ACME
GUADELOUPE 1ère : Les avocats mettent les pieds dans l'eau 09/12/2017 ENQUÊTES POUR CORRUPTION: LAFARGE, AIRBUS, VEOLIA, HSBC... L'ÉTAU SE RESSERRE SUR LES ENTREPRISES FRANÇAISES 09/12/2017 LES CRAPULES DE LA RÉPUBLIQUE le 9ème livre (210 pages) de R Lenglet et JL Touly chez First 08/12/2017 Convocation ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE BI-ANNUELLE DE L'ACME-EAU POUR LE 19/12/17 08/12/2017 Affaire du SIAAP Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne épure l'eau de près de 9 millions de franciliens depuis 1970 06/12/2017 Marianne 5 décembre : SIAAP (Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne) : Soupçons de favoritisme autour d'un marché des eaux usées attribué à Veolia 05/12/2017 Suez, Dijon et son président PS proche de Macron François Rebsamen une histoire touchante mais pour qui ? 02/12/2017 EAU ET ASSAINISSEMENT : RÉPONSE MINISTÉRIELLE CONTRADICTOIRE AVEC LES ANNONCES DU CONGRÈS DES MAIRES (30/11/2017) : S'agissant des communautés d'agglomération, ces deux compétences eau et assainissement restent optionnelles jusqu'au 1er janvier 2020 01/12/2017 Le Cercle Français de l'Eau véritable agence de lobbying des multinationales de l'eau ? 30/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe (France, Allemagne, Irlande, Portugal, Italie, Grèce) 26/11/2017 Thomas Joly président du Syndicat Intercommunal d'Assainissement de la Vallée de la Bièvre, vice président de Paris Saclay à l'eau et l'assainissement et maire de Verrières et Veolia dans Planet Veolia novembre distribué au congrès des maires de Fran 23/11/2017 Suez à Paris ! 23/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe (France, Allemagne, Irlande, Portugal, Italie et Grèce) documentaire grec de 58mn diffusé sur ARTE le 12 décembre 2017 à 23h25  23/11/2017 Comme chaque année au congrès de l'Association des Maires de France, Veolia invite le mercredi 22 novembre 1 500 maires à déjeuner et à écouter le PDG de Veolia dans une salle privatisée à la Porte de Versailles à Paris 22/11/2017 Rapport Suez 2016 assainissement Wissous : expresses réserves quant à la sincérité, l'exactitude et la complétude du contenu de ce rapport annuel d'activité et recours à l'assistance d'experts technique, financier et juridique pour lever ces réserves 21/11/2017 Eau: Lège Cap-Ferret les usagers de la presqu'île ont-ils été lésés ? 17/11/2017 Ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay 22 novembre 20h30 à Orsay avec 55 questions 16/11/2017 Management décembre 2017 : lanceurs d'alerte 16/11/2017 Les guerres secrètes de l'eau en Europe 16/11/2017 Une start up dépose trois plaintes pénales visant Veolia 16/11/2017 La Dépêche 16 novembre : après 60 ans Exit Véolia, bienvenue Agur et bonjour les économies sur la facture d'eau 16/11/2017 André Santini, à la tête du Sedif, veut construire un "ring hydraulique" autour de la capitale Célia Blauel, pour Eau de Paris, défend le modèle de régie publique. Emmanuel Macron va devoir trancher 15/11/2017 Eau à Lège Cap Ferret 14/11/2017 Mag'Centre 13 novembre : la régie de l'eau de Blois créée le 1er janvier 2017 baisse le prix de l'eau 14/11/2017 samedi 25 novembre après midi à Vaux le Pénil près de Melun (77) STOP à l'évasion fiscale, à l'opacité de la gestion de l'eau et au CETA organisé par ATTAC 77 13/11/2017 Sortie le 30 novembre du livre "Les crapules de la République" de R Lenglet et JL Touly chez First 11/11/2017 Toulouse : Gestion publique de l'eau : création d'un collectif et lancement d'une pétition  Agur, après 60 ans de Veolia, nouveau délégataire pour l’assainissement collectif à Villeneuve-sur-Lot, Bias et Pujols 08/11/2017 7 novembre : Metz Métropole récupère la gestion publique de l’eau potable 07/11/2017 L'oeil du 20h du journal de France 2 du 6 novembre 2017 à Wissous : Suez, Veolia : des fournisseurs d'eau … pas très clairs 06/11/2017 Eau Secours 29 Quimper : création de la commission de contrôle (financier) des DSP 04/11/2017 L’UFC-Que choisir lance un “S eau S” 03/11/2017 Eau Ouest Essonne la régie de l'eau 02/11/2017 Pourquoi la Guadeloupe transporte-t-elle encore de l'eau dans un panier ?  Le Gouvernement interpellé sur la question de l'eau potable en Guadeloupe 01/11/2017 Guadeloupe 30 octobre : La gestion de l'eau en toute transparence 31/10/2017 UN VILLAGE DE L’HÉRAULT SAUVE SA RÉGIE PUBLIQUE DE L’EAU, EN DÉPIT DE LA LOI NOTRE, EN CRÉANT UNE SEM DONT LES HABITANTS SONT SOCIÉTAIRES ! 31/10/2017 Le poison de la mafia, la loi du silence un documentaire présenté le 24 octobre sur Arte 25/10/2017 Indonésie : La Cour suprême a scellé l'affaire de l'eau pour Jakarta 12/10/2017 FO Hebdo 11 octobre 2017 : Privatiser des services publics locaux serait enfin démodé ? : Le contrôle de la gestion de l’eau est de plus en plus repris par le secteur public au sein des municipalités 11/10/2017 Turin remunicipalise sa gestion de l'eau 09/10/2017 Merci la régie de l'eau de Fougères :  très peu de fuites avec un taux de rendement de 95 % et un prix un des moins chers du département d'Ile et Vilaine 09/10/2017
           
REVUE DE PRESSE

L'eau de la Mort

C’est l’eau qui a déclenché la crise au Darfour : selon la conférence du Réseau oecuménique de l’eau, les conflits pour l’eau, même limités, peuvent être meurtriers.



Au DARFOUR

Femmes réfugiées du Darfour au points d'eau
Femmes réfugiées du Darfour au points d'eau

Darfour en arabe, signifiant « maison des Four ») est une région de l'ouest du Soudan, dans le désert du Sahara. Elle est majoritairement peuplée par des populations musulmanes comme l'est du Soudan (sauf dans sa partie sud à majorité animiste). Administrativement, le Darfour se compose de plusieurs provinces : Gharb Darfour (capitale Al-Genaïna), Chamal Darfour (capitale Al Fachir) et Djanoub Darfour (capitale Nyala).

Cette région est depuis 2003 le théâtre de massacres de populations et d'une grave crise humanitaire.

La guerre civile au Darfour est un conflit armé localisé à l'ouest du Soudan. Les origines de ce conflit sont d'ordre politique, mais trouve aussi ses racines dans l'appropriation des ressources : pétrole, eau, terres, le tout sur fond de nettoyage ethnique.

Le conflit du Darfour a provoqué la plus importante crise humanitaire dans le monde aujourd’hui :

  • * plus de 200 000 morts, victimes d’attaques mais surtout de famine et de maladie ;
  • * 2 millions de déplacés ;
  • * 230 000 réfugiés au Tchad et en République centrafricaine.


Carte du Soudan
Carte du Soudan
Le Soudan sort à peine de la seconde Guerre civile soudanaise ; un conflit qui a duré une vingtaine d’années depuis 1983 entre les rebelles du sud et le gouvernement soudanais, et qui a déjà fait près de 2 millions de morts, dans l’ouest du Soudan, jusqu’au mont Elgon au Kenya, le manque d’eau des populations rurales est une des nouvelles principales causes de conflit sur le continent africain.

Peuplé par des populations musulmanes comme l'est du Soudan (sauf dans sa partie sud à majorité animiste), administrativement, le Darfour se compose de plusieurs provinces.

Près de deux millions de personnes déplacées sont plongées dans la souffrance et le désespoir. Les organisations au travail dans la région sont convaincues que ce sont des querelles à propos de l’eau et des pâturages qui ont tout déclenché.

« Tout a commencé lorsque les Janjawid se sont mis à brûler des villages avant de s’emparer des points d’eau », déclare Ismail Algazouli, ingénieur au SUDO (organisation soudanaise de développement social) qui, avec Norwegian Church Aid (NCA) et le Conseil des Eglises du Soudan, ainsi qu’avec l’aide d’ACT (Action commune des Eglises) et de Caritas Internationalis, apportent eau et éducation au Darfour.

Selon Ismail Algazouli, qui participait à la Conférence du Réseau œcuménique de l’eau (ROE) du 21 au 25 mai à Entebbe (Ouganda), ce conflit a été déclenché par des affrontements à propos de l’accès à l’eau et aux pâturages entre petites communautés de paysans africains et groupes d’éleveurs arabes. Ces groupes sont devenus de plus en plus nombreux et les affrontements se sont multipliés. Le tournant s’est produit en 2003 lorsque de puissants dirigeants des Janjawid ont demandé l’aide de leurs alliés du gouvernement, ce qui a donné à ce conflit une autre dimension.


Village au Darfour calciné
Village au Darfour calciné
« Les miliciens qui, pense-t-on, ont l’appui du gouvernement, chassaient les habitants. Une fois que ceux-ci avaient quitté leurs maisons, les Janjawid s’emparaient des points d’eau pour leur bétail », dit Ismail Algazouli. « Ils ont des millions de bêtes et il n’est pas facile de leur procurer de l’eau en quantité suffisante », explique-t-il.

Depuis près de trois ans, ces Janjawid - « les hommes à cheval » - se sont heurtés aux membres des communautés locales, ce qui a poussé des milliers de gens à chercher refuge dans les camps situés à la frontière entre le Soudan et le Tchad.

Des « petits conflits » de plus en plus nombreux

Bien qu’on puisse estimer que cela représente un cas isolé, les spécialistes, lors de cette conférence, ont signalé qu’on ne pouvait pas ignorer le danger de conflits du même type ailleurs. Des délégués d’Eglises travaillant à la base disent qu’ils craignent des conflits plus importants et que les affrontements mineurs vont en augmentant.

Il n’y a pas plus de huit mois, un violent conflit à propos de terres et de ressources s’est déclenché dans un projet d’implantation du nom de Chepyuk, dans la région du mont Elgon, au Kenya. « Il s’agissait de l’accès à la terre et à l’eau, qui diminue rapidement », explique le pasteur Maritim Rirei, coordinateur de programme de l’Eglise anglicane du Kenya, dans la région d’Eldoret.

Au cours de cette brève période, on estime à 60 000 le nombre de personnes déplacées, des centaines de maisons ont été détruites et 35 écoles fermées. Environ 200 personnes ont été tuées et 300 arrêtées lors de tentatives du gouvernement pour mettre un terme au conflit. « Cela signifie que les personnes appartenant à ces communautés déplacées n’auront plus d’accès à l’eau en quantité et en qualité suffisantes », dit Maritim Rirei.

En trente ans, la population a doublé dans la région, ce qui a pesé sur des ressources limitées. Au cours de la même période, les fleuves et les rivières de ce secteur ont vu leur volume diminuer, ce qui a amené par exemple un groupe appelé Soy à émigrer dans la montagne là où le terrain est plus fertile et où les sources sont encore pures. Entre 1965 et 1989, ce groupe a dû à deux reprises quitter la montagne sur ordre du gouvernement pour en abandonner les pentes aux Dorobo, une population de chasseurs-cueilleurs qui vit de miel et de fruits sauvages et qui élève un peu de bétail sur les landes de cette montagne.

« Tout le monde a voulu avoir des terres sur cette montagne, explique Maritim Rirei. Ce qui a tout déclenché, ce sont les sources abondantes, les terrains fertiles et de bonnes pluies. C’est une zone de captage d’eau qui dessert les populations de l’ouest du Kenya. »

Rirei ajoute qu’en raison des conséquences manifestement négatives pour les sources dans cette montagne, le gouvernement a commencé à transférer ailleurs les groupes qui y vivaient, ce qui a déclenché le conflit. Environ 1700 foyers ont été réinstallés, mais 5800 n’ont pas de terrain. Des jeunes appartenant aux communautés qui ont reçu des terres se sont regroupés pour constituer une milice appelée Saboat Land Defence Force, dont les actions violentes déstabilisent la région.

Selon le coordinateur du programme pour la paix, des femmes aussi bien que des enfants ont été attaqués alors qu’ils cherchaient de l’eau ou abreuvaient leurs bêtes à des sources ou à des puits, ce qui les a contraints à abandonner leurs maisons pour chercher refuge dans des églises et des écoles.

« Ceux qui se battent veulent rester dans les zones forestières et vont toujours plus haut dans la montagne, dit Maritim Rirei. On peut voir actuellement des maisons détruites recouvertes de végétation. Des éléphants se promènent là où il y avait autrefois des fermes. »

D’après lui, les Eglises ont la charge de protéger les sources et, en même temps, de réinstaller les personnes déplacées. « Nous sommes menacés de deux côtés. Il nous faut travailler de façon à protéger les zones de captage et, en même temps, venir en aide à ces gens » a-t-il dit aux participants à la conférence du ROE dans un exposé intitulé « Médiation des conflits à propos de l’eau et des ressources naturelles ».


Les eaux du Nil seront un sujet de conflit

Après avoir constaté les conséquences de ces conflits limités, les dirigeants d’Eglises et d’organisations apparentées s’inquiètent à propos des masses d’eau douce les plus importantes d’Afrique. On peut craindre, par exemple, que les eaux du Nil ne donnent naissance à un conflit régional, étant donné que divers pays tentent d’y pomper de l’eau ou de s’en servir pour créer des projets de développement. « Les eaux du Nil sont un sujet extrêmement délicat », dit Dawit Kebede, ingénieur travaillant avec NCA.

Il précise que, si dix pays d’Afrique se partagent les eaux du Nil, il semble que l’Egypte dispose de droits exclusifs sur cette énorme richesse. « Chaque fois qu’un pays envisage d’utiliser cette eau, la tension monte », et il explique qu’un accord datant de 1929, conclu entre la Grande-Bretagne et l’Egypte, prévoit que tout pays désireux d’utiliser ces eaux devra préalablement obtenir l’approbation de l’Egypte. Un autre accord a été signé en 1959 entre le Soudan et l’Egypte par lequel les deux pays se sont entendus pour se répartir les eaux.

Malgré les tensions de plus en plus fortes à propos des ressources en eau, les participants à la conférence ont insisté sur le fait qu’il est possible de parvenir à des solutions pacifiques des conflits présents et futurs au sujet de l’eau. On peut également considérer ces tensions comme des occasions de coopération pacifique et de solution commune des problèmes. Les dirigeants d’Eglises ont la conviction que les eaux du Nil elles-mêmes peuvent représenter un élément unificateur entre les pays riverains.

« N’oublions pas que l’eau a toujours relié et rapproché les peuples », a dit Danuta Sacher, responsable des orientations et des campagnes de Pain pour le monde (Allemagne). Dans une déclaration finale, les participants affirment que, pour le règlement des conflits, il est nécessaire de rechercher des solutions avec les populations concernées et que ces solutions doivent se fonder sur le respect réciproque du droit à l’eau de tous les intéressés. Beaucoup de choses vont dépendre, disent-ils, de la volonté des gouvernements d’agir ouvertement et loyalement à propos de ces questions, en donnant la priorité aux populations les plus pauvres et les plus vulnérables et en recherchant des moyens de coopération pacifique et de partage entre les Etats et au sein de chacun d’entre eux.

(*) Fredrick Nzwili est un journaliste indépendant du Kenya. Il est actuellement correspondant de l’agence de presse ENI (Nouvelles œcuméniques internationales) à Nairobi, capitale du Kenya.


Texte intégral de la déclaration de la conférence du ROE
Ecumenical Water Network - Réseau œcuménique de l’eau

Social bookmark
Darfour.


Le manque de financement des programmes d'aide pour l'eau contribuent à l'augmentation des cas de choléra. Article de Médecin sans Frontière

Pour bien comprendre le drame qui se trame au Darfour, un jeu de rôle cynique met en scène les risques encourus pour aller chercher de l'eau en fonction du personnage incarné... enfant femme homme ect... Cliquez ICI pour le découvrir
Le jeu

Mardi 19 Juin 2007
Mardi 19 Juin 2007
Par Fredrick Nzwili (*)
Lu 9481 fois

Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide