ACME
Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019
           
ACME

L'eau bordelaise plus chère

L'audit de Finance Consult a été l'objet durant toute l'année dernière d'un bras de fer entre le président Rousset et Trans'CUB. L'association réclamait de pouvoir consulter l'ensemble du document. Alain Rousset estimait devoir le garder pour lui le temps de la renégociation avec la Lyonnaise. Finalement, en juillet, il livrait le rapport tant convoité. Aucun « loup » n'y était dissimulé. Mais deux « perles » néanmoins, selon Trans'CUB.
On y apprend ainsi qu'avec 3,05 le mètre cube, Bordeaux arrive en tête du classement des grandes agglomérations françaises pour le prix de l'eau, assainissement et redevances compris.
On y apprend également que Gérard Payen, qui signa pour la Lyonnaise l'avenant de 1997, ne fut mandaté par son entreprise pour le faire que... l'année suivante.



Nouveau recours .......

L'eau bordelaise plus chère
La cour administrative d'appel examine aujourd'hui un nouveau recours de Trans'CUB. Selon l'association, la justice administrative l'aurait déboutée en mai 2005 de sa demande d'annulation du premier avenant au contrat de l'eau (signé en 1997) sur la base d'erreurs matérielles. Trans'CUB estime en effet que des formalités légales n'ont pas été remplies lors de la signature du contrat en 91 puis de l'avenant en 97. Or la cour d'appel avait rejeté cet argument. Mais la CUB elle-même serait incapable de prouver s'être pliée à ces démarches réglementaires selon l'association.

Le prix devrait baisser : EAU. -- Trans'CUB chiffre à 432 millions d'euros le « gras » que réaliserait en trente ans la Lyonnaise grâce au contrat de l'eau. Le contrat est en renégociation

Dominique de Laage
Quand la Lyonnaise propose une baisse du prix de l'eau de 1,66 %, Trans'CUB estime que les comptes seraient bons avec 22 % de rabais

Le dossier de l'eau frémit à nouveau. Tandis que le président socialiste de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), Alain Rousset, s'apprête à renégocier cet automne le contrat passé pour trente ans avec la Lyonnaise (jusqu'en 2021), l'association Trans'CUB remonte au front.
Trans'CUB vient d'établir la manière dont est constituée, selon elle, la rémunération de la société Lyonnaise des eaux sur trente ans à Bordeaux. Un travail de bénédictin conduit à partir des données de la Communauté urbaine et de la Lyonnaise par Patrick du Fau de Lamothe, expert-comptable de formation et « monsieur Eau » de Trans'CUB.
Le coût de la rupture.
Pour faire simple, la Lyonnaise perçoit de deux manières sur le dossier de l'eau. Elle se rémunère logiquement pour son travail de gestionnaire selon un taux, établi lors de l'avenant de 97, tournant autour de 3,1 % des charges d'exploitation. Le calcul de Trans'CUB accorde généreusement 4 % des charges d'exploitation à la Lyonnaise pour fruit de son travail.
L'autre source de revenus, dénoncée depuis longtemps par Trans'CUB puis par l'audit de Finance Consult, se trouve dans la surrémunération des capitaux investis par la Lyonnaise pour conduire ses travaux sur l'agglomération. En appliquant des taux d'intérêts très au-delà de ceux pratiqués par le marché et qui se répercutent sur le prix de l'eau facturé à l'usager, la Lyonnaise aurait perçu 29,3 millions d'euros en trop sur la période 1997-2003 selon l'audit de Finance Consult, réalisé à la demande de la CUB. Une démonstration dont Alain Rousset lui-même avait reconnu qu'elle donnait raison à Trans'CUB.
Or Trans'CUB a calculé combien allait toucher la Lyonnaise de « surrémunération » sur trente ans. Considérant que la Lyonnaise ne devrait pas appliquer de taux supérieur à ceux des emprunts d'Etat (plus 0,5 %), Trans'CUB estime à 432 millions d'euros la « surrénumération » de la Lyonnaise au terme du contrat.
« Le fait que la Lyonnaise ait chiffré à 380 millions euros le coût d'une éventuelle dénonciation du contrat avant terme, selon les propos d'Alain Rousset en juin, éclaire l'addition établie par Trans'CUB », souligne Denis Teisseire, l'un des fondateurs de l'association.


Propositions de la Lyonnaise. « Le président Rousset estimait personnellement en juin le coût d'une dénonciation à 170 millions, continue Denis Teisseire. Un chiffre qui aurait été revu à la baisse depuis et qui pourrait tourner autour de 60 à 70 millions. Même à ce prix, le contribuable de l'agglomération aurait intérêt à la rupture du contrat en regard des 432 millions de sur-profit de la Lyonnaise. Ce n'est d'ailleurs pas la relation avec la Lyonnaise que nous aimerions voir s'arrêter mais ce contrat. Si la Lyonnaise reconnaissait ce déséquilibre de 432 millions, il serait possible de repartir sur de nouvelles bases avec elle », estime Denis Teisseire.
Comment le président Rousset, qui a déjà beaucoup fait dans ce dossier eau depuis un an, va-t-il mettre à profit cet activisme associatif à la veille de la renégociation CUB-Lyonnaise ? Luc Dirickx, le directeur de la Lyonnaise à Bordeaux, balaye d'un revers de main le chiffre de 432 millions d'euros. « M. du Fau de Lamothe est en retard d'une guerre. Ses chiffres sont risibles », estime-t-il.
Selon Luc Dirickx, la Lyonnaise est prête à réaliser 160 millions d'euros de travaux supplémentaires d'ici à la fin du contrat. Ce qui atteste de la marge de manoeuvre dont elle dispose. La Lyonnaise est également prête à baisser de 10 % sur le prix de l'eau pour les 50 premiers mètres cubes de la facture. Des propositions servant de base à la renégociation du contrat transmises au président Rousset le 8 août dernier.
Une proposition insuffisante, selon Trans'CUB. « Bravo pour l'investissement supplémentaire mais il reste encore 270 millions à rétrocéder à l'usager de l'eau. La baisse sur le prix de l'eau proposée par la Lyonnaise, soit 1,66 %, est très faible. Pour parvenir aux 270 millions qui manquent, la Lyonnaise devrait baisser immédiatement le prix de l'eau de 22 %. »

Mercredi 6 Septembre 2006
Mercredi 6 Septembre 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 2236 fois

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide