ACME
Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018 Quimper Affaire de l’eau. Un des agents suspendus réintégré 06/12/2018 Réunion publique sur la gestion de l'eau à Quimper le 14 décembre 2018 05/12/2018 Loic Fauchon élu à nouveau président du Conseil Mondial de l'Eau 05/12/2018 L'oeil du 20h de France 2 du 6 novembre sur Wissous 02/12/2018 QUESTIONS liées au point 25 (1 508 pages) de l'ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay du 28 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique sur l'eau à Avignon le 29 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique du 14 décembre sur la gestion de l'eau à Quimper 27/11/2018 Article n°Délibération du 26.11.2018 de prise d'acte de non transmission par le délégataire Suez de son Rapport Annuel d'activité 2017 à la ville de Wissous détentrice de la compétence assainissement depuis le 1.01.2016 et ses conséquences en mat4685 27/11/2018 Toulouse : comment Veolia et Suez ont gagné la bataille du marché de l’eau 27/11/2018 Le Conseil mondial de l’eau assigné devant le tribunal par des associations indiennes 26/11/2018 Nice : Eau : cinq communes rejoindront la régie en 2020 26/11/2018 Véolia Eau au rapport : Plus de 6 000 € de pénalités ont été appliquées pour le retard dans la transmission du rapport, le non-respect du nombre d’heures d’insertion à réaliser, des profits financiers ne correspondant pas aux comptes prévisionnels du 24/11/2018 Toulouse Métropole : Eau : le collectif manifeste et demande le report du vote 23/11/2018 Le Parlement espagnol ouvre le robinet de la remunicipalisation de l'eau 22/11/2018 Lettre A : Remous en vue à Toulouse Métropole après la "sélection" du duo Suez/Veolia 22/11/2018 Intervention de JL Touly ( 2h59mn50 à 3h2mn) au Congrès de l'Association des Maires de France lors du FORUM : La gestion patrimoniale de l'eau et de l'assainissement (Salle 300) 21/11/2018 : 09h30 à 12h30 en présence de J Launay président LREM du Com 22/11/2018 Veolia invite à déjeuner plus de 1 000 maires dans le congrès de l'Association des Maires de France ce 21 novembre 2018 et à entendre son PDG et sans parler d'un stand luxueux offrant champagne et petits fours pendant 3 jours imputés sur les factures 21/11/2018 Salon 2018 du livre des lanceurs d'alerte 19/11/2018 M Moudenc président de Toulouse Métropole un vrai père noel !!! 17/11/2018 Café citoyen sur la gestion de l’eau 14 novembre à 19h30 50 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-Maurice 13/11/2018 Arménie : Une amende de 20 millions drams à payer par la compagnie « Véolia Djur » 11/11/2018 Sénégal -SDE: l’attribution provisoire à Suez suspendue  la bataille pour la distribution de l'eau n'est pas terminée 10/11/2018 SIAAP : RÉSILIATION D’UN MARCHÉ IRRÉGULIER 07/11/2018 La gestion directe fait baisser la facture d’eau à Lesparre Médoc 07/11/2018 Guadeloupe : Mobilisation du collectif d'usagers et des salariés de l'eau 8 novembre 2018 7h devant la Générale des Eaux Veolia 06/11/2018 L'ECHIQUIER MONDIAL. Eau : l'or du XXIe siècle ? 02/11/2018 Gestion de l’eau à Toulouse : une élue qui dérange 02/11/2018 Journal de 20h de France 2 du 1er novembre 2018 01/11/2018 MOBILISATION DES USAGERS ET TRAVAILLEURS DE L'EAU DE GUADELOUPE DU VENDREDI 31/10.2018 A 19H00 PLACE DE LA MAIRIE DE PETIT-BOURG 29/10/2018 M. Santini tente un coup de force contre la démocratie locale 29/10/2018 La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 10 septembre dernier vient de mettre en demeure le SIAEAG de verser à l'Office de l'Eau de Guadeloupe plus d'un million d'euros pour retard de paiement de frais depuis 5 ans 05/10/2018 INTERVENTION devant le Président MACRON DE GERMAIN PARAN et JACQUES DAVILA représentants guadeloupéen de comité et d'associations d'usagers de l'eau et de lutte contre la corruption et d'associations nationales (ACME FRICC) 30/09/2018 Communiqué des Associations Guadeloupéennes de Défense des Usagers de l'Eau de la CANBT, de la CANGT et de CAP EXCELLENCE 27/09/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC  à la veille de la visite du Président de la République sur la question de l'accès à l'eau d'une bonne qualité 24h sur 24 et 7 jours sur 7 en Guadeloupe à l'instar des autres départements français 25/09/2018 20 minutes 24 septembre : Toulouse: Des citoyens veulent un référendum sur la gestion publique ou privée de l'eau 25/09/2018 Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018
           
MEXICO 2006

FORUM DE MEXICO : APPEL DES ASSOCIATIONS FRANCAISES

Le thème du prochain Forum mondial de l’eau « des actions locales pour un défi mondial », pourrait laisser croire à une évolution des politiques internationales dans le secteur de l’eau. Mais qu’on ne s’y trompe pas ! Insister sur le rôle du « local » ne résoudra rien tant que des engagements et des moyens concrets ne seront pas mis en oeuvre.

A l’heure actuelle, il existe toujours 1,1 milliard d’humains privés d’eau potable et 2,5 milliards sans assainissement. Chaque jour, 10 000 personnes meurent pour avoir bu une eau polluée. Quelles avancées depuis le dernier forum mondial de l’eau ? Comme les ONG l’ont dénoncé maintes fois, les réunions se succèdent sans faire évoluer cette situation dramatique, posant ainsi la question de la légitimité de sommets internationaux extrêmement coûteux et relativement improductifs. Il est urgent d’abandonner la logique des effets d’annonce qui entame chaque jour la crédibilité de nos gouvernements, de mettre en application les engagements déjà pris et d’adopter une approche qualitative et équitable des problèmes d’accès à l’eau et à l’assainissement.



FORUM DE MEXICO : APPEL DES ASSOCIATIONS FRANCAISES
De nombreux rapports et déclarations reconnaissent la valeur sociale et environnementale de l’eau, affichent un souci d’équité dans l’accès à ce service public et répètent la nécessité d’associer aux décisions tous les acteurs concernés et pas uniquement les décideurs politiques et économiques. Dans les faits, ces impératifs sont battus en brèche par des intérêts économiques et financiers. Le défi actuel des projets internationaux est donc de faire des questions sociales et politiques une priorité et de donner les moyens de leur action aux acteurs locaux.

Pour y parvenir, nous demandons à la France, à la communauté internationale et à l’ensemble des décideurs du développement, de mobiliser des moyens ambitieux et des actes concrets pour :

  • · Permettre un accès équitable et durable à cette ressource vitale
  • · Soutenir la construction d’un service public avec les acteurs locaux

L’eau est au cœur de toutes les problématiques de pauvreté : alimentation, santé, éducation et émancipation des filles et des femmes, sécurité et souveraineté alimentaire, activités économiques, préservation des milieux etc.

Permettre un accès équitable et durable à cette ressource vitale

  • -> Reconnaître sans ambiguïtés le droit à l’eau

Les mêmes Etats qui au sein de l’ONU ont reconnu le droit à l’eau , refusent d’en tirer les conséquences lors d’évènements internationaux consacrés à l’eau. Les ONG françaises, solidaires de l’ensemble des ONG, avaient pourtant demandé lors de la dernière Commission du Développement Durable des Nations Unies que ce droit soit promu et traduit dans les législations nationales . Nous constatons à regrets que jusqu’ici, ces demandes n’ont trouvé écho ni auprès de la France ni de l’Union européenne. Cette frilosité devant une approche par le droit démontre le manque de volonté des Etats pour l’inscrire de façon formelle dans les politiques d’accès à cette ressource vitale.

Nous demandons que le droit à l’eau soit rendu effectif à travers des politiques et législations élaborées avec les citoyens et répondant à leurs demandes et leurs moyens. Ce service public essentiel doit être accessible aux plus pauvres, y compris ceux qui n’ont pas les moyens de payer le prix de l’eau.
Un accès à l’eau rapide doit aussi être assuré pour les populations en situation d’urgence ou victimes de conflits.

Promouvoir l’existence d’un droit à l’eau, le formaliser clairement tant dans son contenu que ses implications concrètes et le faire respecter dans les institutions internationales auxquelles elle participe : voilà ce qui s’impose à la France.

  • ->Mettre en œuvre une gestion durable et équitable

Les gouvernements mènent des politiques contradictoires avec la protection de cette ressource. Malgré les engagements pris à Johannesburg, les plans de gestion intégrée des eaux servent trop souvent de "paravent" à la poursuite d’une gestion sectorielle des eaux néfaste à la qualité de l’eau et aux équilibres naturels. Les discours vertueux sur la "bonne gestion" des eaux d'irrigation ou sur l'usage "raisonné" des produits phytosanitaires ne suffisent plus. L’agriculture intensive, par un recours systématique aux engrais et pesticides chimiques, entraîne une pollution irrémédiable de la ressource en eau et une mise en danger irresponsable de la santé humaine. Les zones humides, garantes de l’approvisionnement en eau à long terme, sont asséchées au profit de systèmes d’irrigation qui entraînent gaspillage et raréfaction de la ressource. Cette même agriculture industrielle encourage toutes sortes de cultures inadaptées au contexte local et destinées à l’exportation, menaçant ainsi la souveraineté alimentaire des pays du Sud et alimentant les conflits autour de l’usage de l’eau.

Pour assurer un accès durable à la ressource en eau, la France doit cesser d’encourager une agriculture productiviste lourdement subventionnée et plaider pour une diminution drastique des cultures gourmandes en eau. Elle doit soutenir : une agriculture vivrière locale n’ayant pas ou peu recours aux intrants chimiques polluants ; la protection des milieux naturels et spécialement des zones humides dans les projets de développement ; la mise en place effective de plans de gestion intégrée.

  • ->Adapter les décisions financières aux discours

Il n’y aura aucune avancée possible tant que les budgets nationaux relègueront l’eau au second plan, que les fonds mobilisés à l’échelle internationale resteront aussi faibles, centralisés et dilués en frais de fonctionnement avant même d’avoir atteint les destinataires finaux. Il est du devoir de la communauté internationale de réagir pour permettre aux pays du Sud de mobiliser et d’affecter les fonds nécessaires pour faire de l’accès à l’eau et à l’assainissement une priorité nationale.

Nous appelons à un sursaut des organisations bi et multilatérales dont l’action et les moyens ne sont pas à la hauteur des promesses. Il est aujourd’hui question d’un observatoire des pays du Sud sur l’accès à l’eau ? Mais peut-être serait-il tout aussi urgent de mettre en place un suivi des engagements des pays du Nord en matière d’affectation de fonds publics pour l’accès à l’eau et à l’assainissement. La France doit confirmer quelle part de son budget APD sera effectivement consacrée à l’eau et à l’assainissement et le montant absolu des nouvelles sommes affectées. Il est essentiel que l’efficacité de l’aide soit évaluée en fonction du nombre de nouvelles personnes ayant un accès effectif à l’eau et l’assainissement et de l’accessibilité du service aux populations considérées comme moins ‘solvables’ (populations pauvres, milieu rural, périphéries des villes etc.).
Au niveau français, un organisme public où sont représentés parlementaires et ONG devrait pouvoir contrôler les fonds publics mobilisés pour l’accès à l’eau : montants, critères, objectifs, délais, affectation, évaluation etc.

Soutenir la construction d’un service public avec les acteurs locaux

La recommandation de « modèles » par les pays du Nord et les institutions financières internationales est en totale contradiction avec leur volonté affichée de promouvoir des solutions locales. Les programmes de développement sont censés aider les acteurs du Sud à développer leurs compétences pour gérer par eux-mêmes et sur le long terme ce service public de l’eau. La France doit contribuer à réduire la dépendance du Sud envers le Nord en encourageant la construction de compétences locales plutôt que de diffuser des modalités de gestion proprement françaises qui ne sont pas nécessairement applicables dans d’autres contextes.

  • ->Renforcer les acteurs publics nationaux et locaux

Il appartient aux autorités publiques nationales en concertation avec les autorités locales (collectivités, communautés rurales, chefferie traditionnelle, associations,…) de décider de l’organisation du service public de l’eau sans être soumises aux conditionnalités des bailleurs privilégiant l’intervention des grands groupes privés du Nord (multinationales, bureaux d’études etc.) ou le principe de recouvrement intégral des coûts auprès des usagers sans subventions ou péréquations. Nous souhaitons l'organisation de systèmes de gestion de l’eau aussi proches que possible des usagers, mais en l’état actuel, la grande majorité des autorités locales n’ont pas les moyens humains, techniques, administratifs et financiers d’assurer l’organisation et le contrôle effectif du service public de l’eau.
Pour remédier à cela, une part significative des financements devrait systématiquement être consacrée aux :
  • - renforcement de compétences techniques, sociales et économiques des acteurs publics nationaux et locaux en charge du service public de l’eau ;
  • - ‘partenariats public-public’ entre collectivités (Sud-Sud et Nord-Sud) ;
  • - associations et mouvements sociaux du Sud et du Nord qui ont une aptitude à accompagner les initiatives locales plutôt que d’imposer des solutions extérieures.

  • -> Associer les citoyens aux décisions

Les discours officiels mettent l’accent sur la nécessité de construire le service public de l’eau avec et pour les citoyens. Loin de cette rhétorique, et malgré les engagements contractés par certains Etats , transparence, processus démocratiques et association des usagers sont constamment relégués au second plan.
Le service public de l’eau ne pourra pas se consolider sans une véritable logique de concertation entre l’Etat, les autorités publiques locales, les associations d’usagers et les professionnels. C’est dès le départ que les citoyens doivent être associés aux choix : mode de gestion, prix, extensions, qualité etc., et non une fois que le cadre général a été déterminé. La représentation équitable de toutes les parties prenantes dans les processus de décisions implique que les informations soient accessibles de la même façon et au même moment pour tous ces représentants.
Il est urgent de décliner concrètement les décisions de la dernière Commission du Développement Durable en matière de participation des communautés et d’implication des femmes aux processus de décision, en élaborant des critères de transparence, d’information et de participation citoyenne qui s’appliquent à tous les projets d’accès à l’eau.

  • -> Favoriser l’émergence de compétences locales ou la conquête de « marchés » ?

Les pays en développement risquent très probablement d’être insidieusement forcés à ouvrir leurs frontières aux entreprises du Nord dans le cadre de l’OMC, et ce, à travers des procédures bilatérales confidentielles. Cela implique une mise en concurrence des entreprises des pays du Sud avec des multinationales du Nord. Une telle approche mettrait des acteurs locaux fragiles en concurrence avec des multinationales du Nord puissantes (connaissances techniques, économies d'échelle, etc) et empêcherait le développement et le renforcement de compétences publiques locales.
Pour permettre l’émergence d’un véritable service public et de compétences de long terme au Sud, nous demandons que les services de l’eau soient clairement exclus de l’AGCS qui n'a pas été conçu pour couvrir des services publics comme celui de l'eau potable et de l’assainissement. La France doit :
  • - s’interdire officiellement toute demande d’ouverture dans le secteur de l’eau pour l’avenir et défendre cette position au sein de l’Union européenne, compétente dans ce domaine ;
  • - demander l’exclusion définitive des services de l’eau potable et de l’assainissement de cet accord.

  • Organisations signataires :
Adede- Agir ici- Aitec-Les Amis de la Terre- CARI- CCFD- Confédération Paysanne - CRID -Eau Vive- East- GRET- Groupe Initiatives - Hydraulique sans frontières - Ingénieurs sans frontières- Ligue des Droits de l’Homme - Peuples Solidaires - 4D - Réseau Foi et Justice Afrique Europe- Solidarité Mondiale contre la Faim-Sos Sahel -Terre des Hommes France - WWF France.
Avec le soutien de : ACME - France Libertés – Anne Le Strat (Conseillère Ville de Paris)

FORUM DE MEXICO : APPEL DES ASSOCIATIONS FRANCAISES
Le texte est encore ouvert à signature, n'hésitez donc pas à faire circuler parmi vos réseaux. Les personnes intéressées pour signer ou soutenir ces positions peuvent envoyer un mail: majda.bouchanine@amisdelaterre.org..

Ces positions et demandes adressées aux pouvoirs publics français seront défendues avant, pendant, après le forum, à l'intérieur du forum pour ceux d'entre nous qui seront à l'intérieur du forum officiel (notamment Eau vive), et hors du forum pour ceux qui comme les Amis de la Terre participent aux évènements alternatifs.

Après le retour de mexico, il sera intéressant de discuter de la façon de faire avancer nos demandes communes en direction des pouvoirs publics sur le long terme, hors du cadre de mexico.

Par ailleurs, le "mardi de 4D" (25 avril prochain) consacré au bilan du Forum mondial de l'eau sera également une occasion particulièrement intéressante pour remettre ces questions à l'ordre du jour.

Jeudi 9 Mars 2006
Jeudi 9 Mars 2006
majda.bouchanine@amisdelaterre.org
Lu 2421 fois

Dans la même rubrique :
1 2

ACTUALITES D'ACME | Réunion Publique : DROIT DE L'EAU | MEXICO 2006

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide