ACME
Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018
           
Pesticides aux Antilles

Le dossier des pesticides aux Antilles

A la veille de la présentation à l’Assemblée nationale le mardi 18 septembre 2007 par le docteur Dominique Belpomme d’un rapport dans lequel ce cancérologue, protagoniste de l’Appel de Paris, estime que la Martinique et la Guadeloupe ont été empoisonnées par des pesticides menant à un désastre sanitaire, une situation que les autorités françaises semblent enfin enclines à reconnaître trente ans après la première alerte, Eaux glacées et l’association S-Eau-S rappellent la chronologie de cette catastrophe environnementale et humaine et l’interminable litanie des rapports en enquêtes qui se sont succédés depuis trente ans…



Les ravages provoqués par l’utilisation du Chlordecone aux Antilles françaises sortent enfin de l’ombre.

Le dossier des pesticides aux Antilles
Mais aussi incroyable cela puisse-t-il paraître, de 1977 à 2003, les premiers rapports circonstanciés transmis aux autorités de tutelle ne susciteront aucune réaction officielle :

  • 1977 : le rapport Snégaroff (INRA)
  • 1979-1980 : le rapport Kermarec
  • 1993 : Etude dans l’estuaire du Grand Carbet (Unesco)
  • 1998 : Rapport Balland-Mestres-Faget, mission d’inspection diligentée par les ministères de l’Environnement et de l’Agriculture
  • 2001 : Rapport Bonan-Prime (IGAS-IGE), remis le 5 juillet 2001 à Mme Dominique Voynet, ministre de l’Environnement, et à Mme Dominique Gillot, secrétaire d’Etat à la Santé.
  • Novembre 2002 : Plan d’action du Groupe régional phytosanitaire de Martinique (Grephy)
  • Mars 2003 : Rapport établi par Eric Godard, ingénieur du génie sanitaire à la Direction de la Santé et du Développement social de la Martinique. Forum international environnement santé.

Voir l’analyse de ces rapports dans l’enquête publiée le 10 août 2005 par Gérard Borvon, responsable des Verts en Bretagne, animateur de l’association S-Eau-S : « Une pollution grave de l’eau et des sols dans les Antilles. DOM-TOM : les oubliés des lois sur l’eau. »

- 2003 : le Comité national de l’eau évoque la question du Chlordecone en Guadeloupe.
La présentation effectuée par le représentant de la Diren Guadeloupe et un conseiller général guadeloupéen ne suscite commentaire particulier.


Extraits :
« 2.2. Pollutions d’origine agricole »
2.2.1. Pesticides

Les campagnes de mesures réalisées en décembre 1999 et au début de l’année 2000 ont révélé une contamination très importante par les pesticides de certains points de prélèvements situés dans la partie sud de la Basse-Terre. Une dizaine de molécules ont été trouvées et trois d’entre-elles dépassent nettement les normes de potabilisation. Il s’agit du chlordécone, de la dieldrine, et du HCH. Ces trois molécules entrent dans la composition d’insecticides. Elles appartiennent à la famille des organochlorés et sont très rémanentes. Elles sont interdites à la vente depuis respectivement 1993, 1972 et 1987. Ces résultats et la présence de chlordécone dans les sédiments de la Rivière du Grand-Carbet en 1993 révèlent une large contamination des ressources en eau en Guadeloupe. Les cultures les plus consommatrices de produits phytosanitaires sont la banane et le maraîchage. Il est cependant difficile d’identifier avec précision les causes des pollutions par les pesticides car les pratiques des agriculteurs sont mal connues pour diverses raisons :

  • en ce qui concerne la banane, une partie des produits vendus par les SICA bananières est utilisée pour d’autres cultures ;
  • les maraîchers sont très peu suivis techniquement ;
  • il semble qu’une partie des produits utilisés ne passe pas par les filières officielles.
  • Par ailleurs, la culture de la banane en Grande-Terre présente un risque de pollution par les pesticides du fait de la vulnérabilité de la nappe. Enfin, la recherche des pesticides est compliquée par la nécessité d’envoyer les prélèvements en métropole pour qu’ils soient analysés.


2.2.2. Engrais
Les risques de pollution liés à l’utilisation des engrais résultent d’une augmentation des nitrates dans l’eau. Comme indiqué au paragraphe 2.1.2, une augmentation des concentrations en nitrates dans les eaux de forage de Grande-Terre a été constatée. Les campagnes de suivi des concentrations en nitrates en rivières et en nappes, qui constituent un préliminaire à l’éventuelle définition de zones vulnérables au sens de la directive nitrates, sont en cours de réalisation en 2001.


2.3. Pollution domestique
En matière d’eau domestique, l’objectif prioritaire a toujours été la fourniture d’une eau de qualité à l’ensemble des habitants de la Guadeloupe. L’assainissement ne venait qu’au second plan. Cette hiérarchie est la cause des médiocres résultats en matière de traitement des eaux domestiques d’une part et du peu de données disponibles dans ce domaine d’autre part. Les zones sensibles et les périmètres d’agglomérations au sens du décret 94-469 du 3 juin 1994 sont en cours de détermination. La réalisation d’un schéma directeur d’assainissement a été fixée comme préalable pour toute aide en matière d’assainissement. Au 1er septembre 2002, les schémas directeurs d’assainissement sont :

  • terminés pour 20 communes,
  • en cours de réalisation pour 3 communes,
  • programmés pour 7 communes. »
-Voir le SDAGE de la Guadeloupe, adopté par le Comité de bassin le 19 juin 2003, et approuvé par le Préfet le 25 juillet 2003.

A dater de 2005 les missions d’enquête et rapports se multiplient :
- Avril 2005 : Le rapport IGAS-IGE-IGF-CODERCI.
- 30 juin 2005 : Le rapport d’information parlementaire présenté par M. Joël Beaugendre.
- Août 2005 : le rapport sur le Chlordecone de l’AFSSA
En mai et juin 2007 un bras de fer judiciaire oppose l’Etat aux associations qui dénoncent l’ampleur du désastre :
- 13 mai 2007 : « Antilles, silence, on empoisonne », par l’association S-Eau-S.
- 5 juin 2007 : « Antilles polluées par le Chlordecone : qui veut faire taire Harry Durimel ? », par l’association S-Eau-S
- 6 juin 2007 : « Le Chlordecone va-t-il tuer des milliers de Guadeloupéens et de Martiniquais ? », par Les eaux glacées du calcul égoïste.

Il aura fallu attendre les ravages du cyclone Dean pour voir l’Etat, confronté à la destruction massive de l’industrie bananière, admettre l’ampleur de la contamination…
On attend toutefois de savoir quelles mesures concrètes vont désormais répondre à l’ampleur de la catastrophe…

On peut éprouver quelques inquiétudes si l’on en croit les termes d’une dépêche de l’agence Reuters diffusée le lundi 17 septembre 2007, selon laquelle Mme Roselyne Bachelot, ministre de la Santé « invitait à la prudence sur les pesticides aux Antilles »

« La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a estimé lundi que les conclusions d’un rapport qui dénonce le "désastre sanitaire" causé aux Antilles par l’utilisation massive de pesticides devaient être "confirmées par des études scientifiques de haute qualité".

"Pour l’instant, le Pr (Dominique) Belpomme pose des questions, il n’apporte pas de réponse formelle", a-t-elle dit sur France 2, en précisant toutefois "partager ses inquiétudes".

Jugeant l’affaire "très sérieuse", elle a souligné par la suite, sur Europe 1, que "même si les résultats des études (épidémiologiques menées sur place) n’ont pas été rendus, le principe de précaution doit prévaloir".

D’où la recommandation faite aux habitants de ces îles de limiter leur consommation d’eau de source et de produits de leurs jardins. »
Encore combien "d’études scientifiques de qualité", Madame la ministre ?


Lire http://www.eauxglacees.com/Le-dossier-des-pesticides-aux?var_mode=calcul
http://verts-europe-sinople.net/article203.html

Le rapport du Pr Belpomme: sauver les Antilles d’un désastre sanitaire :article de Libération

Le rapport du Pr Belpomme, qui sera rendu public demain préconise un plan en cinq points pour sauver les Antilles d'un «désastre sanitaire».

Les Antilles traversent «une crise extrêmement grave liée à l’utilisation massive de pesticides depuis de nombreuses années», constate dans son rapport sur la Martinique, qui sera remis mardi à l’Assemblée nationale, le cancérologue Dominique Belpomme.

Pour «sauver les Antilles du désastre économique et sanitaire qui s’annonce et protéger les générations futures», le Pr Belpomme préconise un plan d’action en 5 points :

  • - obtenir des données précises sur les différents pesticides utilisés dans l’île depuis 25 ans. Une substance est particulièrement visée dans le rapport: le chlordécone, un anti-parasitaire de la famille des organochlorés (qui comprend aussi le DDT ou le lindane), des produits qui subsistent très longtemps dans les sols et les eaux et dont la toxicité est avérée. Le chlordécone est interdit en France depuis 1990, avec une dérogation jusqu’en 1993 dans les Antilles. Le chlordécone est probablement «l’arbre qui cache la forêt», souligne le rapport, car «la Martinique est polluée par plus de cent pesticides». Pour le Pr Belpomme, «la Martinique étant une île de dimension modeste, c’est l’ensemble de l’île qui est pollué: non seulement l’eau (les sources, les rivières et le littoral), mais aussi les sols et l’alimentation».

  • - étudier la biologie des sols, en vue de développer une agriculture de qualité «dans les territoires non pollués et dont la fertilité est préservée».

  • - rechercher les causes à l’origine de l’augmentation d’incidence des cancers de la prostate et du sein. Pour le cancérologue,
    «l’augmentation du nombre de cancers de la prostate en Martinique et en Guadeloupe constitue le problème de santé publique le plus solidement établi, et donc le premier auquel on doit s’attaquer». Il réclame des études épidémiologiques adaptées à la Martinique.

  • - interdire le paraquat, un herbicide «encore plus toxique que le chlordécone». Cet herbicide a de fait été retiré du marché en juillet, quelque jours après que le Pr Belpomme ait terminé son rapport.

  • - sensibiliser la métropole aux problèmes des Antilles, «reconvertir l’agriculture» et la rendre moins polluante, «assurer la pérennité du tourisme».

Le rapport entend témoigner d’une «démarche totalement indépendante», nourrie de plusieurs enquêtes en Martinique. Le Pr Belpomme est à l’initiative de «l’appel de Paris» du 7 mai 2004 qui estime que «le développement de nombreuses maladies actuelles est consécutif à la dégradation de l’environnement». Il anime une association, ARTAC (Association pour la recherche thérapeutique anti-cancéreuse), centrée sur les dangers de la pollution chimique.

Chlordécone aux Antilles: bataille d’arguments article du JDE


Alors qu’aucun résultat d’étude épidémiologique n’est encore paru, le professeur Belpomme a présenté à l’Assemblée nationale le 17 septembre un rapport alarmiste (1) affirmant que les pesticides utilisés aux Antilles, ou l’ayant été, ont un impact sanitaire sur la population.

Associations et agriculteurs ont depuis longtemps alerté sur la contamination de terres, d’aliments et d’eau (2) par le chlordécone, pesticide utilisé jusqu’aux années 1990 aux Antilles. Finalement, c’est le cancérologue Dominique Belpomme, président de l’Association thérapeutique pour la recherche anti-cancéreuse (Artac), qui a permis la mise en lumière du problème, en présentant à l’Assemblée nationale un rapport sur l’impact sanitaire des pesticides utilisés en Guadeloupe et en Martinique. Un argumentaire qui suscite toutefois des interrogations: les habitants sont-ils victimes d’un véritable empoisonnement, et l’affaire est-elle, comme Dominique Belpomme le prétend dans une interview parue dans le Parisien du 17 septembre, «beaucoup plus grave que celle du sang contaminé»?

Dans son rapport, celui-ci estime qu’aux Antilles françaises et plus particulièrement en Martinique, la baisse de la fécondité et la possibilité d’une augmentation d’incidence des malformations congénitales et de troubles du développement chez les enfants relèvent de maladies liées à des pesticides (chlordécone, paraquat, et autres). Il réclame la mise en place d'un plan de sauvetage des Antilles pour éviter un «désastre sanitaire».

Mais la prudence reste de mise. L’Institut de veille sanitaire (InVS) rappelle ainsi qu’«à ce jour, aucun lien n’a été démontré entre l’exposition aux pesticides aux Antilles et les observations sanitaires qui y sont effectuées». Par exemple, «la plus grande fréquence absolue du cancer de la prostate aux Antilles par rapport à la métropole peut être expliquée par l’origine ethnique de la population, facteur de risque bien documenté aux Etats-Unis».

L’Union des groupements de producteurs de banane de Guadeloupe et Martinique (UGrPBAN), qui a demandé la saisie de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), insiste de son côté sur l’absence de preuve d’un potentiel impact sanitaire. A cela, Marie-Line Pirbakas-Groevius, porte-parole des Verts de Guadeloupe, réplique: «Si l’on est le deuxième endroit au monde pour les cancers de la prostate, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas, sachant que le chlordécone et d'autres pesticides ont été utilisés ici sans protection et en excès».

Deux études épidémiologiques majeures menées par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) sont en cours. L’étude Ti Moun évalue l’impact d’une exposition prénatale au chlordécone sur le développement des enfants et concerne 1.200 femmes enceintes. L’étude Karuprostate examine le lien éventuel entre une exposition au chlordécone et l’apparition de cancers de la prostate. Mais dans son rapport, Dominique Belpomme s’interroge: «Pourquoi, avant de procéder à des études épidémiologiques longues et coûteuses, n’a-t-on pas envisagé la réalisation d’études de biomonitoring, cherchant à mettre en évidence sur un nombre limité de malades atteints de cancers de la prostate, les polluants chimiques, en les dosant dans le tissu graisseux, le sang et le tissu prostatique lui-même?».

Le fond du problème reste malgré tout sans solution: le chlordécone est toujours présent dans le sol antillais, et il n’existe pas, à ce jour, de technique de dépollution. «On veut que l’Etat mette des moyens dans la recherche pour trouver rapidement un antidote», lance Marie-Line Pirbakas-Groevius.



(1) «Rapport d’expertise et d’audit externe concernant la pollution par les pesticides en Martinique. Conséquences agrobiologiques, alimentaires et sanitaires et proposition d’un plan de sauvegarde en 5 points», 23 juillet 2007, Artac

(2) Voir l’article du JLDE: «La Guadeloupe toujours en lutte contre le chlordécone»



Lundi 17 Septembre 2007
Jeudi 27 Septembre 2007
Marc Laimé
Lu 3048 fois


1.Posté par TOURNAN Jean-Paul le 24/09/2007 10:33
Ce dossier démontre une fois de plus que la rentabilité prime sur le devoir et la responsabilité envers les autres. La pollution du Rhône va entrainer une suite infernale de maladies , de malformations des nouveaux né(e)s, et on va nous expliquer que c'est une fatalité du temps. On va nous refaire, avec beaucoup de satisfaicits, le coup du nuage qui ne passe pas notre frontière !
"Le grenelle de FNE" va diluer cette affaire dans un flot de discussions ,d'articles, de prises de porole sur le petit écran, qui ne va servir qu'à noyer le poissons et endormir les populations.
Les associations, les pêcheurs, etc;;; interpellent les autorités, qui restent de marbre.
Mais que fait le pollueur, il attend, voire il participe aux bavardages sans dire mot.
Il sait par expérience qu'avec de l'argent il va mettre tous les mécontents dans sa poche et poursuivre à "fabriquer" son polluant.
Mais dame nature, santé des riverains, flores et faunes ne possèdent pas de comptes en banque !
Dans l'article "PCB dans le Rhône: où en estce dossier porté par la FRAPNA et FNE ?"
Vaste fumisterie, confirmée par les dates avancées " 2008 - 2010 pour identifier les sources, étudier l'impact...et de trouver les moyens"
C'est prendre les populations pour des imbéciles ?
L'AGCS permet ce genre de chose en toutes impunités, concurrences dans tous les domaines, les entreprises doivent être soutenues par les Etats membres et tout faire pour faciliter leur progression dans l'exploitation des ressources Nationales.
Quand va-t-on parler des organisations occultes qui gouvernent le monde, comme le BILDERBERG, le BOHEMIAN CLUB, le TRILATERAL... le SKULL AND BONES.
Le monde vit dans la crainte du lendemain, mais ne se rend pas compte que sa vie n'est rien sans l'eau. Des pays vont se faire une guerre sans merci pour survivre et boire...

Quand les peuples vont-ils se réveiller ?


Dans la même rubrique :

POLLUTIONS EN FRANCE | LA POLLUTION DE L'EAU EN CHINE | Pesticides aux Antilles

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide