ACME

Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018
à la recherche d'articles
Inscription à la newsletter
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
Brèves
03/03/2018

Débat eau Lyon 9 mars 2018 19h

JEAN-LUC TOULY
A la recherche de la Re-municipalisation
           
LES COMITES

ACME – Maroc : L’Eau, Aux confluences de durabilité du développement économique et de l’équité sociale

Texte introductif à la rencontre publique organisée à Rabat le 26 novembre 2006 dans la perspective de la tenue de la première Assemblée générale d'ACME-Maroc.



ACME – Maroc : L’Eau, Aux confluences de durabilité du développement économique et de l’équité sociale
L’Eau, ressource naturelle, bien commun vital, est, désormais, une ressource rare dans de nombreuses régions à travers le monde. Rare, en ce sens qu’elle est très peu disponible, physiquement, dans certaines régions, et dans d’autres la multiplicité des demandes qui s’y adressent accroît les tensions, notamment économiques et politiques à propos de ses usages.

Cette rareté, de plus en plus affirmée, est l’une des conséquences les plus importantes de l’augmentation rapide de la population mondiale enregistrée, au cours des 50 dernières années, d’une croissance économique irrespectueuse des exigences environnementales, notamment en Amérique du Nord, dans certaines régions d’Europe, et plus récemment en Chine et en Inde, et de l’accentuation des pollutions qui ont rendu une grande partie des eaux de surface et souterraines, notamment dans les pays pauvres, impropres à la consommation.

Plus précisément, le manque – réel ou virtuel - d’eau et les difficultés d’y accéder ainsi qu’aux services d’assainissement qui s’y attachent, vont de pair avec la pauvreté et une situation politique marquée par l’absence de prise en compte des intérêts véritables de la communauté (nationale, locale) et par l’impossibilité d’exercer des contrôles crédibles sur les décisions relatives aux choix publics et sur l’affectation des ressources financières disponibles.

Aujourd’hui, à l’international, la situation de l’eau peut être résumée en 3 chiffres, alors même que certains des pays concernés les plus pauvres disposent de ressources potentielles en eau dépassant largement leurs besoins, ainsi:
- 1,5 milliard de personnes, pour la quasi-totalité dans des pays du tiers-monde, vivent sans accès à une eau potable saine
- 2,6 milliards de personnes vivent sans accès aux services d’assainissement
- 1,8 million d'enfants meurent annuellement, d'infections transmises par l'eau insalubre

Au Maroc, des données alarmantes doivent aujourd’hui être mises en avant, qui indiquent les menaces dont font les générations futures :

  • Situé dans une zone climatique, à fortes variations intra et interannuelles des précipitations, le Maroc est classés parmi les pays les plus menacés par les conséquences du réchauffement climatique. Mais, dores et déjà, les disponibilités en eau par habitant devraient y baisser de 970 m3 par an (en 2002) à 750 m3 en 2025.
  • Malgré cette marche vers la rareté, le Maroc ne parvient pas à gérer rationnellement les eaux dont il dispose. Ainsi, son agriculture, malgré sa faible contribution au Produit intérieur brut (moins de 15 %) absorbe plus de 80 % de ses eaux mobilisées. En outre, les gaspillages y sont d’un niveau très élevé, en effet, plus de 60 % des eaux agricoles sont perdues en raison des mauvaises pratiques d’irrigation et du manque d’entretien des conduites d’eau et autres équipements pertinents. Les pertes sont estimées, en raison de la vétusté des canalisations, à plus de 35 % des eaux à usage domestiques, notamment dans les grandes villes comme Rabat, Casablanca ou Fès.
  • Les eaux disponibles pour tous usages sont, en outre, menacées par une pollution de plus en plus préoccupante, d'origines diverses. Le rejet des eaux usées domestiques et industrielles dans le milieu naturel, sans traitements préalables, affecte la potabilité de l'eau dans certains bassins. Les défaillances en matière d'assainissement liquide sont très grandes. Sur les 500 millions de m³ d'eaux usées rejetées annuellement par les ménages en milieu urbain, plus du quart est tout simplement rejeté dans le réseau hydrographique ou épandu sur le sol. La même tendance est relevée dans le cas de l'assainissement solide. Ainsi sur les 10.800 tonnes de déchets ménagers produits chaque jour en milieu urbain, 2 % seulement des déchets collectés sont soit recyclés soit mis en décharge contrôlée. Le reste est déchargé dans la nature, contribuant fortement à la pollution des ressources en eau. Les périphéries de certaines de nos grandes (ou petites) villes présentent un paysage lunaire – insupportable à la vue et à l’odorat - à force de rejets à ciel ouvert de déchets et rebuts non traités.

D'une manière générale, on estime que les cours d'eau reçoivent directement environ 30 % de la pollution domestique et industrielle rejetée, alors que le sol et le sous-sol en reçoivent environ 27 %. Le Maroc est aujourd’hui classé parmi les pays d’Afrique (Maroc, Mali, Ethiopie, Tanzanie, Mozambique, Botswana et Afrique du Sud) où certaines pollutions liées à des Polluants organiques persistants (POP) sont les plus élevées du continent. Ces polluants affectant dangereusement la santé de la population à travers la contamination des eaux, des sols, de l’air et de la nourriture.
  • Dans ce cadre global peu reluisant, les autorités publiques, au niveau national et local, parlent d’assainissement sans rien réaliser de concret pour y parvenir, discourent à propos d’une gestion rationnelle des eaux agricoles, sans rien faire contre usages qui en sont faits par les grands propriétaires terriens et, surtout, soutiennent que l’accès du plus grand nombre à l’eau potable est un objectif social majeur, tout en augmentant la TVA – et donc le prix - appliquée à l’eau (et à l’électricité) et en autorisant les distributeurs de l’eau – dont les 3 plus importants sont à capitaux privés et étrangers – à agir comme bon leur semble en matière de tarification de l’eau livrée à la consommation des ménages.

C’est pour attirer l’attention des citoyens marocains et des responsables de tous niveaux sur tout cela, pour dire que les tendances antérieures quant aux usages de l’eau, à son partage entre différents utilisateurs et aux politiques appliquées en la matière ne sont pas soutenables, pour soutenir que la ‘’gestion déléguée’’ a été plus qu’une erreur, mais une faute politique, économique et social et pour avancer d’autres voies et moyens pour assurer la durabilité des eaux dont le Maroc dispose et en garantir un accès équitable à tous les Marocains que ACME – Maroc a été créée, avec les principaux objectifs suivants:

  • La reconnaissance juridique explicite locale et universelle du droit inaliénable de toute personne à l’eau et à l’assainissement.
  • La reconnaissance du statut de l’eau comme bien public universel.
  • L’adoption d’un cadre juridique consacrant la propriété publique de l’eau et sa non privatisation.
  • La prise d’initiatives citoyennes et le recours au processus démocratique particulièrement en matière de genre pour toutes les décisions touchant au domaine de l’eau. La protection de l’eau, en particulier de l’eau potable, et la revitalisation des ressources aquatiques
.
  • L’usage durable de l’eau notamment par la lutte pour l’économie de l’eau et contre toutes les pollutions et tous les gaspillages qui l’affectent et ce dans tous les domaines: agriculture, industrie, tourisme, services, loisirs, etc…
  • La promotion de projets éducatifs et pédagogiques ainsi que d’actions de sensibilisation des enfants et des jeunes aux questions relatives au droit et à la gestion de l’eau.

  • La promotion de la solidarité Nord Sud et du partenariat entre les collectivités et services publics et entités communautaires locales pour le financement des projets d’accès à l’eau et d’assainissement en faveur des populations démunies .

Rabat, 15 novembre 2006



Vendredi 17 Novembre 2006
Vendredi 17 Novembre 2006
karim lahlou
Lu 77497 fois


Dans la même rubrique :

8 SECONDES - 10/11/2006

S-EAU-S
Le Blog de Marc Laimé, Journaliste et membre de l'association ACME
Association Agir Pour l'Environnement
Evelyne Gaillet Licenciée par DALKIA, VEOLIA Energie.
Les News
Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide