ACME
Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018
           
REVUE DE PRESSE

LExpansion : Veolia éconduit par Vinci perturbe les marchés

Le groupe de BTP rejette vigoureusement l'approche de l'ex-Vivendi Environnement. Les marchés s'interrogent sur les motivations de Veolia.



Veolia bat en retraite face à la réaction de Vinci et des marchés




Henri Proglio, le PDG de Veolia Environnement, a été contraint de renoncer à son projet de mariage avec Vinci trois jours à peine après avoir dévoilé ses intentions. Le titre Veolia a dévissé de 14,7 % la semaine dernière.


Nouvel échec cuisant pour Henri Proglio, le PDG de Veolia Environnement. Cinq mois après sa tentative avortée d'offensive sur Suez en collaboration avec l'italien Enel, Veolia a dû renoncer à son projet de mariage avec Vinci. Samedi matin, trois jours à peine après avoir confirmé son intérêt pour Vinci, Veolia a fait savoir qu'il renonçait au projet, considérant que les conditions n'étaient pas réunies pour sa mise en oeuvre, "au regard des positions prises par la direction de Vinci".

Publicité




Xavier Huillard, le directeur général de Vinci, était vent debout face à cette tentative de prise de contrôle du groupe de BTP, rendu vulnérable par l'éviction mouvementée de son ancien président Antoine Zacharias. Dès mercredi soir, Vinci avait sèchement rejeté les avances de Veolia. Or Xavier Huillard, qui avait le soutien du nouveau président de Vinci, Yves-Thibault de Silguy, pouvait parvenir à faire bloc autour de lui au sein du conseil d'administration. À la majorité de neuf administrateurs contre sept, le conseil de Vinci l'avait confirmé dans ses fonctions le 1er juin, poussant Antoine Zacharias à la démission. Les mêmes qui avaient voté hier en sa faveur étaient susceptibles de s'opposer aujourd'hui au projet Veolia.

Secteurs très différents. Au reste, dès jeudi après-midi, la réaction très négative des marchés avait commencé, semble-t-il, à faire vaciller la résolution de Veolia. Le titre du groupe de services à l'environnement a plongé de 7,97 % dès mercredi avant de céder à nouveau du terrain jeudi et vendredi. Au total, l'action accusait vendredi soir à la clôture un repli sur la semaine de 14,7 % à 36,82 euros. Dans ces conditions, la capitalisation boursière de Veolia étant revenue à 15 milliards d'euros alors que celle de Vinci est montée en parallèle à plus de 18 milliards, faire une offre attrayante devenait beaucoup plus difficile, d'autant que l'endettement de Veolia représente plus de deux fois ses fonds propres.

Sur le fond, l'opération envisagée semblait dépourvue de sens industriel à bon nombre d'analystes. Ses détracteurs faisaient valoir que les deux groupes opèrent sur des secteurs très différents (l'eau, la propreté, l'énergie et les transports pour Veolia, la construction et la gestion de concessions pour Vinci), mettant en oeuvre des savoir-faire bien distincts. Veolia avait bien tenté de mettre en avant des synergies (700 millions d'euros). Mais celles-ci, notait un banquier, n'avaient pas fait l'objet d'un examen contradictoire, ce qui en affaiblissait la portée. Le groupe de services à l'environnement donnait surtout le sentiment de vouloir mettre la main sur la machine à cash qu'est pour Vinci Autoroutes du Sud de la France, rachetées en décembre.

Le faux pas de Veolia ne risque-t-il pas de se retourner contre lui ? La démarche même d'Henri Proglio semble témoigner d'une certaine fébrilité, sans réel travail d'approche auprès des instances dirigeantes de Vinci. La révélation de ses intentions par la presse, la semaine dernière, aurait pris de court Veolia, l'empêchant de nouer un dialogue discret avec sa cible.

Croissance en hausse. Au-delà, la volte-face de Veolia amène à s'interroger sur ses perspectives de croissance, les possibilités d'étoffer son périmètre n'étant pas légion, d'après un banquier. Une autre source bancaire avance que le groupe va devoir renouveler d'ici deux à trois ans ses concessions d'eau en France. Samedi matin, Veolia a cherché à rassurer les marchés : au détour de son communiqué sur Vinci, l'entreprise indique qu'elle revoit à la hausse ses perspectives pour 2006, en tablant sur une croissance de son chiffre d'affaires supérieure à 10 % et sur une augmentation plus rapide de son résultat opérationnel.



Sophie Sanchez et Marie-Caroline Lopez

Approche qualifiée d'hostile

LExpansion : Veolia éconduit par Vinci perturbe les marchés
Faute d'avoir pu mener à bien pour des raisons politico-économiques son raid conjoint avec Enel sur Suez durant l'hiver, Veolia Environnement tente bel et bien désormais de s'attaquer à une autre proie, pourtant à peine moins digeste et de surcroît hors de son domaine de prédilection : Vinci. Seulement, le leader mondial du BTP, encore très secoué par l'affaire de l'éviction de son ex-PDG, Antoine Zacharias, se déclare opposé à toute fusion, fût-elle présentée comme « amicale » par Henri Proglio, le patron de Veolia. Car de l'avis de la nouvelle direction de Vinci, l'opération serait en effet ni dans l'intérêt de ses actionnaires, ni porteuse sur le plan industriel, quand bien même Veolia plaide pour la constitution du futur « numéro un mondial de l'environnement urbain et de l'aménagement du territoire » en mettant en exergue « la convergence des métiers et la complémentarité des savoir-faire ». De sorte qu'in fine l'approche a été qualifiée « d'hostile » jeudi matin. Ce que Veolia a aussitôt « déploré ».

Après ce premier tour de piste où chacun des deux protagonistes a pu dévoiler une partie de son jeu, Veolia se retrouve en fait confronté à trois possibilités : primo, abandonner purement et simplement faute d'avoir obtenu l'accord de sa proie ; secundo, lancer malgré tout une offre inamicale ; tertio, se montrer plus persuasif en revalorisant sa proposition. Du côté des marchés, on semble s'orienter pour l'instant vers la première option. « Parce que pour une firme qui présente un mix industriel construction/concessions (autoroutes, parking…) comme c'est le cas pour Vinci), il ne saurait y avoir d'OPA/OPE inamicale. Ce serait trop risqué. Dans ces conditions, son refus sonne comme une fin de non recevoir définitive. Il n'y a aucune ouverture possible», confie un spécialiste parisien de la valeur. A Paris, l'action Vinci glissait de 3,5% jeudi après avoir bondi de 8,2% la veille. Le titre Veolia perdait encore 1,6% après ses 8% d'hier.

Maintenant, Henri Proglio et son staff auront-ils les moyens de leurs ambitions, lesquelles finalement visent à reformer ni plus ni moins feu la Générale des Eaux (Nexity mis à part), puisque Vinci n'est autre qu'une émanation de cet ancien conglomérat ? Pourront-ils former à prix raisonnable un leader mondial doté de 47 milliards d'euros de chiffre d'affaires et de 34 milliards de capitalisation boursière, sachant que l'ex-Vivendi Environnement est déjà plombé par une dette de 14 milliards ? Rien n'est moins sûr… Ceci étant, l'offensive avortée de Veolia jette à nouveau une lumière crue sur la faiblesse structurelle du capital de Vinci, dont le flottant se monte à près de 90%. Ce qui le rend par conséquent à la merci d'un éventuel poids-lourd étranger, bien que les Abertis et autres Ferrovial soient déjà bien accaparés, l'un par l'italien Autostrade et l'autre par le britannique BAA.

Jeudi 22 Juin 2006
Vendredi 23 Juin 2006
Lu 2076 fois

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide