes d’urgence d’accès à l’eau pour les villes d’El Alto et Cochabamba.
Evo Morales a rencontré, dans la matinée de dimanche, le Maire de Paris, Bertrand Delanöe, avec lequel il a conclu un accord de coopération décentralisée pour le programme d’accès à l’eau et évoqué un soutien à l’élaboration de l’état civil pour la majorité indienne qui était privée jusqu’ici de reconnaissance civile.

A midi, la délégation bolivienne était reçue par le Conseil général du Val de Marne qui, quelques années plus tôt, avait été à l’origine de la création de la coalition internationale contre la privatisation de l’eau. Toujours très actif dans ce domaine, le Conseil général a lui aussi signé un accord de coopération décentralisée pour aider au financement du programme d’urgence pour l’accès à l’eau en Bolivie.

Après de nombreux entretiens avec la presse française, la journée s’est terminée par une grande conférence publique accueillie par Georges Sarre dans sa mairie du 11ème arrondissement. La délégation bolivienne a été acclamée par des centaines de personnes venues apporter leur soutien au nouveau gouvernement. La communauté latino américaine mais aussi les associations et mouvements sociaux et politiques français s’était déplacés en nombre pour écouter le discours du Président Morales dans la salle des fêtes. Plus tard, dans la soirée, les représentants des principales forces de la gauche politique française (le Parti Socialiste, les Verts, le Parti Communiste et la Ligue Communiste Révolutionnaire) se sont réunies à l’occasion d’un dîner organisé par la fondation en l’honneur de la délégation bolivienne.

Avant de quitter Paris, lundi dans l’après midi, le président bolivien a été reçu par le Secrétaire général du Parti socialiste puis à l’Unesco. Une partie de sa délégation, emportée par le Ministre de l’eau, est restée en France pour poursuivre les discussions avec de futurs partenaires. Il devait rencontrer dans l’après-midi le Syndicat interdépartemental de l’assainissement, en présence de représentants de France Libertés et de la Présidente d’eau de Paris, Anne Lestrat, qui s’était rendue en Bolivie avec la fondation en septembre dernier, afin d’élaborer un partenariat public-public technique qui permettrait au gouvernement bolivien de mettre en place son service public de l’eau.

Revue de presse

http://info.france2.fr/monde/21067672-fr.php
Le président bolivien à Paris

Evo Morales à Paris - France 3
En visite semi-privée dimanche à Paris, le président socialiste bolivien Evo Morales a été reçu par le maire de Paris

Bertrand Delanoë a confirmé une aide accrue de la capitale française à la Bolivie, concernant notamment l'accès à l'eau dans la région de Cochabamba.

Concernant sa nationalisation des hydrocarbures, le président Morales a demandé à l'Europe de comprendre que son pays avait besoin de "partenaires et non de de maîtres des ressources naturelles".

Le président socialiste bolivien a créé la surprise le 1er mai en annonçant la nationalisation du secteur des hydrocarbures en Bolivie qui détient les deuxièmes réserves de gaz d'Amérique du Sud après le Venezuela.

"Nous voulons reconstruire la Bolivie et nous parions sur des changements structurels démocratiques et pacifiques, c'est-à-dire, sans tomber dans une confrontation armée comme en Colombie ou au Pérou", a-t-il affirmé dans un entretien à l'AFP.

"Pour cela, l'un des changements est la nationalisation des ressources naturelles", a-t-il expliqué, ajoutant que le processus allait se poursuivre en vue d'améliorer la situation de l'emploi et des conditions de vie en Bolivie, l'un des pays les plus pauvres d'Amérique latine.

"Nous ne voulons pas récupérer la propriété des ressources naturelles en tant que telle mais pour aider à créer une force de travail supplémentaire et faire que moins de gens se voient obligés de venir quasiment mendier en Europe d'où ils sont expulsés", a-t-il expliqué.

Soutien du Maire de Paris
Le maire de Paris a rendu hommage dimanche au président socialiste Evo Morales. "Je tiens à marquer la grande considération que j'ai pour le président élu", a déclaré Bertrand Delanoë. "Il a une identité qui porte un message très fort du point de vue de la démocratie et du progrès social".

Il a offert une aide accrue de Paris à la Bolivie et a "confirmé" des projets lancés "sous l'impulsion de Danielle Mitterrand", la veuve de l'ancien président socialiste, qui était présente.

Parmi ces projets, plusieurs camions citernes subventionnés par la mairie de Paris arriveront à partir de juin dans la région de Cochabamba afin de faciliter l'accès à l'eau pour les populations.

M. Morales s'est également rendu dans le département du Val-de-Marne, où il a reçu le soutien du président communiste du conseil général Christian Favier. C'est dans une ville de ce département, Créteil, qu'en mai 2002 avait été créée la coalition mondiale contre la privatisation et la marchandisation de l'eau.


Evo Morales défend sa nationalisation ; l'Humanité
Dès l’entame du sommet, le nouveau président bolivien a été sommé de s’expliquer sur sa politique énergétique.

Vienne, envoyé spécial

Entre entretiens officiels, rencontres informelles et conférences de presse, il est un chef d’État présent à Vienne à être particulièrement sollicité, voire sommé de s’expliquer, c’est Evo Morales, le président bolivien, dont la décision le 1er mai de nationaliser les hydrocarbures a provoqué l’émoi des pays de l’Union européenne, de l’Espagne en particulier, et des pays voisins de la Bolivie comme le Brésil ou l’Argentine. « Décision d’un État souverain », a dit en substance Morales jeudi soir lors de l’ouverture du sommet, largement dominée par la politique énergétique du président bolivien et de son homologue vénézuélien Hugo Chavez, aussi sur la sellette, après avoir imposé une nouvelle taxe aux multinationales.

« Nous n’avons pas à négocier, dialoguer ou discuter lorsqu’il s’agit d’une politique qui implique la décision d’un État souverain », a expliqué Evo Morales. Si le principe de la souveraineté nationale semble acquis pour l’UE, son problème est « la manière dont ces mesures sont mises en oeuvre » et leurs conséquences sur les investissements des groupes européens, ainsi que l’a expliqué la ministre autrichienne des Affaires étrangères, dont le pays préside actuellement l’UE. En demandant à Morales de clarifier sa position, elle a ajouté : « Nous avons besoin d’une sécurité juridique et de confiance, car c’est essentiel pour les investisseurs. »

Le président bolivien a assuré que les multinationales respectant la loi bolivienne n’auraient aucun problème avec leurs investissements dans son pays. Mais il a également rappelé que son gouvernement ne limiterait pas sa politique de nationalisation au secteur des hydrocarbures et l’étendrait notamment aux mines et aux forêts. « Le seul moyen de lutter contre la pauvreté est de récupérer nos ressources naturelles », a-t-il dit.

En début de semaine le commissaire européen au Commerce, Peter Mandelson, avait cru bon de mettre la pression en déclarant que la nationalisation du secteur énergétique pourrait porter préjudice à des groupes européens, l’espagnol Repsol, le britannique BG ou le français Total, les dissuadant désormais d’investir en Bolivie. Le président brésilien, Lula, même s’il a reconnu cette prise d’indépendance énergétique de la Bolivie, a néanmoins maugréé à l’idée de voir les intérêts de Petrobras remis en cause.

Comme pour clore momentanément le chapitre, Evo Morales a assuré que les quelque 70 contrats des compagnies privées étaient « illégaux et inconstitutionnels » car jamais ils n’ont été ratifiés. Les compagnies visées, notamment Petrobras, peuvent cependant selon lui négocier de nouveaux contrats dans le respect de la légalité, dans un délai de six mois. Sinon elles s’en iront. Les entreprises concernées peuvent si elles le veulent récupérer leurs investissements, mais elles ne doivent espérer selon Evo Morales « aucune indemnisation ».

Le sommet devait définir une position minimaliste sur ce dossier brûlant où chacun est susceptible d’y trouver son compte en reconnaissant le « droit souverain des pays à gérer et réguler leurs ressources naturelles » et en se promettant mutuellement de « poursuivre et de renforcer leur coopération afin d’établir un cadre commercial équilibré ». En matière de coopération, il est sûr que les intentions tant de Morales que de Chavez seront scrutées à la loupe par les dirigeants de la vielle Europe qui fera tout ce qu’elle pourra, comme l’a dit Benita Ferrero-Waldner, commissaire aux Relations extérieures, pour « veiller à ce que la voie d’un partenariat plus étroit soit dégagée » entre les deux parties... B.D




Article paru dans l'édition du 13 mai 20



Pour aller plus loin :

http://www.latinreporters.com/bolivie.html
Le Figaro : Dossier
http://quibla.net/amerique2006/bolivie2006.htm
http://fr.news.yahoo.com/14052006/202/bertrand-delanoe-offre-au-president-bolivien-une-aide-accrue.html

Bertrand Delanoë offre au président bolivien une aide accrue

PARIS (AFP) - Le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë a offert au président bolivien Evo Morales, qu'il recevait dimanche, d'accroître l'aide de la capitale française à la Bolivie, notamment par une aide d'urgence destinée à favoriser l'accès à l'eau dans la région de Cochabamba (centre).

"Nous recevons le peuple bolivien et nous recevons aussi un symbole, le symbole de ces indigènes reconnus et qui aujourd'hui peuvent démocratiquement faire avancer ce pays auquel nous sommes attachés", a déclaré M. Delanoë à l'adresse de M. Morales en visite semi-privée à Paris.

Le président socialiste bolivien, qui a promis aux paysans de récupérer la souveraineté du sol, a créé la surprise le 1er mai en annonçant la nationalisation du secteur des hydrocarbures en Bolivie qui dispose des deuxièmes réserves de gaz d'Amérique du Sud après le Venezuela.

"Je tiens à marquer la grande considération que j'ai pour le président élu. Il a une identité qui porte un message très fort du point de vue de la démocratie et du progrès social", a-t-il ajouté.

Il a proposé une aide accrue au président bolivien et précisé avoir "confirmé" des projets lancés "sous l'impulsion de Danielle Mitterrand;, la veuve de l'ancien président socialiste François Mitterrand qui était également présente.

Parmi ces projets, plusieurs camions citernes subventionnés par la mairie de Paris arriveront à partir de juin dans la région de Cochabamba afin de faciliter l'accès à l'eau pour les populations.

M. Morales, accompagné de son ministre de l'eau, Abel Mamani, s'est de son côté félicité de voir que des pays comme l'Espagne et la France continuaient à offrir leur aide de manière "inconditionnelle", en soulignant que ces deux pays sont des défenseurs "des droits de l'homme et des peuples indigènes d'Amérique Latine".

M. Morales, s'est également rendu dans le département du Val-de-Marne, en banlieue parisienne, où il a reçu le soutien du président communiste du conseil général Christian Favier.

C'est dans une ville de ce département, Créteil, qu'en mai 2002 avait été créée la coalition mondiale contre la privatisation et la marchandisation de l'eau, à l'initiative de 28 associations de plusieurs pays dont celle du désormais ministre M. Amani.

France-Bolivie
Evo_Morales_14mai06.mp3 Reportage de TF1 sur le passage d u président bolivien Evo Morales à Paris le 14 mai 2006. J.T. de 20 h  (1.62 Mo)

01___Piste_1_1.mp3 Reportage et interview d'Evo Morales par TV5  (1.89 Mo)

FR3_EVO.mp3 Reportage de Fr3 sur la venue d'Evo Morales à Créteil  (2.61 Mo)


Dimanche 14 Mai 2006
Mercredi 31 Janvier 2007
Solange Demathieu-Taverna
Lu 4787 fois

Dans la même rubrique :

Les leçons de Suez - 10/03/2006

1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide