ACME
Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019
           
REVUE DE PRESSE

Guerre de l’eau en région parisienne : Ile-de-France: des usagers mécontents occupent le siège du syndicat des eaux

Le siège parisien du Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif) a été brièvement occupé vendredi par un collectif d'usagers pour dénoncer son "opacité" et les "surfacturations" de l'eau dans les 144 communes dépendant du Sedif, a constaté un journaliste de l'AFP.



La manifestation, qui a rassemblé une dizaine de personnes, s'est déroulée le jour où Veolia, Suez Environnement, la Saur (groupe Séché Environnement) et Derichebourg, associé à l'allemand Remondis, devaient déposer leur offre pour le renouvellement du plus grand contrat de distribution d'eau en Europe.

Après avoir occupé pendant plus d'une heure l'entrée du bâtiment, dont ils avaient orné la façade d'une banderole "Sedif pompe à fric", les manifestants du collectif "S.eau.S. Ile-de-France" ont obtenu de rencontrer le président du syndicat depuis 1983, le député-maire (NC) d'Issy-les-Moulineaux André Santini.

L'échange, relativement tendu, s'est achevé avec l'engagement de M. Santini de soumettre à l'ordre du jour du prochain comité syndical, qui réunit les 144 représentants des communes desservies par le Sedif, la question des économies réalisables dans le cadre du prochain contrat.

"Je le soumettrai à l'ordre du jour, mais le comité peut refuser de l'examiner", a toutefois prévenu M. Santini.


Marché de l'eau en Ile-de-France: trois candidats ont déposé une offre (AFP)

Trois groupes, Veolia, Suez Environnement et Derichebourg, ont déposé vendredi une offre auprès du Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif) pour l'énorme contrat de distribution d'eau dans 144 communes de la région, a-t-on appris auprès de sources concordantes.

Veolia, Suez Environnement et Derichebourg, associé pour cet appel d'offres à l'allemand Remondis, ont confirmé à l'AFP que leur offre avait bien été déposée vendredi auprès du syndicat.

Une porte-parole de la Saur, le quatrième candidat présélectionné par le Sedif en avril, n'était pas en mesure pour sa part d'indiquer en début de soirée si le groupe avait bien déposé une offre.

De son côté, le Sedif a annoncé dans un communiqué avoir reçu trois offres vendredi, sans préciser l'identité des candidats ayant postulé pour ce contrat de plusieurs milliards d'euros.

Veolia et Suez, respectivement numéro un et deux mondial de l'eau, se partagent l'essentiel du marché de la distribution d'eau en France.

Spécialiste notamment de la collecte et de la valorisation des déchets, Derichebourg a, quant à lui, créé pour cet appel d'offres une entreprise commune baptisée Dedis avec l'allemand Remondis (eau et recyclage).

Le Sedif fournit en eau potable quelque quatre millions de Franciliens.

Veolia (ex-Générale des Eaux) gère ce service depuis 1923, sous forme d'une délégation de service public. D'un montant de 371 millions d'euros annuels, le dernier contrat, signé en 1962, expire fin 2010.

L'appel d'offres porte sur un contrat d'une durée de 10 ans, éventuellement prolongeable à 12 ans. Il évoque notamment l'instauration d'une "tarification sociale" et une rémunération "plafonnée" du délégataire, précise le communiqué du Sedif.

Les plis comportant les offres doivent être ouverts la semaine prochaine par la commission de délégation de service public du Sedif, qui comprend cinq élus. Celle-ci rendra à la mi-janvier un avis sur les offres et sur leur admission à la phase de négociations, qui débutera en février.

Le prochain contrat sera ensuite définitivement attribué après un vote des élus du Sedif qui doit avoir lieu au printemps.

Ce marché -le plus important dans la distribution d'eau en Europe- constituant une de ses plus belles vitrines mondiales, Veolia a déjà prévenu que le groupe se battrait "jusqu'au bout" pour le conserver.

Ses concurrents, eux, dénoncent à mots à peine couverts l'avantage déjà acquis par le sortant, qui gère le service depuis 87 ans. Suez Environnement avait en particulier défendu en vain la division du marché en lots, jugeant qu'un appel d'offres portant sur tout le marché avantageait Veolia qui connaît parfaitement le réseau.

Outre la question d'un éventuel allotissement, le renouvellement du contrat a donné lieu depuis plusieurs mois à d'autres polémiques, notamment sur le prix de l'eau distribuée ou le choix d'une régie publique ou d'une délégation de service public.

L'UFC Que Choisir avait notamment évalué la "surfacturation" de l'eau francilienne à 90 millions d'euros par an. Une étude commandée par le Sedif lui-même avait ensuite suggéré que des économies de 35 à 42 millions d'euros par an pouvaient être réalisées en rénovant le mode de gestion actuel.

Une dizaine de membres d'un collectif d'usagers ont brièvement occupé le siège parisien du Sedif vendredi matin pour dénoncer "l'opacité" du syndicat et les "surfacturations".

Le Figaro
Le Syndicat des eaux d’Ile-de-France a reçu vendredi les dossiers de Veolia, Suez Environnement et Derichebourg, tous trois candidats au renouvellement du contrat de gestion de l’eau de 144 communes.

Deux caisses en bois de 1,80 m × 1,20 m, 200 kg de papiers… Il aura fallu un camion pour apporter le dossier de Suez Environnement au siège du Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif), à Saint-Germain-des-Prés, à Paris. Il aura aussi fallu mobiliser plus de 30 salariés pendant plusieurs mois pour préparer ce dossier. Coût de l’opération pour Suez Environnement : 7,5 millions d’euros. Le groupe concourt, face à Veolia et au tandem franco-allemand Derichebourg-Remondis, pour remporter le contrat remis en jeu par le Sedif. L’enjeu est considérable. C’est le plus important contrat du genre en Europe. Il représente un chiffre d’affaires de l’ordre de 350 millions d’euros par an sur dix ou douze ans, soit de 3,5 à 4 milliards d’euros au total, pour gérer l’alimentation en eau potable de 144 communes de la région parisienne.


Veolia gère cette délégation de service public depuis 1923 et il est bien décidé à garder ce contrat, qui représente 6,7 % de son chiffre d’affaires dans l’eau en France et une part plus importante encore de ses bénéfices. «Nous nous battrons jusqu’au bout», a affirmé Antoine Frérot, lundi, quelques jours après son arrivée aux commandes du leader mondial de l’environnement. En face, les concurrents misent sur l’innovation. «On va loin dans la proposition», affirme Isabelle Kocher, directrice générale de Lyonnaise des Eaux, filiale de Suez Environnement. Le principal challenger de Veolia a mis l’accent sur les services aux consommateurs, la gouvernance et la protection de l’environnement.


«Surfacturation»

Le refus du Sedif de morceler ce marché en plusieurs lots avantage l’opérateur sortant. «Quand on visite une usine pendant deux heures, il est difficile d’avoir la même connaissance que quelqu’un qui la gère depuis autant d’années», déplore Pascale Perez, patronne du consortium Derichebourg-Remondis. Le sujet de la division du contrat, défendue en vain par Suez Environnement au printemps, a rejailli ces derniers jours. «Des élus vont écrire au président de l’Autorité de la concurrence pour qu’elle se saisisse du dossier», vient d’indiquer Christian Métairie, premier adjoint au maire d’Arcueil, membre du comité du Sedif.

Au-delà de l’allotissement, qui pourrait être gage d’une meilleure mise en concurrence, c’est surtout le prix de l’eau et la gestion du service qui alimentent les polémiques. L’association de consommateurs UFC-Que choisir avait évalué l’an dernier la «surfacturation» de l’eau francilienne à 90 millions d’euros par an. Une étude commandée par le Sedif lui-même montre que des économies de 35 à 42 millions d’euros par an peuvent être réalisées en modifiant la gestion. Veolia devra donc probablement faire des concessions sur les tarifs pour conserver le contrat.

André Santini, maire d’Issy-les-Moulineaux et président du Sedif depuis 1983, s’est dit «convaincu que le syndicat obtiendra une baisse des prix». Il a prévu aussi de renforcer le contrôle de l’opérateur et d’introduire une tarification sociale pour les utilisateurs en difficulté. Les Franciliens en sauront plus dans quelques mois. Après l’ouverture des offres le 10 décembre, le Sedif entamera des discussions avec chacun des opérateurs et fera son choix fin mars.

Paris changera de régime en 2010

À Paris, Veolia et Suez environnement perdront leur contrat le 1er janvier. Les deux groupes se partagent la gestion des eaux de la capitale depuis des années : Veolia sur la rive droite de la Seine, Suez environnement sur la rive gauche. Mais le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a décidé de «remunicipaliser» ce service qui sera désormais géré par un établissement public unique, la régie Eau de Paris.

En principe, ce passage en régie permettra d’économiser 30 millions d’euros par an, alors que la future structure réalisera un chiffre d’affaires de l’ordre de 230 millions. Mais les Parisiens n’auront pas l’impression de profiter de ces économies puisqu’elles seront totalement «réinvesties». Bertrand Delanoë s’engage en revanche à stabiliser la part du coût concernant l’eau potable jusqu’à la fin de son mandat de maire, en 2014. Cela n’empêchera pas la facture globale de continuer, comme partout, à grimper chaque année, en raison de l’évolution des diverses taxes et de l’augmentation des coûts d’assainissement.

À 2,81 euros le mètre cube TTC, l’eau potable parisienne n’est pas la plus chère de France. La fourniture et l’assainissement de l’eau coûtent en moyenne 3,01 euros TTC par mètre cube dans les grandes villes françaises, estimait il y a un an la Fédération des entreprises de l’eau.


Lundi 7 Décembre 2009
Mercredi 3 Mars 2010
JEAN-LUC TOULY
Lu 1766 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 20

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide