ACME
Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019
           
HISTOIRES

Kenya: Lacunes dans le système légal, fuites dans les conduites d'eau

La capitale du Kenya, Nairobi, tire son nom d'une expression maasai signifiant "lieu d'eaux douces". Toutefois, dans certaines parties du pays, cette expression est moins descriptive qu'ironique -- puisque la demande en eau dépasse actuellement l'offre.



Kenya Mars 2006
Kenya Mars 2006
Le 'Athi Water Services Board' (AWSB), une institution gouvernementale qui gère la fourniture d'eau à Nairobi et dans ses régions environnantes, indique que la demande d'eau s'élève actuellement à 337.487 mètres cubes par jour, tandis que 248.000 mètres cubes parviennent aux consommateurs.

Pire, la demande va passer à 573.871 mètres cubes par jour d'ici à 2015; 728.229 mètres cubes par jour vers 2020 -- et plus d'un million de mètres cubes par jour vers 2030, selon un nouveau rapport de l'ASWB, intitulé 'Fourniture d'eau et services d'assainissement : Prévision de la demande pour la ville de Nairobi de 2005 à 2030'.

Le défi d'étendre toujours plus loin la fourniture d'eau a été mis en évidence le 22 mars, au moment où les pays du monde entier commémoraient la Journée mondiale de l'eau -- cette année sous le thème 'S'attaquer à la crise de l'eau'.

Mais, amener l'eau à tous ceux qui en ont besoin à Nairobi est rendu plus difficile par le fait que les lois actuelles ne reconnaissent pas les habitats informels, et empêchent ainsi une planification adéquate dans la question de la fourniture d'eau à ces zones.

Des statistiques gouvernementales indiquent qu'environ 75 pour cent de la population de Nairobi, estimée à quelque 2,6 millions de personnes, vivent dans des habitats informels et non conformes aux normes.

Si ce problème est maîtrisé et que la fourniture d'eau est réglée dans les bidonvilles, une autre difficulté pourrait se présenter sous la forme de vendeurs d'eau mécontents. "Le phénomène de la vente d'eau dans les bidonvilles est un résultat de l'inefficacité du fournisseur formel d'eau", affirme Patrick Owuori, un ingénieur au service de la planification au ASWB.

"Ils vont saboter votre service. Ils essaieront de combattre le gouvernement, qu'ils voient comme un concurrent. Ils essaieront d'empêcher le gouvernement de voler leur affaire. C'est une guerre de marché".

Daniel Makau est l'un des vendeurs en question. "Je tire entre 58 et 72 dollars par mois de la vente d'eau. Ceci nous a maintenus, ma famille et moi", a-t-il dit à IPS.

Makau est président de 'Maji Bora Kibera' (Eau potable Kibera) un organisme regroupant des vendeurs d'eau à Kibera, une installation informelle de 700.000 habitants, située à quelques kilomètres au sud-ouest de Nairobi -- et qui serait le plus grand bidonville en Afrique subsaharienne. Environ 500 vendeurs sont inscrits à 'Maji Bora Kibera'; ils vendent l'eau aux habitants du bidonville à trois cents US les 20 litres.

Même si ce prix pourrait paraître insignifiant pour certains, il est trop élevé pour bon nombre d'habitants de Kibera, où le chômage est endémique. "J'utilise environ 40 bidons (jerrycans de 20 litres) par mois avec ma famille de cinq membres. Ce n'est pas suffisant, mais si j'en veux plus, je dois dépenser plus, et je n'ai pas cet argent", a déclaré à IPS, Linus Sijenyi, l'un des habitants.

Selon le site Internet de l'Organisation mondiale de la santé, au moins 20 litres d'eau devraient être fournis à chaque membre d'un ménage chaque jour. Ceci équivaut à 3.000 litres par mois pour une famille de cinq personnes, plutôt que les 800 litres qu'utilise Sijenyi, d'après ses propres estimations.

Le prix de l'eau dans les zones informelles est également élevé par rapport au prix de ce produit ailleurs. Une étude publiée l'année dernière, qui a utilisé des données du Centre de recherche sur la santé et la population africaine 'La place des eaux douces : Femmes et eau dans les bidonvilles de Nairobi, Kenya', note que les habitants des installations informelles paient environ huit fois plus pour l'eau que ceux qui vivent dans des zones plus riches.

Selon le rapport, les habitants des bidonvilles paient entre trois et treize cents environ pour un jerrycan de 20 litres d'eau, selon la disponibilité du produit. Les habitants dans les zones plus huppées paient un taux standard d'environ 1,7 dollar pour 10.000 litres d'eau -- soit moins d'un cent pour 20 litres.

L'étude note par ailleurs que l'eau vendue aux habitants des bidonvilles n'est pas toujours potable.

Inter Press Service (Johannesburg)

27 Mars 2007
Joyce Mulama

Mardi 27 Mars 2007
Mercredi 28 Mars 2007
JEAN-LUC TOULY
Lu 3702 fois

Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide