ACME
Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019
           
LOBBYING

LES PROBLEMES DE L'EAU EN AFRIQUE INTERESSERAIENT LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET LA FRANCE DIXIT MONSIEUR CHIRAC ?

- Chirac appelle à la mobilisation pour l'accès à l'eau en Afrique
AFP 01.04.05 | 11h01

Article de M.Camdessus et O. Kabbaj le 11 AVRIL



Le président Jacques Chirac a appelé vendredi la communauté internationale à se mobiliser pour financer l'accès à l'eau en Afrique d'un coût de 14milliards de dollars en dix ans, dans un message à une conférence

LES PROBLEMES DE L'EAU EN AFRIQUE INTERESSERAIENT LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET LA FRANCE  DIXIT MONSIEUR CHIRAC ?
La conférence de Paris marque la première étape d'une nouvelle mobilisation", a dit M. Chirac dans ce message lu par Michel Camdessus, ancien directeur général du FMI et représentant personnel pour l'Afrique du président français, à l'ouverture de cette conférence.


LES PROBLEMES DE L'EAU EN AFRIQUE INTERESSERAIENT LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET LA FRANCE  DIXIT MONSIEUR CHIRAC ?
Le chef de l'Etat a souligné que "la France prendra toute sa part à cette mobilisation. J'appelle solennellement aujourd'hui l'ensemble de la communauté internationale à se joindre à cet effort",a-t-il dit.

La Banque Africaine de Développement (BAD), qui organise la conférence, a lancé en mars 2004 une initiative en ce sens qui vise à permettre à 300 millions de personnes d'avoir accès à l'eau et à l'assainissement d'ici à 2015.

Le coût de ce programme a été estimé 14 milliards de dollars sur dix ans. Mais, pour M. Chirac, "l'inaction est non seulement un scandale moral mais encore une absurdité économique" car, selon lui, le coût de la situation actuelle en matière de santé, d'éducation et alimentaire s'élève à 22 milliards de dollars par an.


Programme de lutte et formation sur la méthode Sara/Phast : pour un meilleur accès des populations à l’eau potable

47% seulement de la population africaine a accès à l'eau potable, contre une moyenne mondiale de 71%.

LES PROBLEMES DE L'EAU EN AFRIQUE INTERESSERAIENT LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET LA FRANCE  DIXIT MONSIEUR CHIRAC ?
L'Afrique dispose de gigantesques ressources en eau, mais leur utilisation demeure extrêmement basse, l'agriculture, l'usage domestique et l'industrie n'utilisant annuellement que 3% des ressources du continent, selon la BAD. De ce fait, 47% seulement de la population africaine a accès à l'eau potable, contre une moyenne mondiale de 71%.

Article de Monsieur Camdessus pour le Monde du 11 AVRIL 05

LES PROBLEMES DE L'EAU EN AFRIQUE INTERESSERAIENT LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET LA FRANCE  DIXIT MONSIEUR CHIRAC ?
De l'eau potable pour les Africains

PAR OMAR KABBAJ ET MICHEL CAMDESSUS *
[11 avril 2005]


Le récent rapport des Nations unies intitulé le «Projet du millénaire» affirme que l'Afrique est à la traîne, dans la réalisation des objectifs de développement du millénaire. L'un des plus importants parmi ces objectifs vise à réduire de moitié, avant 2015, la proportion des personnes qui n'ont pas un accès durable à l'eau potable et aux services d'assainissement de base. Aujourd'hui, environ 300 millions de personnes en Afrique, soit plus du tiers de la population du continent, n'ont pas accès à l'eau potable, et 400 millions, soit près de 50%, aux services d'assainissement. L'insalubrité de l'eau et la précarité des services d'assainissement sont à l'origine de nombreuses maladies qui sévissent en Afrique. Autant de facteurs qui expliquent les taux de mortalité infantile alarmants. Dans la plupart des pays, les femmes et leurs filles consacrent souvent de longues heures à la recherche de l'eau. Elles doivent parcourir des kilomètres pour en trouver. Cette corvée constitue l'une des principales causes du faible taux de scolarisation des filles en milieu rural.


Le 1er avril, nous avons eu le privilège de présider conjointement une conférence internationale sur l'alimentation en eau et l'assainissement en Afrique, organisée par la Banque africaine de développement. Des ministres venus de la quasi-totalité des pays africains y côtoyaient les représentants d'organisations bilatérales et multilatérales d'aide tels que l'Unicef et la Banque mondiale, d'une part, et les ONG, d'autre part.


La conférence s'est achevée par l'adoption de la déclaration de Paris sur l'alimentation en eau et l'assainissement en zone rurale. La déclaration annonce une plate-forme commune d'action inspirée par la proposition de la Banque africaine de développement. Cette proposition, adoptée après des consultations intensives, poursuit l'objectif ambitieux de fournir l'accès à l'eau potable et à des services d'assainissement à 80% des foyers en Afrique rurale avant 2015. Elle en appelle au recours à une panoplie de technologies simples, adaptées aux conditions prévalant en milieu rural en Afrique. Son succès à long terme sera fonction de la participation des communautés locales, et des collectivités territoriales.


Le coût du programme est évalué à 14,2 milliards de dollars sur les 10 années à venir, soit quelque 1,4 milliard de dollars par an. Selon l'OMS, si rien n'est fait pour mettre en oeuvre ce programme, le coût des conséquences qui en découleraient, pour les pays africains et la communauté internationale, s'élèverait à environ 22 milliards de dollars par an, dans le seul secteur de la santé, soit 220 milliards de dollars sur les dix prochaines années. Ainsi, l'initiative permettra non seulement de réaliser d'importantes économies, mais elle se traduira également et surtout par d'immenses avantages sur le plan humain et social. En effet, l'accès à l'eau potable et aux services d'assainissement adéquats devrait améliorer considérablement la santé des populations, et en particulier celle des enfants et des femmes. En outre, il devrait accroître sensiblement le temps consacré aux activités productives, redonner à la femme sa dignité bafouée, augmenter les chances de scolarisation des filles et, de manière générale, réduire l'écart des revenus et la disparité de l'accès aux services sociaux entre les hommes et les femmes.


Que faire pour épargner à la déclaration de Paris le sort réservé à bien d'autres déclarations avant elle restées lettre morte ? Notre optimisme se fonde sur trois raisons.


Premièrement, toutes les parties concernées reconnaissent tant les bienfaits immédiats de l'accès à l'eau potable et à des services d'assainissement que son incidence bénéfique sur les actions que mènent les pays pour atteindre les autres objectifs de développement du millénaire. Nous pensons notamment à la réduction de moitié, avant 2015, du nombre de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté. Deuxièmement, les parties prenantes sont disposées à oeuvrer de concert à l'harmonisation de leurs politiques et de leurs programmes, afin que les ressources nationales et celles provenant des donateurs soient utilisées de manière rationnelle. Troisièmement, enfin, un volume considérable de ressources a déjà été mobilisé, dont près de 40% au titre de programmes en cours et 30% du coût total que le groupe de la Banque africaine de développement s'engage à financer sur ses propres ressources.


Lors de la conférence, nous avons été réconfortés par la détermination affirmée des gouvernements africains à jouer un rôle de chefs de file pour s'assurer du succès de l'initiative. Nous formons le voeu que la communauté internationale apportera sa pierre à la construction de cet édifice en accordant à l'eau et à l'assainissement en milieu rural la priorité qu'ils méritent. Aussi espérons-nous qu'elle fournira le reste des ressources, conformément à l'engagement auquel elle a souscrit d'augmenter l'aide au développement. Si le montant à couvrir est relativement négligeable pour la communauté internationale, moins de 500 millions de dollars par an pendant la prochaine décennie, l'amélioration de la condition humaine qui en résulterait pour l'Afrique rurale en vaudra bien la peine.


* Respectivement président de la Banque africaine de développement et ancien directeur du Fonds monétaire international, membre de la commission Blair pour l'Afrique, président du Panel mondial sur le financement des infrastructures de l'eau.

Lundi 11 Avril 2005
Vendredi 31 Mars 2006
AFP - JC OLIVA
Lu 7157 fois


1.Posté par Negre erick le 25/03/2009 15:04
Bonjour,
Nous sommes une société française qui concevons et fabriquons des unités de traitement de l'eau(captage, forage ou désalinisation) pour la rendre potable. cette unite autonome et contenue dans un containers de 8m3, operationnelle ds raccordemant. .

La caractéristique et avantage du concept:
-production d'eau potable.
-Irrigation
-recul des maladies liées à l'eau.
-autonomie du système.(solaire et Eolien)
-Simplicité de mise en Œuvre.
-Production d'eau (captage, forage, désalinisation) 1000l/h
-Coup d'entretien annuel réduit.
-Prix d'achat 70 000€< P< 100 000 € sortie usine.
-Retombées financières: possibilité de vente de l'eau potable en vrac ou en sachets de 1litre.
-Impact politique sur les populations bénéficiant de ce système (car mise en place et production opérationnelle quasi immédiate).

De plus nous avons également une unité autonome de production énergétique (30 maisons : éclairages, télé, frigo, congélateur)

M.NEGRE Erick
0033 6 25 48 50 26

Veuillez agréer mes respectueuses salutations



Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide