ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
LE BIEN COMMUN DE L'HUMANITE

La privatisation de l'eau selon Vandana Shiva :

'Seulement 0.1% des gens considère l'eau comme un bien marchand ; il ne faut pas les laisser faire'

Prêtresse de l'écoféminisme de notoriété internationale et présentée par le magazine Asia Week comme l'une des cinq personnalités les plus influentes d'Asie, Vandana Shiva était l'hôtesse, fin février, d'une conférence internationale portant sur la lancinante question de la privatisation de l'eau. Farouche opposante à la commodification [1] de l'eau, la physicienne a vigoureusement dénoncé le vol des ressources collectives en eau douce par les multinationales qui s'opère sournoisement avec la complicité des gouvernements nationaux et des institutions financières internationales.



Qu'en est-il de la privatisation de l'eau à l'heure actuelle ?

Vandana Shiva Photo © DR Andree-Marie Dussault
Vandana Shiva Photo © DR Andree-Marie Dussault
En ce moment, quelques géants contrôlent le marché de l'eau et convoitent l'ensemble des ressources en eau douce de la planète; il s'agit de Bechtel (Etats-Unis), Suez (France), Vivendi (France), Lyonnaise des eaux (France), RWE/Thames Water (Allemagne et Royaume-Uni) et Saur (France).

Les autres compagnies liées à l'eau appartiennent toutes à ces multinationales. Il faut aussi savoir que selon les calculs de la Banque mondiale, la vente généralisée de l'eau pourrait signifier un profit potentiel de quelques 100 milliards de dollars et que, d'autre part, ces multinationales sont, avant tout, des entreprises de construction; construction de barrages, de canaux, de pipelines. Celles-ci partagent l'idée selon laquelle l'eau doit être considérée comme un bien marchand, devant être vendu sur le marché et donc, qu'il ne faut surtout pas laisser couler librement dans la nature. Car il est difficile de "commodifier" un fleuve qui suit son cours naturel. C'est pour cela qu'il faut d'abord le sceller, le bloquer et le verrouiller à l'aide de mégas-projets de barrages et de canaux, et une fois qu'il est bien enfermé dans le ciment, là, il est plus facile de décréter son eau comme un bien marchant.



Comment le transfert de l'eau comme droit naturel à l'eau comme bien marchand s'effectue-t-il ?

La privatisation de l'eau selon Vandana Shiva : <br><center><font color='red'><h4>'Seulement 0.1% des gens considère l'eau comme un bien marchand ; il ne faut pas les laisser faire'</center></font>
Pour faire accepter cette idée invraisemblable, un argument nous est servi de façon récurrente : "si l'on ne paie pas l'eau, elle sera gaspillée", autrement dit "les usagers doivent payer le véritable prix de l'eau".

Malheureusement, beaucoup d'environnementalistes, surtout aux Etats-Unis, se sont faits prendre au piège et ont relayé ce raisonnement ces dix dernières années. Or, il est faux car la valeur de l'eau est beaucoup plus importante que n'importe quelle valeur que le marché pourrait lui fixer. Sa valeur est écologique, culturelle et spirituelle ; en l'occurrence, des valeurs qui permettent à l'eau d'être préservée, recyclée, partagée et transmise aux générations futures.

Il faut sans aucun doute réévaluer l'eau, cependant pas en termes capitalistes et patriarcaux, mais selon une logique féministe et écologiste. Car c'est grâce à ces valeurs que les femmes ont pu fournir leur communauté en eau, pendant des siècles, sans jamais priver la nature ou les autres espèces. A ce titre, la comparaison entre la culture de la jarre et celle de l'eau embouteillée est une métaphore éloquente du transfert de valeurs qui s'est opéré ces dernières décennies. Jadis, nous avions un récipient rond et ouvert, fait de terre; aujourd'hui, l'eau est scellée et vendue dans un contenant de plastique non recyclable en forme de phallus…


Avez-vous des exemples de formes concrètes que peut prendre la privatisation de l'eau sur le terrain ?

La privatisation de l'eau selon Vandana Shiva : <br><center><font color='red'><h4>'Seulement 0.1% des gens considère l'eau comme un bien marchand ; il ne faut pas les laisser faire'</center></font>
Ici dans les montagnes, au nord de Delhi, les projets de la Banque mondiale pour recueillir l'eau ont précisément été conçus pour privatiser l'eau.

Nous nous sommes rendus dans des villages où les réservoirs d'eau publics ont été détruits et où les habitants ont été contraints d'utilser une connexion privée fonctionnant à l'aide d'un système de verrous pour ne pas qu'ils partagent avec le voisin .

Dans tous les coins de la planète, la privatisation menace avec ses conséquences dramatiques sur les plus pauvres.

  • A Cochabamba en Bolivie par exemple, Bechtel a tenté d'intégrer le marché et lorsque les femmes en milieu rural ont puisé l'eau de leur propre puits, elles se sont fait dire par le géant états-uniens "Vous volez notre eau ; nous détenons une concession". Dans les régions où les gens n'avaient pas les moyens d'acheter l'eau et recueillaient l'eau de pluie sur leurs toits, la multinationale leur a fait savoir que c'était interdit. D'où le slogan du mouvement bolivien anti-Bechtel "They even own the rain!"
["Ils possèdent même la pluie"].

  • En Afrique, dans plusieurs villages, des compteurs pré-payés fonctionnant à l'aide d'une carte à crédits ont été installés dans les habitats; si vous n'avez pas payé vos crédits, pas d'eau. Vous avez beau tomber malade, attraper le choléra ou voir vos enfants mourir; si vous n'avez pas payé, tant pis pour vous.


Vers où les réserves en eau douce sont-elles acheminées ?

La privatisation de l'eau selon Vandana Shiva : <br><center><font color='red'><h4>'Seulement 0.1% des gens considère l'eau comme un bien marchand ; il ne faut pas les laisser faire'</center></font>
Je viens de terminer une étude approfondie de la privatisation de l'eau à Delhi.:

D'immenses pressions sont exercées pour que les lois et les politiques indiennes sur l'eau soient réécrites afin que l'eau soit non seulement redéfinie comme un bien, mais aussi pour qu'elle deviennent la propriété légale de Delhi.

Les gouvernements aiment la centralisation et les grandes corporations en dépendent car l'achat d'un fleuve partagé par les communautés riveraines est beaucoup moins aisé pour elles. La tendance actuelle dans le monde consiste à amener l'eau vers les centres urbains - là où les gens peuvent la payer - et donc d'en retirer le contrôle démocratique aux élus locaux pour la concentrer entre les mains du pouvoir fédéral.

Dans le cas de Delhi, les populations riveraines ont été délocalisées - et, au même titre que les autres victimes des mégas-projets liés à l'eau, elles viennent grossir les rangs des bidons-villes - pour réorienter l'eau du fleuve vers la capitale, où elle sera vendue à Suez qui nous la revendra dix fois plus cher. Car partout, la privatisation entraîne une multiplication de son prix par dix, toujours sous prétexte qu'il faut en payer le prix "véritable".

Le seul moyen de contrer la privatisation, est de miser sur une décentralisation démocratique du contrôle et de la gestion de l'eau et ne jamais oublier qu'au moins 99.9% pensent comme nous; que l'eau est un droit naturel; seulement 0.1% la considère comme un bien qui doit être commodifié. Il ne faut pas les laisser faire.



Qu'en est-il du rôle joué par les institutions financières internationales ?

La privatisation de l'eau selon Vandana Shiva : <br><center><font color='red'><h4>'Seulement 0.1% des gens considère l'eau comme un bien marchand ; il ne faut pas les laisser faire'</center></font>
Celles-ci ne sont pas en reste.

La Banque mondiale n'arrête pas de nous parler de "transparence", mais paradoxalement, ses projets dans les pays pauvres sont tous décidés à l'avance, dans les bureaux de Washington ou à un cocktail quelconque.

Les choses se passent de la façon suivante: quelqu'un dit :
"Ok, Delhi est sur le point de vendre son eau; préparez vos offres et nous ferons le nécessaire pour que le plus offrant obtienne le contrat".
D'ailleurs, si vous allez à une réunion de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, vous constaterez que 80% des personnes présentes ne sont pas des membres des gouvernements du Tiers-Monde, mais des contracteurs.

Malgré les beaux discours, ce qui est recyclé en ce moment, ce n'est pas l'eau, c'est l'argent. La Banque mondiale récolte de l'argent public des pays du Nord, elle crée un ensemble de fonds immenses qu'elle prête aux pays pauvres à certaines conditions - comme la privatisation de leur eau par exemple - et cet argent est utilisé pour financer les projets de Suez et compagnie.

Nous, nous nous retrouvons endettés et de surcroît, obligés de payer notre propre eau dix fois plus cher qu'auparavant! Donc d'un côté, vous avez la Banque mondiale et le Fonds monétaire international qui privatisent l'eau avec l'argent public et de l'autre, vous avez l'Organisation mondiale du commerce qui, dans le cadre de l'Accord général sur la commercialisation des services, veut elle aussi traiter l'eau comme un bien marchand échangeable. De telle sorte que même le réservoir public du village devient une barrière au commerce qui en conséquence - vous l'aurez deviné - doit être supprimé !



Dans quelle mesure les ingénieurs joue-t-ils un rôle dans la privatisation de l'eau ?

On nous a appris à mesurer la valeur d'une technologie en fonction de son degré de gadgetry; "plus c'est gros, plus c'est intelligent" a-t-on tendance à croire. Mais la plupart du temps, plus c'est gros, plus c'est stupide !

L'intelligence, c'est la capacité de reconnaître et de respecter les limites de notre écosystème et de vivre selon elles ; ce n'est pas ignorer la place que l'on occupe dans la nature.

C'est malheureux, mais le génie civil s'est développé dans un esprit de conquête et de domination.
Le fait est qu'aujourd'hui, chaque étape de la sophistication des technologies de l'eau consiste à en pomper toujours davantage. Chaque nouvelle technologie nous est présentée comme "augmentant" la quantité d'eau disponible. Or, celles-ci n'accroissent pas la quantité d'eau ; elles créent la rareté. Faut-il le rappeler, l'eau ne peut pas être "augmentée"; elle est li-mi-tée.

Certes, elle se renouvelle continuellement suivant un cycle naturel ingénieux, mais pour autant que l'on en respecte les limites. La plus grande contribution des ingénieurs est de constammant ramener leur discipline à une échelle plus humaine et de sans cesse redéfinir le paradigme du génie civil selon une conception respectueuse de la nature.

--------------------------------------------------------------------------------
1 Commodification is the transformation of a non-commodity into a commodity, to assign a monetary value to something that traditionally would not be considered in monetary terms, for example, an idea, identity, gender.
La traduction française serait "marchandisation". (ndlr)


LES LIENS


Mardi 7 Juin 2005
Jeudi 30 Mars 2006
Andrée-Marie Dussault, Derhadun (200 km au nord de Delhi)
Lu 3313 fois

Dans la même rubrique :

L'APPEL DE VARAGES | LE BIEN COMMUN DE L'HUMANITE | LE DROIT DE L'EAU LIBRE | PRATIQUEMENT ?

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide