ACME
Contrat de l’eau : une pétition pour faire gagner 120 millions d’euros à Bordeaux 13/12/2018 Toulouse 2020 : pas de multinationales dans mon eau ! 12/12/2018 Eau Secours 29. Dix ans de luttes contre les dérives de l’eau © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/au-secours-29-dix-ans-de-lutte-contre-les-derives-de-l-eau-10-12-2018-12157958.php#ut0wca5apLGyHeY2.99 11/12/2018 Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018 Quimper Affaire de l’eau. Un des agents suspendus réintégré 06/12/2018 Réunion publique sur la gestion de l'eau à Quimper le 14 décembre 2018 05/12/2018 Loic Fauchon élu à nouveau président du Conseil Mondial de l'Eau 05/12/2018 L'oeil du 20h de France 2 du 6 novembre sur Wissous 02/12/2018 QUESTIONS liées au point 25 (1 508 pages) de l'ordre du jour du conseil communautaire de Paris Saclay du 28 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique sur l'eau à Avignon le 29 novembre 2018 28/11/2018 Réunion publique du 14 décembre sur la gestion de l'eau à Quimper 27/11/2018 Article n°Délibération du 26.11.2018 de prise d'acte de non transmission par le délégataire Suez de son Rapport Annuel d'activité 2017 à la ville de Wissous détentrice de la compétence assainissement depuis le 1.01.2016 et ses conséquences en mat4685 27/11/2018 Toulouse : comment Veolia et Suez ont gagné la bataille du marché de l’eau 27/11/2018 Le Conseil mondial de l’eau assigné devant le tribunal par des associations indiennes 26/11/2018 Nice : Eau : cinq communes rejoindront la régie en 2020 26/11/2018 Véolia Eau au rapport : Plus de 6 000 € de pénalités ont été appliquées pour le retard dans la transmission du rapport, le non-respect du nombre d’heures d’insertion à réaliser, des profits financiers ne correspondant pas aux comptes prévisionnels du 24/11/2018 Toulouse Métropole : Eau : le collectif manifeste et demande le report du vote 23/11/2018 Le Parlement espagnol ouvre le robinet de la remunicipalisation de l'eau 22/11/2018 Lettre A : Remous en vue à Toulouse Métropole après la "sélection" du duo Suez/Veolia 22/11/2018 Intervention de JL Touly ( 2h59mn50 à 3h2mn) au Congrès de l'Association des Maires de France lors du FORUM : La gestion patrimoniale de l'eau et de l'assainissement (Salle 300) 21/11/2018 : 09h30 à 12h30 en présence de J Launay président LREM du Com 22/11/2018 Veolia invite à déjeuner plus de 1 000 maires dans le congrès de l'Association des Maires de France ce 21 novembre 2018 et à entendre son PDG et sans parler d'un stand luxueux offrant champagne et petits fours pendant 3 jours imputés sur les factures 21/11/2018 Salon 2018 du livre des lanceurs d'alerte 19/11/2018 M Moudenc président de Toulouse Métropole un vrai père noel !!! 17/11/2018 Café citoyen sur la gestion de l’eau 14 novembre à 19h30 50 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-Maurice 13/11/2018 Arménie : Une amende de 20 millions drams à payer par la compagnie « Véolia Djur » 11/11/2018 Sénégal -SDE: l’attribution provisoire à Suez suspendue  la bataille pour la distribution de l'eau n'est pas terminée 10/11/2018 SIAAP : RÉSILIATION D’UN MARCHÉ IRRÉGULIER 07/11/2018 La gestion directe fait baisser la facture d’eau à Lesparre Médoc 07/11/2018 Guadeloupe : Mobilisation du collectif d'usagers et des salariés de l'eau 8 novembre 2018 7h devant la Générale des Eaux Veolia 06/11/2018 L'ECHIQUIER MONDIAL. Eau : l'or du XXIe siècle ? 02/11/2018 Gestion de l’eau à Toulouse : une élue qui dérange 02/11/2018 Journal de 20h de France 2 du 1er novembre 2018 01/11/2018 MOBILISATION DES USAGERS ET TRAVAILLEURS DE L'EAU DE GUADELOUPE DU VENDREDI 31/10.2018 A 19H00 PLACE DE LA MAIRIE DE PETIT-BOURG 29/10/2018 M. Santini tente un coup de force contre la démocratie locale 29/10/2018 La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 10 septembre dernier vient de mettre en demeure le SIAEAG de verser à l'Office de l'Eau de Guadeloupe plus d'un million d'euros pour retard de paiement de frais depuis 5 ans 05/10/2018 INTERVENTION devant le Président MACRON DE GERMAIN PARAN et JACQUES DAVILA représentants guadeloupéen de comité et d'associations d'usagers de l'eau et de lutte contre la corruption et d'associations nationales (ACME FRICC) 30/09/2018 Communiqué des Associations Guadeloupéennes de Défense des Usagers de l'Eau de la CANBT, de la CANGT et de CAP EXCELLENCE 27/09/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC  à la veille de la visite du Président de la République sur la question de l'accès à l'eau d'une bonne qualité 24h sur 24 et 7 jours sur 7 en Guadeloupe à l'instar des autres départements français 25/09/2018 20 minutes 24 septembre : Toulouse: Des citoyens veulent un référendum sur la gestion publique ou privée de l'eau 25/09/2018
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

Le Monde : Le réchauffement climatique menace les glaciers de l'Himalaya

Le réchauffement climatique accélère la fonte des glaciers de l'Himalaya. Quarante-neuf stations climatiques, dispersées dans la chaîne montagneuse, ont enregistré, depuis le milieu des années 1970, une hausse de la température moyenne de 1,2 oC, soit le double de celle enregistrée sur la même période à cette latitude.



L'indus
L'indus
Les 32 000 kilomètres carrés de glaciers qui recouvrent l'Himalaya sont les premières victimes du réchauffement. Tous sont en voie de disparition, chacun à son propre rythme. Le glacier Gangotri, un lieu de pèlerinage hindou, long de 26 kilomètres, qui alimente le Gange, recule de 23 mètres par an. Celui de Bara Shigri, un des glaciers les plus importants d'Inde, recule de 36 mètres par an.

Les scientifiques ont mis en évidence le phénomène en utilisant des photographies satellites. Pris par l'organisation indienne de recherche spatiale, ces clichés montrent une diminution des glaciers de 21 % dans les bassins de Chenab, de Parbati et de Baspa, au nord de l'Himachal Pradesh. "Les glaciers de moins de 1 kilomètre carré, avec une diminution moyenne de 38 %, sont les plus vulnérables, et les grands glaciers se fragmentent en différents morceaux", explique Anil Kulkarni, chargé du projet à l'organisation indienne de recherche spatiale.

Le réchauffement des températures ne fait pas seulement fondre les glaciers. Il écourte les périodes pendant lesquelles ces derniers se forment. "Avec un hiver de plus en plus tardif, les flocons de neige ne disposent plus du temps nécessaire pour se transformer en glace, explique Syed Iqbal Hasnain, un glaciologue indien. Enfin, lors de la mousson, ce n'est plus de la neige, mais de la pluie, qui arrive à une certaine altitude", poursuit-il.

"La fonte va, dans un premier temps, augmenter le débit des fleuves", explique Rajesh Kumar, de l'Institut technologique Birla, à Jaipur. Ce scientifique indien a étudié, avec une équipe britannique du Centre d'écologie et de l'hydrologie, les répercussions de la fonte des glaciers sur le Gange, le Brahmapoutre et l'Indus. Les débits des fleuves atteindront un pic entre 2050 et 2070, avec des crues dévastant les cultures et les habitations au bord des fleuves. Le relief des basses vallées de l'Himalaya sera aussi affecté à cause de gros glissements de terrain.

Une fois que les glaciers auront fondu, le Gange, le Brahmapoutre et l'Indus ne seront plus alimentés. Or 80 % des ressources en eau du Gange, par exemple, proviennent de la fonte des glaciers. Dans un rapport publié le 6 avril, le Groupe d'experts pour l'étude du climat (GIEC) a émis l'hypothèse que les fleuves indiens puissent devenir saisonniers. Secs en hiver, ils seraient remplis par l'eau de la mousson en été.

La décrue des fleuves pourrait avoir des conséquences désastreuses sur les habitants des plaines du nord de l'Inde. L'irrigation, la production d'énergie hydroélectrique et les ressources en eau potable seraient affectées. Le WWF se prépare déjà à une telle éventualité. "Nous allons bientôt expérimenter des programmes dans deux villages sur le bord du Gange afin d'aider les paysans à adapter leurs méthodes de culture, en cas de crue puis de décrue du fleuve", explique Prakash Rao, chargé du programme de lutte contre le réchauffement climatique. La décrue du Gange pourrait affecter 40 millions de personnes habitant jusqu'à New Delhi, car le fleuve sacré alimente la capitale indienne via des canaux.

Pour remplacer les glaciers naturels en voie de disparition, un ingénieur a commencé à construire des glaciers artificiels dans les hauts plateaux du Ladakh en détournant l'eau des rivières. Celle-ci est stockée dans des bassins à flanc de montagne à plus 4 000 mètres d'altitude. "Mais le travail de l'homme peut-il remplacer celui de la nature ?", s'interroge, sceptique, Syed Iqbal Hasnain. "Sans réduire les émissions de gaz à effet de serre, nous allons droit vers la catastrophe, poursuit-il, et le sous-continent indien est directement responsable, car les glaciers de l'Himalaya sont particulièrement sensibles au gaz à effet de serre émis dans la région."

Le 16 mai, plusieurs ministres du gouvernement indien se sont réunis pour mettre au point une stratégie de lutte contre le réchauffement climatique. "Une réunion de plus, avec toujours aucune mesure à l'horizon", conclut, avec amertume, Syed Iqbal Hasnain.



Julien Bouissou

--------------------------------------------------------------------------------
Les trois fleuves indiens

Le Gange : long de 2 510 kilomètres, il prend sa source dans le glacier de Gangotri, à 7 756 mètres d'altitude, dans l'Himalaya, et se jette dans la baie du Bengale, au Bangladesh. Il fait subsister plus de 400 millions d'habitants, dont la majorité vivent grâce à l'agriculture.



Le Brahmapoutre : long de 2 900 kilomètres, il prend sa source dans les massifs himalayens du Tibet, puis passe par l'Inde avant de se jeter dans le delta du Gange, au Bangladesh.



L'Indus : long de 3 200 kilomètres, il prend sa source au Tibet, traverse l'Inde et se jette en mer d'Arabie, à Karachi, au Pakistan. Source principale d'eau potable au Pakistan, il irrigue les plaines agricoles du Pendjab, au nord de l'Inde.





Article paru dans l'édition du 25.05.07

Vendredi 25 Mai 2007
Vendredi 25 Mai 2007
LE MONDE
Lu 3996 fois


1.Posté par De strooper le 25/07/2008 20:54
Bonjour,

Concernant le réchauffement climatique et ses effets sur la Gange
Ne pourrions-nous pas imaginer un trés grand tissu léger (aluminium comme les astraunautes)
Réfléchissant une partie des rayons du soleil et qui serai maintenu par de gigantesque pilone où câble au dessus de l'Himalaya
c'est évidement une version non étudier, mais qui demande peut-être réflexion auprès des scientifiques ?
Merci d'avance de votre réponse


Dans la même rubrique :

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide