ACME
La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018 Nouvelles ponctions sur les finances des Agences de l'Eau 17/12/2018 Contrat de l’eau : une pétition pour faire gagner 120 millions d’euros à Bordeaux 13/12/2018 Toulouse 2020 : pas de multinationales dans mon eau ! 12/12/2018 Eau Secours 29. Dix ans de luttes contre les dérives de l’eau © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/au-secours-29-dix-ans-de-lutte-contre-les-derives-de-l-eau-10-12-2018-12157958.php#ut0wca5apLGyHeY2.99 11/12/2018 Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018
           
ON NOUS ECRIT

L'eau et l'assainissement: Des paradoxes et la réalité d'un désastre évitable

Y a assez d'eau pour tous (…) À un niveau mondial, l’eau douce abonde". Celles-ci comme d'autres expressions similaires sont reprises dans le dernier rapport de l'UNESCO : " L'Eau : une responsabilité partagée ", présenté lors du IV Forum Mondial sur l'eau, qui a été tenu ces derniers jours au Mexique et, spécialement, à l'occasion de la Journée Mondiale de l'Eau, célébrée chaque 22 mars. A première vue, le problème n’est pas clairement identifié.



S'il y a suffisamment d’eau, si, malgré la croissance exponentielle de la population, des ressources suffisent pour tous :

L'eau et l'assainissement: <font color='red'> Des paradoxes et la réalité d'un désastre évitable </font>
  • - Pourquoi 1.100 millions de personnes restent sans accès à un approvisionnement adéquat à l’eau ?
  • - Pourquoi ce chiffre s'élève-t-il à 2.600 millions de personnes interdits de l’usage aux installations basiques d'assainissement ?
  • - Pourquoi, plus de 1.000 millions personnes vivent-elles déjà sans accès au minime d'eau requis pour vivre ? (50 litres par habitant et par jour) ?

Ce chapelet de chiffres est interminable et chaque fois, il provoque des questions.

Un cycle qui se nourrit de lui- même
La relation de cette absence d'eau avec la pauvreté dans sa forme la plus extrême semble évident. C'est un cercle vicieux nourri par des maladies disparues au Nord et endémiques au Sud et par les désastres naturels. Selon l'UNESCO, 90 % des désastres dits naturels, sont relatifs à l'eau et leur nombre et leur fréquence vont en augmentation. Des sécheresses, des typhons, des orages tropicaux, des inondations … Deux personnes sur cinq vivent dans des zones vulnérables aux inondations aux élévations du niveau de la mer. Et la situation ne va cesser d'empirer.


L'eau et l'assainissement: <font color='red'> Des paradoxes et la réalité d'un désastre évitable </font>
Au moins, 1,7 millions de morts pourraient être évités, chaque année, si l'accès à l'eau était garanti de bonne qualité.
  • - Seulement en 2002, les maladies diarrhéiques et le paludisme ont causé 1,8 et 1,3 millions de morts respectivement. En majorité, des enfants de moins de cinq ans. Un Chiffre qui n’évolue pas, toujours aussi élevé. Les institutions internationales et les ONG assurent que la situation n'a pas amélioré ces dernières années. L'Organisation Mondiale de la Santé, en plus de l'eau potable, rappellent que le meilleur remède pour lutter contre la diarrhée et d'autres maladies similaires est de se laver les mains avant de manger. Se laver et manger, deux grands défis quotidiens pour des centaines de millions de personnes.

Selon la Banque mondiale, 40 % de la population de la planète vit dans la pauvreté. Si on superpose les cartes des zones les plus pauvres et celles qui relatent l’accès à l'eau le plus difficile, une symétrie parfaite est obtenue.

Engagés, afin de réaliser les quelques buts du Millénaire pour 2015, insuffisants, et maintenant, pratiquement impossibles, les organismes des Nations Unies offrent à découvrir des données concernant leurs accomplissement en relation avec l'eau. Pour l'eau, l’un des buts à atteindre propose de réduire de moitié le nombre de personnes qui ne disposent pas de l'accès aux systèmes d'assainissement. Si nous prenons en compte que plus de la moitié des personnes qui subissent ce manque d'accès à l’eau et à l’assainissement se trouve chez les deux géants démographiques(la Chine et l'Inde) dont la population, ne cesse de croître, alors effectivement, la solution apparaît soudain impossible.

Malgré l'optimisme des organisations de l'ONU, tous leurs rapports écartent l’idée que l'Afrique Sous saharienne, région oubliée, écrasée et déguenillée puisse s'acquitter, dans neuf ans, d’un de ces buts. La pauvreté, la sécheresse et le manque de possibilités incitent les plus pauvres à émigrer vers les grandes villes. Déjà 400 villes, dans le monde, atteignent plus d’un million d'habitants et les grandes cités comme Istanbul, Lagos, Sao Paulo, Pékin, Le Caire, le Mexico, etc.. dépassent déjà les 15 millions. Là, des millions de personnes s'entassent dans les lieux sans conditions minimales d’hygiène, en surexploitant largement les ressources existantes, tout en se déclarant victime des mêmes maux qu ‘elles fuyaient dans le milieu rural : pauvreté, maladie et misère ;


L'eau et l'assainissement: <font color='red'> Des paradoxes et la réalité d'un désastre évitable </font>
Un bon gouvernement comme moyen
Au moment d'aborder son rapport n° II : « le Développement des Ressources Hydriques dans le Monde », l'UNESCO pointe haut et fort les causes fondamentales de ce désastre :"la gestion déficiente, la corruption, le manque d'institutions adéquates, l'inertie bureaucratique, le déficit de nouvelles évolutions et le manque d'infrastructures " comme certains des problèmes essentiels. Aussi comme avec la carte « de la pauvreté », la carte « des dictatures » corrompues, inefficaces et liberticides, coïncide avec celle du « manque d'eau ». De plus, au Proche Orient et en Afrique du nord, la relation entre disponibilité en eau par capitale et le gouvernement est direct, et dans les deux cas, déficient.

Mais la responsabilité n'est pas portée à ces seules dictatures. Durant le Sommet du Développement durable de Johannesburg, en 2002, « le Plan dit d'Application » appelait les nations du monde à mettre en pratique avant 2006, des plans destinés à la gestion des ressources hydriques et à leur exploitation efficace. Actuellement, seulement 12 % de ces stratégies ont été élaborées. Le gaspillage répandu fait le reste.

Le temps presse
La consommation d'eau s'est multipliée par six au siècle dernier, le double de la croissance démographique. Selon la Banque mondiale, en 2030 la population aura besoin de 55 % de plus d'aliments pour survivre. Et voilà qu'il faut tenir en compte que 70 % de la consommation d'eau dans le monde est employée pour l’irrigation. La Banque mondiale pronostique que, pour 2035, autour de 3 milliards de personnes vivront dans des zones affectées par un grave manque d'eau, spécialement en Afrique, au Proche Orient ou dans en Asie Méridionale. Des problèmes si graves que l'approvisionnement en eau et l'assainissement ont sûrement une solution. De surcroît , elle peut être rentable. Selon une étude de la Banque mondiale, la rentabilité d'un programme de rénovation des latrines à Kaboul est située entre 1.800 et 4.100 dollars, si on prend en compte chaque mort par diarrhée évitée.

Un chiffre : la couverture de l’assainissement dans les pays en voie de développement est de 49 %, dans le monde développé, il est de 98 %. Les citadins des pays pauvres paient12 fois plus leur assainissement que ceux des pays riches.

Lundi 27 Mars 2006
Lundi 27 Mars 2006
Source : Fecha Publicación: 22/03/2006
Lu 2651 fois

Dans la même rubrique :
1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide