ACME
Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019
           
ACME

L’accès à l’eau potable dans le monde : vers une solution collective ?

Polluée, gaspillée, surexploitée, l’eau est traitée comme une ressource inépuisable. Pourtant, 1,1 milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et 2,6 milliards de personnes manquent d’installations sanitaires de base. 8 millions de personnes meurent chaque année de maladies liées à la présence d’eaux stagnantes ou polluées, comme le choléra, la diarrhée ou la typhoïde. La moitié sont des enfants de moins de cinq ans.



Précieuse, cette ressource est aussi très inégalement répartie.

L’accès à l’eau potable dans le monde : vers une solution collective ?
source : PRO-ENVIRONNEMENT.COM

Six pays dans le monde concentrent plus de la moitié (54 %) des flux annuels en eau douce 1. Les ressources moyennes par pays et par habitant varient dans une proportion de 1 à 20 000 entre les Emirats du Golfe et l’Islande. Les écarts de consommation d’eau sont également très importants entre les pays : alors qu’un américain consomme en moyenne 600 litres d’eau par jour, un européen en consomme 250. En Afrique sub-Saharienne, cette consommation est évaluée à 30 litres par habitant et par jour.

Les situations de « stress hydrique » 2, dans des zones parfois très peuplées, sont des causes de tensions géopolitiques majeures (exemples : Israël/Palestine, Turquie / Irak / Syrie...). Ces crises sont appelées à se multiplier dans les années à venir. Or, les crises mondiales de l’eau ne pourront être résolues que par la volonté d’agir ensemble !191 Etats membres des Nations Unies ont adopté en 2000 « Les Objectifs du Millénaire ».

L’un d’eux consiste à réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de personnes n'ayant pas durablement accès à l'eau salubre et à des installations sanitaires de base. Pour atteindre cet objectif, on estime que les investissements annuels nécessaires se situent entre 7,5 et 25 milliards d’euros. Le financement d’un tel défi a été l’une des questions débattues lors du forum de l’eau, du 16 au 22 mars 2006, à Mexico. Pour la première fois, l’ensemble des acteurs français de l’eau (administrations, entreprises, associations, chercheurs…) ont adopté une position commune à Mexico, grâce à l’organisation du collectif : le « Partenariat français ». Parmi les recommandations portées, le Partenariat a insisté sur les capacités de la coopération décentralisée à contribuer concrètement à l’accès à l’eau et à l’assainissement dans les territoires des pays en développement, dans le cadre des Objectifs du Millénaire. En France, l’adoption en janvier 2005 de la loi Oudin permet aux collectivités et aux Agences de l’eau de consacrer 1% de leur budget d’eau potable et d’assainissement à des programmes d’accès à l’eau dans les pays en développement. Rappelons que le Comité 21 a choisi pour emblême de son action ces Objectifs du Millénaire et engage ses collectivités adhérentes à y consacrer 1% de leur budget. C’est déjà le cas pour le Conseil régional du Nord Pas-de-Calais, Vice-Président Comité 21 pour le collège Collectivités.


Un exemple à suivre !



Le Comité 21

Sources : Atlas Mondial du développement durable (Edition Autrement-Comité 21 - 2004) ; Atlas mondial de l’eau (Edition Autrement-Comité 21 – 2003)

1- Il s’agit du Brésil (6 950 km³), de la Russie (4 498), du Canada (2 901), de la Chine (2 800), de l’Indonésie (2 530) et des Etats-Unis (2 478).
2 - Une région souffre de stress hydrique lorsque ses ressources annuelles en eau sont inférieures à 1 700 m3 par personne.


Pour une autre politique mondiale de l'eau : Urgence Afrique

L’accès à l’eau potable dans le monde : vers une solution collective ?
On ne peut que s'accorder sur l'urgence de la situation devant les problèmes sociaux, économiques et sanitaires dus au non accès pour une très grande majorité de la population africaine à une eau de qualité en quantité nécessaire. Mais au-delà de ce constat communément admis les analyses divergent quant aux solutions à apporter.
Prôné par les grandes institutions (la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, l'OMC, le Panel Camdessus, l'Union européenne) comme seul modèle efficient le partenariat public-privé était sensé répondre aux défis de l'accès à l'eau et à l'assainissement à travers le monde, l'idée de base étant : si l'eau doit être considérée comme un bien public, sa gestion doit être privée.
Ce partenariat fortement inspiré du modèle français de gestion déléguée continue d'être l'alpha et l'oméga des préconisations en matière d'aide au développement et de projets de coopération. Mais à quoi assiste-on sur le terrain :


  • Selon les recommandations des institutions internationales la plupart des pays africains ont très largement privatisé leurs entreprises publiques notamment celles chargées de la distribution de l'eau dans les grandes villes.
  • Parallèlement ils se sont lancés dans une décentralisation relativement forte du service de l'eau, avec transfert de certaines compétences des services de l'Etat vers les communes sans les doter de ressources supplémentaires (notamment fiscales).

Or ces changements ne se sont pas accompagnés d'une extension du périmètre desservi et surtout les zones rurales n'ont pas bénéficié des programmes d'investissements. Cela s'explique par le poids énorme des financements à consentir pour installer de nouveaux réseaux que les nouvelles entreprises privatisées se refusent à supporter elles-mêmes pour desservir le monde rural jugé peu lucratif.

Cette privatisation qui porte essentiellement sur l'exploitation des réseaux existants, restant souvent propriété de l'Etat, et laissant à sa charge les extensions éventuelles rencontre de plus en plus de résistances de la population (comme au Gabon, Ghana, Afrique du Sud) et ne répond pas aux énormes enjeux liés à l'eau et à l'assainissement. Loin de continuer à cautionner les politiques conduites jusqu'à présent et qui ont très largement montré leurs limites, il s'agit aujourd'hui de proposer une alternative au désengagement public et à la logique dominante de privatisation des services. En premier lieu les Etats ne peuvent se dédouaner de leurs responsabilités. Ainsi les Etats africains doivent placer l'eau en tête de leur priorité et l'inscrire dans les programmes d'investissements. Rappelons nous que dans nos pays dotés de réseaux d'adduction et d'assainissement c'est la puissance publique, via l'Etat et les collectivités locales, qui a financé les infrastructures.
Par ailleurs l'engagement financier international doit augmenter. Alors que l'ensemble des Etats ont souscrit aux objectifs du millénaire de réduire d'ici 2015 de moitié la population n'ayant pas accès à l'eau potable et à un assainissement, les aides bilatérales sont passées au niveau mondial de 2,7 à 1,3 milliards de dollars entre 1997 et 2002 ! Et l'annulation de la dette des pays pauvres n'est toujours pas effective !

D'autre part, au lieu de ne favoriser que les partenariats public-privé ce qui s'apparente trop souvent à une socialisation des coûts et à une privatisation des profits, pourquoi ne pas élaborer des partenariats public-public dans lesquels l'expertise et l'ingénierie du secteur public pourraient être partagés et mis au service des collectivités locales. Arrêtons également de vendre des solutions techniques clés en main à des collectivités locales qui n'ont pas la maîtrise des compétences techniques et administratives pour contrôler la gestion du service et en assurer sa maintenance. Adaptons les projets au terrain, et ce d'autant plus au regard de l'hétérogénéité de la réalité socio-économique et hydrographique en Afrique. Impliquons le citoyen-usager afin d'améliorer l'efficience du service, la prise en compte des enjeux sociaux et écologiques et le contrôle démocratique. Plus spécifiquement sur le continent africain ce sont les femmes les plus directement concernées par les problèmes d'accès à une eau potable.
Comme le revendique le mouvement altermondialiste de plus en plus mobilisé autour des enjeux de l'eau, l'eau n'est pas une marchandise comme les autres mais un bien commun public dont il faut garantir le droit à son accès pour tous.
Devant les projections parlant d'environ 3 milliards d'habitants sur 8 sans accès à l'eau potable en 2025 et principalement en Afrique, l'heure n'est plus aux énièmes déclarations de bonnes intentions mais au changement de stratégie et à l'expression d'une véritable volonté politique à tous les niveaux qu'accompagnerait une mobilisation citoyenne internationale car sinon l'eau deviendra le pétrole du 21ème siècle, une source de conflit pour la survie.


Jean-Luc Touly,

Président d'Association pour le Contrat Mondial de l’Eau (ACME) - France et responsable Eau pour la fondation France liberté - Danielle Mitterrand - Co-auteur de “l’eau des multinationale, les vérités inavouables”.

Pour en savoir plus : www.acme-eau.com - www.france-libertes.fr

Samedi 1 Avril 2006
Samedi 1 Avril 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 48653 fois


1.Posté par adjeghim le 13/04/2006 23:02
je suis pharmacien specialiste en hydrologie en Algerie et les problèmes de l'eau nous n'en manquons pas.
nous n'avons pas de chiffres concernant la repartition des eaux potables, pas de normes propres à nous non plus, j'aurais aimé voir des résultats spécifiques à notre région ( nord de l'frique).merci de me répondre


Dans la même rubrique :

Le déclic biogaz - 18/04/2006

La charte de l'eau - 05/04/2006

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide