ACME
20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018
           
ON NOUS ECRIT

Gestion de l’eau en Algérie

Bonjour
Je vous envoie cet article très intéressant sur l'eau en Algérie, publié dans le Quotifien d'Oran, lundi 18 juillet 2005
Mauvais choix et nouvelles complications en vue
Par Akli Saadi, ancien cadre de l’hydraulique



Gestion de l’eau en Algérie
Oran souffre gravement de la pénurie d’eau potable. Des pénuries à répétition, des restrictions draconiennes, qui ont abouti à un résultat inévitable, les émeutes de l’eau, avec les réponses traditionnelles des « autorités compétentes » : programme d’urgence, camions citerne dépêchés à la hâte par l’Algérienne des eaux, et de nouvelles promesses. Mais les promesses, Oran en a connu, comme beaucoup d’autres villes du pays, habituées à évoquer l’eau comme un calvaire subi au quotidien.

Bien sûr, les hauts responsables et les spécialistes maison affirmeront que des efforts immenses ont été déployés, aligneront des chiffres sur les investissements consentis, et annoncent que de nouvelles mesures ont été prises. Comme le directeur de l’Agence Nationale des Barrages, M. Kali, qui déclarait dans une interview à la Nouvelle République que la pénurie à Oran a été prévue, et que des mesures ont été prises en conséquence. Les habitants d’Oran connaissent le résultat.

Cette situation risque de durer, même si le pays a décidé de recourir aux solutions les plus coûteuses, comme on le verra plus loin. Elle est le résultat de deux factures essentielles : absence de stratégie, et gestion bureaucratique.

Les dossiers de l’eau, comme celui de l’énergie, de l’école et la défense, ne se gère pas selon la durée de vie d’un gouvernement ou d’un mandat électoral. Particulièrement dans un pays aride comme l’Algérie. Il doit obéir à une logique de très long terme, dans laquelle chaque responsable, durant son mandat, doit impérativement faire avancer le dossier, indépendamment des aléas de la conjoncture.

Cette stratégie a été longtemps absente. Elle a été aggravée par la gestion bureaucratique. Ce sont en effet des structures administratives qui ont eu la charge du dossier, à l’image des EPA opérant dans le secteur et des directions de l’hydraulique de wilaya. Toutes ces structures ont prouvé leur échec, et c’est à elles qu’est confiée la gestion du dossier. A l’exception de l’Office Nationale de l’Assainissement et de l’Algérienne des Eaux, récemment créés.

Ces structures n’ont pas de comptes à rendre à la population qui a soif, ni aux fellah qui n’ont pas d’eau pour irriguer leurs champs. Elles vivent entre elles, en vase clos, dans un fonctionnement totalement inefficace.

Prenez une ville, n’importe laquelle, car le schéma est partout le même, avec des ressources insuffisantes et un réseau archaïque. Selon la procédure en vigueur, il faut des années pour inscrire un projet, lancer les appels d’offres, le réaliser et le mettre en fonctionnement. Entre-temps, la demande a explosé, les canalisations nouvellement réalisées ne sont pas conformes aux normes, et nécessitent des travaux coûteux d’entretien et de mise à niveau. La plupart de ces projets sont en outre fragmentaires, inadaptés, conçus pour répondre à l’urgence. Ils n’obéissent pas à un schéma élaboré qu’ils faut réaliser dans la durée.

Quant aux barrages, ils offrent le spectacle d’une véritable mascarade. Le barrage de Taksebt, supposé alimenter Alger et Tizi-Ouzou, est terminé depuis trois ans. Mais on n’a pas réalisé les canalisations pour ramener cette eau, dont les travaux ont commencé depuis quelques mois. Résultat : le barrage est plein depuis 2002, mais l’eau n’arrivera dans les robinets d’Alger que vers 2006, au mieux. On compte une dizaine de barrages achevés, mais non exploités actuellement, à cause de ce manque de coordination dans les travaux.

  • Mauvais choix

    La pression quotidienne de la pénurie d’eau pousse les responsables à prendre des décisions hâtives, qui risquent de maintenir, sinon d’aggraver le problème à long terme. On évoquera ici deux questions qui prêtent à polémique : le contrat en cours de négociations avec la compagnie française Suez pour la gestion de l’eau à Alger, et le dessalement.

    1le contrat avec Suez :

    Ce contrat est en cours de négociation depuis plus d’un an. Il ne pouvait être signé car son contenu était en contradiction avec la loi sur l’eau. Il a fallu donc l’avènement de la nouvelle loi, adoptée par l’Assemblée Nationale et le Sénat durant la session d’automne. Le sénat l’a adoptée durant la dernière journée de sa session de printemps, le 7 juillet.
    Le contrat avec Suez peut donc être signé. De là à dire que la loi a été changée pour permettre de signer le contrat avec Suez, il y a un pas que de nombreux spécialistes ont franchi.

    Cette manière de décider pose une série de problèmes. Il n’y a pas eu une réflexion sur l’eau, son coût, les ressources disponibles, comment les mobiliser au mieux, de manière à maîtriser ce secteur. On a simplement décidé que les acteurs algériens n’ont pas les compétences nécessaires pour résoudre les problèmes, ce qui impose le recours aux étrangers.

    Or, que propose-t-on à Suez ?

    On lui propose ce qu’on a toujours refusé à l’Algérienne des eaux et l’Office National de l’Assainissement, c'est-à-dire de s’occuper des projets. Jusque la, la réalisation des projets, on l’a vu, est confiée aux directions de l’hydraulique des wilayas, et à certaines grandes entreprises, comme l’Agence Nationale des Barrages. Ceux qui exploitent le réseau ne sont pas concernés par la réalisation. Ils ne sont même pas associés, alors que ce sont eux qui connaissent le mieux les lacunes des réseaux actuels.
    Le journal El-Khabar a indiqué, début juillet, que la compagnie Suez sera rémunérée à hauteur de soixante millions d’euros pour ce contrat. El-Watan, dans un dossier consacré à l’eau, a donné le même chiffre. Mais Suez ne mettra pas un sou en contrepartie. Elle se contentera d’orienter les investissements, qui seront tous assurés par la partie algérienne, par le biais d’une société mixte dont elle contrôlera la direction.
    Y aura-t-il une garantie que le travail de Suez donnera des résultats ? On verra comment ce volet est abordé lorsque le contrat sera finalisé. Mais une certitude s’impose déjà : Suez aura à sa disposition des sommes faramineuses, et elle aura toute latitude de décider comment elles seront dépensées, ce qu’aucune entreprise algérienne n’a obtenu avant elle.
    Une autre démarche était-elle possible ? Très certainement. L’Algérienne des Eaux et l’ONA, malgré leurs lacunes évidentes, ont réussi à introduire des normes de gestion, « en tirant vers le haut » la gestion de l’eau, selon la formule d’un spécialiste cité par El-Watan. Plus d’autonomie, plus de moyens, plus de perspectives pour ces acteurs, qui doivent être liés par des contrats de performance avec les collectivités locales, voilà un choix possible. A eux de voir ce qui leur manque vraiment, et de l’obtenir éventuellement auprès des grandes entreprises internationales.

    Mais c’est le choix inverse qui a été fait. Un cadre de l’ADE a remarqué que son entreprise, qui gère 18 wilayas, n’a pris en charge aucune nouvelle wilaya durant les derniers dix huit mois. Des blocages persistent au sein de différentes administrations, ce qui bloqué net l’élan pris par l’ADE. Cela donne le sentiment net qu’on ne voulait pas que ces entreprises passent à un palier supérieur, alors que le pays a réellement besoin de grandes entreprises qui maîtrisent ce dossier, appelé à occuper une place centrale dans la vie économique et sociale dans les prochaines décennies.
    Pays méditerranéen aride, avec des cycles de sècheresse de plus en plus inquiétants, l’Algérie doit en effet anticiper ans ce domaine pour éviter de graves crises dans les prochaine décennies. C’est ce qui justifie la nécessité d’explorer le dossier du dessalement, pour le maîtriser sur le long terme.

    Le dessalement, option parmi d’autres

    Mais là encore, les choix qui ont été faits soulèvent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. Au lieu de faire du dessalement une option parmi d’autres, on l’a transforme en choix primordial. Alger, à elle seule, sera dotée dans quelques années de stations produisant plus de 400.000 mètres cubes/jour, plus des deux tiers de sa consommation actuelle. C’est l’art de mettre tous ses œufs dans le même panier.
    M. Abdelmalek Sellal a déclaré que les pertes actuels du réseau d’eau potable sont évaluées à 40 pour cent. Le chiffre est énorme, et semble surévalué. Il inclut probablement les « pertes commerciales », c’est-à-dire tous ceux qui consomment de l’eau mais ne sont pas recensés. Un ingénieur d’une entreprise publique s’est amusé à faire quelques calculs. Réduire ces fuites de un pour représente l’équivalent d’un barrage de cent millions de mètres cube qui se remplirait deux à trois fois, selon ses calculs. Le coût serait évidemment beaucoup moins cher que le dessalement.
    Car le coût de l’eau issue du dessalement de l’eau de mer est très élevé. Les contrats conclus jusqu’à présent ont fixé le prix du mètre cube d’eau entre 70 DA le mètre cube (Skikda) et 80 dinars (station du Hamma). Ce prix est calculé sortie d’usine. Il faut y ajouter le prix de la distribution, évalué actuellement autour de 25 dinars le mètre cube. Le coût théorique final du mètre cube dessalé se situera donc autour de cent dinars le mètre cube.
    Ces prix supposent un fonctionnement optimal des stations de dessalement. Or, aucune des stations installées jusque là ne fonctionne à cent pour cent de ses capacités théoriques. Le meilleur taux est de 80 pour cent.

    D’autre part, ce prix a été calculé sur la base d’un prix de l’énergie très bas. Lors des études techniques, le prix du baril de pétrole était inférieur à 30 dollars. Il est actuellement autour de soixante dollars.
    Selon un ingénieur espagnol, dans une station de dessalement, les coûts se répartissent ainsi :
    Investissement : 50 pour cent
    Energie : 25 pour cent
    Frais de fonctionnement : 25 pour cent


    La hausse du coût de l’énergie devrait pousser les prix autour de 125 dinars dès le début du fonctionnement de la station du Hamma, et probablement vers 150 dinars vers 2010, si les prix du pétrole continuent d’augmenter. Il faut savoir en parallèle que l’eau est vendue actuellement aux citoyens à 10 dinars le mètre cube (prix de base). La différence est énorme, et sera payée par l’état. C'est-à-dire la collectivité nationale.

    Station du Hamma : de graves erreurs

    La station du Hamma porte déjà les premiers signes de l’échec. Différents éléments, présentés le 20 juin lors du salon international de l’eau par M Benhenni Benguedache, conseiller du ministre de l’hydraulique, révèlent les erreurs commises dans le choix du site d’implantation.

    - Expliquant les précautions à prendre pour l’installation d’une station de dessalement, M. Bengueddache a déclaré que site choisi doit privilégier une eau de mer « propre ». Or, l’eau du port d’Alger est la plus mal indiquée, à cause de la pollution. Selon des ingénieurs spécialisés en dessalement, le choix du Hamma à lui seul aura pour conséquence des frais supplémentaires qui provoqueront une hausse du prix de l’eau de 10 dinars le mètre cube. Cette hausse est due à deux facteurs. Un pré-traitement sera nécessaire, et coûtera plus cher, et les membranes, qui constituent la partie la plus fragile d’une station de dessalement, devront être changées à des intervalles plus courts, ce qui induit des coûts supplémentaires et des arrêts répétés.

    - M. Bengueddache a déclaré que la station doit couvrir une superficie de cinq à sept hectares. Or, Alger est une ville déjà saturée. Prendre cinq hectares dans le tissu actuel est une erreur évidente. Comment installer un tel projet au cœur d’Alger au moment où les poids lourds y sont interdits de circuler dans la journée ?

    - L’emplacement de la station de dessalement doit faciliter la connexion de cette station au réseau de distribution. Celle qui sera installée au Hamma sera reliée aux stations de distribution de Kouba, Garidi et Télémly. Il sera donc nécessaire de creuser sous la route de l’ALN (La Moutonnière), la voie ferrée, et dans le tissu urbain le plus dense du pays pour relier cette station au réseau. Les connexions vers Garidi et Kouba, sur treize kilomètres, provoqueront d’énormes difficultés.

    - Le coût du terrain pour l’implantation d’une station de dessalement représente une partie non négligeable du coût global du projet. Il peut représenter jusqu’à 20 pour cent du projet, si elle est installée dans une zone où le terrain est cédé à un prix élevé. Au Hamma, c’est l’un des prix les plus élevés du pays.

    Formule peu intéressante

    Ceci pour la station du Hamma. Mais de manière générale, les stations de dessalement seront construites selon la formule BOO (Build, Operate) c’et à dire construire, gérer et exploiter. Autrement dit, des sociétés étrangères vont s’installer en Algérie, construire les stations de dessalement, et vendre de l’eau à Sonatrach, qui la revendra à l’ADE, laquelle se chargera de la distribuer. Les entreprises algériennes n’auront pas de contact direct avec l’opération de dessalement. Elle ne n’ont aucune chance de la maîtriser à terme.
    Quand le projet a été lancé, aucune société étrangère n’était intéressée, du fait de l’absence de garanties. Il a fallu adressée une injonction à Sonatrach et à Sonelgaz pour s’intégrer dans le projet : elles sont les seules entreprises algériennes dignes de confiance.
    Mais ce n’était pas suffisant. Les partenaires étrangers exigeaient des garanties pour faire des bénéfices. On leur a donc accordé le contrat selon une formule très particulière: ils construisent la station, et obtiennent par contrat la garantie qu’ils vont vendre de l’eau pendant vingt cinq ans à un prix fixé à l’avance. Seule Sonatrach, avec l’argent des hydrocarbures, peut payer…

    Avec les cycles de sècheresse répétés, le dessalement peut être une bonne formule pour l’Algérie. A condition de lancer un vrai programme dans cette direction : maîtriser les coûts, les techniques, former les techniciens, devenir éventuellement un des acteurs de ce domaine.

    La formule retenue est la plus restrictive : les entreprises étrangères produisent l’eau dessalée et les entreprises algériennes s’engagent seulement à l’acheter. C’est presque une formule « off shore » ; ou comme si l’eau était produite à l’étranger et importée. Les entreprises algériennes n’y ont aucun rôle. La seule solution qui s’impose consiste dans le recrutement massif de techniciens algériens, qui apprendront le dessalement sur le tas.

    Dernier élément annoncé le 20 juin par M. Bengueddache : le projet sera exclusivement financé par des banques algériennes. Des instructions ont été données en ce sens. Autrement dit, les constructeurs de stations de dessalement vont utiliser de l’argent algérien, acquis auprès de banques algériennes, pour produire de l’eau qui vient des eaux territoriales algériennes, et elles ont la garantie de la vendre pendant vingt cinq ans à trente ans.

    Il est impossible d’évoquer dans un seul document tous les aspects liés à la gestion de l’eau. Mais il suffit de dire que quarante trois ans après l’indépendance, des Algériens reçoivent de l’eau un jour sur deux, ou un jour sur trois, voire une fois par semaine, pendant une à deux heures. C’est un échec évident. « Au lieu de revoir les méthodes et les mécanismes de gestion et de décision, on a préféré déplacer le problème et le compliquer, pour y inclure des nouveaux intervenants (étrangers) et de nouvelles technologies. C’est peut être le meilleur moyen d’aller vers des échecs encore plus complexes », déclare en conclusion un cadre du secteur.

Mercredi 27 Juillet 2005
Dimanche 4 Septembre 2005
lequotidiendoran@yahoo.fr
Lu 6452 fois


1.Posté par Jean Paul de Verrières le 04/09/2005 14:35
Excellent article qui ne relève cependant qu'une petite part des incompétences accumulées qui ont abouti à ce désastre pour la population : urbanisme anarchique, absence totale d'entretien des réseaux urbains, envasement et pollution des nombreux barrages qui devaient alimenter les grandes villes (Oued- Athménia; jijel etc....) lncroyable gabegie depuis des décades que seule une réelle et rapide décentralisation des moyens pour des projets "locaux" bien ciblés (même sous-traités) pourra faire oublier en amenant "le minimum vital" à la population qui crève de soif sur ses richesses pétrolières

2.Posté par nesrine le 09/01/2007 12:13
bonjour je m'appelle nesrine , je suis étudiante en 3ème année en commerce international à l'institut national de commerce INC.Il nous est demandé dans le cadre du module de géographie économique de faire une recherche sur la gestion de l'eau en Algérie, est-ce que vous pouvez m'aidez à ce porpos, mon adresse est inscrite ci-dessus, veuillez me donner un coup de pouce pour établir un bon travail que je dois remettre dans 21 jours à compter d'aujourd'hui.
je vous remercie à l'avance et j'attends vos reponses avec impatience.
au revoir.

3.Posté par Naima le 07/04/2008 17:43
Je suis une employeur dans une entreprise international de traitement des eaux
Si vous etes intéréssé de nous contacte

4.Posté par zaidi abdelhakim le 01/05/2008 18:54
Alger : le 28/04/2008
Monsier :Zaidi Abdelhakim
Adresse : Cite 5 juillet BP108 N° 9
Bab Ezzouar Alger



A Monsieur le D.R.H de Societe


Objet : demande d’un poste de travail


Monsieur ;

J’ai l’honneur de solliciter votre haute bienveillance de bien vouloir prendre en considération ma présente demande d’un poste de travail au sein de votre société.

Je vous informe monsieur que je suis titulaire d’un diplôme D.E.U.A en Chimie Industrielle (BAC +3) option ANALYSE délivre par l’université de Bejaia.

A la lecture de mon CV vous constaterez que j’ai 1 an d’expérience professionnelle, célibataire et dégage de tout obligation (S.N)

Dans l’attente d’une réponse veuillez, monsieur, agréer l’expression de mes salutations distinguées.





Curriculum vitae



Monsieur : ZAIDI ABDELHAKIM
Adresse : Cite 5 juillet BP 108 N° 9 Bab Ezzouar Alger
Tel : 0778 21 56 38
Email : pol1976@yahoo.fr


Objectif de carrière :

Obtenir un emploi au sien de votre société en qualité : DEUA en Chimie Industrielle Option (Analyse)

Compétence :

La formation universitaire ma permet de maîtrisée :
- Chimie des eaux :
· Analyse physique –chimique, biologique
· Station de traitement et d’épuration
· Traitement des eaux
· Eau dans l’industrie
- Analyse de pétrole
- Méthode physique d’analyse
- Technologie de silicates

Expérience professionnelle :

Entreprise :
Office National de l’Assainissement (O.N.A) Dec 2005 – Dec 2006
Poste Occupe :
· Chimiste (Labo station d’épuration S.T.E.P)
· Chef d’équipe d’intervention (réseau d’assainissement)
· Suivi des factures

Scolarité et formation :

- Baccalauréat série chimie. 1997
- Titulaire d’un diplôme d’étude universitaire appliquée
D.E.U.A (BAC +3) en chimie industrielle option (Analyse) 2002
Délivré par l’université de Bejaia.
- Stage de fin d’étude à la S.T.E.P de la ville de Bejaia. 2002
(Traitement de eaux usées)
- Stage à SONATRACH/TRC (Analyse de pétrole brut) 2002
- Maîtrise de l’outil informatique.

Renseignements personnels :

Langue parlé et écrit : Arabe, français. Anglais
Occupation personnelle : Lecture, Presse économique, Sport

5.Posté par kaddour brahim le 24/05/2008 17:13
Alger : le 28/04/2008
Monsier :kaddour brahim
Adresse :bt 60logts cage I N°8 ave abnne remdane tizi ouzou algérie 15000



A Monsieur le D.R.H de Societe


Objet : demande d'un poste de travail


Monsieur ;

J'ai l'honneur de solliciter votre haute bienveillance de bien vouloir prendre en considération ma présente demande d'un poste de travail au sein de votre société.

Je vous informe monsieur que je suis titulaire d'un diplôme D.E.U.A en traitement des eaux et des fluides (BAC +3) délivre par l'université de boumerds

A la lecture de mon CV vous constaterez que j'ai 1 an d'expérience professionnelle, célibataire et dégage de tout obligation (S.N)

Dans l'attente d'une réponse veuillez, monsieur, agréer l'expression de mes salutations distinguées.

6.Posté par kaddour brahim le 24/05/2008 17:15
mon numéro de fil est le 0551999344

7.Posté par chawki le 18/07/2008 10:52
slt c chawki j ai 20 ans
j ai un diplôme DEUA chimie industrielle option analyse

8.Posté par saadi H le 24/08/2008 16:10
b[Objet : Candidature,

J’ai l’honneur de venir très respectueusement par la présente demande citée en objet.

Je porte à votre connaissance que je suis un jeune âgé de 24 ans, actuellement, titulaire d’un diplôme de technicien supérieur, spécialité traitement des eaux, délivré par l’institut national spécialisé dans les industries agro-alimentaires de Blida.
J’ai réalisé au cours de mes études des travaux qui m’ont permis d’apprécier le travail sur le terrain et d’appréhender le caractère scientifique des données.

L’expérience acquise à ce jour m’a permis d’acquérir et de développer des compétences, ce qui me rend immédiatement autonome et opérationnel pour mener à bien les taches qui me seront confiées.

L’aisance relationnelle, le sens des responsabilités, la rigueur et surtout le travail en équipe ; sont les atouts majeurs de mon engagement professionnel. Je me tiens à votre disposition pour vous fournir tout détail complémentaire, afin que vous soyez parfaitement à même d’apprécier l’intérêt de ma candidature.

Dans l’attente d’une suite favorable, veuillez agréer Madame, Monsieur l’expression de mon profond respect.

9.Posté par MERIEM MELGHIT le 24/03/2009 18:32
salut, je m'appelle Meriem, je suis étudiante en 1ère année magistère en Ecologie option Gestion des déchets: traitements et valorisation à l'Université de Constantine. Bref, suite à ma lecture de l'article et d'après mes études en Ingéniorat sur la pollution des eaux, je vois que la qualité de nos eaux est en péril suite aux pollutions alarmantes...!!! De ce fait, il nous faut plus d'effort concernant le domaine d'assainissement et d'épuration donc il nous faut d'agir le plutôt possible pour prévoir notre vie future... Merci pour votre précieux article Monsieur...

10.Posté par medjoul djamila le 04/08/2009 19:49
je suis une jeune fille de23ans je suis tétullaire d'un diplome des études universitaires appliqué en chimiepromotoin 2008 à l'université d'ORAN .mémoire de fin d'étude ayant pour théme le traitement et l'analyse des eaux industrielle au sein du centre de recherche nucleaire de birine département de chimie des reacteurs . mon choix s'est porté sur votre société vue la bonne réputation dont il jout à savoir un cadre de travail agréable.merci

11.Posté par Khedidja Guenda le 25/10/2009 18:10
Moi guenda khedidja, Je suis troisième année DUEA on Informatique - Base des donnee- S'il vous plaît aidez-moi à compléter ma mémoire d'objet 'Facturation d'eau dirrigation'" et Merci pour tous N°.Tel 0662 23 69 61 (date de setenance le 25/11/2009)

Nouveau commentaire :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide