ACME
La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018 Nouvelles ponctions sur les finances des Agences de l'Eau 17/12/2018 Contrat de l’eau : une pétition pour faire gagner 120 millions d’euros à Bordeaux 13/12/2018 Toulouse 2020 : pas de multinationales dans mon eau ! 12/12/2018 Eau Secours 29. Dix ans de luttes contre les dérives de l’eau © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/au-secours-29-dix-ans-de-lutte-contre-les-derives-de-l-eau-10-12-2018-12157958.php#ut0wca5apLGyHeY2.99 11/12/2018 Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018
           
LES COMITES

Le Droit de l'Eau : : Qui doit décider de la politique de l'eau du Mali ?

Entre l'économie du NON marchand et l'économie de la prédation de la richesse d'autrui!

Denrée précieuse et irremplaçable des écosystèmes terre, l’eau est « source de vie » comme l’air, elle est un don du Dieu. Le droit à l’eau , « bien vital », est un droit sacré en Afrique et notamment au Mali. Dans le langage populaire au pays dogon, on attend couramment « sans puits pas de village ». Dans la vie domestique, agricole et industrielle il n’y a pas de production de la richesse sans accès à l’eau. Ainsi l’eau , ressource commune de l’humanité relève du domaine de l’économie du non marchand, inaliénable individuellement et collectivement. En effet, parler d’économie en matière d’eau, signifie une économie au service de l’homme et non une économie d’accumulation au profit de la rente de monopole privée.



Le Droit de l'Eau : <font color='red' size=4>: </b>Qui doit décider de la politique de l'eau du Mali ?</font>
Avec la main mise de la rente du monopole privée (les privatisations) sur de la gestion de la distribution de l’eau depuis les années 1980 et la crise de la dette injuste et immorale, l’approvisionnement par les compagnies publiques d’eau a été compromise dans la quasi-totalité des pays africains notamment au Mali avec plus de 40% de la population privée d’eau potable. En dépit de l’échec des privatisations de l’eau comme le cas récent de l’EDM au Mali, certains pouvoirs publics au détriment de la reproduction sociale de leur population, continuent de défendre souvent avec excès de zèle les plans désastreux de privatisation de l’eau de la Banque mondiale et du FMI.

Or, comme elle a été décidée par le 2ème Forum Alternatif Mondial sur l’Eau (FAME), l’accès à l’eau en quantité et en qualité suffisante à la vie doit être reconnue comme « un droit constitutionnel humain et social, universel, indivisible et imprescriptible » . C’est pourquoi, le choix libre de la politique de l’eau est déterminant sur le « bien être » des citoyens et sur le processus de développement durable et équitable d’un pays. La participation populaire des citoyens dans la définition et le choix de la politique de l’eau au niveau village, campement de pêche, fraction nomade, ville urbaine et rurale du Mali doit être une exigence démocratique et de souveraineté.

C’est pour cette raison, que le Comité Malien pour le Contrat Mondial sur l’Eau (CME) soutien « la décision du Mali de reprendre à SAUR International ( du Groupe français Bouygues) le contrôle de son patrimoine énergétique » suite :

* au non respect de son engagement à investir 400 milliards de FCFA sur 20 ans dont 141 milliards les cinq premières années , conformément au contrat de concession signé 2000 ;

* et son refus d’ajuster les prix de l’eau et de l’électricité à la bourse de la population malienne, dont plus de 60% vivent en dé ça du seuil de pauvreté.

Le Droit de l'Eau : <font color='red' size=4>: </b>Qui doit décider de la politique de l'eau du Mali ?</font>
Pour le CME cet acte de reconquête de la souveraineté développementale céder à autrui , est un acte citoyen pour la promotion des droits humains, de l’éradication de la pauvreté (objectifs du NEPAD) ou de sa réduction ( objectifs OMD ). L’eau est l’affaire des citoyens. Elle doit revendiquer sa liberté, sa potabilité mais aussi les 40 litres d’eau domestique gratuites comme le réclament le FAME, la fondation Danielle Mitterrand. ACME Italie, ACME France, CME- Mali, entre autres.

Cependant, rien n’est gagné , car l’AGCS (accord général sur le commerce des services) de l’OMC et la Directive Bolkestein de l’Union Européenne représentent des stratégies subtiles d’imposition de la privatisation de l’EDM à des multinationales contrôlant des gouvernements entiers avec leur puissance financière.

L’AGCS et Bolketein sont sources d’inégalité sociale et de moyens de place l’eau dans la logique de l’économie de la prédation de la richesse d’autrui. Le CME , tout en saluant les luttes des mouvements sociaux des Pays Bas (septembre 2004) et d’Uruguay en octobre 2004, en appelle donc à la vigilance des mouvements sociaux maliens (notamment ASIAP, CAD- Mali, COCIDERAIL, ASCOMA, REDECOMA) engagés dans la défense de l’eau comme « bien commun appartenant à tous les être humains et à toutes les espèces vivantes de la planète terre » (2éme principe du forum alternatif mondial de l’eau – mars 2005).

Nous devrons refuser l’argument faisant de l’eau un besoin au lieu d’un droit. De la même manière, nous devrions nous opposer au fait que les commerçants de l’eau (eau en bouteille) nous étiquettent de « client » à la place de « consommateur ».

Le Droit de l'Eau : <font color='red' size=4>: </b>Qui doit décider de la politique de l'eau du Mali ?</font>
L’eau est un bien public. Comme le soutien le Professeur Petralla Riccardo « garantir le droit à l’eau comporte des coûts importants et exige les impératifs d’une gestion rigoureuse de manière à ce que les génération futures puissent en jouir de la même liberté et capacité de choix ».

Cela étant , nous ne pensons pas que la logique de « Gestion intégrée des ressources en eau » du SIDEAU ne signifiera nullement le placement l’eau dans la sphère de ressources marchandisables comme le pétrole ou Coca Cola. Non, l’eau doit rester dans son cadre naturel et comme le prévoit le Principe 2 du manifeste de l’eau en 1998 du Comité Mondial pour le Contrat de l’Eau « l’eau appartient davantage à l’économie des biens communs et du partage de la richesse ». C’est pourquoi le CME, signateur de l’Appel de Bamako en janvier 2006 lors Forum Social Mondial polycentrique, souscrit au principe du FAME que « les collectivités publiques doivent assurer le financement des investissements nécessaires à la fourniture de l’eau à tous » contrairement au panel Camdessus favorable « au secteur privé sur le financement de l’eau pour tous » tel que porté par la nouvelle décennie de l’eau (2005 – 2015) de l’ONU.

Le financement des points d’eau et des actions d’assainissement doivent relever du « trésor public ». Les mouvements sociaux doivent se battre contre toutes les formes de gestion publique –privé, car au Mali et ailleurs dans le monde ni la cogestion ni la privatisation n’ont été la hauteur du souhait populaire : le bien être. La gestion de la distribution de l’eau doit être du domaine du « partenariat public – public » , les exemples de : « Partenariat Public- communautaire » au Ghana et de « Partenariat Public – Populaire » au Cochabamba ; « Partenariat Public –Travailleurs » en Dhaka en sont des évidences empiriques.

Comité Malien pour le contrat mondial sur l’eau

Sékou Diarra

Mardi 21 Février 2006
Jeudi 30 Mars 2006
Acme Mali
Lu 3439 fois


1.Posté par Françoise Mulfinger le 22/02/2006 17:52
Sékou,
Après avoir tant travaillé avec engagement et succès dans ta recherche sur le devenir des paysans maliens dans le secteur du coton ces dernières années, te voilà aux côtés non seulement du peuple malien mais de tous les exclus des droits fondamentaux y compris de celui de l'accès à l'eau potable. Dans ce domaine aussi nos luttes se rejoignent pour donner aux sans voix la parole et la force de réagir.Solidairement. Françoise

2.Posté par Gérard Borvon. S.eau.S le 25/10/2006 14:19
Pour ceux qui ont vu ou iront voir le film "Bamako", la lecture de cet article est très éclairante.

3.Posté par Rosnert ALISSOUTIN le 05/09/2007 15:59
URGENCE.
Je voudrais avoir le contact et le CV de Sékou Diarra pour l'intégrer dans une équipe de recherche sur les conflits liés à l'eau au Sénégal, au Mali et en Mauritanie.
Je suis docteur en droit de l'eau. C'est très très urgent. Merci.


Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

FICHES D'IDENTITE | LES PRINCIPES FONDATEURS | L'ADHESION A ACME | LES COMITES | LIENS | FAME 2005 | La vie de l'ACME

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide