ACME
Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018 Quimper Affaire de l’eau. Un des agents suspendus réintégré 06/12/2018 Réunion publique sur la gestion de l'eau à Quimper le 14 décembre 2018 05/12/2018 Loic Fauchon élu à nouveau président du Conseil Mondial de l'Eau 05/12/2018 L'oeil du 20h de France 2 du 6 novembre sur Wissous 02/12/2018 QUESTIONS liées au point 25 (1 508 pages) de l'ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay du 28 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique sur l'eau à Avignon le 29 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique du 14 décembre sur la gestion de l'eau à Quimper 27/11/2018 Article n°Délibération du 26.11.2018 de prise d'acte de non transmission par le délégataire Suez de son Rapport Annuel d'activité 2017 à la ville de Wissous détentrice de la compétence assainissement depuis le 1.01.2016 et ses conséquences en mat4685 27/11/2018 Toulouse : comment Veolia et Suez ont gagné la bataille du marché de l’eau 27/11/2018 Le Conseil mondial de l’eau assigné devant le tribunal par des associations indiennes 26/11/2018 Nice : Eau : cinq communes rejoindront la régie en 2020 26/11/2018 Véolia Eau au rapport : Plus de 6 000 € de pénalités ont été appliquées pour le retard dans la transmission du rapport, le non-respect du nombre d’heures d’insertion à réaliser, des profits financiers ne correspondant pas aux comptes prévisionnels du 24/11/2018 Toulouse Métropole : Eau : le collectif manifeste et demande le report du vote 23/11/2018 Le Parlement espagnol ouvre le robinet de la remunicipalisation de l'eau 22/11/2018 Lettre A : Remous en vue à Toulouse Métropole après la "sélection" du duo Suez/Veolia 22/11/2018 Intervention de JL Touly ( 2h59mn50 à 3h2mn) au Congrès de l'Association des Maires de France lors du FORUM : La gestion patrimoniale de l'eau et de l'assainissement (Salle 300) 21/11/2018 : 09h30 à 12h30 en présence de J Launay président LREM du Com 22/11/2018 Veolia invite à déjeuner plus de 1 000 maires dans le congrès de l'Association des Maires de France ce 21 novembre 2018 et à entendre son PDG et sans parler d'un stand luxueux offrant champagne et petits fours pendant 3 jours imputés sur les factures 21/11/2018 Salon 2018 du livre des lanceurs d'alerte 19/11/2018 M Moudenc président de Toulouse Métropole un vrai père noel !!! 17/11/2018 Café citoyen sur la gestion de l’eau 14 novembre à 19h30 50 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-Maurice 13/11/2018 Arménie : Une amende de 20 millions drams à payer par la compagnie « Véolia Djur » 11/11/2018 Sénégal -SDE: l’attribution provisoire à Suez suspendue  la bataille pour la distribution de l'eau n'est pas terminée 10/11/2018 SIAAP : RÉSILIATION D’UN MARCHÉ IRRÉGULIER 07/11/2018 La gestion directe fait baisser la facture d’eau à Lesparre Médoc 07/11/2018 Guadeloupe : Mobilisation du collectif d'usagers et des salariés de l'eau 8 novembre 2018 7h devant la Générale des Eaux Veolia 06/11/2018 L'ECHIQUIER MONDIAL. Eau : l'or du XXIe siècle ? 02/11/2018 Gestion de l’eau à Toulouse : une élue qui dérange 02/11/2018 Journal de 20h de France 2 du 1er novembre 2018 01/11/2018 MOBILISATION DES USAGERS ET TRAVAILLEURS DE L'EAU DE GUADELOUPE DU VENDREDI 31/10.2018 A 19H00 PLACE DE LA MAIRIE DE PETIT-BOURG 29/10/2018 M. Santini tente un coup de force contre la démocratie locale 29/10/2018 La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 10 septembre dernier vient de mettre en demeure le SIAEAG de verser à l'Office de l'Eau de Guadeloupe plus d'un million d'euros pour retard de paiement de frais depuis 5 ans 05/10/2018 INTERVENTION devant le Président MACRON DE GERMAIN PARAN et JACQUES DAVILA représentants guadeloupéen de comité et d'associations d'usagers de l'eau et de lutte contre la corruption et d'associations nationales (ACME FRICC) 30/09/2018 Communiqué des Associations Guadeloupéennes de Défense des Usagers de l'Eau de la CANBT, de la CANGT et de CAP EXCELLENCE 27/09/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC  à la veille de la visite du Président de la République sur la question de l'accès à l'eau d'une bonne qualité 24h sur 24 et 7 jours sur 7 en Guadeloupe à l'instar des autres départements français 25/09/2018 20 minutes 24 septembre : Toulouse: Des citoyens veulent un référendum sur la gestion publique ou privée de l'eau 25/09/2018 Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018
           
ACME

La fronde des Comités de bassin

L’adoption du 9ème Programme pluriannuel d’intervention (PPI 2007-2012) par les 6 Comités de bassin français, qui jouent le rôle de néo-parlements locaux de l’eau depuis leur création en 1964, vient de susciter des mouvements de contestation sans précédent. Après les remous qu’a connu le Comité de bassin Loire-Bretagne le 30 novembre dernier, l’Agence de l’eau et le Comité de bassin Rhône-Méditerranée-Corse ont également vécu des journées agitées les 7 et 8 décembre 2006.



 La fronde des Comités de bassin
En dépit de la vulgate officielle chacune des 6 Agences de l’eau française a de longue date forgé sa doctrine, et aménagé ses pratiques, parfois sensiblement éloignées des grandes orientations impulsées par Paris.

Ainsi le bassin Rhône Méditerranée Corse, et dans une moindre mesure le bassin Adour-Garonne, ont-ils plus fortement que leurs homologues pris à bras le corps les préceptes de la seconde loi sur l’eau de 1992. Passant d’une logique de moyens, et de construction d’ouvrages, à une logique d’anticipation de l’impact des politiques publiques sur les milieux aquatiques.

En conséquence Rhône-Méditerranée-Corse et Adour-Garonne ont d’ailleurs éprouvé dès 2003 les conséquences d’une « réforme » anticipée. Soit une redéfinition imposée aux forceps de leurs missions et de leurs modes d’intervention, à moyens constants, qui a définitivement tranché deux points fondamentaux. Les règles d’aide ont été territorialisées et les crédits d’intervention ont été dévolus aux délégations régionales de l’Agence.

EauRMC présente aussi une autre particularité : l’emprise des distributeurs d’eau y est moins prégnante qu’ailleurs, et notamment qu’à l’AESN (1) … A contrario, les industriels y ont longtemps pesé de tout leur poids, celui du fameux « couloir de la chimie » rhône-alpin… Ils y ont donc défendu becs et ongles les intérêts des grandes implantations chimiques de Lyon Sud, de la moyenne vallée du Rhône, de Grenoble Sud, de Fos-Lavera… au sein du collège « usagers » du Comité de bassin.

Mais depuis quelques années les industriels apparaissent en recul au bénéfice des agriculteurs.

Et surtout, élément majeur et principal point d’achoppement pour l’avenir, le problème de la gestion quantitative de la ressource en milieu méditerranéen dessine déjà les contours d’un affrontement croissant entre la « technostructure » de l’Agence, qui se sent peu ou prou abandonnée en rase campagne par ses autorités de tutelle, et le « lobby PACA », élus, acteurs économiques et société civile au coude à coude, qui exigent que l’Agence finance les transferts d’eau indispensables au développement économique et urbain du littoral de la Côte d’Azur.

Ici on peut déjà voir les prémices d’un scénario « à l’espagnole »…

Du coup la politique politicienne a fait une entrée en force au Conseil d’Administration du Comité de bassin, lors de son dernier renouvellement. Le Comité est présidé par le sénateur ardéchois Henri Torre (UMP), maintenu par les voix coalisées du MEDEF et des agriculteurs, coalition qui affronte les collectivités territoriales, majoritairement à gauche.

Cette configuration confère au Conseil d’Administration, qui compte 11 élus de gauche, et un(e) représentant corse, toujours absent(e), et qui n’a conféré aucun pouvoir, toute l’allure d’un bateau ivre. De l’aveu d’un participant le fonctionnement des instances est resté en limite permanente de rupture ces dix-huit derniers mois…

Du coup l’élaboration du 9ème PPI repose sur deux axes fondamentaux :

le passage d’une logique de guichet à une logique de projet, basée sur un zonage fin des milieux récepteurs dans la perspective d’atteinte du bon état des masses d’eau à l’horizon 2015, (ou 2022 ?),

une « isofiscalité » à périmètre constant : l’ensemble des nouvelles "missions" se finançant pour l’essentiel sur l’ensemble des recettes issues des nouvelles (ou extensions de) redevances LEMA, ainsi que sur une baisse des grands projets d’assainissement à financer.

Il en découle qu’après un vote "à blanc" du 9ème PPI le 26 octobre 2006, qui avait vu un difficile 15 pour/14 contre - dont 13 voix de l’Etat, le vice-président usager, un agriculteur, et le représentant des consommateurs UNAF, puis une commission du programme très difficile avec de véritables oukases d’EDF et des distributeurs d’eau, le Conseil d’Administration de l’Agence du 7 décembre 2006 a été … sportif.

Le 9ème PPI y a finalement été adopté, avec une majorité de 20 voix : 13 de l’Etat, et 7 « usagers ». Mais 12 voix l’ont récusé : 10 élus, un représentant du personnel et un APN, tandis que l’on enregistrait plusieurs abstentions d’usagers…

Le lendemain, au Comité de bassin, le 9ème Programme a été adopté, à main levée, avec 55 voix favorables, mais 21 votes « non ». Une première !

Il est vrai qu’en un peu plus d’un mois la technostructure de l’Agence a su donner au monde économique les garanties qu’il souhaitait.

La séance a carrément revêtu une allure mélodramatique quand le président Torre a solennellement annoncé qu’il démissionnerait si la LEMA ne sortait pas en décembre !

Reste qu’au-delà du passage en force une question demeure ouverte. Le décalage qui subsiste entre ce qui devrait être fait et ce qui va réellement l’être au regard des objectifs de la DCE…

Une question particulièrement aigüe pour Eau RMC.

Les représentants du MEDEF au sein des différentes instances du bassin, et nul ne pourra les soupçonner de ne pas être informés, s’alarment de plus en plus ouvertement d’une information jusqu’ici demeurée très confidentielle.

Hors impact des rejets des centrales nucléaires, la température du Rhône aurait enregistré une augmentation moyenne de près de 3 degrés dans les 10 dernières années…

Si cette hypothèse d’un impact, jusqu’ici sous-estimé, voire totalement ignoré, du réchauffement climatique sur l’écosystême du Rhône se vérifie, les conséquences en sont aujourd’hui incalculables.

La mise en œuvre du 9ème PPI par Eau RMC, qui va de surcroît se voir amputée de la Corse, promet donc force surprises et rebondissements. A suivre.

(1) Sous l’égide de M. André Santini, député-maire d’Issy-les-Moulineaux et président du SEDIF, le 9ème PPI a été adopté le 30 novembre 2006 par le Comité de bassin Seine-Normandie après un vote digne de l’ère Ceausescu. Seules 2 voix, celles d’un élu du Val-de-Marne, et celle de la représentante de l’UFC-Que Choisir, ont refusé un programme qui emporte, en dépit de l’augmentation de la redevance de 27% en 5 ans, un gel brutal du financement de la réhabilitation des réseaux, au profit de la remise aux normes des STEP, légitimé par le retard catastrophique de l’application de la DERU 91.


Mercredi 20 Décembre 2006
Mercredi 20 Décembre 2006
Marc Laimé
Lu 2045 fois

Dans la même rubrique :

De quoi découle - 03/12/2006

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide