ACME
La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019
           
HISTOIRES

Gabon : Le gouvernement critique la société de distribution Veolia Water

Du rififi entre le gouvernement gabonais et le concessionnaire de la société d'Energie et d'Eau du Gabon, le groupe Véolia Water.

Un bref dossier sur l'Afrique



 Gabon : <font color='red'>Le gouvernement critique la société de distribution Veolia Water</font>
Le gouvernement gabonais a durement réprimandé vendredi le concessionnaire de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), le groupe français Veolia Water, rendu responsable de la "situation inacceptable" à l'origine d'une récente pénurie d'eau à Libreville.
"Les causes réelles de ces dysfonctionnements sont le fait d'un manque d'entretien du matériel hérité par le concessionnaire depuis la privatisation de la SEEG", a indiqué le Conseil des ministres dans son communiqué final.

Ces problèmes d'alimentation en eau courante ont également pour origine "sa volonté (du concessionnaire) de ne pas investir à court, moyen et long terme dans le renouvellement du matériel de production, de transport et de distribution de l'eau et de l'électricité sur le périmètre de la concession qui lui a été cédée", a également déploré le gouvernement.

"Face à cette situation inacceptable, le gouvernement rappelle au concessionnaire la nécessité et l'urgence qu'il y a à respecter scrupuleusement les obligations du service public de l'eau et de l'électricité au Gabon auxquelles il a souscrit", conclut-il.

Les abonnés de la SEEG dans la capitale gabonaise ont connu ces dernières semaines des soucis d'approvisionnement en eau courante à cause de la sécheresse et de pannes dans les stations de pompage. Le directeur général de la SEEG, André Paul-Apandina, avait ajouté que ces problèmes avaient été accentués par la tenue du sommet de l'Union africaine le 10 janvier.

Le capital de la SEEG, première entreprise publique gabonaise privatisée en 1997, est détenu à 51% par le groupe français Veolia Water.

UN EXEMPLE DE LA PRESENCE FRANCAISE EN AFRIQUE

 Gabon : <font color='red'>Le gouvernement critique la société de distribution Veolia Water</font>
Source de l'information www.IZF.net


LA PRÉSENCE FRANÇAISE DANS LES PAYS DE LA ZONE FRANC

La présence française dans les pays africains de la Zone franc est prédominante dans les pays francophones alors qu'elle demeure peu importante voire marginale dans les autres pays hispanophone ou lusophone, de la Guinée Équatoriale ou de la Guinée Bissau 1 qui ont rejoint cette zone après sa création.



1 L'IMPLANTATION DES ENTREPRISES FRANÇAISE EN ZONE FRANC :

Les entreprises françaises représentent l'essentiel de l'activité économique du secteur formel en Zone franc.

Les pays africains de la Zone franc représentent une destination d'implantation importante en Afrique pour les entreprises françaises

Nombre de filiales d'entreprises françaises par zone d'implantation en Afrique en 2002 Afrique 2.637 filiales d'entreprises implantées
Afrique subsaharienne 1.260 filiales d'entreprises implantées soit 48% des implantations en Afrique
Zone franc 731 filiales d'entreprises implantées soit 27 % des implantations en Afrique et 58% des implantations en Afrique subsaharienne

Source: Enquête filiales DREE

Pour 2002 et par rapport à l'année précédente, le nombre de filiales d'entreprises françaises progresse sur l'ensemble du continent africain avec une hausse de 13 %.

En Afrique subsaharienne et en Zone franc la tendance est inversée, avec des baisses respectives de 17% et de 9%.

Cette réduction de la présence française en Afrique subsaharienne s'explique notamment en Zone franc par une désaffection de la Côte d'Ivoire où le nombre de filiales d'entreprises françaises implantées est passé de 202 en 2000 à 172 en 2002 et au Gabon où le nombre de filiales d'entreprises françaises implantées est passé de 106 en 2000 à 81 en 2002.

A ces implantations de filiales françaises, il faut ajouter les entreprises de droit local contrôlées par des intérêts français qui représentent, de manière générale, entre la moitié et les deux tiers du secteur privé formel notamment en Afrique de l'Ouest, en particulier en Côte d'Ivoire et au Sénégal, mais aussi en Afrique centrale avec le Cameroun.



2 RÉPARTITION DE LA PRÉSENCE FRANÇAISE :

Une présence française importante dans des secteurs d'activité variés.
La présence des entreprises françaises, en dépit d'une crise qui a duré près de dix ans (depuis la fin des années 80), s'est maintenue à un niveau élevé tant au niveau des sociétés filiales d'entreprises françaises que des établissements de droit local contrôlés par des ressortissants français installés dans la zone.

Les intérêts français sont présents dans de très nombreux domaines d'activité, constituant un vecteur essentiel de développement économique et d'emploi.

Traditionnellement, s'agissant de filiales de grands groupes, les intérêts français dans les PAZF sont notamment bien représentés dans les secteurs des infrastructures tels que :
l'énergie (Total, Edf, Norelec, Alstom),

  • le BTP (Bouygues, Colas, Spie, Fougerolles, Dumez, Sogea, Razel, Jean Lefèvre),
  • la grande distribution (Cfao),
  • le transport (Air France),
  • les services (Accor, BnpParibas, Société Générale, Crédit Lyonnais, groupe Bolloré, Véolia, Ondeo, Saur ... ),
  • l'agro-industrie (Cfdt, Saupiquet, brasseries du groupe Castel, Cemoi, Lesaffre, ... ),
  • l'industrie (Lafarge, Air Liquide, Vicat, Dagris),
  • les télécommunications (France Télécom, Alcatel, Satom, ... ).

    Les parts de marché françaises reflètent la prédominance de ses entreprises dans l'activité économique des pays de la zone.

    En effet, la moyenne des parts de marché de la France, sur la période 1998-2001, est supérieure à 30% au Cameroun, aux Comores, au Sénégal, et au Tchad, et comprise entre 20% et 30% au Bénin, au Burkina, en Centrafrique, au Congo, en Côte d'Ivoire, au Gabon et au Niger.

    En revanche, si les parts de marché de la France sont moins fortes au Togo, au Mali, et en Guinée équatoriale, elles s'établissent cependant entre 9% et 15%.

    Pour illustrer l'importance des implantations françaises, on peut citer les case suivants :
  • en Côte d'Ivoire , 172 entreprises filiales ou ayant des participations de sociétés françaises en 2002 qui emploient 45 021 personnes dont 620 expatriés et ont réalisé en 1999 un chiffre d'affaires supérieur à 1 500 MdFCFA, soit 2,2MdEUR, dans un contexte politique pourtant difficile,
  • au Cameroun, 141 filiales d'entreprises françaises emploient près de 35 703 personnes,
  • au Sénégal, 121 filiales recensées emploient 14 424 personnes (pour un total estimé entre 800 et 1000 entreprises formelles; on peut estimer globalement qu'au moins la moitié du chiffre d'affaires généré par le secteur formel est lié à des intérêts français).
  • au Mali, la France a une présence économique forte et en progression : en 1993, on dénombrait 16 filiales d'entreprises françaises implantées au Mali et 72 à la fin 2002. Les entreprises françaises sont présentes dans la plupart des secteurs de l'économie malienne et elles constituent l'ossature du secteur formel.
  • au Gabon , les 81 filiales d'entreprises françaises recensées emploient 14159 personnes dont 620 expatriés. Les privatisations : des succès au crédit des entreprises françaises.

    Dans le cadre des privatisations, un certain nombre d'opérateurs français ont pris une place importante notamment dans les services publics marchands tels que l'eau, l'électricité ou encore les télécommunications.

    La politique de privatisation a subi des retards dans l'ensemble des PAZF, et aujourd'hui plusieurs opérations sont en phase de lancement et n'ont pas encore été adjugées à des opérateurs.

    Cependant, parmi les succès importants des entreprises françaises dans le cadre des privatisations, on peut mentionner :
  • France Câbles et Radio (Fcr), filiale de France Télécom, a repris en 1997 les opérateurs sénégalais et ivoiriens (Sonatel, Citelcom) et a investi pour chacun d'entre eux à environ 1 MdFRF d'équipements. Au Cameroun, Fcr s'est vu attribuer, en 1999, la deuxième licence de téléphonie mobile ;
  • La Saur (groupe Bouygues), en 1991, s'est portée acquéreur de la Compagnie Ivoirienne d'Electricité (Cie) et de la Sénégalaise des Eaux (Sde) en 1996; la société Eau et électricité du Mali (EDM SA) a été privatisée en faveur du groupement Saur et International-IPS.
  • Le groupe Castel a obtenu l'un des deux blocs de la société Sodesucre, en Côte d'Ivoire
  • Le groupe Bolloré faisait partie (à hauteur de 20%) du consortium qui a racheté l'un des deux blocs de la CIDT en Côte d'Noire. Au Cameroun, Bolloré (via sa filiale Saga), dans le cadre d'un consortium avec un groupement belgo-sud africain (Comazar) a obtenu la concession du service public du chemin de fer Regifercam devenu Camrail et via la Socfinco (49% groupe Bolloré) a pris à hauteur de 21 % le contrôle de la Socapalm ;
  • Total a remporté un lot en 2001 lors de la privatisation par lots de la société des pétrolesPetroca, en République Centrafricaine.
  • En Côte d'Ivoire, Air France a acquis 5 1 % de la compagnie Air Ivoire en 2001

vue du fleuve Congo en amont de Brazzaville Photo de JC Olivry
vue du fleuve Congo en amont de Brazzaville Photo de JC Olivry
INFO EXPRESS DU CONGO-BRAZZAVILLE



- Célébration de la journée mondiale de l’eau :


L’humanité a célébré aujourd’hui, la journée internationale de l’eau sur le thème : «L’eau source de vie». A Brazzaville, le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Bruno Itoua a visité les chantiers d’adduction d’eau potable, situés dans les quartiers Kombo, Massengo et Moukondo. M. Itoua a rendu public le message du Gouvernement relatif à cette journée dont voici un extrait : «La République du Congo dispose d’importantes ressources en eau avec une pluviométrie moyenne annuelle de près de 1600 mm d’eau, un réseau hydrographique très dense, ainsi qu’un écoulement total de 800 milliards de m3. Pourtant les principaux indicateurs de couverture des services d’approvisionnement en eau potable ne sont guère satisfaisants. En effet, aujourd’hui 69% de la population urbaine et seulement 11% de la population rurale du Congo ont accès à l’eau potable».


Retranscription du journal de 19h Radio-Congo, du mardi 22 mars 2005
Edition présentée par Adolphe Massounda

INFO EXPRESS DU JOURNAL LE CHOC EN DIRECT DE BRAZZAVILLE

 Gabon : <font color='red'>Le gouvernement critique la société de distribution Veolia Water</font>
Enquête sur l’eau embouteillée à Brazzaville : le Gouvernement avait mis la charrue avant les bœufs 04/03/2005


La décision prise par les Ministres du Commerce, de l’Industrie et de la Santé de suspendre la commercialisation de l’eau Cristal produite par la société RAGEC est courageuse et salutaire pour toutes les parties, bien qu’elle semble être prise sous l’effet des rumeurs alarmantes. Cette mesure préventive n’est nullement dans le sens de nuire aux intérêts de la société RAGEC, mais d’apporter plus de lumière sur un problème qui touche la santé publique et qui peut avoir des effets néfastes sur les populations. Pour cela, des analyses supplémentaires sont diligentées pour déterminer la potabilité ou non de l’eau Cristal


Enquête exclusive sur l’eau embouteillée :

l’eau CRISTAL serait impropre à la consommation, le Chef de l’Etat devrait interpeller son Gouvernement 04/03/2005

Nous avons mené une enquête dans les sociétés SN PLASCO et RAGEC qui produisent et commercialisent l’eau embouteillée au Congo pour nous rendre compte de la qualité pure ou impure de cette eau consommée par les Congolais.

Toutes les deux sociétés nous ont fourni des documents prouvant que leurs produits sont absolument propres à la consommation humaine. Dans cette enquête nous avons également eu accès aux documents très compromettants sur la qualité de l’eau produite, commercialisée et consommée au Congo.

cp[Ces documents qui sortent des milieux suffisamment responsables ont évidemment attiré notre attention et nous ont poussés à attirer l’attention des Congolais sur l’eau qu’ils achètent et consomment sans se rendre compte qu’ils sont en train de s’intoxiquer en achetant la maladie à 50, 100 et 200 FCFA




Enquête sur l’eau embouteillée au Congo-Brazzaville : visite des usines RAGEC à Brazzaville et PLASCO à Pointe-Noire 04/03/2005

La vie de tout un peuple n’a pas de prix et l’eau, dit-on, c’est la vie. En plus, l’eau constitue l’aliment le plus consommé de cette planète. La mauvaise qualité de l’eau peut occasionner des effets néfastes sur la santé des consommateurs. Face à un problème qui touche à la santé publique et à la sécurité alimentaire, le Gouvernement est appelé à prendre des mesures préventives pour éviter l’hécatombe.
Suite aux rumeurs qui circulent sur l’état de l’eau mise sur le marché au Congo qui, semble-t-il être non potable, l’équipe rédactionnelle du journal Le Choc est descendue le vendredi 18 février 2005 à Djiri et Pointe-Noire pour mener des enquêtes sur le processus de traitement de l’eau Mayo et l’eau Cristal.



Jeudi 24 Mars 2005
Vendredi 17 Mars 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 14021 fois


1.Posté par fabrice soumbou le 25/05/2006 16:02
Je suis congolais ,34ans ,bac+2 en techniques bancaires et financières,j'ai été
attaché commercial et marketing du DG Philippe Chaussade et de M MBADINGA
DG adjoint pendant plus de 09 mois ,ce qui se passe dans cette société c'est de
l'anarque vis-à-vis de la direction envers ses administrés.
En effet ,j'ai eu à mener une prémière étude de marché sur la présentation de la
de la nouvelle étiquette de l'eau mayo sur le marché ponténégrin,étude qui a méné à la suppression de l'ancienne bouteille mayo et la mise sur le marché
d'une nouvelle bouteille avec bouchon à languette,étude qui s'était révélée très
bonne car àpres mon passage dans cette société ,le chiffres d'affaires avait
triplé(début 1998), 3 mois plus tard, je suis rappelé par la direction générale,
raison: ils étaient satisfait de ma prestation,ils souhaitaient me voir, occuper la
fonction d'attaché commercial et marketing auprès du DG avec une période d'essai de 03 mois qui pouvait déboucher sur une embauche définitive .
Tâches immédiates:
-proposer un nouveau produit mayo afin d'élargir la gamme de produits.
-suivi commercial de l'eau mayo sur le marché ponténégrin.
-le recouvrement des créances auprès des clients .
-les opérations bancaires (rétraits et versements auprès des banques)
-responsable du stand sn plasco à la foire nationale édition 98
-approvisionner le marché.
-le prospect ,etc....
J'ai tout de suite à ma prise de fonction,proposé à la direction d'administrer une
étude de marché sur la possibilité de la mise de l'eau mayo en sachet,la direction
a approuvée l'idée et tout de suite ,je me suis mis au travail,et le résultat aujourdhui c'est que ,ce projet a vu le jour et porte ses fruits .mais,au lieu de 03
mois d'essai,j'ai passé plus de 09 mois dans cette société,l'embauche qu'on
m'avait promis n'étaient qu'illusion car à chaque fois que je demandais mon
contrat on me menait en bâteau jusqu'à ce qu'un jour, qu'on me dise que:
la situation actuelle de la société ne nous permet plus d'embaucher, qu'il fallait
soit attendre longtemps ou partir car avec un bac+2 je touchais 45000f cfa.
Aujourdhui ,j'ai le sentiment d'être arnaqué,trahit par cette société qui m'as utilisé
pour atteindre ses objectifs car mon apport en industrie est de beaucoup .
cependant,j'attire l'attention des jeunes diplômés de ne pas succomber sur des
promesses allèchantes des dirigéants de sn plasco source mayo,je sais aussi
que M Alain ROUX P.D.G de cette dite société lira certainement mes notes et se
souviendra de mes prestations .tout ce que je veux ,c'est une réparation au
préjudice causé et comme l'administration est une continuité, je souhaite aussi
que les dirigeants actuels vont réagir,je n'ai pas l'intention pour le moment de
vous ester en justice, je vis en france et joignable au :+33603195100 merci.

2.Posté par kosc le 05/05/2008 15:47
Consultant international dans le domaine medical essentiellement en scanners IRM .
Propose mes services pour vous conseiller et suivre vos travaux d'installations
clinique en haute technologie medical .


Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide