ACME
France Inter samedi 17 février 2018 13h40 Marché de l'eau : quand la gestion privée dérape : interview Thierry Gadault auteur de Plongée en eau trouble (sortie le 22 février) 17/02/2018 La filiale de Veolia au Gabon doit fermer boutique 17/02/2018 Le Canard Enchaîné 15 février 2018 : le SIAAP une agence de voyage pour élus 14/02/2018 LES BELLES DÉPENSES DE VOYAGE D'ÉLUS FRANCILIENS CHARGÉS DE LA GESTION DE L'EAU 13/02/2018 Libération : Faouzi Lamdaoui, un proche de Hollande promu chez Veolia 11/02/2018 Veolia, partenaire de l'école de rugby des lionceaux de Sainte Colombe par l'intermédiaire du juste prix de l'eau 10/02/2018 France 5 la quotidienne jeudi 8 février 12h15-12h45 : Le prix de l'eau avec Olivier Andrault UFC Que Choisir et Jean Luc Touly 08/02/2018 Plongée en eau trouble de Thierry Gadault chez Michalon sortie le 22 février 2018 08/02/2018 Canal+ L'info du vrai 5 février (30mn) animée par Yves Calvi avec Marc Laimé : Inondations : le prix de l'eau 05/02/2018 Marianne E Levy 27 janvier 2018 : Ile de France : les communistes en eaux troubles 03/02/2018 Une cinquantaine de pays dans le monde avec moins de 50% d'accès à l'eau potable 19/01/2018 Inondations, l'aquataxe de 40 euros va-t-elle devenir obligatoire ? 18/01/2018 Soupçons de corruption en Roumanie : le siège de Veolia perquisitionné 15/01/2018 ARCEAU : Gestion de l'eau potable à Lège - Cap Ferret 14/01/2018 Une proposition de loi pour assouplir le transfert des compétences eau et assainissement : quid à Paris Saclay ? 13/01/2018 Voeux 2018 FO Veolia Eau 11/01/2018 La vérité sur le mystérieux Alexandre Djouhri (Veolia, Dassault, Airbus, Libye, présidence de la République française,...) Veolia : Obadia et Djouhri au secours de Frérot et sans parler des autres affaires sulfureuses de Veolia en Roumanie, au Luxemb 11/01/2018 Le dossier de l'eau en Guadeloupe, un scandale 10/01/2018 Forum des lanceurs d'alerte 25 janvier 2018 à Marseille 09/01/2018 Capital 29 décembre 2017 : LANCEURS D'ALERTES : COMMENT ILS ONT OSÉ SACRIFIER LEUR CARRIÈRE 30/12/2017 La journaliste Christine Kelly s'engage pour l'accès à l'eau potable en Guadeloupe et organise une distribution d'eau minérale demain à Pointe-à-Pitre : depuis 3 ans avec les comités d'usagers locaux et Eli Domota nous nous battons sur cette question 23/12/2017 En 2018, huit communes de Metz-Métropole intégreront une régie publique commune d’eau. Pour Montigny et ses voisines, elle remplacera la Saur. L’idée est d’avoir un meilleur service pour moins cher 23/12/2017 Extrait du compte rendu de l'AG ordinaire de l'ACME-France du 19 décembre 2017 22/12/2017 Tous nos voeux pour 2018 22/12/2017 21 décembre 2017 : Accord au Parlement sur la proposition de loi assouplissant la Gemapi : L'entrée en vigueur de nouvelles compétences Gemapi, initialement prévue au 1er janvier 2016, avait été repoussée au 1er janvier 2018. Comme prévu dans le text 21/12/2017 SEDIF Syndicat des Eaux d'Ile de France (président des 150 communes depuis 1923 A Santini) et son délégataire Veolia depuis 1923 21/12/2017 Mucem de Marseille 25 janvier 2018 : La nuit des idées FORUM DES LANCEURS D'ALERTE 20/12/2017 Les eaux de France toujours plus polluées 18/12/2017 LOI NÔTRE Le transfert des compétences eau et assainissement reporté jusqu’en 2026 15/12/2017 Ordre du jour non communiqué sur le site de Paris Saclay du conseil communautaire de Paris Saclay du 20 décembre 20h30 à Orsay avec 67 questions et plus de 1 500 pages à lire (un simulacre de démocratie) et cet ordre du jour nous a été communiqué par 14/12/2017 ARTE mardi 12 décembre à 23h25 Jusqu'à la dernière goutte "Les guerres secrètes de l'eau en Europe" réalisé par : Yorgos Avgeropoulos 12/12/2017 GUADELOUPE 1ère : Les avocats mettent les pieds dans l'eau 09/12/2017 ENQUÊTES POUR CORRUPTION: LAFARGE, AIRBUS, VEOLIA, HSBC... L'ÉTAU SE RESSERRE SUR LES ENTREPRISES FRANÇAISES 09/12/2017 LES CRAPULES DE LA RÉPUBLIQUE le 9ème livre (210 pages) de R Lenglet et JL Touly chez First 08/12/2017 Convocation ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE BI-ANNUELLE DE L'ACME-EAU POUR LE 19/12/17 08/12/2017 Affaire du SIAAP Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne épure l'eau de près de 9 millions de franciliens depuis 1970 06/12/2017 Marianne 5 décembre : SIAAP (Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne) : Soupçons de favoritisme autour d'un marché des eaux usées attribué à Veolia 05/12/2017 Suez, Dijon et son président PS proche de Macron François Rebsamen une histoire touchante mais pour qui ? 02/12/2017 EAU ET ASSAINISSEMENT : RÉPONSE MINISTÉRIELLE CONTRADICTOIRE AVEC LES ANNONCES DU CONGRÈS DES MAIRES (30/11/2017) : S'agissant des communautés d'agglomération, ces deux compétences eau et assainissement restent optionnelles jusqu'au 1er janvier 2020 01/12/2017 Le Cercle Français de l'Eau véritable agence de lobbying des multinationales de l'eau ? 30/11/2017
           
REVUE DE PRESSE

LExpansion : Veolia éconduit par Vinci perturbe les marchés

Le groupe de BTP rejette vigoureusement l'approche de l'ex-Vivendi Environnement. Les marchés s'interrogent sur les motivations de Veolia.



Veolia bat en retraite face à la réaction de Vinci et des marchés




Henri Proglio, le PDG de Veolia Environnement, a été contraint de renoncer à son projet de mariage avec Vinci trois jours à peine après avoir dévoilé ses intentions. Le titre Veolia a dévissé de 14,7 % la semaine dernière.


Nouvel échec cuisant pour Henri Proglio, le PDG de Veolia Environnement. Cinq mois après sa tentative avortée d'offensive sur Suez en collaboration avec l'italien Enel, Veolia a dû renoncer à son projet de mariage avec Vinci. Samedi matin, trois jours à peine après avoir confirmé son intérêt pour Vinci, Veolia a fait savoir qu'il renonçait au projet, considérant que les conditions n'étaient pas réunies pour sa mise en oeuvre, "au regard des positions prises par la direction de Vinci".

Publicité




Xavier Huillard, le directeur général de Vinci, était vent debout face à cette tentative de prise de contrôle du groupe de BTP, rendu vulnérable par l'éviction mouvementée de son ancien président Antoine Zacharias. Dès mercredi soir, Vinci avait sèchement rejeté les avances de Veolia. Or Xavier Huillard, qui avait le soutien du nouveau président de Vinci, Yves-Thibault de Silguy, pouvait parvenir à faire bloc autour de lui au sein du conseil d'administration. À la majorité de neuf administrateurs contre sept, le conseil de Vinci l'avait confirmé dans ses fonctions le 1er juin, poussant Antoine Zacharias à la démission. Les mêmes qui avaient voté hier en sa faveur étaient susceptibles de s'opposer aujourd'hui au projet Veolia.

Secteurs très différents. Au reste, dès jeudi après-midi, la réaction très négative des marchés avait commencé, semble-t-il, à faire vaciller la résolution de Veolia. Le titre du groupe de services à l'environnement a plongé de 7,97 % dès mercredi avant de céder à nouveau du terrain jeudi et vendredi. Au total, l'action accusait vendredi soir à la clôture un repli sur la semaine de 14,7 % à 36,82 euros. Dans ces conditions, la capitalisation boursière de Veolia étant revenue à 15 milliards d'euros alors que celle de Vinci est montée en parallèle à plus de 18 milliards, faire une offre attrayante devenait beaucoup plus difficile, d'autant que l'endettement de Veolia représente plus de deux fois ses fonds propres.

Sur le fond, l'opération envisagée semblait dépourvue de sens industriel à bon nombre d'analystes. Ses détracteurs faisaient valoir que les deux groupes opèrent sur des secteurs très différents (l'eau, la propreté, l'énergie et les transports pour Veolia, la construction et la gestion de concessions pour Vinci), mettant en oeuvre des savoir-faire bien distincts. Veolia avait bien tenté de mettre en avant des synergies (700 millions d'euros). Mais celles-ci, notait un banquier, n'avaient pas fait l'objet d'un examen contradictoire, ce qui en affaiblissait la portée. Le groupe de services à l'environnement donnait surtout le sentiment de vouloir mettre la main sur la machine à cash qu'est pour Vinci Autoroutes du Sud de la France, rachetées en décembre.

Le faux pas de Veolia ne risque-t-il pas de se retourner contre lui ? La démarche même d'Henri Proglio semble témoigner d'une certaine fébrilité, sans réel travail d'approche auprès des instances dirigeantes de Vinci. La révélation de ses intentions par la presse, la semaine dernière, aurait pris de court Veolia, l'empêchant de nouer un dialogue discret avec sa cible.

Croissance en hausse. Au-delà, la volte-face de Veolia amène à s'interroger sur ses perspectives de croissance, les possibilités d'étoffer son périmètre n'étant pas légion, d'après un banquier. Une autre source bancaire avance que le groupe va devoir renouveler d'ici deux à trois ans ses concessions d'eau en France. Samedi matin, Veolia a cherché à rassurer les marchés : au détour de son communiqué sur Vinci, l'entreprise indique qu'elle revoit à la hausse ses perspectives pour 2006, en tablant sur une croissance de son chiffre d'affaires supérieure à 10 % et sur une augmentation plus rapide de son résultat opérationnel.



Sophie Sanchez et Marie-Caroline Lopez

Approche qualifiée d'hostile

LExpansion : Veolia éconduit par Vinci perturbe les marchés
Faute d'avoir pu mener à bien pour des raisons politico-économiques son raid conjoint avec Enel sur Suez durant l'hiver, Veolia Environnement tente bel et bien désormais de s'attaquer à une autre proie, pourtant à peine moins digeste et de surcroît hors de son domaine de prédilection : Vinci. Seulement, le leader mondial du BTP, encore très secoué par l'affaire de l'éviction de son ex-PDG, Antoine Zacharias, se déclare opposé à toute fusion, fût-elle présentée comme « amicale » par Henri Proglio, le patron de Veolia. Car de l'avis de la nouvelle direction de Vinci, l'opération serait en effet ni dans l'intérêt de ses actionnaires, ni porteuse sur le plan industriel, quand bien même Veolia plaide pour la constitution du futur « numéro un mondial de l'environnement urbain et de l'aménagement du territoire » en mettant en exergue « la convergence des métiers et la complémentarité des savoir-faire ». De sorte qu'in fine l'approche a été qualifiée « d'hostile » jeudi matin. Ce que Veolia a aussitôt « déploré ».

Après ce premier tour de piste où chacun des deux protagonistes a pu dévoiler une partie de son jeu, Veolia se retrouve en fait confronté à trois possibilités : primo, abandonner purement et simplement faute d'avoir obtenu l'accord de sa proie ; secundo, lancer malgré tout une offre inamicale ; tertio, se montrer plus persuasif en revalorisant sa proposition. Du côté des marchés, on semble s'orienter pour l'instant vers la première option. « Parce que pour une firme qui présente un mix industriel construction/concessions (autoroutes, parking…) comme c'est le cas pour Vinci), il ne saurait y avoir d'OPA/OPE inamicale. Ce serait trop risqué. Dans ces conditions, son refus sonne comme une fin de non recevoir définitive. Il n'y a aucune ouverture possible», confie un spécialiste parisien de la valeur. A Paris, l'action Vinci glissait de 3,5% jeudi après avoir bondi de 8,2% la veille. Le titre Veolia perdait encore 1,6% après ses 8% d'hier.

Maintenant, Henri Proglio et son staff auront-ils les moyens de leurs ambitions, lesquelles finalement visent à reformer ni plus ni moins feu la Générale des Eaux (Nexity mis à part), puisque Vinci n'est autre qu'une émanation de cet ancien conglomérat ? Pourront-ils former à prix raisonnable un leader mondial doté de 47 milliards d'euros de chiffre d'affaires et de 34 milliards de capitalisation boursière, sachant que l'ex-Vivendi Environnement est déjà plombé par une dette de 14 milliards ? Rien n'est moins sûr… Ceci étant, l'offensive avortée de Veolia jette à nouveau une lumière crue sur la faiblesse structurelle du capital de Vinci, dont le flottant se monte à près de 90%. Ce qui le rend par conséquent à la merci d'un éventuel poids-lourd étranger, bien que les Abertis et autres Ferrovial soient déjà bien accaparés, l'un par l'italien Autostrade et l'autre par le britannique BAA.

Jeudi 22 Juin 2006
Vendredi 23 Juin 2006
Lu 2044 fois

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide