ACME
Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018 Nouvelles ponctions sur les finances des Agences de l'Eau 17/12/2018 Contrat de l’eau : une pétition pour faire gagner 120 millions d’euros à Bordeaux 13/12/2018 Toulouse 2020 : pas de multinationales dans mon eau ! 12/12/2018 Eau Secours 29. Dix ans de luttes contre les dérives de l’eau © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/au-secours-29-dix-ans-de-lutte-contre-les-derives-de-l-eau-10-12-2018-12157958.php#ut0wca5apLGyHeY2.99 11/12/2018 Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018 Quimper Affaire de l’eau. Un des agents suspendus réintégré 06/12/2018 Réunion publique sur la gestion de l'eau à Quimper le 14 décembre 2018 05/12/2018 Loic Fauchon élu à nouveau président du Conseil Mondial de l'Eau 05/12/2018
           
MEXICO 2006

FORUM DE MEXICO : LA GUERRE A L'EAU NON POTABLE SERAIT, DIT-ON, DECLAREE OFFICIELLEMENT

MEXICO, 21 mars 2006 (AFP) - Les ministres rassemblés à Mexico pour le Forum mondial de l'eau ont été appelés mardi à la mobilisation générale pour mener la guerre de l'eau, véritable enjeu de survie pour deux tiers de l'humanité.



L'absence d'eau ou sa mauvaise qualité tue dix fois plus que toutes les guerres réunies !

Loïc FAUHON, Président du Conseil Mondial de l'Eau
Loïc FAUHON, Président du Conseil Mondial de l'Eau
a rappelé Loïc Fauchon, le président du Conseil mondial de l'eau (CME), en ouvrant la session ministérielle, dernière ligne droite avant la clôture du forum mercredi pour la Journée mondiale de l'eau.

Selon le ministre mexicain de l'Environnement, Jose Luis Luege Tamargo, 140 pays ont envoyé une délégation de haut niveau, dont 70 leur ministre de l'Eau ou de l'Environnement.

Davantage d'investissements sont nécessaires, leur a rappelé M. Fauchon. Mais aussi de volonté politique, de "transparence" dans une gestion "souvent incohérente" qui tend à privilégier d'autres secteurs.

"Disons le droit à l'eau sans ambigüité, comme élément essentiel de la dignité humaine" leur a-t-il encore lancé sur ce sujet "passionnel et toujours sensible", alors que le Conseil souhaiterait qu'il soit reconnu comme un "droit humain", au même titre que le droit à l'éducation.

La déclaration ministérielle qui doit être publiée mercredi à l'issue des travaux dira s'il a été entendu

La ministre française, Nelly Olin
La ministre française, Nelly Olin
Pour la première fois, le rendez-vous de Mexico - après Marrakech, La Haye et Kyoto en 2003 et sans doute Istanbul en 2009 - a réservé une large place au rôle des collectivités locales, dont la déclaration finale sera d'ailleurs jointe à celle des ministres.

Tout en y réaffirmant que "l'autorité publique et elle seule conserve la responsabilité première" du service de l'eau, les 120 membres de l'organisation des Cités et gouvernements locaux insistent sur i["b [le droit de chaque humain à l'accès à l'eau en quantité et en qualité suffisante" et demandent aux gouvernements "de favoriser la décentralisation, d'accroître le financement des infrastructures locales et de soutenir la coopération internationale avec les gouvernements locaux".]b]i

Ils souhaitent aussi que "les pouvoirs locaux qui le souhaitent" puissent consacrer une part des redevances perçues sur les usagers de l'eau à la coopération dans les pays en développement, comme le font déjà plusieurs pays européens - dont la France avec une loi spécifique - le Canada, les Etats-Unis, l'Australie ou le Japon.
Mais le président du CME a rappelé mardi, comme il l'avait fait en ouverture jeudi, que "la communauté internationale devra payer les infrastructures des 50 ou 60 pays les plus démunis", justifiant qu'il "faut en finir avec les calculs mathématiques et les plans de restructuration inhumains".

Ce qui ne signifie pas, ont insisté de nombreux participants comme la ministre française de l'Environnement Nelly Olin, que l'eau pour tous doit être gratuite: il faut selon eux adapter une tarification juste aux moyens des populations pour garantir la pérennité du service.

Les femmes doivent être délivrée de la corvée d'eau

FORUM DE MEXICO :<font color='red'> LA GUERRE A L'EAU NON POTABLE SERAIT, DIT-ON, DECLAREE OFFICIELLEMENT</font>
Enfin, les ministres devraient à nouveau souligner le rôle des femmes à qui incombe, dans les pays les plus pauvres, la corvée d'eau qui absorbe selon l'Unicef "85 % de leurs apports énergétiques quotidiens" et entrave la scolarité des fillettes.

Les ministres français, tchadien, ougandais et burkinabè devaient le rappeler mardi en lançant un "Appel de Mexico" en faveur des femmes et de l'éducation.
De son côté, le Conseil mondial de l'eau doit lancer prochainement une initiative pour la construction de sanitaires dans 1.000 écoles de 10 pays, faisant valoir qu'il "ne peut y avoir d'éducation sans eau ni latrine".

source AFP

L'article de JDE : Une révolution ! : Forum de Mexico: les ONG défendent une approche locale,

rapport Rivers network
rapport Rivers network
20/03/2006
«Des actions locales pour un défi mondial»: tel est le thème du Forum mondial de l'eau, organisé du 16 au 22 mars à Mexico. Au-delà des discours politiques et des déclarations d'intention, les organisations non gouvernementales demandent que des moyens concrets soient mis en œuvre pour renforcer les acteurs publics nationaux et locaux et favoriser l'émergence de compétences locales en matière de gestion de l'eau et d'assainissement.

Selon le rapport «Développer la richesse en eau: rendre les infrastructures de l'eau efficaces pour les pauvres» (1) publié par l’association International Rivers Network, le développement de petites infrastructures en eau décentralisées, bon marché et écologiquement soutenables, peut répondre aux besoins fondamentaux du milliard de personnes privées d'eau potable dans le monde, et des 2 milliards privées d'assainissement. Ainsi, «en dépensant 20 milliards de dollars sur 10 ans dans des technologies en eau décentralisées, on pourrait sortir 100 millions de personnes de la misère, pour un bénéfice économique de 300 à 600 milliards de dollars. Cette dépense représenterait moins de 10% de ce que les pays en développement ont investi dans les grands barrages dans la décennie 1990», affirme Patrick McCully, président de l’association.

Le problème, dénoncé par de nombreuses ONG, est que les institutions financières internationales (Banque mondiale, FMI…) et les gouvernements focalisent leur aide sur de grands projets de barrages qui, in fine, ne bénéficient pas aux plus pauvres. i[b[«Centralisées et coûteuses, [ces méga-infrastructures] ont des impacts environnementaux et sociaux massifs et souvent inutiles, aggravent les inégalités et ne bénéficient pas aux plus pauvres, comme l'ont montré les travaux de référence de la Commission mondiale des barrages»]b]i souligne, dans un communiqué, l’association Les amis de la terre. Les écologistes souhaitent ainsi tordre le coup au mythe du «big is beautiful» et défendrent l’option des solutions locales et décentralisées.

Dans le même esprit, un collectif d’associations françaises (2) milite pour la construction d’un véritable service public de l’eau géré par les acteurs locaux. Rappelant que «les programmes de développement sont censés aider les acteurs du Sud à développer leurs compétences pour gérer par eux-mêmes et sur le long terme ce service public de l’eau», les ONG demandent que la France cesse de diffuser un modèle de gestion de l’eau typiquement français qui n’est pas forcément applicable à d’autres contextes. Le renforcement des acteurs publics nationaux et locaux s’impose dès lors comme une priorité. «Il appartient aux autorités publiques nationales en concertation avec les autorités locales (collectivités, communautés rurales, chefferie traditionnelle, associations…) de décider de l’organisation du service public de l’eau sans être soumises aux conditionnalités des bailleurs privilégiant l’intervention des grands groupes privés du Nord (multinationales, bureaux d’études, etc.) ou le principe de recouvrement intégral des coûts auprès des usagers sans subventions ou péréquations», déclare le collectif français.

Autre revendication intéressante: afin de protéger les entreprises des pays du Sud de la concurrence mondiale organisée dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les associations environnementales demandent que les services de l’eau soient clairement exclus de l’Accord général sur le commerce des services (AGCS), et que la France «interdise officiellement toute demande d’ouverture dans le secteur de l’eau pour l’avenir et défende cette position au sein de l’Union européenne, compétente dans ce domaine.»

(1) « Spreading the Water Wealth: Making Water Infrastructure Work for the Poor »

(2) Adede – Agir ici - Aitec - Les amis de la terre – CCFD - Eau vive - East – GRET - Hydraulique sans frontières - Ingénieurs sans frontières – Peuples solidaires - 4D - Réseau foi et justice Afrique Europe – Sos Sahel - Terre des hommes France - WWF France.ACME n'est pas cité
Ludivine Hamy

Mercredi 22 Mars 2006
Vendredi 24 Mars 2006
AFP
Lu 4330 fois

Dans la même rubrique :
1 2

ACTUALITES D'ACME | Réunion Publique : DROIT DE L'EAU | MEXICO 2006

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide