ACME
Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019
           
REVUE DE PRESSE

Le debat se tend sur la gestion Veolia - Montpellier journal



Montpellier-journal.fr
Lundi, en conseil municipal, les Verts ont dénoncé l’absence de contrôle de la délégation du service public de l’eau. L’occasion de revenir en détail sur les arguments avancés. Notamment par Georges Frêche qui a fait une apparition sur sa chaise d’élu de la ville. Un deuxième article sera consacré, demain, aux travaux de la mission d’évaluation de la gestion de l’eau.


Nathalie Medeiros a fait part, à plusieurs reprises de ses doutes sur la méthodologie de la mission d’information et d’évaluation de la gestion de l’eau de Montpellier par Veolia. Cela semble avoir déplu aux membres de cette mission qui demandent à la conseillère municipale (Verts) de “ne pas trop s’épancher dans la presse”.

“Petits arrangements entre amis”
L’élue ne se laisse pas impressionner et en remet une couche en conseil municipal, le 22 juin pour dénoncer l’absence des comptes d’exploitation prévisionnels et les rapports circonstanciés de la mairie. Hélène Mandroux, tente à plusieurs reprises de l’empêcher de terminer son intervention en la mettant en garde : “Attention à ce que vous êtes en train de dire.” La conseillère municipale poursuit et qualifie le contrat signé avec la CGE en 1989 de “chèque en blanc que la ville de Montpellier a offert avec générosité à une multinationale”, dénonce un “déni de démocratie” et “des petits arrangements entre amis”. Conclusion : “Aujourd’hui, nous avons la preuve qu’en 20 ans, la municipalité n’a effectué aucun contrôle de la gestion de l’eau.”

Georges Frêche était présent au début du conseil municipal. Et comme Nathalie Medeiros s’était adressée à lui, celui qui était maire en 1989 répond mais pas “sur le fond”, car, selon lui, “ça n’en vaut pas la peine”. Premier point : “Tous ces comptes, dès 89, ont été contrôlés à cinq reprises par la chambre régionale des comptes qui a donné quitus alors je ne sais pas si cette dame est une spécialiste en droit financier mais elle a encore, à mon avis, beaucoup de progrès à faire.” On ne sait trop à quels contrôles Georges Frêche fait référence mais, sauf erreur, ce sont les comptes présentés par la ville que la chambre a contrôlés, pas ceux de Veolia. Or ce sont les lacunes du contrôle du délégataire par la ville que Nathalie Medeiros dénonce.

143 MF récupérés par la CGE en 7 ans
De plus, les Verts souligneront, le lendemain dans un communiqué, que justement la chambre régionale des comptes s’inquiétait, dans un rapport de juillet 1999 sur la gestion de la ville de Montpellier, “de l’équilibre du contrat entre un droit d’usage de 250 MF versé par la CGE (”principe prohibé par la suite”) et les sommes récupérées par l’entreprise qui avoisinaient les 142,8 MF en 7 ans alors qu’il restait 18 ans à courir”. Un des artifices souvent pointé du doigt dans ce type de contrat et permettant à une ville de faire payer aux usagers de l’eau une sorte d’impôt indirect “noyé” dans leur facture. “Un transfert de charges du contribuable vers l’usager”, selon la chambre. Ce qui permettait aux élus de faire plus - par exemple un palais des congrès - avec moins d’impôts. Quant aux multinationales concernées, elles auraient récupéré parfois bien plus que la somme versée initialement. Ainsi à Toulouse, selon un spécialiste des contrats de gestion de l’eau, ce serait 437 millions de francs (67 M€) qui ont été versés et 1,3 MdF (198 M€) récupérés par Veolia. Et, on l’a compris, plus la durée du contrat est longue, plus cette possibilité est grande. Et justement, la chambre régionale des comptes, sur la même page 37, souligne qu’à Montpellier, “la durée du contrat est fixée à 25 ans, bien au delà du terme de douze ans préconisé par le cahier des charges type”.

Autre argument développé par Georges Frêche : “Le prix de l’eau à Montpellier est le moins cher des grandes villes du sud de la France. Parce que si on écoute ce qu’on vient d’entendre, on a l’impression qu’il se passe des choses extraordinaires.” Avant de conclure en fin politique : “Ce qui importe aux gens, c’est combien ils payent le prix de l’eau.” Argument balayé par un spécialiste des contrats de gestion de l’eau : “Le prix de l’eau est fonction des conditions techniques locales. En la matière, comparaison n’est pas raison.” C’est-à-dire que si, à Montpellier, l’eau est facile à puiser et si sa qualité est bonne, c’est normal que son prix soit bas par rapport à des villes où ces conditions sont moins favorables. Donc le prix de l’eau n’est pas un indicateur pertinent pour évaluer une bonne gestion. Encore un point à approfondir par la mission.

“Six ans dans la majorité”
Dernier argument qui est plutôt une contre-attaque de Georges Frêche adressé au président du groupe Verts-NPA-CUAL : “ M. Roumegas a été six ans dans la majorité que j’ai eu l’honneur de conduire, à l’époque il n’avait trouvé rien à redire à la gestion de l’eau. Je m’aperçois que brusquement, maintenant qu’il est dans l’opposition, il a des velléités. Très bien. Et je suis sûr que si M. Roumegas rentrait dans la majorité, il n’aurait plus de problème. C’est ce qu’on appelle un alimentaire, M. Roumegas.” Le mis en cause demande immédiatement la parole pour répondre : “Nous avons voté les rapports du délégataire parce que, ce qu’ils comportaient ne prêtaient pas à critique. Nous sommes tout à fait prêts, nous, à reconnaître avoir voté par erreur si on s’est trompé. Les élus votent à partir des analyses qui sont fournies par les services. A l’époque, nous n’avions pas du tout les analyses que nous avons maintenant et je suis prêt à reconnaître que nous aurions dû être plus vigilants.” Exclamations, huées et ricanements sur les chaises de la majorité.

Jean-Louis Roumegas poursuit : “Bordeaux a reconnu que son délégataire avait abusé de sa situation et a récupéré de l’argent. Toulouse a reconnu que son délégataire l’avait trompé et avait passé des sommes indues. Et d’autres villes encore. Elles ont su non seulement reconnaître leur erreur mais aussi demander des comptes à leur délégataire. Ce qui est extrêmement étonnant de la part de Georges Frêche, le même qui va récupérer la compétence au sein du conseil d’agglomération, c’est que lui décide de mettre un mouchoir sur le passé et refuse de voir la vérité. Au lieu de nous envoyer simplement on a voté - nous avons tous voté - faites comme Bordeaux et Toulouse et soyez capable de jeter un regard sur le passé et reconnaissez vos erreurs si elles sont démontrées. A moins que vous ne vouliez vraiment cacher quelque chose. Il faudrait peut-être revenir en 89, au moment où le contrat a été signé.



Vendredi 26 Juin 2009
Samedi 27 Juin 2009
JEAN-LUC TOULY
Lu 2049 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 20

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide