ACME
22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018
           
ACME

Le Changement climatique menace le Pérou doublement par la fonte de ses glaciers et par une pénurie d'eau



Le Changement climatique menace le Pérou doublement par la fonte de ses glaciers et par une pénurie d'eau
Dans les Andes, le glacier au sommet de la Cordillère Blanche, la plus grande chaîne de montagnes glaciaires tropicale au monde, fond à grande vitesse à cause des températures qui augmentent et la couleur de ses sommets tourne au brun. Ce qui ravive les craintes d'un réchauffement climatique généralisé et, d'après les scientifiques, cela aura des conséquences fâcheuses sur l'approvisionnement en eau de la côte qui est très sèche et où la plupart des Péruviens vivent.

Les glaciologues ont pour indicateur du réchauffement climatique l'état des glaciers partout dans le monde et ils avertissent que la situation dans les Andes préfigure de sérieux bouleversements.

"Pour moi c'est le taux de fonte du glacier qui est un réel problème," parce que dit Lonnie Thompson, expert des principaux glaciers de l'Université d'État d'Ohio "quand la fonte s'accélère, le glacier ne peut plus se reconstituer".

Thompson, ce géologue qui contrôle la fonte des glaciers dans les Andes, sur l'Himalaya et sur le Kilimandjaro, s'inquiète de cette fonte généralisée des glaciers tropicaux due à la hausse des températures mais surtout, "le taux de fonte des glaciers actuellement s'accélère, partout où nous pouvons récolter ces données.

Quelccaya dans le Sud du Pérou, la plus haute calotte galciaire tropicale, s'est rétractée d'environ 60 mètres (200 pieds) par an, et plus de six mètres (20 pieds) par an, dans les années 1960, d'après Thompson.

La fonte est aussi visible dans les autres pays andins - la Colombie, le Venezuela, l'Equateur et la Bolivie.

Au Pérou, où 70 % des glaciers tropicaux de la Terre sont situés, Le massif montagneux des Andes a perdu au moins 22 % de sa surface glacière depuis 1970 et la fonte s'accélère, selon l'Institut de Ressources Nationales du Pérou, INRENA, une agence gouvernementale.

Le Changement climatique menace le Pérou doublement par la fonte de ses glaciers et par une pénurie d'eau
Le GLACIER PASTORURI au Pérou- La chaîne de montagne blanche du Pérou va bientôt devoir changer de nom...

La roche affleure sur les pentes très enneigées dans toutes les Andes péruviennes. Le glacier Broggi a totalement disparu. Des cavernes de glace si connues des touristes ont fondu.

Sur la Cordillère Blanche, qui concentre 35 % des glaciers du Pérou, Marco Zapata, le chef de l'unité de glaciologie de l'INRENA'S, arrive avec peine à un sommet pelé et rocheux d'une montagne qui jusqu'à récemment était recouverte d'une couche de glace séculaire.

Il pointe un petit monticule, blanc sur le glacier Pastoruri à 5,100 mètres (17,000 pieds).

Un mois plus tôt, ce monticule était une caverne de glace - la dernière de Pastoruri - jusqu'à ce que l'arc cristallin de la caverne se soit effondré sous un soleil inhabituellement chaud.

Ce qui reste, fond dans une lagune nouvellement formée.

Le nombre de cavernes de glace varie d'année en année en fonction de la hausse des températures et de leur baisse. Mais la calotte de glace de Pastoruri a rétréci de presque 40 % entre 1995 et 2005 et M. Zapata, qui a étudié les glaciers du Pérou pendant 36 ans,affirme que les cartes postales des cavernes devront être retirées du marché.

En attendant, la fonte fait craindre à long terme un manque d'eau.

Les glaciers alimentent les rivières, qui alimentent les villes tentaculaires comme les bidonvilles sur la côte péruvienne du Pacifique, absolument sèche. Ils servent aussi à alimenter l'agriculture et les installations hydroélectriques qui produisent 70 % de la puissance énergétique du pays.

La caverne de glace du Pastoruri avant qu'elle ne disparaisse
La caverne de glace du Pastoruri avant qu'elle ne disparaisse
Vue du satellite
Les 2/3 des 27 millions des Péruviens résident sur la côte, où seulement 1.8 % de l'eau du pays parvient.

Les bidonvilles poussent comme des champignons sur les dunes raides et sablonneuses autour de la capitale, Lima, et leur fourniture en eau leur revient extrêmement cher, se lamente Julio Garcia du Conseil National de l'Environment, CONAM.

Le Président Alain Garcia imagine que toute cette eau qui fond, pourrait fournir abondamment de l'énergie hydroélectrique au Pérou et à ses voisins, ce que croit possible M. Garcia du CONAM'S, mais il ne pense pas que cette mine d'or bleu durera au-delà de 2050.

M Zapata estime que le réchauffement de la Cordillère Blanche se combine avec quatre ans de précipitation moyenne. "Il n'y a aucune régularité dans les saisons," remarque-t-il ce jour, particulièrement ensoleillé alors que c'est normalement la saison des pluies dans les Andes. "Les fermiers n'y comprennent plus rien."

Les fermiers qui récoltent des pommes de terre, du blé et des artichauts dépendent entièrement de la fonte du glacier de la Cordillère pendant la saison sèche comme pendant la saison humide et ils témoignent que ce n'est plus comme avant.

"Il y en a moins maintenant, qu'avant," constate Claudia Villafan Ramos, un ouvrier agricole, en parlant des neiges sur la montagne qui surplombe sa vallée native du fleuve Santa.
Les sommets sont maintenant recouverts de taches brunes et ou sont nus. Pour Villafan, dont les mains et le visage abîmés le rendent plus âgé que ses 42 ans, cela signifie surtout des emplois en moins et "pas grand chose à manger."



Liens pour aller plus loin
Les conclusions de Lonnie Thomson
Chronologie des fluctuations des glaciers des Andes de Bolivie durant les différentes périodes
Les impacts du changement climatique en France
Photographies des glaciers dans le monde

Traduction SDT

Global Warming Threatens Double-Trouble for Peru: Shrinking Glaciers and a Water Shortage

Le Changement climatique menace le Pérou doublement par la fonte de ses glaciers et par une pénurie d'eau
February 12, 2007 — By Leslie Josephs, Associated Press



PASTORURI GLACIER, Peru -- Peru's "White Mountain Range" may soon have to change its name.

The ice atop Cordillera Blanca, the largest glacier chain in the tropics, is melting fast because of rising temperatures, and peaks are turning brown. The trend is highlighting fears of global warming and, scientists say, is endangering future water supplies to the arid coast where most Peruvians live.

Glaciologists consider the health of the world's glaciers an indicator of global warming and they warn that what is happening in the Andes signals trouble ahead.

"To me it's the rate of ice loss that's a real concern," because when melting accelerates, the ice cannot replenish itself, said Lonnie Thompson, a leading glacier expert at Ohio State University.

Thompson, a geologist monitoring glacier retreat on the Andes, Himalayas and Kilimanjaro, said tropical glaciers are melting all over the world because of rising temperatures "and where we have the data to prove it, the rate of ice loss is actually accelerating."

Quelccaya in southern Peru, the world's largest tropical ice cap, is retreating at about 60 meters (200 feet) a year, up from six meters (20 feet) a year in the 1960s, Thompson said.

Melting is also visible in the other Andean countries -- Colombia, Venezuela, Ecuador and Bolivia.

In Peru, home to 70 percent of Earth's tropical glaciers, the Andes mountains have lost at least 22 percent of their glacier area since 1970 and the melt is speeding up, according to Peru's National Resources Institute, INRENA, a government agency.

Rock shows through lavishly snow-covered mountains throughout the Peruvian Andes. The Broggi glacier has disappeared altogether. Ice caves once popular with tourists are gone.

On Cordillera Blanca, which has 35 percent of Peru's glaciers, Marco Zapata, head of INRENA's glaciology unit, trudges up a barren, rocky mountain slope that until recently was covered by a centuries-old layer of ice. He points to a small, white mound on the retreating Pastoruri glacier, 5,100 meters (17,000 feet) above sea level.

A month earlier, that mound was an ice cave -- Pastoruri's last -- until the cavern's crystalline arch collapsed under an unseasonably warm sun. The remnants are melting into a newly formed lagoon.

The number of ice caves varies from year to year as temperatures rise and fall. But Pastoruri's ice cap shrank nearly 40 percent between 1995 and 2005, and Zapata, who has studied Peru's glaciers for 36 years, says postcards of the caverns should be taken off the market.

Meanwhile, the melt is causing long-term fears of a water shortage.

Glaciers feed the rivers that feed the sprawling cities and shantytowns on Peru's bone-dry Pacific coast. They also serve agriculture and hydroelectric plants that generate 70 percent of the country's power.

Two-thirds of Peru's 27 million people live on the coast, where just 1.8 percent of the nation's water supply is found. Shantytowns spring up virtually overnight in the steep, sandy dunes around the capital, Lima, and providing them with water is extremely costly, says Julio Garcia of the National Environment Council, CONAM.

President Alan Garcia believes the rush of melted water could provide abundant hydroelectric energy to Peru and its neighbors, and CONAM'S Garcia agrees it's feasible, but doesn't think the water bonanza will last beyond 2050.

Zapata says the warming of Cordillera Blanca combines with four years of below-average rainfall. "There is no regularity in terms of seasons," he said on a blindingly sunny day in what is traditionally the Andean rainy season. "The farmers are completely confused."

Farmers growing potatoes, wheat and artichokes depend entirely on the glacier runoff from the Cordillera Blanca during the dry season, and on rainfall during the wet season, and they say this is changing.

"There's less now, not like before," Claudia Villafan Ramos, a farmworker, said of the snows atop the mountain in her native Santa River valley. The peaks are now spotted with bare brown patches.

Villafan, whose weathered hands and face make her look older than her 42 years, said it means fewer jobs and "there is nothing to eat."

Mercredi 14 Février 2007
Samedi 17 Février 2007
JEAN-LUC TOULY
Lu 7847 fois


1.Posté par Jean-Marc Hauth le 17/02/2007 18:25

A quoi cela sert-il de crier au "secours le climat" .Il faut faire admettre la place de la gestion globale de l'eau sur le climat.
Actuellement on met en avant que les émissions de CO2 comme étant le facteur des dérèglements climatiques à cause de l'effet de serre.
On dit même que ces modifications de climat modifient le cycle de l'eau, que cela modifie la pluviosité et les régimes des cours d'eau.
Cette attitude scientifique est scandaleuse et elle arrange les batailles des industries des énergies du futur.
Le fait de passer sous silence, de minimiser, marginaliser et même comme victime l'assèchement des sols de la planète est un mensonge d'autant plus grave que l'eau est la clé des problèmes climatiques.
L'activité humaine agit sur le sol et le sous-sol pour réduire la recharge de l'eau souterraine alors que la surexploitation profonde de l'eau augmente.
L'assèchement de masses de l'écorce terrestre croissantes permet leur échauffement croissant et donc transmet à l'atmosphère une élévation des températures qui s'ajoute à l'effet de serre alors que pour l'instant cet échauffement est imputé à l'effet de serre.
Cet assèchement direct par l'action humaine du sous-sol, est responsable de la décroissance végétale globale qui ne peut plus recycler le co2 qui s'accumule en plus des émissions. Autrement dit le co2 augmente par les deux bouts : émission et non recyclage.
Il est urgent de faire en sorte que l'eau de la planète soit soustraite aux mains des commerçants de l'eau afin de stopper les effets pervers d'une "gestion par le besoin" des consommateurs qui considère que la ressource est infinie et de développer une gestion de la ressource globale qui tiendra compte des potentialités de l'eau à long terme et au-delà des frontières en aidant le cycle de l'eau à moins ruisseler et d'avantage s'infiltrer.
L'eau est le fer de lance du développement de la vie. L'argent n'est qu'un moyen d'échange qui peut tuer la vie sur terre.
http://www.dailymotion.com/jeandb/video/x15f8f_reportage-biefs-du-pilat

2.Posté par Jean-Marc Hauth le 17/02/2007 18:27


[url:http://www.dailymotion.com/jeandb/video/x15f8f_reportage-biefs-du-pilat]


Dans la même rubrique :

Les leçons de Suez - 10/03/2006

1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide