ACME
La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018 Nouvelles ponctions sur les finances des Agences de l'Eau 17/12/2018 Contrat de l’eau : une pétition pour faire gagner 120 millions d’euros à Bordeaux 13/12/2018 Toulouse 2020 : pas de multinationales dans mon eau ! 12/12/2018 Eau Secours 29. Dix ans de luttes contre les dérives de l’eau © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/au-secours-29-dix-ans-de-lutte-contre-les-derives-de-l-eau-10-12-2018-12157958.php#ut0wca5apLGyHeY2.99 11/12/2018 Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018
           
ON NOUS ECRIT

Gestion globale de l'eau

C'est pour rendre à la nature cette capacité de ralentissement des eaux de ruissellement en augmentant l'infiltration que l'Association des Biefs du Pilat propose le procédé de gestion globale de l'eau dont le réseau de biefs serait l'élément de base permettant la répartition et l'infiltration des eaux des têtes de bassins versants sur l'ensemble d'un territoire.



issue de l'affiche aqua tu penses?
issue de l'affiche aqua tu penses?
GESTION GLOBALE DE L'EAU

Dans les siècles passés, les biefs, les bisses, les béals et les béalières, étaient des petits canaux chargés d'amener l'eau aux roues à aubes ou aux turbines de moulins, de scieries ou d' usines de tissage. Ils permettaient également d'irriguer les prés et les prairies. Plus loin encore dans le passés, les Romains, grâce à leurs aqueducs, maîtrisaient déjà l'art du transport d'eau en suivant les courbes de niveau. Ces techniques d'un autre age, pourtant propres et renouvelables,ont été trop vite abandonnées au profit d'autres plus critiquables. Elles pourraient, aprés réflexions et modernisés, redevenir l'outil principal et indispensable de la gestion globale de l'eau et du développement durable et de la restauration climatique.

LES PROBLEMES:

Gestion globale de l'eau
De nombreuses activités humaines contribuent à diminuer la part d'infiltration provenant des précipitations par rapport à l'évaporation et au ruissellement. De plus en plus de surfaces imperméabilisées favorisent le ruissellement et contribuent à amplifier les dégats dûs aux inondations. Les déboisements et les cultures intensives augmentent l'érosion des sols.
Dans le même temps, pour satisfaire les besoins en eau des villes et des campagnes, une surexploitation discrète et continue des nappes phréatiques modifie les réserves souterraines sans tenir compte de leurs capacités naturelles de reconstitution . De plus, la disparition des zones humides par drainage contribue à diminuer cette recharge en eau du sous-sol .

On attribue la cause du changement climatique exclusivement à l'effet de serre. Il semble cependant que la surexploitation des nappes phréatiques des zones arides, en particulier associée aux déboisements intensifs, soit aussi responsable de ce dérèglement climatique.
L'Association des Biefs du Pilat attire l'attention sur un phénomène qui semble échapper pour l'instant à la réflexion des experts et des décideurs et propose une solution globale. Il est donc urgent d'observer de plus près les conséquences des activités humaines sur le cycle de l'eau et plus précisément des changements de la répartition des écoulements superficiels et souterrains .

Il est également urgent mettre en place un dispositif de gestion globale de l'eau capable non seulement de réparer les effets pervers des activités humaines tels que les inondations et les incendies de forêts mais de créer un outil moderne de développement durable dont la base est l'exploitation de toutes les potentialités de l'eau telles que son énergie potentielle renouvelable ou sa pureté et sa richesse en oligoéléments capables de nourrir naturellement les produits d'une agriculture bio.

Sans agriculture, ni autoroutes, ni parkings, autrement dit sans imperméabilisation artificielle des terrains, la pluie, la végétation et le sol établiraient des rapports de partage des eaux entre l'infiltration, le ruissellement et l'évaporation optimaux,qui seraient le résultat d'un équilibre écologique naturel sauvage. Ce qui n'a pas été infiltré au profit des réserves d'eau du sous-sol et évapo-transpiré au profit du micro-climat, autrement dit l'excédent, ruisselle et forme alors les cours d'eau, sorte de drains naturels.

Le cycle souterrain de l'eau et le climat sont étroitement liés. Il est évident que l'eau de pluie recharge, par infiltration , les nappes phréatiques et plus particulièrement par la surface restreinte des zones humides à écoulement permanentes. Mais il faut savoir qu'en retour, la température et le taux d' humidité du sous-sol et sa couverture végétale quand il y en a une, influencent l'atmosphère et donc le climat. L'évapotranspiration des plantes qui restitue à l'atmosphère une part importante de l'eau pour entretenir une température et humidité favorise cet échange nécessaire à la vie.

Depuis l'apparition des activités humaines, de l' agriculture intensive, on a réduit la couverture végétale, et plus grave, on a asséché des zones humides par drainage pour les remplacer par des prairies et pâturages. A d'autres endroits on cherche à augmenter la croissance végétale en pompant l'eau des nappes phréatiques pour pallier le manque de pluie.

Imperméabilisation, drainage et pompage ont pour effet de diminuer la surface de zones et terrains humides, interfaces primordiales entre le sous-sol et l'atmosphère pour les échanges et transfert d'eau. Ainsi la part d'infiltration est significativement diminuée au profit du ruissellement. On peut en effet subir des inondations en surface alors que les nappes phréatiques profondes ne sont pas encore saturées. Le problème le plus urgent est donc de préserver et de reconstituer les nappes phréatiques.




LA SOLUTION

photo ORIGINE INCONNUE
photo ORIGINE INCONNUE
Pour contrecarrer ces phénomènes de dérèglement du cycle de l'eau et en particulier ce déficit brut d'eau infiltrée, l'Association des biefs du Pilat propose de réactualiser et d'adapter les aménagements que sont les biefs et d'en créer des nouveaux.
Les biefs sont des canaux à faible pente qui serpentent à travers la campagne en suivant donc les courbes de niveau. Autrefois ils servaient à alimenter les moulins pour produire l'énergie hydraulique grâce à des turbines ou des roues à aubes ou encore, ils permettaient d'irriguer des pâturages. Les fuites, par le fond du bief, tout au long du parcours étaient considérées comme des pertes.

Avec l' agriculture moderne et l'industrialisation, les biefs ont été délaissés. Aujourd'hui, le besoin d'une gestion globale de l'eau pourrait nous conduire à reconsidérer ce moyen de répartition de l'eau à l'ancienne comme une technique porteuse d'avenir en tirant parti de cet ancien défaut concernant les fuites en ligne pour en faire le principal avantage.
Les biefs, par prélèvement des eaux de ruissellement excédentaires des ruisseaux, réintroduisent cette eau dans le sol tout au long du trajet de façon à reconstituer les nappes phréatiques. Ils participent à préserver les ressources en eaux et à retarder les écoulements. Ce "stockage dynamique" profond permet également par filtration et échanges chimiques d'améliorer la qualité de l'eau. Ainsi, l'eau stockée dans le sous-sol pendant les périodes humides est restituée naturellement au profit des cours d'eau pendant les périodes sèches. Les biefs contribuent activement au soutien d'étiage.

De plus pourquoi ne pas chercher à récupérer de l'eau de qualité des têtes des bassins versants et profiter de cette ressource en eau douce excédentaire plutôt que de la laisser filer en aval diluer les pollutions et grossir les fleuves lors des périodes d'inondations.
En effet, les Biefs peuvent jouer un rôle actif dans la maîtrise des ruissellements et la limitation des crues et des inondations grâce à des réservoirs tampons et de stockage sur le parcours et/ou en bout de biefs. Cette eau stockée pendant les périodes de fortes pluies sera réutilisée pour le fonctionnement des biefs aval et servira aussi pour la production hydro-électrique .

Tout le monde y trouverait un avantage. L'eau potable des villes viendrait directement des montagnes et non des fleuves plus ou moins pollués. A la campagne, l' agriculture disposerait en abondance d'eau de meilleure qualité propice à une irrigation sans engrais. Pêche et chasse abondante, tourisme vert ... Augmentation de la qualité des êtres vivants et diminution de coûts de traitement.

Le réseau de biefs permet de superposer sur l'ensemble du territoire et dans le paysage un fin maillage de répartition et d'infiltration d'eau dont les effets ne seraient pas seulement réparateur des effets pervers du passé mais aussi seraient moteur de développement et d'activités nouvelles.

A long terme et à grande échelle, l'énergie hydraulique retrouverait une nouvelle jeunesse sur l'ensemble du territoire et rejoindrait le peloton des énergies potentielles renouvelables telle que les éoliennes ou capteurs solaires. L'assèchement des nappes phréatiques autour des zones désertiques étant le moteur de l'avancée des déserts, on peut imaginer que l'inverse est vrai, c'est-à-dire que des millions de mètres cubes introduits dans les profondeurs du sous-sol constituent un volant thermique capable de mieux répartir la pluviosité en commençant d'abord par atténuer les écarts... avant de pouvoir modifier le climat de manière durable et significative..

C'est pour rendre à la nature cette capacité de ralentissement des eaux de ruissellement en augmentant l'infiltration que l'Association des Biefs du Pilat propose le procédé de gestion globale de l'eau dont le réseau de biefs serait l'élément de base permettant la répartition et l'infiltration des eaux des têtes de bassins versants sur l'ensemble d'un territoire.


Les Biefs du Pilat




Jeudi 7 Avril 2005
Vendredi 13 Mai 2005
jean-marc.hauth@wanadoo.fr
Lu 1069 fois


Dans la même rubrique :

Votez Veolia ! - 29/12/2006

8 SECONDES - 10/11/2006

Le déclic biogaz - 18/04/2006

1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide