ACME
Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019
           
REVUE DE PRESSE

Le Bien Public 23 juin : L’eau est-elle trop chère dans le Grand Dijon ?



L’eau courante fait partie de notre quotidien. Mais quelle est sa qualité et est-elle parfois trop chère ? Suivez le cours de notre enquête et remontez à la source…

L’eau qui coule du robinet est cristalline. Les contrats qui se cachent derrière sont parfois plus opaques. Nous avons relevé quelques prix pratiqués dans le département, avec un zoom particulier sur sa ville centre : Dijon.

Dans la cité des Ducs, l’eau est chère (voir les relevés ci-dessous), c’est une évidence. « Trop chère » même, selon le collectif Eau 21 qui a plongé dans cette enquête. Pour eux, le contrat signé par le Grand Dijon avec la Lyonnaise des Eaux, et décrit comme « gagnant-gagnant » par François Rebsamen, alors maire de Dijon, « bénéficie avant tout à la Lyonnaise des Eaux ». Explications.

Plus de 4 millions de bénéfices pour Suez

Un chiffre résume tout : 4 355 238 euros. C’est le bénéfice réalisé par la filiale de Suez Environnement en 2012. Un chiffre en hausse de 15,2 % et une rentabilité impressionnante. « Il existe un équilibre sur 30 ans », répond Marc Bonnieux, directeur régional de la Lyonnaise des Eaux. « Au final, la rentabilité sera de 4,9 % sur la durée du contrat. »

Mais pour les membres du collectif, c’est la preuve du « retournement de veste de François Rebsamen » qui déclarait en 1990 que « ce qui est bon pour la Lyonnaise des Eaux n’est pas forcément bon pour Dijon ». L’actuel ministre du Travail affirmait alors que « l’eau [devait] rester service public ».

C’est peu ou prou ce que demandent aujourd’hui les membres du collectif. Pour eux, en régie publique, « la collectivité aurait pu économiser, sur la seule année 2012, plus de 6 millions d’euros. Car ces quatre millions d’euros de bénéfices, c’est la commune qui aurait pu les garder. » Et ce n’est pas tout. En se penchant sur le rapport annuel du délégataire Suez Environnement, le collectif a constaté « d’autres sommes importantes qui auraient pu être économisées dans le cadre d’une régie publique ».

Des économies facilement réalisables ?

Dans le détail, près de 1,5 million d’euros de « garantie de continuité de service » et 546 000 euros de « contribution aux services centraux ». Des termes “barbares” et difficiles à cerner. Ces « frais de continuité », selon une spécialiste des régies publiques consultée par le collectif, ce n’est ni plus ni moins qu’une « assurance au cas où un accident se produirait. Si aucun accident ne se produit, ils auront gagné chaque année une somme importante sur le dos des abonnés ; somme qui ne sera pas restituée en fin de contrat. » Faux, estime l’entreprise qui explique que ces fonds « restent dans le circuit et rejoignent le fonds spécial créé en 2011 ».

Seule certitude, en 2011, ce sont 600 000 euros que la Lyonnaise des Eaux avait provisionnés et qui n’ont pas été dépensés. Où sont passés ces 600 000 euros ? « Dans la poche des actionnaires la Lyonnaise », selon le collectif. Dans celle du Grand Dijon, assure la Lyonnaise qui explique reverser une partie des bénéfices à la collectivité. Quand à la « contribution des services centraux », il s’agit simplement des « frais de siège et de recherche », explique la Lyonnaise. Autant de sommes qui n’auraient « jamais été dépensées dans le cadre d’une régie publique », selon le collectif. De quoi faire des économies non négligeables pour les Dijonnais.

Un prix en hausse

À Dijon, le prix était de 4,15 euros le mètre cube en 2012, quand il est de 3,38 euros à Lyon ou à Chalon-sur-Saône, ou à 3,77 euros le mètre cube à Lille (source : www.tarifdeleau.fr). Des Dijonnais qui ont vu, entre 2011 et 2012, le prix de l’eau grimper de 2,78 %. Une hausse supérieure à l’inflation et « difficile à expliquer pour une société qui fait de tels bénéfices », estime encore le ­collectif.

« Le prix de l’eau, et sa hausse éventuelle, est une donnée qui ne se compare pas facilement d’un territoire à un autre », rétorque le Grand Dijon. En 2011, d’ailleurs, lors de la reconduction du contrat, François Rebsamen avait estimé une éventuelle baisse « contre-productive au regard de la préservation des biens essentiels de la planète ». Du côté de la Lyonnaise, on explique que la hausse du prix « est fixée dans le contrat en fonction de trois indices : l’évolution du coût de la main-d’œuvre, de la sous-traitance et de l’électricité. Cette dernière ne sera par exemple que de 0,2 % cette année. » La Lyonnaise précise aussi que « le délégataire aurait pu nous demander de revoir cette hausse ».

Ce que le Grand Dijon n’a pas fait. Un constat qui peut déranger quand on note l’importance des bénéfices réalisés par le prestataire. D’autant que ce prix de l’eau n’avait pas été revu à la baisse en 2011 lors de la renégociation, contrairement à ce qu’ont obtenu de nombreuses communes récemment. « Ce contrat est surtout bénéfique pour Suez », estiment donc les membres du collectif pour qui « les élus auraient pu négocier avec plus de virulence » la reconduction du contrat.

« 40 % d’économie » ?

Ce contrat, si le Grand Dijon avait décidé de le prolonger, c’est aussi qu’en raison d’investissements à rembourser, une « rupture anticipée du contrat aurait entraîné remboursement ainsi que versement d’indemnités, le tout dépassant les 100 millions d’euros », disait François Rebsamen en 2011. La position est la même aujourd’hui et le Grand Dijon affirme que le passage en régie publique réclamé « ne peut être analysé qu’à l’aune des investissements réalisés, qui sont très importants […] depuis 2001 ».

Des investissements passés qui expliqueraient donc le prix de l’eau et les bénéfices de la Lyonnaise des Eaux. Dur à entendre pour le collectif qui affirme que « si on passe en régie publique, on baisse le prix de l’eau de 40 % ». Certaines villes ont déjà pris ce chemin. Contraintes ou non. Ainsi, il y a quelques semaines, à Troyes, le tribunal administratif à cassé le contrat de délégation de service public passé entre la ville et Véolia… Les militants du collectif Eau 21 iront-ils jusqu’à saisir la justice ? Pas impossible…

Lundi 23 Juin 2014
Lundi 23 Juin 2014
JEAN-LUC TOULY
Lu 1390 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 20

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide