ACME
Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018 Nouvelles ponctions sur les finances des Agences de l'Eau 17/12/2018 Contrat de l’eau : une pétition pour faire gagner 120 millions d’euros à Bordeaux 13/12/2018 Toulouse 2020 : pas de multinationales dans mon eau ! 12/12/2018 Eau Secours 29. Dix ans de luttes contre les dérives de l’eau © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/au-secours-29-dix-ans-de-lutte-contre-les-derives-de-l-eau-10-12-2018-12157958.php#ut0wca5apLGyHeY2.99 11/12/2018 Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018 Quimper Affaire de l’eau. Un des agents suspendus réintégré 06/12/2018 Réunion publique sur la gestion de l'eau à Quimper le 14 décembre 2018 05/12/2018 Loic Fauchon élu à nouveau président du Conseil Mondial de l'Eau 05/12/2018
           
MEXICO 2006

FORUM DE MEXICO : Au Mexique, une rébellion antibarrage. Des paysans résistent au futur engloutissement de leur village.

Don Julián est un paysan de l'Etat de Guerrero, l'un des plus pauvres du Mexique. Il a un faux air de Raimu mais, sous ses manières débonnaires, ce père de sept enfants est en guerre. Depuis trois ans, il ne quitte guère sa machette et son lance-pierres qui, entre ses mains, peuvent devenir meurtriers. Son lopin de terre, il l'a confié à des journaliers pour ne pas perdre totalement sa récolte de haricots noirs et de maïs. Car don Julián a d'autres occupations. Plus politiques. Comme les autres hommes de son village, Los Huajes, à deux heures de route d'Acapulco, il monte la garde à l'entrée des lieux. Ils se relaient, à côté d'une barricade de grosses pierres, pour filtrer la circulation.



C'est comme si la moitié de la Belgique allait disparaître sous les flots.

FORUM DE MEXICO :<font color='red'> Au Mexique, une rébellion antibarrage. Des paysans résistent au futur engloutissement de leur village.</font>
Le gouvernement mexicain a décidé de construire un immense barrage sur le fleuve Papagayo, à La Parota, pour produire de l'électricité destinée à l'opulente station balnéaire voisine. Pour le réaliser, 17 500 km2 de terres cultivables et de forêts ­ la moitié de la Belgique ­ vont disparaître sous les flots. Si ce projet aboutit, Los Huajes, comme dix-huit autres villages, va être englouti. Et les paysans ne le veulent pas. Alors ils sont entrés en résistance.


Nous mourrons peut-être, mais nous n'abandonnerons pas la terre de nos ancêtres

FORUM DE MEXICO :<font color='red'> Au Mexique, une rébellion antibarrage. Des paysans résistent au futur engloutissement de leur village.</font>
Depuis bientôt trois ans, ils interdisent aux ingénieurs, aux camions de matériaux et aux pelleteuses de passer. Et, malgré les gaz lacrymogènes, les intimidations ou les incarcérations, la police a jusqu'à présent échoué à mater ce mouvement de rébellion.

«Ce barrage ne va nous apporter que du malheur, affirme don Julián. La Commission fédérale de l'électricité (CFE), maître d'oeuvre de l'ouvrage, nous a dit que nous serions relogés. Mais nous voulons rester sur nos terres. Nous ne pouvons pas accepter que nos églises, nos cimetières, disparaissent sous les flots. Nous ne voulons pas abandonner nos coutumes. Nous sommes des paysans.»

Et rien ne les fera reculer. «Nous mourrons peut-être, mais nous n'abandonnerons pas la terre de nos ancêtres», dit-il pendant que sa femme, Teresa, cuit des tortillas sur un feu de bois dans la cour de la maison où cohabitent poules et cochons. Au total, 25 000 paysans vont perdre leur foyer.

FORUM DE MEXICO :<font color='red'> Au Mexique, une rébellion antibarrage. Des paysans résistent au futur engloutissement de leur village.</font>
Figurants». Les hommes sont mobilisés. Les femmes aussi. Marciana, Leonor, Modesta, Norberta, sont prêtes à faire le coup de poing pour empêcher le barrage de se faire. « On va leur montrer, avec nos machettes, qu'on n'a pas peur», dit Violetta. Otitla, cheveux blancs jusqu'aux reins, se fait la porte-parole des femmes.

«On bloque la route parce qu'on veut nous enlever nos terres. On est des Indiens va-nu-pieds et on souffre. Ils ont des sous et pas nous. Ils veulent nous enlever notre fleuve. On n'acceptera pas.»


FORUM DE MEXICO :<font color='red'> Au Mexique, une rébellion antibarrage. Des paysans résistent au futur engloutissement de leur village.</font>
Le projet de La Parota doit produire 900 mégawatts d'électricité. La CFE a annoncé fin décembre 2005 que les 25 000 habitants des dix-neuf communautés qui allaient être englouties s'étaient prononcés pour l'ouvrage. Bidulfo Rosales Sierra, avocat du Centre des droits de l'homme de La Montaña, qui défend les paysans en lutte, est formel.
«Les consultations menées par la CFE pour obtenir l'approbation des paysans sur ce projet de barrage ont été manipulées. Dans certains cas, on a donné 200 pesos (environ 15 euros, ndlr) à des individus pour qu'ils votent oui. Dans d'autres, ce sont des "figurants" venus d'autres communautés ­ non affectées par la construction du barrage ­ qui ont voté, en dix minutes à main levée.»

Alors, systématiquement, au nom du Conseil des communautés opposées au barrage de La Parota (Cecop), Bidulfo Rosales Sierra dépose des recours auprès du tribunal agraire de l'Etat.

Certes, tout barrage provoque des déplacements de population, la mise sous eau de villages entiers, l'assèchement du fleuve en aval, la disparition de centaines d'espèces et des dommages irréversibles sur l'environnement. Mais l'étude d'impact réalisée par l'université de Mexico va plus loin.


Le poids du barrage augmentera le risque sismique et contribuera au stress hydrique

Stress hydrique. Le cas de La Parota est exemplaire de la mauvaise utilisation de l'eau. Car aux dommages causés aux hommes et à l'environnement s'ajoute le risque sismique lié à la localisation même du futur barrage. Sergio Alcocer Martínez de Castro et José Francisco Valdés, directeurs de l'Institut de génie civil et de géophysique, relèvent que «le côté gauche du barrage repose sur la zone sismique la plus dangereuse du Mexique, entre les plaques océanique Coco et continentale nord-américaine» . Le poids du barrage augmentera le risque sismique et contribuera au stress hydrique que vivra l'Etat de Guerrero en altérant les principaux fleuves qui approvisionnent les bassins d'alimentation pour la population et assurent la recharge des nappes phréatiques, soulignent-ils.

Et le but n'est pas d'améliorer la vie des communautés, comme le prétend la CFE, mais de faire plaisir aux entreprises privées, dénonce la Cecop. Selon Rosales Sierra, ce sont des entreprises privées ­ chinoises, brésiliennes, mexicaines ­ qui s'intéressent à l'appel d'offres lancé par la CFE. Faute de ressources financières suffisantes de la part du gouvernement, elles seront payées en électricité... pendant quarante ans.

samedi 18 mars 2006
Los Huajes envoyée spéciale
© Libération


Samedi 18 Mars 2006
Jeudi 23 Mars 2006
Par Babette STERN
Lu 11485 fois

Dans la même rubrique :
1 2

ACTUALITES D'ACME | Réunion Publique : DROIT DE L'EAU | MEXICO 2006

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide