ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
PRIVATISATION DANS LE MONDE

La privatisation de l'eau en INDE SUITE

Le Parti Communiste d’Inde (CPI) accuse le gouvernement de Delhi de céder à la pression de la Banque mondiale. Il exige l’arrêt des négociations visant à privatiser le système de distribution de l’eau de la capitale.
.



La privatisation de l'eau en INDE SUITE
Le Parti Communiste d’Inde (CPI) accuse le gouvernement de Delhi de céder à la pression de la Banque mondiale. Il exige l’arrêt des négociations visant à privatiser le système de distribution de l’eau de la capitale.
Accusant le gouvernement de Delhi de céder à la pression de la Banque mondiale qui souhaite privatiser la distribution en eau de la capitale, le conseil national du Parti communiste indien a exigé l’arrêt des négociations. Il a menacé de révéler les documents d’un « accord secret » si la question n’était pas traitée de façon urgente.

Lors d’une conférence de presse, le secrétaire général du parti a déclaré que la privatisation de la distribution de l’eau de la capitale, demandée par la Banque mondiale, devait en théorie permettre l’octroi de prêts au gouvernement de Delhi.

Mais, en réalité, a -t-il poursuivi, des documents que le Parti communiste a pu se procurer grâce à « la loi sur le Droit à l’Information », ont révélé que la Banque mondiale intervenait à tous les niveaux : de l’écriture du contrat à la définition des critères d’attribution pour les appels d’offre. La Banque mondiale aurait ainsi manipulé le processus d’attribution des contrats pour les octroyer à ses entreprises favorites, en violation des principes mêmes qu’elle énonce.

En affirmant que « des contrats de consultants ont ainsi été attribués à Price Waterhouse Cooper », le Parti communiste a condamné de telles interventions de la part de la Banque mondiale et les a jugé « inacceptables ».

Le Parti s’appuie également sur les expériences de privatisation menées dans les pays industrialisés, conscient que les multinationales de l’eau ont une histoire douteuse en matière de gestion du secteur, recherchant d’abord leur propre intérêt : ces entreprises selon lui ont réalisé des bénéfices énormes et injustifiables au dépend des citoyens locaux.

Le parti a demandé « l’annulation immédiate de tous les contrats avec la Banque mondiale et les sociétés qu’elle a ainsi favorisées » et a fortement incité le gouvernement à mener une plus large concertation avec les organisations de la société civile, les partis politiques et les experts pour régler la crise de l’eau.

Source : The Hindu, 14 août 2005

Inde : Pepsi, Coca-Cola et la qualité de l’eau

La privatisation de l'eau en INDE SUITE
www.dissident-media.org
Le samedi 6 septembre 2003.

La polémique sur les taux de pesticides contenus dans les bouteilles de Pepsi et de Coca, a mis en lumière le problème des normes appliquées en Inde. Au regard des textes en vigueur, PepsiCo et Coca-Cola ne sont pas dans l’illégalité, malgré les risques sanitaires.

Militant pour l’information du public dans les domaines de la science, de la santé et de l’environnement, le CSE a testé 12 marques de boissons non alcoolisées, fabriquées et distribuées par PepsiCo et The Coca-Cola Company, à la recherche d’éventuelles traces de pesticides (16 organochlorés, 12 organophosphorés et 4 pyréthroïdes de synthèse) abondamment utilisés en Inde. En Europe, la directive 80/778/EEC précise les normes de qualité requise pour l’eau de boisson destinée à une consommation humaine : maximum 0,0001 mg/l par pesticide, pour un total maximum de 0,0005 mg/l (0,0001 mg/l à compter du 25 décembre 2003). L’adoption des normes de l’UE est actuellement à l’étude en Inde, et ce sont elles qui ont servi de référent au CSE : les normes indiennes, édictées par le Bureau of Indian Standards, se contentent de préconiser des résidus de pesticides " en-dessous de seuils détectables "... ce qui, bien entendu, dépend de la technique de détection employée.

La matière première en cause

Publiés en juillet 2003 par l’ONG, les résultats des tests se sont avérés accablants pour quatre pesticides : deux organochlorés, le lindane et le DDT, et deux organophosphorés, le malathion et le chlorpyrifos. 100 % des échantillons contenaient du lindane (jusqu’à 42 fois la norme européenne) et du chloropyrifos (jusqu’à 72 fois la norme), 81 % du DDT (jusqu’à 25 fois la norme) et 97 % du malathion (jusqu’à 196 fois la norme). Le poids moyen total de pesticides était de 0,0180 mg/l (36 fois la norme de l’UE) pour les marques PepsiCo, et de 0,0150 mg/l (30 fois la norme) pour Coca-Cola. Les deux entreprises ont immédiatement réfuté ces accusations (voir(1) ).

Pour le CSE, ces résidus proviennent de l’eau extraite des nappes phréatiques par les usines. La plupart des fabricants utilisent en effet cette eau, gratuite, comme matière première. Les moins regardants la pompent à 30 mètres, les plus précautionneux descendent à 150. Mais les pesticides, infiltrés dans les sols après épandage dans les champs, subsistent à ces profondeurs. L’ONG avait en outre démontré en février leur présence dans plusieurs marques d’eau en bouteilles, fabriquées (pour certaines, par PepsiCo et Coca-Cola) à partir des mêmes eaux souterraines. Seule la nanofiltration à travers de très fines membranes, permet d’épurer l’eau de ses particules en suspension, bactéries, virus et pesticides. Mais son coût élevé la marginalise. Et puisque aucune loi ne leur impose de normes impératives, les fabricants se contentent généralement de microfiltration, de désinfection au chlore ou d’irradiation aux UV.

L’or bleu en péril

Environ 40 % de la population indienne (plus de 400 millions de personnes) n’a pas accès à l’eau potable, et 20 % des urbains n’ont pas l’eau courante. Les Indiens doivent bouillir leur eau pendant 20 minutes, ou installer des purificateurs - à l’efficacité parfois douteuse. Si ce comportement permet d’éradiquer en partie bactéries et microbes, épidémies de diarrhée, dysenterie ou de gastro-entérite se succèdent néanmoins, et il demeure inopérant contre les pesticides et métaux lourds. Il y a quelques années, avant une visite en Inde, le président Clinton s’était d’ailleurs muni d’eau potable en quantité. L’eau et les boissons non alcoolisées en bouteilles représentaient donc, dans l’imaginaire collectif indien, pureté et sécurité sanitaire. Jusqu’à la publication des résultats des tests du CSE, et leur confirmation tempérée par le gouvernement le 21 août. Les appels au boycott et destructions de bouteilles se sont multipliés, les plus extrémistes allant jusqu’à brûler des portraits de stars de Bollywood qui prêtent leur image à PepsiCo et Coca-Cola. Les deux multinationales américaines dominent le marché des boissons non alcoolisées. Au début des années 90, les fabricants se sont massivement tournés vers les marchés émergents du Moyen-Orient, d’Europe de l’Est et d’Asie. PepsiCo a investi l’Inde en 1991, tandis que Coca-Cola, banni du pays en 1977, y est revenu en 1993. En mars 2001, le gouvernement fédéral indien a estimé le marché des boissons non alcoolisées à 1,2 milliard de dollars en valeur, et six milliards et demi de bouteilles en volume. Soit environ six bouteilles par habitant par an, contre 17 au Pakistan ou 21 au Sri Lanka. Le chiffre atteint 50 à Delhi.

Une agriculture intensive, par nécessité

Grande comme six fois la France, l’Inde compte près de 18 fois plus d’habitants. Nourrir tant bien que mal une telle population implique de recourir à une agriculture intensive, appuyée par les fertilisants et pesticides, souvent utilisés sans réel discernement. Le coton, qui n’occupe que 5 % des terres arables, représente ainsi la moitié des pesticides consommés en Inde. Mais ni les fabricants de pesticides, ni le gouvernement, ne prennent en charge la sensibilisation des agriculteurs. L’utilisation de produits biodégradables pourrait pourtant être une solution au problème de l’eau, qu’il faut traiter à la source. " Il ne faut pas avoir peur des pesticides ", a récemment déclaré au quotidien Times of India O.P. Dubey, directeur général adjoint du Conseil indien de recherche agricole. " Grâce à eux, nous sommes autosuffisants en nourriture ". Reste que ces produits présentent des risques pour la santé. Le DDT, toxique et carcinogène, fut interdit dans la plupart des pays occidentaux dès les années 70. Bien que le pays ait ratifié en 2001 une convention internationale prévoyant son interdiction (et celle de 11 autres pesticides, dangereux pour l’environnement), l’Inde en a répandu près de 7 000 tonnes l’an passé. Ses défenseurs allèguent qu’il protége les cultures et permet de contenir les épidémies de typhus et de malaria. Or, les insectes vecteurs de ces maladies ont, à la longue, développé une résistance (prouvée) au DDT, dont l’efficacité devient dès lors relative.




Chronologie d’un scandale

La privatisation de l'eau en INDE SUITE
4 février 2003 : Le CSE publie un rapport signalant la présence de pesticides dans 13 marques d’eau en bouteilles en Inde.

5 février : Le gouvernement lance une enquête sur la pertinence des normes en vigueur.

9 février : Le ministre du Développement de la ressource humaine, de la Science et de la Technologie, reconnaît la validité de l’étude du CSE.

18 juillet : Le ministère fédéral de la Santé annonce de nouvelles normes sur l’eau en bouteilles pour le 1er janvier 2004.

5 août : Le CSE publie un rapport signalant la présence de pesticides dans 12 marques de boissons non alcoolisées.

5 août : PepsiCo et Coca-Cola convoquent une conférence de presse commune, rejetant les accusations du CSE et menaçant de poursuivre l’ONG.

6 août : PepsiCo et Coca-Cola présentent des tests effectués sur l’eau utilisée dans leurs boissons par un laboratoire de leur choix.

6 août : Le ministre de la Santé commande des tests indépendants sur 15 boissons.

8 août : Plusieurs états annoncent des tests aléatoires, dans les points de vente comme sur les lieux de production. Certains interdisent les produits de PepsiCo et Coca-Cola par précaution.

8 août : PepsiCo dépose un recours légal contre le CSE, afin que l’ONG cesse ses publications et retire les informations de son site. Dans le même temps, Coca-Cola Company demande à la Haute Cour de Bombay de lever l’interdiction pesant sur ses produits dans l’état.

11 août : La Haute Cour de Delhi appelle à la nomination d’un comité d’experts indépendants, et la publication de résultats sous trois semaines.

21 août : Le ministre de la Santé confirme la présence de pesticides dans 75 % des échantillons testés, dans des proportions inférieures à celles avancées par le CSE, mais largement supérieures aux normes de l’UE. Le ministre admet que les normes actuelles sont insuffisantes

LIENS


Dimanche 14 Août 2005
Mercredi 29 Mars 2006
Source : The Hindu, août 2005
Lu 5708 fois


1.Posté par Khamtache le 24/03/2006 11:10
je voudrai avoir une doccumentation sur les risques sanitaires liés à l'eau de boisson

2.Posté par Khamtache le 24/03/2006 11:11
trés bon site

3.Posté par nassim le 23/08/2008 18:09
bonjour khamtache,y'a pas de risque eventuel dans la mesure qu'ils utilisent une eau potable,l'essentiel c'est qu'elle soit passer par le labo avant qu'elle soit utilisee,pour cela je te conseil de boire l'eau de tala c'est mieu et sans risques aucun

4.Posté par chir le 28/08/2008 15:52
alors khamtache,l'eau doit etre potable c'est tout,et je te reconseil de boire l'eau d'el bir comme le faissez nos grands meres non


Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide