ACME
20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018
           
ACTUALITES D'ACME

Guerre déclarée et front uni contre la privatisation des services de l’eau à Issy

le 25 11 08 politiques, associatifs et Isséens se sont rencontrés au café « le Stella » dans le centre d’Issy-les-Moulineaux.



Guerre déclarée  et front uni contre la privatisation des services de l’eau à Issy
Pour illustrer l’urgence à agir, le collectif s’était armé :

- d’affiches militantes
Pour télécharger l'affiche Ciquez ICI,

- de la liste exhaustive des prix de l’eau des 144 communes du SEDIF
pour télécharger la liste Cliquez ICI

- d’articles et de rapports accusateurs de choix dispendieux du couple Véolia/SEDIF

- mais aussi d’une lettre révélant les confusions de territoire du président du SEDIF avec Véolia.
(M. Santini comme président du SEDIF a envoyé en son nom aux 143 autres membres une lettre à l’entête de… Véolia).

pour télécharger la lettre Cliquez ICI.

Extrait de la liste des prix de l'eau pratiqués dans les communes du SEDIF
Extrait de la liste des prix de l'eau pratiqués dans les communes du SEDIF
La clarté et la technicité des interventions ont éclairé la lanterne des béotiens. Les grands thèmes de cette soirée très didactique furent :

  • - le prochain vote des membres du SEDIF le 11 décembre 2008 pour déterminer le choix de la gestion des services de l’eau,
  • - la raison de la précocité de cette consultation un an avant l’échéance obligatoire,
  • - mais aussi la qualité physicochimique de l’eau au robinet,
  • - la nécessité de la protection de la ressource,
  • - l’évolution exponentielle des prix et
  • - les différents modes possibles de gestion.

Le débat a été animé par Laurent Pieuchot et Lysiane Alezard, tous deux conseillers municipaux isséens dans l’opposition.

Guerre déclarée  et front uni contre la privatisation des services de l’eau à Issy
En soutien, Jacques Perreux, vice-président communiste du Conseil général du Val de Marne, a d’abord rappelé la valeur symbolique de l’eau pour justifier son choix de gestion :

Bien commun de l’humanité « qui appartient à tous et à personne », indispensable à toute vie, la perpétuelle régénération cyclique de l’eau et sa circulation dans tous les environnements obligent l’Homme à une gestion prudente, solidaire à long terme pour la survie des générations futures. Des notions qui deviennent antinomiques avec la marchandisation de l’eau et les profits exigés par les actionnaires. D’ailleurs les guerres de l’eau et autres manipulations politiques dans le monde en témoignent.


Guerre déclarée  et front uni contre la privatisation des services de l’eau à Issy
C’est pourquoi il préconise une gestion publique qui permettra de se réapproprier cet inaliénable droit à l’eau, de réaffirmer l’indépendance des pouvoirs et des services publics, de conserver la technicité et de privilégier la recherche qui a tendance à disparaître avec les délégations. Mais surtout le prix de l’eau baissera d’environ 20 %. C’est l’économie constatée dans les villes où le retour au public est en cours.
La gestion publique pourra aussi engager une restauration de la qualité de l’eau. Malheureusement son coût estimé à 14 milliards d’euros devra être supporté par les seuls usagers alors qu’un « trésor de guerre » des entreprises gestionnaires s’est constitué au fil des ans, partout dans le monde et au seul avantage des deux leaders français sur le marché. Le dernier James Bond relate d’ailleurs cette réalité et les usages faits de ces gigantesques profits de l’eau pour déstabiliser des gouvernements et provoquer des guerres.




Représentant du N.P.A., // Claude Danglot, en ingénieur hydrologue, a, lui, voulu réveiller le scepticisme des politiques et usagers, trop confiants en la qualité chimique de l’eau, qu’elle provienne du robinet ou d'une bouteille. Ses recherches comme les dernières publications scientifiques suspectent que les pesticides et autres polluants contenus dans l’eau ont un impact réel sur la santé et modifieraient entre autres la fécondité. Le retour en gestion publique permettrait aux laboratoires publics de réactualiser les seuils de toxicité qu’il estime insuffisants. Les seuils actuels serviraient plus les intérêts des gestionnaires en leur permettant de déclarer potable une eau qui ne serait pas sans risque.

Il réfute l’idée communément admise que ces gestionnaires sont les meilleurs détenteurs des métiers de l’eau. Preuve en est : les réalisations à grands frais de ces multinationales dans les pays en voie de développement les ont surtout appauvris par des prix inabordables sans pour autant avoir réglé en contrepartie leurs problèmes d’eau potable et d’assainissement. Pour M. Danglot, seule l’Université reste le creuset des connaissances et des métiers de l’eau.

Par ses interventions, il appelle les citoyens à redevenir actifs dans cette reconquête en s’investissant dans les commissions consultatives. Et il y a urgence car, d’après les calculs de l’association « Que choisir ? », sur 100 euros payés 60 seraient surfacturés… !

Membre du SEDIF, maire de Clamart, conseiller régional, Philippe Kaltenbach avoue que l’augmentation exagérée du prix de l’eau ainsi que le travail d’alerte des associations ont été ses aiguillons pour reconsidérer le problème de l’eau et ses possibles solutions. L’exemple de la prochaine remunicipalisation de la gestion de l’eau à Paris est l’occasion de proposer cette même expérience au SEDIF, la gestion de Véolia souffrant de lisibilité. Mais surtout, le dernier rapport du cabinet d’audit accable cette gestion alors que M. Santini au nom du SEDIF l’aurait lui-même commandé. Même si la surfacturation calculée par ce cabinet est deux fois moins élevée que l’estimation de « Que choisir », 45 millions d’euros par an ne sont pas acceptables. De tels enjeux financiers expliqueraient la ténacité des fermiers pour conserver ce marché juteux de 340 millions d’euros annuels.

Mais signe des temps : Une fronde est engagée au point de faire vaciller le pouvoir quelque peu autocratique de M. Santini : c’est la première fois que le président du Syndicat des Eaux d’Ile de France n’a pas été réélu « par acclamation ». Un autre candidat s’est présenté… ! Et l’élu de Clamart n’exclut pas une possible victoire, avec l’aide des citoyens, le 11 décembre à la prochaine consultation des 144 membres responsables du futur mode de gestion des eaux d’Ile de France.

Les citoyens, justement, par leurs questions ont réclamé des moyens pour sensibiliser ceux qui n’ont pas conscience de ces enjeux. Ils regrettent le peu d’information, le manque de débat, le silence de leur mairie qui n’a pas organisé de consultation de l’usager qui pourtant est au centre du problème. Mais ils savent qu’ils seront en tant que consommateurs comme toujours… les dindons de cette farce !

Toutes idées de manifestations, d’actions, support écrit seraient bienvenus et les contacts mis en place pour enrichir les différents intervenants et acteurs dans cette guerre pour une gestion publique de l’eau.

L’association Acme-France, représentée par Solange Demathieu-Taverna, s’est proposée d’être, par le biais de son site, le lien et un support informatif à cette action en Ile de France à laquelle l’ACME-France participe activement et pour laquelle son président Jean-Luc Touly s’est personnellement investi en tant qu’élu et en tant qu’usager..


Documents informatifs

  • Le SEDIF : Document informatif édité par le SEDIF et pour les usagers
à télécharger en cliquant ICI
Le site de démocratie 92 : analyse de la remunicipalisation de l'eau à Paris
L'émission de Daniel Mermet à France -Inter là-bas si j'y suis : la bataille de l'eau
Lettre envoyée aux 143 élus du SEDIF au nom de M. Santini président du SEDIF, à l'entête de la multinationale VEOLIA
Lettre envoyée aux 143 élus du SEDIF au nom de M. Santini président du SEDIF, à l'entête de la multinationale VEOLIA

Message de la part du PCF

Guerre déclarée  et front uni contre la privatisation des services de l’eau à Issy
POUR LA GESTION PUBLIQUE DE L’EAU

Suite au café débat du 25 Novembre , organisé par le Pcf, le Ps, les Verts et le Npa d'Issy les Moulineaux, nous vous présentons, ci dessous, une vidéo réalisée par le conseil général du Val de Marne qui permet de mieux comprendre pourquoi il est nécessaire de rendre la gestion de l'eau au secteur public et pourquoi André Santini, maire ministre mais aussi président du Syndicat des Eaux d'Ile de France (SEDIF) fait le forcing pour reconduire la gestion par le privé (Veolia).

Pour voir la vidéo, cliquez sur l'ecran ci dessous

Jeudi 27 Novembre 2008
Lundi 1 Décembre 2008
Solange Demathieu-Taverna
Lu 4135 fois


Dans la même rubrique :

ACTUALITES D'ACME | Réunion Publique : DROIT DE L'EAU | MEXICO 2006

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide