ACME
France Inter samedi 17 février 2018 13h40 Marché de l'eau : quand la gestion privée dérape : interview Thierry Gadault auteur de Plongée en eau trouble (sortie le 22 février) 17/02/2018 La filiale de Veolia au Gabon doit fermer boutique 17/02/2018 Le Canard Enchaîné 15 février 2018 : le SIAAP une agence de voyage pour élus 14/02/2018 LES BELLES DÉPENSES DE VOYAGE D'ÉLUS FRANCILIENS CHARGÉS DE LA GESTION DE L'EAU 13/02/2018 Libération : Faouzi Lamdaoui, un proche de Hollande promu chez Veolia 11/02/2018 Veolia, partenaire de l'école de rugby des lionceaux de Sainte Colombe par l'intermédiaire du juste prix de l'eau 10/02/2018 France 5 la quotidienne jeudi 8 février 12h15-12h45 : Le prix de l'eau avec Olivier Andrault UFC Que Choisir et Jean Luc Touly 08/02/2018 Plongée en eau trouble de Thierry Gadault chez Michalon sortie le 22 février 2018 08/02/2018 Canal+ L'info du vrai 5 février (30mn) animée par Yves Calvi avec Marc Laimé : Inondations : le prix de l'eau 05/02/2018 Marianne E Levy 27 janvier 2018 : Ile de France : les communistes en eaux troubles 03/02/2018 Une cinquantaine de pays dans le monde avec moins de 50% d'accès à l'eau potable 19/01/2018 Inondations, l'aquataxe de 40 euros va-t-elle devenir obligatoire ? 18/01/2018 Soupçons de corruption en Roumanie : le siège de Veolia perquisitionné 15/01/2018 ARCEAU : Gestion de l'eau potable à Lège - Cap Ferret 14/01/2018 Une proposition de loi pour assouplir le transfert des compétences eau et assainissement : quid à Paris Saclay ? 13/01/2018 Voeux 2018 FO Veolia Eau 11/01/2018 La vérité sur le mystérieux Alexandre Djouhri (Veolia, Dassault, Airbus, Libye, présidence de la République française,...) Veolia : Obadia et Djouhri au secours de Frérot et sans parler des autres affaires sulfureuses de Veolia en Roumanie, au Luxemb 11/01/2018 Le dossier de l'eau en Guadeloupe, un scandale 10/01/2018 Forum des lanceurs d'alerte 25 janvier 2018 à Marseille 09/01/2018 Capital 29 décembre 2017 : LANCEURS D'ALERTES : COMMENT ILS ONT OSÉ SACRIFIER LEUR CARRIÈRE 30/12/2017 La journaliste Christine Kelly s'engage pour l'accès à l'eau potable en Guadeloupe et organise une distribution d'eau minérale demain à Pointe-à-Pitre : depuis 3 ans avec les comités d'usagers locaux et Eli Domota nous nous battons sur cette question 23/12/2017 En 2018, huit communes de Metz-Métropole intégreront une régie publique commune d’eau. Pour Montigny et ses voisines, elle remplacera la Saur. L’idée est d’avoir un meilleur service pour moins cher 23/12/2017 Extrait du compte rendu de l'AG ordinaire de l'ACME-France du 19 décembre 2017 22/12/2017 Tous nos voeux pour 2018 22/12/2017 21 décembre 2017 : Accord au Parlement sur la proposition de loi assouplissant la Gemapi : L'entrée en vigueur de nouvelles compétences Gemapi, initialement prévue au 1er janvier 2016, avait été repoussée au 1er janvier 2018. Comme prévu dans le text 21/12/2017 SEDIF Syndicat des Eaux d'Ile de France (président des 150 communes depuis 1923 A Santini) et son délégataire Veolia depuis 1923 21/12/2017 Mucem de Marseille 25 janvier 2018 : La nuit des idées FORUM DES LANCEURS D'ALERTE 20/12/2017 Les eaux de France toujours plus polluées 18/12/2017 LOI NÔTRE Le transfert des compétences eau et assainissement reporté jusqu’en 2026 15/12/2017 Ordre du jour non communiqué sur le site de Paris Saclay du conseil communautaire de Paris Saclay du 20 décembre 20h30 à Orsay avec 67 questions et plus de 1 500 pages à lire (un simulacre de démocratie) et cet ordre du jour nous a été communiqué par 14/12/2017 ARTE mardi 12 décembre à 23h25 Jusqu'à la dernière goutte "Les guerres secrètes de l'eau en Europe" réalisé par : Yorgos Avgeropoulos 12/12/2017 GUADELOUPE 1ère : Les avocats mettent les pieds dans l'eau 09/12/2017 ENQUÊTES POUR CORRUPTION: LAFARGE, AIRBUS, VEOLIA, HSBC... L'ÉTAU SE RESSERRE SUR LES ENTREPRISES FRANÇAISES 09/12/2017 LES CRAPULES DE LA RÉPUBLIQUE le 9ème livre (210 pages) de R Lenglet et JL Touly chez First 08/12/2017 Convocation ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE BI-ANNUELLE DE L'ACME-EAU POUR LE 19/12/17 08/12/2017 Affaire du SIAAP Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne épure l'eau de près de 9 millions de franciliens depuis 1970 06/12/2017 Marianne 5 décembre : SIAAP (Syndicat Interdépartemental d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne) : Soupçons de favoritisme autour d'un marché des eaux usées attribué à Veolia 05/12/2017 Suez, Dijon et son président PS proche de Macron François Rebsamen une histoire touchante mais pour qui ? 02/12/2017 EAU ET ASSAINISSEMENT : RÉPONSE MINISTÉRIELLE CONTRADICTOIRE AVEC LES ANNONCES DU CONGRÈS DES MAIRES (30/11/2017) : S'agissant des communautés d'agglomération, ces deux compétences eau et assainissement restent optionnelles jusqu'au 1er janvier 2020 01/12/2017 Le Cercle Français de l'Eau véritable agence de lobbying des multinationales de l'eau ? 30/11/2017
           
HISTOIRES

Las Végas dresse procès-verbal en cas de gaspi de l'eau ... et la secheresse sévit toujours aux USA

La police de l'arroseur règne à Las Vegas



Las Végas dresse procès-verbal en cas de gaspi de l'eau ... et la secheresse sévit toujours aux USA
Las Vegas, Nevada

Perry Kaye roulait vers l'ouest sur Sahara boulevard en parlant de sa passion pour la nourriture asiatique quand quelque chose a capté son attention.

"Tiens, tiens, tiens, tiens, dit-il. En voilà un."
M. Kaye fait demi-tour, empoigne sa caméra vidéo et entre dans le stationnement d'un petit centre commercial. Sans couper le contact il bondit de son camion, part à la course et s'arrête net pour filmer une plate-bande gazonnée.

«Cette infraction est enregistrée par l'inspecteur Perry Kaye à 12:08, le 7 septembre 2007, sur le terrain du 6625 Sahara boulevard, Las Vegas, Nevada...», dicte-t-il à la caméra vidéo collée sur son oeil droit.

M. Kaye s'est arrêté pour filmer un gicleur. Un gicleur qui fait «fhhhhsssssss» en crachant une fine bruine au-dessus du gazon.

L'inspecteur filme le gazon, la bruine, le trottoir mouillé, le commerce. Satisfait, il remballe sa caméra et retourne dans son camion pour rédiger un rapport d'infraction dans son ordinateur portable. «Je connais la propriétaire du commerce, dit-il sur le ton du policier qui vient d'arrêter un ado du quartier. C'est une récidiviste. Elle a déjà eu des avertissements. Mais là ça va être une amende. À vue de nez, ça va lui coûter 1200$. Peut-être plus.»

Tolérance zéro

Peu de gens le savent, mais la ville de Las Vegas, tout comme le Sud-Ouest américain, vit une période de sécheresse. Depuis huit ans, le niveau du lac Mead, qui alimente la ville, baisse de 3 mètres par année en moyenne. Pour réduire la demande en eau, les autorités ont lancé un plan de conservation. Aujourd'hui, la ville du vice est l'une des plus sévère au pays en ce qui a trait à la consommation d'eau potable.

Ainsi, les habitants de Vegas et des environs n'ont pas le droit d'arroser leur pelouse entre 11h et 9h durant l'été. Ils sont responsables de la bonne marche de leur système d'arrosage. Si un gicleur fuit et que l'eau coule dans la rue, l'inspecteur sévit.

L'an dernier, 23 519 constats d'infraction ont été émis, et plus de 410 000$ ont été récoltés en contravention.

«Au début des années 2000, on se promenait dans la rue et on voyait des rigoles d'eau partout, explique Bronson Mack, porte-parole du Las Vegas Valley Water District. Les gens arrosaient leur pelouse toute la journée, lavaient leur voiture, laissaient couler l'eau pour rien. Toute la ville se comportait comme si les réserves d'eau étaient infinies. Aujourd'hui, on ne voit plus ça.»

En plus de restreindre la consommation, la Ville récompense les résidants qui choisissent de se débarrasser de l'item consommant le plus grand volume d'eau sur une propriété: la pelouse. Le Las Vegas Valley Water District donne deux dollars par pied carré aux propriétaires qui remplacent leur pelouse par un parterre de plantes ou d'arbustes résistants aux sécheresses. Depuis 1999, 90 millions de pieds carrés de gazon ont été enlevés. En se promenant dans les quartiers résidentiels de Vegas, on voit beaucoup plus de parterres avec des cactus et des petits arbustes que de grosses pelouses vertes.

Ces efforts portent fruit: Las Vegas a consommé 68 milliards de litres d'eau en moins en 2006 qu'en 2002. «Nous avons fait de grands progrès avec notre programme de consommation, explique M. Mack. Mais un jour nous atteindrons une limite. Nous allons arriver à un point où les gains ne seront plus possibles


La java des promoteurs

Malgré ces précautions, Las Vegas continue d'utiliser plus d'eau qu'elle n'en a à sa disposition. Ce déficit s'explique par une croissance démographique et économique exponentielle: la population de la capitale du jeu et de ses banlieues a littéralement explosé ces dernières années, et atteint maintenant 1,9 million de personnes, une hausse de 50% depuis 1999. Plus de 3000 nouveaux résidants ont emménagé à Las Vegas chaque mois l'an dernier, selon le Las Vegas Valley Water District.

Les projets commerciaux sont autorisés à toute vapeur. Sur la «Strip», la rue centrale de Vegas, une dizaine de projets résidentiels dépassant le milliard de dollars sont en chantier, dont plusieurs méga-hôtels de plus de 3000 chambres. Tout cela affecte les réserves d'eau. Des pourparlers sont d'ailleurs en cours afin d'effectuer des travaux de 45 millions sur le réseau de pompage de l'eau du lac Mead. Au rythme où le niveau baisse, les bouches de collecte d'eau seront à l'air libre d'ici trois ans.

Selon le président de la Nevada Environmental Coalition, Robert W. Hall, le Las Vegas Valley Water District fait un bon travail pour tenter de limiter la consommation d'eau. Le problème, dit-il, c'est le manque de vison des élus, qui ont donné le feu vert au développement sans restrictions.

«Vous avez une bande de promoteurs qui font la fête et qui s'enrichissent à vue d'oeil. Mais ils oublient qu'ils sont dans le désert, et que l'eau est une ressource limitée ici», dit-il, ajoutant que le prix l'eau (2 cents pour 38 litres) est beaucoup trop bas pour que les gens prennent conscience de l'importance qu'elle représente.


Sortez vos sous

C'est durant les années 90 que Las Vegas a commencé à se développer de façon exponentielle, sans aucune planification. «Aujourd'hui, dit M. Hall, la plupart des anciens directeurs du comté de Las Vegas, responsables de ce manque de planification, sont soit en prison, soit en bonne voie d'y aller... Je crois que ça vous donne une idée de la façon dont la croissance de Las Vegas a été pensée.»

Dans une récente entrevue, le maire de Las Vegas, Oscar Goodman, a rejeté les prédictions pessimistes. Le maire croit au contraire que le boum que vit la ville assurera un approvisionnement continu en eau. «Je n'aime pas être aussi pragmatique, mais la réalité est que nous ne manquerons jamais d'eau tant que nous seront capables de payer pour», a-t-il dit.

Depuis quelques années, le Las Vegas Valley Water District tente de signer des accords avec des secteurs du Nevada du nord afin de s'approvisionner dans les nappes souterraines. Or, même si ces projets étaient menés à bien, les autorités prévoient qu'il y aura un déficit d'eau de l'ordre de 240 millions de litres par jour en 2010. C'est-à-dire dans... trois ans!

«Les prochaines années seront cruciales pour le futur de Las Vegas, explique M. Hall, qui se décrit comme "le dernier environnementaliste de Las Vegas". Il y a trop de monde ici. Trop de monde. J'ai le sentiment que ça va finir par nous retomber sur le nez un jour.»

Les monstres assoiffés de Las Vegas

Las Vegas, Nevada

Ils sont hauts comme des montagnes et aussi populeux que de petites villes. Les hôtels de la «Strip» de Vegas sont dans une classe à part: parmi les 20 plus gros hôtels au monde, quatorze sont situés au centre-ville de Las Vegas.

Quiconque s'est déjà promené à l'intérieur de ces géants, dont le comptoir de l'accueil fait souvent de plus de 100 mètres, n'a pu faire autrement que se poser la question: combien d'eau ces méga-hôtels tirent-ils du désert?

La réponse: beaucoup et peu à la fois.

«Les hôtels du centre de Vegas consomment 8% de toute l'eau utilisée à Las Vegas», explique Bronson Mack, porte-parole du Las Vegas Valley Water District. «Or, comme c'est le cas pour tous les commerces et résidences de Vegas, l'eau usée des méga-hôtels est traitée et rejetée dans le lac Mead, au Nord d'ici. Elle est ensuite traitée à nouveau, et réutilisée dans le réseau d'aqueduc.»

L'eau utilisée par les hôtels du centre de Vegas qui n'est pas récupérée (jardinage, évaporation, etc.) correspond à 3% du volume d'eau total utilisé par la région de Vegas.

Ce système de récupération et du traitement des eaux usées de Las Vegas a un prix. Ces dernières années, les scientifiques de l'Environmental Protection Agency (EPA) ont réalisé que l'eau du lac Mead est polluée aux antibiotiques, aux résidus de médicaments, d'anti-dépresseurs et d'oestrogènes, dont les concentrations ne sont que de sept à 10 fois inférieures aux doses thérapeutiques.

Robert W. Hall, de la Nevada Environmental Coalition, estime que les pauvres de la ville font les frais de cette pollution. «Si vous pouvez vous payer de l'eau en bouteille, vous êtes protégé. Sinon, c'est à vos risques...»

La «sécheresse parfaite» menace le Sud-Ouest américain

Las Végas dresse procès-verbal en cas de gaspi de l'eau ... et la secheresse sévit toujours aux USA
Arizona
L'année 2007 entrera dans les livres d'histoire comme ayant été la plus sèche jamais observée dans le Sud-Ouest des États-Unis depuis au moins 500 ans. La rivière Colorado, unique source d'eau pour plus de 21 millions de personnes et deux millions d'acres de terres cultivées, a vu son débit diminuer de moitié depuis l'an 2000. Les météorologues craignent que tout ne soit en place pour la «sécheresse parfaite», une période d'assèchement qui pourrait durer 100 ans. Pourtant, sur le terrain, peu de citoyens se soucient de conserver l'eau, qui a toujours été abondante et bon marché.

YUMA, Arizona- Il fait plus de 50 degrés en Arizona et la rue principale de Yuma est brûlante comme une plaque de cuisson. Personne n'est assez fou pour se promener ici, pas quand la chaleur coupe le souffle, quand les poignées de portes sont difficiles à toucher, quand la première gorgée d'eau de l'abreuvoir public placé en plein soleil brûle les lèvres comme du thé.

Selon le livre des records Guinness, Yuma est la ville la plus ensoleillée au monde. Elle est aussi l'une des plus sèches: moins de 5 centimètres de pluie y tombent durant l'année.

Pendant la canicule, le seul endroit où il fait bon être au centre-ville de Yuma est le Red's Bird Cage, un vieux bar saloon sombre où la bière n'est pas chère et la compagnie agréable.

En ce jeudi après-midi, quelques habitués sont accoudés au bar. Il y a John, un enseignant à la retraite. Bill, un réparateur de tracteurs. Cindy, professeure retraitée également, qui hésite à sortir fumer une cigarette. «C'est à cause de la chaleur, dit-elle. Je pense que je vais m'évanouir si je vais dehors.»

Un visiteur s'assoit au bar. Au bout de quelques minutes, les habitués le questionnent sur son lieu d'origine, sur son accent, sur la situation géopolitique de la ville d'où il vient. Puis sur la raison de sa visite: la rivière Colorado, qui passe à quelques centaines de mètres de là, au bout de la rue principale.

«La rivière Colorado!, s'exclame John. Qu'est-ce qu'elle a, la rivière Colorado?
«Eh bien, elle ne se porte pas tellement bien...»


«Ah, la sécheresse? Es-tu allé la voir, la rivière? Elle est pratiquement aussi forte qu'avant. Pour les agriculteurs, c'est tout ce qui compte», dit-il, sans quitter des yeux le match de baseball diffusé sur l'écran fixé au mur.

À la télé, une balle courbe finit sa course dans le gant du receveur et envoie tout le monde aux vestiaires. John prend une gorgée de Bud, se lève, lance un salut à la ronde et donne une tape dans le dos du visiteur.

«Mon gars, j'ai vécu ici toute ma vie. J'ai enseigné aux fermiers, et j'ai enseigné à leurs enfants. Je vais te dire une chose: les gens ici vont croire à la sécheresse le jour où ils ouvriront le robinet et qu'il n'y aura plus d'eau. D'ici là, la sécheresse n'intéresse personne. La sécheresse n'existe pas.»


Sur la corde raide
La rivière Colorado n'est pas la rivière la plus impressionnante qui soit. À la hauteur de Yuma, près de la frontière avec le Mexique, elle avance paresseusement dans une tranchée d'à peine 20 mètres de large.

Or, la rivière est la seule raison pour laquelle des villes comme Los Angeles, Las Vegas, Phoenix et Yuma ont pu voir le jour et prospérer malgré le fait qu'elles sont situées en plein désert. Le quotidien de 21 millions d'Américains et la culture des terres qui comptent parmi les plus fertiles au pays sont directement liés à la rivière.

À première vue, la rivière Colorado se porte aussi bien qu'avant. C'est que son débit est régularisé par une série de barrages et de réservoirs construits au cours du siècle dernier pour faire cesser les débordements printaniers.

Dans les faits, le volume d'eau qui l'alimente a diminué de moitié depuis huit ans. Les scientifiques croient qu'il s'agit d'une conséquence du réchauffement climatique, qui modifie en permanence les systèmes des précipitations de neige dans les montages du Colorado et de l'Utah, où la rivière prend naissance.

Pendant que l'agriculture continue comme avant, pendant que les villes du désert prennent de l'expansion comme jamais et se dotent de banlieues, d'aéroports, de parcs industriels, de centres commerciaux neufs, les scientifiques regardent les données sur l'eau et n'aiment pas ce qu'ils voient.

«La situation actuelle est pire que le Dust bowl des années 30, explique Robert Webb, hydrologue pour le U.S. Geological survey. C'est la sécheresse la plus importante que nous ayons connue depuis 500 ans.»

«Il n'y a aucun contrôle»

En plus d'être des plus ensoleillée, la région de Yuma est l'une des plus fertile au pays. Roulez dans les rangs entourant la ville, et vous croiserez plus de champs verts et luxuriants que nulle part à des centaines de kilomètres à la ronde. On y cultive du brocoli, du chou-fleur, toutes sortes de fèves, des dates. Durant les mois d'hiver, 85% de la laitue vendue en Amérique du Nord est cultivée ici, proclame fièrement la vidéo promotionnelle du Yuma County Bord of Supervisors.

Bill Embree, un spécialiste de l'irrigation, affirme que tout le monde est habitué à ce qu'il y ait de l'eau en quantité suffisante. «Ici, il ne pleut pratiquement jamais, alors notre eau vient des chutes de neige en Utah, au Nord de l'Arizona et au Colorado. C'est ce qui alimente la rivière, et c'est ce qui intéresse les agriculteurs ici.»

Malgré la sécheresse, dit-il, la rivière amène encore suffisamment d'eau pour tout le monde. «Mais si l'eau vient à manquer, les autorités ne vont pas permettre que les grandes villes soient touchées. Alors les régions agricoles vont passer en dernier. Présentement, les gens ne se plaignent pas. Mais attendez que l'eau manque, et vous allez voir la colère ressortir...»

Jim Waits, restaurateur basé à de Yuma et pêcheur professionnel sur la rivière Colorado depuis 40 ans, croit que la région va frapper un mur d'ici quelques années. Il voit ses concitoyens dilapider l'eau comme si la ressource était inépuisable. «Les gens arrosent leur pelouse, lavent leur camion et leur bateau. Tout ça, dans un désert! Il n'y a aucun contrôle.»

Selon lui, les citoyens ne réalisent pas qu'il y a un problème. «C'est comme si vous avez 10 personnes chez vous, et que les 10 ont devant elles une assiette pleine. Vous pouvez penser que tout va bien. Mais quand vous ouvrez le réfrigérateur, vous vous rendez compte qu'il est vide. C'est ça qui nous attend ici.»

Catastrophe en devenir
Pour prendre conscience de l'assèchement de la rivière Colorado, il faut rouler 500 kilomètres vers le Nord et visiter le barrage Hoover. Situé tout près de Las Vegas, il a été construit au début des années 30 pour régulariser le débit de la rivière Colorado et créer un réservoir pour alimenter Las Vegas. Appelé lac Mead, ce réservoir est le plus grand réservoir artificiel aux États-Unis.

Le barrage Hoover est une merveille de l'ingénierie américaine. Il contient assez de ciment pour construire un trottoir de 1,5 mètre de large faisant le tour du monde à l'équateur. Or le barrage est en voie de devenir rapidement désuet. Le niveau de l'eau du lac Mead baisse de 3 mètres par an. En marchant sur le barrage, on aperçoit la marque du niveau de l'eau sur les roches. La scène est saisissante: des tours de pompage submergées au moment de l'inauguration du barrage sont aujourd'hui dressés hors de l'eau, leurs parois de béton recouvertes de calcaire exposé à l'air libre. Le niveau est si bas que Las Vegas cherche aujourd'hui à acheter de l'eau provenant du nord du Nevada, à des centaines de kilomètres de là.

La diminution des réserves d'eau, jumelée à l'augmentation des températures moyennes, pourrait produire des résultats catastrophiques pour le Sud-Ouest américain au cours des dernières décennies. C'est ce que Glen McDonald, professeur au département de géographie de UCLA, a baptisé «la sécheresse parfaite».

«La sécheresse parfaite, c'est comme la tempête parfaite. C'est une convergence de changements naturels ou créés par l'homme, et qui nous mènent à un résultat imprévu et catastrophique, dit-il. On ne peut pas être sûrs à 100% que ça s'en vient. Mais une chose est certaine: nous sommes en train de mettre en place toutes les pièces nécessaires pour une sécheresse parfaite.»

________________________

LE FLEUVE COLORADO
Longueur: 2300 kilomètres environ
Nombre de barrages: 7, ce qui en fait la rivière comptant le plus grand nombre de barrages aux États-Unis.
États traversés: la rivière fournit de l'eau à l'Arizona, la Californie, le Colorado, le Nevada, le Nouveau-Mexique, l'Utah, le Wyoming et le Mexique.

Pour en apprendre plus sur le lac Mead, le plus grand réservoir artificiel aux États-Unis: http://earthobservatory.nasa.gov/Study/LakeMead



Dimanche 30 Septembre 2007
Dimanche 17 Février 2008
Nicolas Bérubé
Lu 6069 fois

Dans la même rubrique :

UNE PAILLE DE VIE - 13/11/2005

1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide