ACME
Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019
           
PRIVATISATION DANS LE MONDE

INDE. Tehri : un barrage surréaliste, par Andrée-Marie Dussault.

Mégaprojet hydro-électrique : Planification scientifique inadéquate, évaluation des impacts sociaux et environnementaux déficiente, délocalisation de cent mille personnes, corruption à tous les échelons, construction dans une zone sismique, coût quarante fois plus élevé que prévu...
Après quatre décennies de controverse, le plus gros projet hydroélectrique d’Asie vient de s’achever et il a tout pour déplaire. Reportage dans l’Etat d’Uttaranchal.



Le projet Tehri, au service de la nation ?

INDE. Tehri : <font color='red' size=4>un barrage surréaliste, par Andrée-Marie Dussault. </font>
b[Après plusieurs heures à escalader à un rythme d’enfer les Himalaya indiennes dans une jeep pleine à craquer qui menace de céder à chaque nid de poule, entre les panneaux parsemés à une fréquence régulière par un Ministère des transports soucieux de la sécurité des voyageurs « Alert totay, alive tomorrow » ; « Speed thrills, speed kills » ; « Drive slow, your family is waiting »..., on aperçoit un écriteau sur lequel est inscrit « Le projet Tehri, au service de la nation ». Ce sera le seul. D’après le chauffeur, « les autres auraient été brûlés »... En arrivant au terminus, il faut payer un bakchich important pour se faire conduire là où personne ne va plus. Là où les villages ont été complètement rasés pour faire place aux eaux du fleuve Bhagirathi qui seront contenues par le plus gros projet hydroélectrique d’Asie, et sans doute le plus controversé au monde : le barrage de Tehri, situé à 350 kilomètres au nord-est de Delhi. ]b

Conçu en 1962, approuvé en 1972, débuté en 1978, le projet bat des records de vitesse puisque la construction du barrage de 260 mètres de hauteur vient à peine d’être terminée. Le 29 octobre, le dernier tunnel permettant encore à l’eau du fleuve de suivre son cours naturel a été bloqué. Depuis, petit à petit, l’eau remplit le réservoir, promettant d’inonder progressivement plus de septante villages et d’en affecter partiellement une autre trentaine. La ville de Tehri est déjà totalement submergée. Feue Tehri.


INDE. Tehri : <font color='red' size=4>un barrage surréaliste, par Andrée-Marie Dussault. </font>
En route pour voir le fameux barrage d’un sommet, à un kilomètre sous nos pieds, on distingue la région désertée qui servira à stocker l’eau qui y fait doucement son lit. Seules se dressent dans l’étendue vide les baraques de fortune des employés du chantier, payés 70 roupies (environ 2 francs) la journée. Un spectacle saisissant qu’il faut voir pour croire. Et encore, le champ de vision est trop étroit pour embrasser la totalité du réservoir, qui recouvre 42 kilomètres carrés. Une question vient inéluctablement à l’esprit : qui ose défier dame Nature de la sorte ?

Vêtements occidentaux, la jeune quarantaine, l’air sérieux, Sanjay Kumar est l’homme le plus puissant de la région. Une fois passée la dizaine de gardes armés qui le protègent, on prend place dans l’une des seize chaises devant son bureau de District Magistrate. Sanjay Kumar est le représentant du gouvernement de l’Etat d’Uttaranchal, dans le district de Tehri, autrement dit, celui qui, d’un coup de fil ou d’un trait de crayon, peut sceller des destins. Littéralement, dans la mesure où il est chargé de la relocalisation et de l’indemnisation des habitants chassés par les flots. Il est aussi le porte-parole local de la Tehri Hydro Development Corporation (THDC), une Joint Venture réunissant le gouvernement national et celui de l’Etat, qui est à la tête du projet Tehri.

INDE. Tehri : <font color='red' size=4>un barrage surréaliste, par Andrée-Marie Dussault. </font>
« Chaque personne délocalisée par le projet reçoit un dédommagement pour son habitat, ses terres, ses arbres, ses semences et ses fertilisants », explique-t-il, comme si cela allait de soi. En revanche, selon Balendra Prasad Nantiyal, flûtiste de son état et l’un des cent mille « déplacés » par le mégaprojet, dans les faits, les choses ne vont pas si rondement. Il décrit l’anarchie qui caractérise le processus de compensation et la manière dont chacun essaie d’en tirer un maximum de profit : « Des familles ont obtenu une, deux, voire trois, primes d’indemnisation, alors que certaines n’ont rien reçu du tout. D’autres, qui ne possédaient que des terres, se sont construit des maisons en vitesse pour bénéficier d’une compensation supplémentaire ! »

Interrogé sur les avantages du projet, l’homme fort de Tehri, le DM, comme on l’appelle, énumère les trois intérêts majeurs mis en avant par la THDC sur tous les fronts : « D’abord, la génération d’hydroélectricité, en l’occurrence un total de 2000 mégawatts en quelques années, ensuite l’irrigation de plus de 800 hectares de terres et enfin, 1,226 milliard de litres d’eau seront fournis aux Etats de Delhi, Uttar Pradesh et Uttaranchal. » Un optimisme que ne partage pas Rajiv Bahaguna, fils du célèbre environnementaliste Sunderlal (lire ci-dessous) et journaliste casse-bonbon de la place :

INDE. Tehri : <font color='red' size=4>un barrage surréaliste, par Andrée-Marie Dussault. </font>
« Le projet n’est pas viable économiquement, martèle-t-il. A l’origine, il était estimé à moins de 30 millions d’euros ; aujourd’hui, l’addition s’élève à 1,3 milliard d’euros. Et sans le coup de pouce de l’Union soviétique de 416 millions de dollars US en 1986, le projet aurait été stoppé en cours de route. »

En effet, une analyse coûts/bénéfices commandée en 1994 par le Indian National Trust for Art and Cultural Heritage (INTACH) concluait que, à l’époque, le coût total du projet serait deux fois plus importants que les bénéfices. Par ailleurs, INTACH calculait que le coût de l’électricité par unité produite à Tehri serait presque le double du prix moyen de celle des Etats voisins et que la durée de vie du barrage - estimée à un siècle par la THDC - ne dépasserait pas soixante ans. Une autre étude menée par un scientifique indépendant, K. S. Waldia, à cause du volume immense des sédiments qui s’amasseront dans le réservoir, évaluait la viabilité du barrage entre vingt-cinq et trente ans...

Tout le monde n’est cependant pas perdant. Certains sont même devenus multimillionnaires. « A l’échelle nationale et étatique, raconte Rajiv, tous les gouvernements qui ont siégé depuis les années 1960 en ont profité, ainsi que les ingénieurs et les entrepreneurs, des plus petits aux plus gros. Les journalistes aussi se sont fait graisser la patte pour encenser le projet. » Effectivement, le Central Bureau of Investigation enquête actuellement sur plusieurs cas de corruption et de détournements de fonds publics impliquant des hauts responsables de la THDC et pour ces seuls délits, au moins six cas sont pendants à la Cour suprême.

Pour ajouter à sa crédibilité, d’autres poursuites judiciaires ont été entreprises contre la THDC par une armée de scientifiques et d’écologistes, dont les plus éminents du pays. Selon eux, le projet pèche par son absence de considérations des impacts potentiels sur l’écosystème et des dangers qu’il représente. Car le barrage de Tehri a ceci de particulier qu’il est construit dans une zone sismique, à 45 kilomètres de l’épicentre du tremblement de terre de 1991. Ces deux derniers siècles, une douzaine de séismes ont secoué la région.

Malgré les recommandations soumises en 1997 par le comité Hunumanatha Rao, plaidant contre le barrage, les autorités ont suivi leur feuille de route initiale. Selon ses promoteurs, le barrage a été conçu pour supporter des tremblements de terre allant jusqu’à 7,2 sur l’échelle de Richter. Or, pour les années à venir, les experts en prédisent d’une force de 8,5 et davantage. Celui du 8 octobre, dans le Cachemire pakistanais, non loin de Tehri et ressenti jusqu’à Delhi, qui a officiellement réclamé entre 55 000 et 73 000 vies, était de 7,6.

« Non seulement la région où est construit le barrage est a priori une zone sismique, explique Sureshwar Sinha, hydrographe de la marine retraité, qui poursuit en justice la THDC avec l’appui de scientifiques notoires, tels M. G. K. Menon, mais a fortiori, une fois l’eau bloquée dans le réservoir à cause de réactions thermochimiques en chaîne, les risques de tremblements de terre seront accrus. »

Dans l’hypothèse où le barrage lâcherait, les spécialistes estiment que les villes de Rishikesh, Hardwar, Meerut et Bulandsahr, comptant une population globale d’un demi-million d’habitants, pourraient être submergées en quelques heures et que les flots pourraient même atteindre Delhi. Rendez-vous dans les Himalaya au moment du premier désastre lié au barrage de Tehri : frissons et scénario catastrophe garantis.

« Ce barrage a été construit avec nos larmes »

Il est parmi les top 5 activistes indiens et en 1997, il recevait le Prix Nobel alternatif pour les droits humains. Emprisonné pour la première fois à 17 ans pour ses activités militantes, Sunderlal Bahaguna est une figure quasi mythique en Inde. Dès les balbutiements du projet hydroélectrique controversé dans les années soixante, l’homme d’inspiration gandhienne était sur la ligne de front pour en dénoncer les multiples failles. En 1992, lors d’une grève de la faim de quarante-deux jours, un bus rempli de ses supporteurs était « accidentellement » renversé par ses détracteurs, tuant seize personnes, en blessant plusieurs, dont certaines sont devenues invalides à vie. Mais rien ne l’arrête : droit comme un « i », l’esprit vif comme un pinson, le septuagénaire poursuit sa croisade. Entrevue.

Que pensez-vous du projet hydro-électrique Tehri ?

- C’est une folie pure, signe de notre époque folle ! Son seul intérêt est financier, pour les politiques et les entrepreneurs. Il s’agit d’une solution temporaire pour un problème permanent qui a été construite avec nos larmes.

Quelle est votre plus grande crainte ?

INDE. Tehri : <font color='red' size=4>un barrage surréaliste, par Andrée-Marie Dussault. </font>
- La THDC prévoit de remplir le réservoir du barrage jusqu’à 5 mètres du bord du haut du barrage, soit à 830 mètres du niveau de la mer. Je doute qu’ils réussissent à cause de la rétention des glaciers. Mais s’ils y parviennent, je craindrai le pire. Les montagnes abruptes en amont du bassin sont fragiles et sujettes aux glissements de terrain. Si quelque chose tombe dans l’eau et que le réservoir déborde, les conséquences seront catastrophiques. D’autant que les plaines en aval du barrage sont fortement peuplées.

Andrée-Marie Dussault

Jeudi 4 Mai 2006
Samedi 6 Mai 2006
Le Courrier, jeudi 16 Février 2006, Theri ( Inde ).
Lu 3218 fois

Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide