ACME
Monaco Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018
           
ON NOUS ECRIT

Je suis victime d'une 'tentative de racket'.

Je viens de lire un article intitulé 'les compteurs vont nous rendre dingos'.



Je suis victime d'une 'tentative de racket'.
Je viens de lire un article intitulé "les compteurs vont nous rendre dingos;.
Les renseignements qu'il contient me donnent froid dans le dos d'autant que je pense être victime d'une "tentative de racket".

Si cela ne vous ennuie pas de la lire, je vous raconte mon histoire

Mon dernier relevé fait état d'une consommation totalement aberrante: en deux ans, mon épouse et moi-même aurions consommé 3.233 mêtres cubes, soit 4,4 mêtres cubes par jour.
Or, durant cette période, je n'ai pas constaté physiquement de fuites, hormis une due à un joint de robinet défectueux, que j'ai changé dans l'heure. De même, durant son passage, l'agent releveur n'a pas constaté d'évolution de l'index. Enfin, j'ai procédé à quelques tests de fuites qui se sont tous avérés négatifs.

Je précise que les relevés précédents faisaient ressortir des consommations journalières moyennes de 400 litres.

J'ai bien entendu contesté à la fois le volume de la consommation et le montant correspondant qui s'avère largement au dessus des moyens financiers du couple de retraités que nous sommes: j'ai ainsi téléphoné deux fois, me suis déplacé une fois et envoyé deux lettres recommandées développant amplement les moyens de ma contestation.
J'ai également acquitté, avant la date limite, une somme identique à celle que nous versons trimestriellement, assise sur des estimations.

Je n'ai, pour l'instant, obtenu pour seule réponse qu'une lettre de rappel, m'invitant, sur un ton comminatoire, à verser rapidement le solde de ma dette.

Ma première question est:
  • Quels sont les moyens de recours dont je dispose pour faire reconnaître le caractètre totalement aberrant de cette facture ?

Je suis absolument certain qu'il n'y a pas eu de fuite: aucune réparation n'a été effectuée ni par un plombier ni par moi-même.
En tout état de cause, un fuite d'une telle ampleur n'aurait pas manquée d'être constatée (inondation, humidité anormale du terrain,tests de fuite positifs.
De même, nos habitudes de consommation ne sont-elles pas différentes de celles des autres foyers similaires.
Enfin, nous ne possédons pas de dispositif fortement consommateur tels que piscine ou système d'arrosage intégré.
Il ne subsisterait donc qu'une défaillance du compteur.
Mais le service des eaux m'a déjà prévenu qu'une expertise du compteur était onéreuse et que, s'il était établi qu'il était en bon état, son coût serait à ma charge.

Ma deuxième question est donc :
  • reconnu en bon état, le compteur est-il un moyen de preuve suffisant pour établir la réalité de ma consommation?
Il m'a en effet été rapporté que les compteurs, notamment ceux qui, ont comme le mien, une vingtaine d'année d'existence, étaient des appareils sensibles aux vibrations et aux chocs.
Il ne pourrait donc être exclu que l'index ait évolué à la suite du passage d'engins lourds dans ma rue ou des travaux qui ont été effectués à proximité de mon pavillon.
A cet égard, j'ai remarqué qu'en retenant, au titre de la période contestée, une consommation identique à celle des périodes précédentes, l'index serait quasiment identique, à l'exception du premier chiffre, à celui qui a été relevé.

Meilleurs sentiments

Réponse de notre spécialiste Jean-louis Linossier CACE

Il va falloir monter un club des victimes des "compteurs fous".
Toutes les semaines se sont plusieurs cas qui viennent s'ajouter aux précédents.
Les scénarios se ressemblent.

Une facture d'eau excessivement élevée arrive brutalement à cause d'une consommation constatée (?) elle-même excessivement élevée et inexplicable.

Remise dans une chronologie des consommations, c'est un pic anachronique que personne ne peut expliquer : pas de fuite, le compteur ne serait pas en cause. Reste l'explication de la poche d'air récurrente mais pourqu'elle n'ait pas été détectée par un sifflement à l'ouverture d'un robinet, il faut suspecter le ballon d'eau chaude de la chaudière ou du chauffe-eau et leur purgeur automatique d'air.

Ou alors ...

Dans certains cas le compteur est relevé en l'absence de l'usager, la facture correspondante l'affole et un agent vient changer le compteur toujours sans relevé contradictoire. Ce qui fait disparaître le dernier recours matériel et la preuve d'une possible anomalie éventuelle du compteur.

Dans certaines circonstances très particulières, il arrive que la facture soit ramenée à une estimation de consommation moyenne, sans qu'une explication rationnelle ait été fournie. Prenant en compte le fait que les distributeurs ne font jamais de cadeau et poursuive jusqu'au bout ceux qu'ils considérent à tort comme des fraudeurs, on peut se demander si vraiment tous ces cas ne devraient pas être traîtés ainsi si personne ne peut expliquer ces cas exceptionnels.

Conseils de prudence :
  • - contrôler le relevé
  • - contrôler l'abscence de fuite - le compteur ne doit pas tourner lorsque tout est fermé
  • - contrôler la justesse des compteurs par pesage d'un volume d'eau délivré via le compteur
  • - faire constater tout cela par le dsitributeur
- refuser l'échange du compteur car cela fait disparaître la preuve d'un possible défaut de l'appareil

Autre suggestion :
  • -signaler tous les cas, nous allons tenter d'ouvrir une archive

JL LINOSSIER CACE

Mardi 20 Novembre 2007
Mardi 20 Novembre 2007
HANCE JEAN PIERRE
Lu 4235 fois


1.Posté par bossy michele le 22/11/2007 17:00
votre courrier m'interpelle.
je suis une ancienne employée d'une société distributrice et pour avoir travailler pendant plus de 30 ans dans un service clientèle je connais bien les pratiques de ces sociétés.
j'ai aidé un ami courant 2006-2007 qui rencontrait de grosses difficultés à se faire rembourser un trop payé suite à un compteur bloqué et des estimations plus que faantaisistes.
J'ai réussi à lui faire gagner la somme de 1300 euros perçu à tort par cette société.
je ne connais pas suffisemment tous les éléments de votre dossier mais je pense d'après vos commentaires, notamment sur le fait que le releveur n'ait rien remarqué d'anormal sur votre consommation lors de la relève du compteur, que vous pouvez aller plus avant dans votre démarche
bon courage et contacter moi si vous le désirez sur mon adresse e-mail si je peux vous être d'une quelconque utilité ou d'un conseil

2.Posté par GUERARD Marie le 24/11/2007 14:17
Lors de campagnes de signature de pétition sur la remunicipalisation de l'eau à Carcassonne (inféodée à la Lyonnaise), à plusieurs reprises on nous a signalé des problèmes de ce type, généralement postérieurs à un changement de compteur. Par exemple une personne âgée qui avait subitement dans les 5000 euros à payer ! Démarches longues, pénibles vu son âge et son isolement, pour finalement tomber à 500 euros (déjà bien au-delà de ses factures habituelles)... sans explication.
Dorénavant, nous allons essayer d'obtenir assez de précisions pour alimenter ce dossier.

3.Posté par Hélène Gervaise le 24/05/2008 12:06
Bonjour,
Nous sommes depuis un mois dans la même situation que vous, voire pire. Le fontainier a relevé 4200m3, soit 28 ans de consommation, ainsi qu'une fuite au joint de sortie du compteur, tout de suite réparée. L'eau n'a pas été consommée, nous doutons qu'elle ait même pu passer, dans la mesure où le regard a été visité par nos soins à Noël, et qu'aucune fuite n'a été détectée. Devant notre garage, 300L seraient donc passés toutes les 10 minutes, sans que nous ne voyions, ni n'entendions quoi que ce soit, sans dégâts des eaux, sur un terrain argileux avec une pente de 2%. La Régie des Eaux Municipale, qui reconnaît qu'une telle quantité d'eau peut difficilement passer inaperçue sur ce type de terrain, adepte néanmoins du "tout est possible" , impute cette "consommation excessive" à cette fuite, refuse de nous donner le règlement du service de l'eau, et va nous envoyer la facture, réduite seulement de 5%, malgré notre demande de clémence.
Je précise que l'abonné est mon père, 77 ans, qui comme vous a constaté que le premier chiffre a pris 4 unités, notre consommation annuelle varant entre 150 et 200m3. Que faire? Merci de votre réponse.


Dans la même rubrique :

De retour de Chine - 06/11/2007

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide