ACME
22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018
           
REVUE DE PRESSE

La fonte des glaciers du mont Kenya et du Kilimandjaro impose la prise de mesures immédiates

"Quand j'étais enfant, l'eau de la rivière était si claire qu'on pouvait voir les pierres de son lit. Rien n'était aussi facile que de pêcher des truites, et nous pouvions voir notre reflet dans l'eau", déclare le professeur Jesse Mugambi, membre du groupe de travail du Conseil œcuménique des Eglises (COE) sur les changements climatiques. "Mais ensuite, nous avons commencé à cultiver le café et le thé. D'abord, les rivières ont été polluées par l'érosion, puis c'est l'eau qui a disparu."



le Kilimandjaro, vue satellite
le Kilimandjaro, vue satellite
Jesse Mugambi, qui enseigne la religion et la philosophie à l'Université de Nairobi et joue un rôle éminent dans les discussions sur l'évolution du climat, se réfère ici au mont Kenya, qui a perdu la plus grande partie de ses glaciers à cause du réchauffement. Maintenant, de septembre à mars, les rivières naguère alimentées par la fonte des neiges sont à sec. "C'est dire à quel point le problème est grave", déclare-t-il.

Le professeur Mugambi a présenté un exposé sur "Les conséquences des changements climatiques sur l'accès à l'eau potable" lors d'une conférence sur l'eau, organisée sous l'égide des Eglises du 21 au 25 mai à Entebbe, Ouganda. Sur les rives du lac Victoria, le plus vaste d'Afrique, près de 70 participants venus de 25 pays, dont des responsables d'Eglises, des théologiens, des experts dans le domaine de l'eau et des coordinateurs de projets, ont discuté du rôle des Eglises face à la crise de l'eau en Afrique.

La conférence était organisée par le Réseau œcuménique de l'eau (ROE), avec la collaboration du Conseil chrétien mixte d'Ouganda, de la Conférence des Eglises de toute l'Afrique (CETA) et de l'Association de coopération et de recherche pour le développement (ACORD) basée en Ouganda. Le ROE est dû à l'initiative d'Eglises, d'organisations et de mouvements chrétiens qui affirment que l'eau est un droit humain et défendent le droit de chacun à y avoir accès, grâce à des initiatives communautaires dans le monde entier.

La conférence portait essentiellement sur l'approvisionnement en eau et l'accès à celle-ci dans les régions rurales de l'Afrique, sur les initiatives communautaires dans ce domaine, sur le droit à l'accès à l'eau, ainsi que sur les facteurs sociaux, politiques et économiques en rapport avec ces problèmes. On peut lire dans les documents de la conférence qu'en Afrique sub-saharienne, l'approvisionnement en eau potable salubre de plus de 300 millions de personnes n'est pas assuré en quantité suffisante. Sur les 28 millions d'habitants de l'Ouganda, par exemple, 32% n'ont pas accès à l'eau salubre.

En ouvrant la conférence le 21 mai, Madame Miria Mutagamba, ministre ougandaise de l'Eau et de l'Environnement, a vivement engagé les Eglises à former les habitants de l'Afrique à la gestion de l'eau. "C'est votre devoir", a-t-elle déclaré, "vous êtes présents dans les communautés, elles vous écoutent. Je vous en prie, aidez nos communautés à comprendre le bon usage de l'eau."

En plus d'exposés relatant des expériences communautaires et mettant en évidence les bonnes pratiques, les participants ont entendu les avertissements d'experts concernant la fonte des glaciers et des neiges sur les deux plus hautes montagnes d'Afrique orientale, le mont Kenya et le Kilimandjaro.

Ces neiges et ces glaciers alimentent les rivières qui coulent sur les flancs des montagnes, mais du fait de leur fonte, voire de leur disparition, les riverains n'ont plus suffisamment d'eau pour l'usage domestique ou agricole. De tels cas commencent déjà à se produire et la survie des communautés se trouve menacée à cause de la pénurie d'eau. Des luttes s’engagent pour l'eau, les pâturages et les terres arables.

La disparition de la glace sur ces deux sommets provient de l'élévation des températures due aux activités humaines. Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), créé sous les auspices des Nations Unies, l'effet de serre se traduira par une augmentation des températures de 1,4 à 5,8°C d'ici à la fin de ce siècle, ce qui occasionnera environ 20% de la pénurie d'eau à l'échelle mondiale.

"Si, à la suite de nos actions, nous provoquons la diminution des précipitations sur le mont Kenya et le Kilimandjaro, nous allons pratiquement unir le Sahel - au sud du Sahara - et le Kalahari - en Afrique australe", explique le professeur Mugambi. "L'industrialisation des pays développés s'est faite au détriment de l'écologie, et la majorité des victimes ne sont pas responsables du réchauffement de la planète."

Seth Kitange, co-secrétaire à l'approvisionnement en eau du district de Hai, projet soutenu par l'Eglise évangélique luthérienne de Tanzanie (ELCT), explique que la fonte des neiges du Kilimandjaro n'est pas un mystère: "Elle a pour résultat que les systèmes traditionnels d'irrigation par canaux, qui existaient déjà avant la colonisation, ne sont plus alimentés en eau, ce qui affecte les moyens d'existence des habitants."

Les pentes du Kilimandjaro, sur lesquelles vivent un demi-million d'habitants, dont beaucoup de luthériens, souffrent également du déboisement. Comme l'explique Seth Kitange, ces gens n'ont pas fait fondre la glace, mais ils ont abattu la plupart des arbres pour obtenir du bois de construction et du combustible sans en planter de nouveaux, d'où l'érosion. "Lorsque la couverture boisée des terres disparaît, l'économie souffre, les gens souffrent, et l'Eglise souffre également, parce que l'Eglise, ce sont les gens."

Tous ceux qui espèrent revoir les sommets complètement recouverts par la neige devront attendre des décennies, même si on prend dès maintenant des mesures pour sauver les glaciers. Au cours de cette période, explique le professeur Mugambi, on pourrait assister en Afrique orientale aux premières migrations causées par le climat. "Voilà pourquoi nous devons agir dès maintenant. Le meilleur exemple que nous puissions prendre est celui d'un arbre: il faut 50 ans pour qu'il atteigne sa maturité, mais 5 minutes pour l'abattre. Il a fallu des millénaires pour que les glaciers se forment sur les montagnes, et une cinquantaine d'années pour les faire disparaître."

Dans la région du mont Kenya, des communautés chrétiennes unissent leurs forces pour ériger de petits barrages sur les torrents et les rivières qui dévalent les pentes de la montagne. Elles espèrent ainsi améliorer les conditions de vie des habitants et encourager la production agricole.

Au Kilimandjaro, l'ELCT a mis sur pied une grande campagne de reboisement qui encourage les enfants arrivés à l'âge de la confirmation à planter pas moins de 10 arbres et à s'en occuper pendant deux ans. Elle mène aussi des campagnes de conscientisation sur la disparition de la couverture boisée.

"A diverses époques de l'histoire de l'Afrique - esclavage, colonialisme, apartheid en Afrique du Sud", déclare le professeur Mugambi, "l'Eglise du Christ s'est trouvée aux côtés de ceux qui souffraient et étaient exploités. Maintenant, son rôle consiste à venir en aide à ceux qui sont victimes de la pénurie d'eau."

(*) Frederick Nzwili est un journaliste indépendant du Kenya. Il est actuellement correspondant de l'agence de presse ENI (Nouvelles œcuméniques internationales) à Nairobi, capitale du Kenya.

Dimanche 3 Juin 2007
Dimanche 3 Juin 2007
Frederick Nzwili
Lu 4306 fois


1.Posté par Jean-Marc Hauth le 06/06/2007 12:58
Quand est-ce qu'on commencera à parler de la gestion globale de l'eau au lieu de pallabrer sur les conséquences des actions nuisible sur l'eau?

Association des biefs du Pilat

JM hauth


Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide