ACME
Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019
           
REVUE DE PRESSE

Le médicament, du malade à l’eau potable

Les systèmes de dépollution de l'eau n’ont pas été conçus pour éliminer les substances médicamenteuses. On en retrouve donc dans les eaux usées et les rivières. Mais l’eau des robinets, elle, en serait dépourvue de ces micropolluants. !!! mais Dr Danglot a toujours tenu un autre discours, études scientifiques à l'appui. Depuis son laboratoire, qui dépendait de la ville de Paris a été privatisé !!!



Antibiotiques ou les anti-cancéreux : on les retrouve dans les égouts

Le médicament, du malade à l’eau potable
Une personne malade ne pense pas à ce que vont devenir les antibiotiques ou les anti-cancéreux qu’elle absorbe. En effet, certaines molécules sont dégradées par notre organisme, mais d’autres sont éliminées dans nos urines sans être totalement modifiées. Conséquence: elles se retrouvent dans les égouts où elles côtoient les autres polluants provenant des détergents, des produits ménagers ou des cosmétiques. Elles suivent donc un long parcours, des urines d’un patient à l’eau potable, en passant par les rivières.

Dans les hôpitaux, les urines contenant des médicaments ne reçoivent pas de traitement spécifique. Les substances radioactives font toutefois l’objet d’une circulaire et d’un arrêté (1) visant à limiter leur diffusion dans l’environnement. Mais les effluents des hôpitaux se mélangent de toute façon à ceux des habitations qui contiennent aussi parfois des médicaments.

A leur arrivée en station d’épuration (Step), les molécules empruntent chacune un chemin différent: en fonction de leurs caractéristiques chimiques (volatilité, affinité pour l’eau, biodégradabilité…). Par exemple, si l’ibuprofen passe à travers les Step et se retrouve à environ 0,07 microgramme par litre dans l’eau de sortie, le diclofenac y est retenu. D’une manière générale, selon Jean Duchemin, ingénieur sanitaire à l’Agence de l’eau Seine-Normandie, les Step sont équipées pour éliminer la matière organique, les matières en suspension, l'azote et le phosphore qui sont présents à des concentrations de l’ordre du milligramme par litre. L’élimination des médicaments, présents à des concentrations de 10 à 100 nanogrammes par litre n’est, elle, pas totale.

Après rejet dans les rivières, les substances sont diluées dans de grandes quantités d’eau. Si elles parviennent à l’usine d’eau potable, les opérations de floculation, précipitation, oxydation à l’ozone et fixation sur charbon actif les retiennent. Au bout du compte, le constat est rassurant dans notre pays où les Step et usines d’eau potable sont bien équipées et constituent des barrières efficaces contre les substances polluantes. «Il n’a pas été décelé de médicaments dans l’eau potable en France», note Yves Lévi, professeur à la faculté de pharmacie de Châtenay-Malabry (Université Paris XI).

Pour le moment, le thème des médicaments dans l’eau est peu présent dans les programmes de recherche français. Mais dans le cadre du Plan national santé environnement, les agences de l’eau sont amenées à faire un état des lieux des médicaments dans l’eau. Pour Yves Lévi, il faudrait déterminer quelles molécules résistent le plus aux traitements de l’eau et surtout, instaurer un véritable programme toxico-pharmacologique permettant une analyse des risques.

Finalement, la priorité du moment en ce qui concerne les médicaments est de savoir si leur présence dans l’eau des rivières constitue un véritable risque pour la faune et la flore, voire pour la santé humaine en cas d’exposition des populations. «Le traitement de l’eau par membrane nécessite une dépense importante en énergie. Il conviendrait donc, dans un souci de développement durable, de ne l’appliquer que pour les eaux à risque», a indiqué Jean Duchemin.



(1) Circulaire DGS/SD 7 D/DHOS/E 4 n° 2001-323 du 9 juillet 2001 relative à la gestion des effluents et des déchets d'activités de soin contaminés par des radionucléides, et arrêté du 21 janvier 2004 relatif à l'information des personnes exposées aux rayonnements ionisants lors d'un acte de médecine nucléaire (J.O. du 6 février 2004)

(2) Résultats de l’ étude menée dans le cadre du programme français Enimed

pour aller plus loin
Vers la circulaire de juillet 2001
Vers l’arrêté de janvier 2004Vers l’étude d’Enimed


Autre théorie du Docteur Danglot

Le médicament, du malade à l’eau potable
L’eau, voie royale pour les gènes résistants

Selon une étude récente, l’eau de boisson pourrait être une voie majeure de diffusion des gènes de résistance aux antibiotiques.

Il s’en défend, mais Claude Danglot, du laboratoire de biotechnologie du Centre de recherche et de contrôle des eaux de Paris (CRECEP), vient d’apporter une contribution qui pourrait être majeure à la compréhension des mécanismes de diffusion des bactéries comportant des gènes résistant aux antibiotiques. Dans une étude présentée lors du symposium de médecine agricole de Tours, en juin 2002, passée alors inaperçue et diffusée par le CRECEP mardi 2 septembre 2003, il formule l’hypothèse que l’eau de boisson est le vecteur direct de distribution des gènes résistants à certains antibiotiques aux humains sains.

Toutes les eaux de la planète seraient concernées

Pour ses recherches, le Dr Danglot s’est intéressé aux eaux de la région parisienne ainsi qu’aux eaux minérales embouteillées provenant de France et de pays étrangers. La résistance à huit antibiotiques a été testée. Quatre concernent la thérapeutique humaine et quatre autres étaient utilisés dans l’élevage des animaux comme activateurs de croissance, jusqu’à leur interdiction par la CEE en janvier 1999 (ils restent cependant autorisés comme agents anti-infectieux). Les résultats, selon les mots de Claude Danglot, sont " très surprenants ". Selon son étude, les eaux superficielles de la région parisienne testées contiendraient des bactéries " Gram - ", résistantes à six antibiotiques sur huit, ainsi que des bactéries " Gram + " résistantes à deux ou trois antibiotiques, dont l’ampicilline, l’un des plus utilisés en thérapeutique humaine. Dans les usines de production d’eau potable (Joinville et Ivry), l’étude relève que, même après un traitement par chloration, des spores de bactéries " Gram + " se retrouveraient intacts dans les eaux refoulées. Même chose pour les aqueducs transportant l’eau collectée dans des régions d’élevage. Le traitement par chloration semble insuffisant à détruire les bactéries " Gram - " qui " arrivent à survivre dans le réseau d’eau potable parisien et dont plus de 75 % résistent en moyenne à cinq à six antibiotiques ".

" Ces analyses sont à prendre avec précaution ", tempère Claude Danglot, car " pour être fiables elles demandent encore un grand nombre de tests qui n’ont pas pu être encore réalisés ". Plus étonnant, si ces analyses s’avéraient exactes, ce type de contamination pourraient toucher également les eaux embouteillées, minérales ou naturelles. Ainsi, certaines eaux commercialisées au Cameroun, en Égypte, mais aussi en France pourraient, selon le chercheur, contenir des bactéries dont les gènes résisteraient aux antibiotiques testés.

Les dangers des gènes résistants

En soi, la présence de ce type de bactéries n’est pas dangereuse pour l’homme, car ces bactéries ne sont pas pathogènes, c’est-à-dire qu’elles n’engendrent aucune maladie. Le danger, c’est que ces gènes résistants soient communiqués à des bactéries pathogènes qu’il serait ensuite beaucoup plus difficile, voire impossible, de combattre. Des transferts d’éléments génétiques résistants entre bactéries ont déjà été mis en lumière par des études précédentes. Le scénario catastrophe consisterait pour une bactérie inoffensive mais multirésistante à transmettre ses propriétés à une autre beaucoup plus dangereuse, comme le staphylocoque doré (bactérie virulente responsable de la plupart des infections nosocomiales). Il n’y aurait plus alors d’antibiotique disponible pour le traiter et l’infection développée ne pourrait être guérie.

Tout l’intérêt de cette étude est d’évaluer qualitativement et quantitativement la contamination induite par l’eau de boisson. Car jusqu’à présent, les scientifiques comprenaient mal les phénomènes de dissémination de ces gènes aux humains et aux animaux. Selon Claude Danglot, l’eau serait l’un des vecteurs majeurs de la prolifération de ce type de bactéries, bien davantage que la nourriture (légumes, viande crue) que le toucher ou l’air que l’on respire. Si les résultats de cette étude devaient être confirmés, il faudra revoir rapidement notre système de production d’eau potable et traiter efficacement les eaux usées, notamment celles provenant des hôpitaux, grands colporteurs de gènes résistants aux antibiotiques, et des élevages intensifs. " Nos normes de qualités de l’eau ne prennent pas en compte ce type de contamination et ont globalement vingt ans de retard par rapport aux connaissances scientifiques ", déplore le chercheur.

article de Cyrille Poy dans l'humanité

Des bactéries en résistance

Le médicament, du malade à l’eau potable
Eaux polluées et pharmacovigilance :
urgence pour la médecine à soigner son environnement !

Nos ressources en eau n'ont pas fini de souffrir des pollutions diffuses. Au banc des accusés :
antibiotiques, médicaments et pesticides à effets oestrogéniques disséminés via les effluents urbains et agricoles.
Ces molécules aux concentrations apparemment anodines contaminent insidieusement eaux et sols, avec des effets inquiétants : résistance bactérienne, perturbations sexuelles chez certains poissons et crustacés, altération de la fécondité.

Un ennemi discret
La présence de résidus d'antibiotiques et de médicaments usuels est de plus en plus souvent détectée dans les stations d'épuration comme dans les eaux brutes destinées à l'alimentation en eau potable. Leur élimination par les dispositifs de traitement des eaux résiduaires urbaines est au mieux très partielle voire le plus couramment inexistante. Ces molécules se retrouvent donc librement dans les eaux de surface (rivières et lacs), certaines nappes phréatiques peu profondes pouvant également être contaminées.

Les rejets hospitaliers, de surcroît nettement plus concentrés en produits potentiellement actifs que les effluents domestiques, sont également montrés du doigt puisqu'ils rejoignent eux aussi les stations d'épuration sans pré-traitement spécifique.
Or, si les molécules les plus fragiles peuvent être rapidement dégradées lors du cycle d'assainissement, les autres sont éliminées soit par fixation dans les boues, leur présence pouvant alors se révéler problématique en cas de valorisation sous forme d'épandage agricole, soit par relargage direct dans l'environnement via les effluents rejetés en sortie de station.

A cela s'ajoute une autre source de contamination, et non des moindres notamment dans certaines régions comme la Bretagne, celle liée à l'élevage. Les antibiotiques vétérinaires administrés au bétail, souvent massivement, se retrouvent dans les lisiers, sous forme intacte ou métabolisée.
Ces molécules peuvent alors être disséminées dans le milieu naturel soit de façon directe (lors du pâturage), soit de façon indirecte (épandage) puis entraînées vers les cours d'eau ou les nappes, par ruissellement ou infiltration.
Enfin, signalons une autre source de pollution possible : celle liée aux industries pharmaceutiques et chimiques, par leurs effluents de production ou des déversements accidentels.

En définitive, tous les milieux aquatiques, qu'ils soient continentaux, littoraux ou marins, sont ainsi largement abreuvés de cocktails chimiques en tous genres. Les sols sont vraisemblablement aussi contaminés. Comment connaître la proportion de principes actifs ainsi mis en circulation dans les milieux, déterminer leur impact individuel en fonction de leur degré de concentration, identifier les synergies possibles entre composés ? Autant de questions qui restent pour l'instant sans véritables réponses...

De quoi raisonnablement s'inquiéter quand on sait, par exemple, que la pollution environnementale liée aux antibiotiques dans le monde est estimée à plusieurs milliers de tonnes sur les 12500 consommées en moyenne chaque année, et que les ressources en eau les plus exposées, à savoir les eaux douces de surface, sont utilisées pour la fabrication d'eau potable.


Le médicament, du malade à l’eau potable
La France à la traîne
Aucune donnée précise n'est actuellement disponible sur le territoire français. Pourtant, il suffit de se tourner vers nos voisins européens pour prendre la mesure du problème : une étude allemande a r é cemment mis en évidence la présence d'une quarantaine de produits pharmaceutiques différents dans les effluents de 49 stations d'épuration ! (1)
Autre exemple spectaculaire : l'acide clofibrique, anti-cholestérol usuel, est présent par dizaines de tonnes en mer du Nord, le Pô et le Danube sont contaminés et on en trouve jusque dans l'eau potable de la ville de Berlin !
Ainsi, malgré l'ampleur du phénomène, dont les premières observations remontent à 1976 aux Etats-Unis et 1992 en Allemagne, ce n'est qu'en 2002 que deux programmes de recherche (2) ont été lancés par le Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable, mettant enfin un terme à des années d'une étonnante politique de l'autruche en la matière... Avec 3000 molécules pharmaceutiques commercialisées, dont un millier sous forme liposoluble, donc susceptibles de dissémination environnementale, et des dizaines de tonnes de composés prescrits chaque année, il y avait pourtant peu de chances pour que notre pays soit épargné ! Sans compter que les premières analyses semblent montrer qu'aucun organisme vivant n'est véritablement à l'abri des effets secondaires.


Le médicament, du malade à l’eau potable
Des bactéries en résistance
L'usage massif d'antibiotiques tant humains que vétérinaires constitue un risque à part en matière de pollution "pharmaceutique". Dans une interview au Quotidien Du Médecin, le Dr. Danglot (3) explique que le problème ne vient pas directement de la présence d'antibiotiques dans les eaux de surface, mais plutôt de l'eau elle-même, en tant que "bouillon de culture" favorisant la rencontre de milliards de bactéries, qu'elles soient pathogènes ou non.

En effet, l'absorption de ces produits sélectionne, au niveau intestinal, les populations bactériennes les plus résistantes, certaines d'entre elles pouvant même devenir complètement insensibles aux antibiotiques les plus courants. Ces bactéries sont alors capables de transmettre leurs gènes de résistance à la flore intestinale de l'organisme qui les abrite, mais également à tous les autres germes présents dans les milieux aquatiques une fois rejetées hors de l'organisme avec les excréments.

A terme, la propagation massive de tels gènes de résistance pourrait avoir des conséquences dramatiques. Pour s'en prémunir, plusieurs axes d'intervention sont envisageables : par exemple, l imiter l'utilisation des antibiotiques et désinfecter les rejets des sujets traités. Reste que l’application de cette dernière proposition, si elle semble relativement facile à mettre en oeuvre pour l'homme (désinfection des toilettes pour empêcher la propagation via les réseaux d'assainissement et les stations d'épuration), s'annonce bien plus compliquée pour le bétail notamment les élevages en plein air.

Faune aquatique : reproduction en péril
Les organismes aquatiques, en particulier les crustacés et poissons, sont depuis longtemps utilisés comme indicateurs de l'état des milieux, la fonction "reproduction" étant généralement la plus sensible aux pol luants. Les changements de morphologie sexuelle sont même aujourd'hui directement utilisés comme indicateur de pollution, à l'image du pourpre (4) par exemple.


Le médicament, du malade à l’eau potable
Que la pollution perturbe la sexualité de la faune aquatique n'est donc pas une nouveauté. Ce qui devient inquiétant, c'est que les exemples se multiplient, dans les eaux marines comme douces : changement de sexe chez des gastéropodes du Pacifique, malformations des testicules et du pénis chez des alligators et tortues de Floride, fragilité des oeufs de certains oiseaux, etc. (5)
En outre, les désordres morphologiques affectant les organes sexuels des espèces touchées perturbent significativement leur reproduction. Si la proportion atteinte par rapport à la population totale devenait trop importante, la survie des espèces concernées pourrait ne plus être assurée. La multiplication des dysfonctionnements reproducteurs chez un nombre toujours plus important d'espèces n'incite donc pas franchement à l'optimisme... d'où l'importance de se préoccuper enfin sérieusement de la question.
Au premier rang des molécules mises en cause, on trouve d'une part, les hormones naturelles (estradiol) et de synthèse (éthinylestradiol, issues des pilules contraceptives féminines) rejetées via les urines dans les eaux usées et non traitées en station d'épuration, et d'autre part, des composés chimiques mimant les effets des oestrogènes naturels (matières plastiques, détergents, pesticides organo-chlorés, hydrocarbures aromatiques, métaux notamment) résultant d'usages domestique, agricoles ou de pollutions industrielles, par déversement accidentel ou non, dans le milieu naturel. L'existence de synergies entre ces différentes molécules, potentiellement perturbantes pour la biologie de la reproduction des espèces concernées, n'est en outre pas exclue.

Le médicament, du malade à l’eau potable


Pilule amère pour les poissons
Les substances à effets endocriniens, aussi appelées hormones environnementales ou xéno-oestrogènes, ont une action similaire à celle des hormones sexuelles féminines et sont notamment responsables de la féminisation des mâles de certaines espèces de poissons, en particulier le gardon (6) et la truite arc-en-ciel (7).

Malgré des concentrations très faibles, ces composés semblent en effet perturber de façon significative le fonctionnement du système endocrinien de ces animaux. Ainsi, la généralisation des pollutions pharmaceutiques serait, d'après le Conseil Supérieur de la Pêche (8), à l'origine de la féminisation de 40 % des gardons mâles de la Seine.

Les travaux conduits par les laboratoires d'éco-toxicologie de l'université du Havre en collaboration avec le Centre d'études environnementales de l'université de Sussex sur des populations de gardons en Haute-Normandie et en Angleterre (6) ont montré que le niveau d'inter-sexualisation des gardons semblait directement relié à la qualité des effluents des stations d'épuration rejetés en rivière (pollution urbaine et industrielle).

D'autres pathologies ont été observées sur ces mêmes populations, parmi lesquelles des infections parasitaires mettant en évidence une fragilisation de l'état sanitaire des poissons. En outre, ces infections étant responsables d'inflammations du système immunitaire et de dégénérescences de l'appareil reproducteur des gardons, elles pourraient masquer le phénomène d'inter-sexualisation précédemment détecté, faussant les estimations du nombre de gardons mâles atteints.

Les travaux conduits sur des populations de truites arc-en-ciel maintenues dans les effluents d'une station d'épuration suisse, en comparaison avec une population test en amont de la station, ont quant à eux permis de montrer que les hormones humaines naturelles et artificielles ne suffisaient pas, à elles seules, à expliquer l'ensemble des mutations sexuelles observées et que d'autres produits chimiques devaient être co-responsables des perturbations endocriniennes mises en évidence.

Pas forcément plus rassurant : des signes de féminisation ont été observés jusqu'en baie de Seine sur des populations p i s c i c o l e s p o u r t a n t p ê chées en mer (flets), alors que la dilution des polluants y est très importante. Même si la contamination de cette espèce a pu se produire en eaux douces, puisqu'elle ne fréquente le milieu marin qu'au moment de sa reproduction, des recherches complémentaires sur des poissons spécifiquement marins comme la limande sont envisagées.

Des souris et des hommes
Et l'homme dans tout ça ? Quels sont les risques pour la santé humaine ? Les investigations sont pour l'instant lacunaires et aucune conclusion formelle n'est encore disponible mais parmi les effets négatifs suspectés et donc plus précisément étudiés, on trouve l'altération de la fertilité masculine (dégradation de la qualité du sperme), ou l'exposition accrue aux cancers liés aux organes reproducteurs (testicules et seins).

Il semble en effet que l'impact de ces perturbateurs endocriniens ne se limite pas uniquement au système reproducteur mais puisse également affecter le système nerveux et intervenir dans les mécanismes de cancérisation.

En matière de perturbation des capacités reproductrices, les travaux de recherche conduits dans ce domaine ne concernent pas directement l'être humain mais les conclusions de certaines études menées chez la souris apportent des éléments d'interrogation pour ne pas dire d'inquiétude quant aux parallèles potentiels chez l'Homme.

Ainsi, une étude (9) différents courants sur la qualité du sperme de souris (oestrogènes naturels et environnementaux, rencontrés dans les légumes, le soja, le houblon, les produits nettoyants, peintures, herbicides et pesticides) a montré que tous les oestrogènes accéléraient le développement spermatique, en terme de stimulation de la mobilité et d'acquisition de fonctionnalité.

A première vue donc, rien de bien méchant, voire même une s t imulation de la fertilité... à ceci près que les hormones e n v i r o n nementales stimulent en plus la libération de l'enzyme permettant la pénétration de l'ovule. Or l'activation trop précoce de cette réaction risque de perturber voire d'empêcher la fécondation si elle se produit avant la rencontre avec l'ovule.

Une autre étude (10) sur un oestrogène chimique utilisé pour la fabrication de bouteilles plastiques a montré que l'exposition in utero à des doses proportionnellement équivalentes à celles rencontrées dans notre environnement entraînait une précocité sexuelle et un poids supérieur des souriceaux femelles n'ayant pas été en contact avec des souriceaux mâles pendant la durée de la gestation (11).

Cette découverte vient renforcer la suspicion pesant sur les oestrogènes environnementaux dans la fréquence de plus en plus élevée de précocité sexuelle constatée chez l'homme (puberté avancée des filles).

Sachant qu'il existe plus de 80000 produits chimiques répertoriés, en libre circulation ou presque, parmi lesquels l'Union Européenne a déjà identifié plus de 550 substances potentiellement perturbatrices du système hormonal humain et animal, personne n'ose plus aujourd'hui nier l'urgence à agir dans ce domaine !

Reste qu'il faudra aussi aller au-delà des rapports d'experts, pour mettre en place des modes de gestion des ressources à la hauteur des enjeux... Un "bon" exercice pratique de développement durable en perspective ?

Delphine Grelat
Chargée de mission
Pôle Ressources en Eau et Milieux Naturels Aquatiques
France Nature Environnement
1 - Gardon ( Rutilus rutilus ) c E.Vigneux
2 - Flet ( Platichthys flesus ) c E.Vigneux
(1)Entre autres : analgésiques, bétabloquants, tranquilisants, anti-épileptiques, antibiotiques, contraceptifs. Source : Le Quotidien du Médecin "les médicaments aussi risquent de polluer l'eau du robinet" D. Chardon, mars 2002.
(2) PNETOX : programme national d'écotoxicologie et ENIMED : effets non intentionnels des médicaments.
(3) Médecin chercheur au Centre de Recherche et de Contrôle des Eaux de Paris.
(4) Mollusque gastéropode.
(5) Le Quotidien du Médecin "la pollution modifie le sexe des poissons" S. de Jacquelot, avril 1999.

Vendredi 22 Septembre 2006
Samedi 23 Septembre 2006
ACME
Lu 13309 fois


1.Posté par hervier le 09/11/2006 01:53
Devant le nombre de plus en plus grand des cancers du sein, que fait l'Etat et la recherche sur le cancer.
Sachant que les poissons mâles se feminisent, je pense que l'eau contient elle aussi des dérivés de la pilule. Mais comment faire?Pourquoi la recherche de ces dérives n'est elle pas exigée? Il est vrai que le traitement des cancers est une veritable industrie!!!Femmes battez-vous ! mais comment?

je ne peux mettre 1500 euros pour faire faire la recherche des ces produits dans l'eau; que faire???? Nous sommes révoltées mais impuissantes

aidez nous!

2.Posté par Naturelle le 16/06/2007 22:47
Ce n'est pas nouveau, Jean-Marie Pelt a déja dénoncé que les poissons changeaient de sexe, je suis allée le voir lors d'une conférence, il y a environ 3 ans. Les antibiotiques sont dangereux non seulement pour l'homme mais également pour la nature et tous les êtres vivants, mais allez donc faire entendre raison aux laboratoires qui gagnent un fric fou, à toutes les personnes qui ont intérêt à ce que les antibiotiques continuent à exister. Le monde est ainsi fait, on préfère le profit à la santé des êtres vivants. C'est pourquoi, je me bats avec des citoyens (ennes) qui ont assez de voir notre planète saccagée, de voir les animaux martyrisés et l'homme robotisé, pour essayer de changer toutes ces injustices, de redonner à la terre une nature abondante et en bonne santé, des animaux et des hommes heureux. Je vous conseille d'aller faire un tour sur ce site : lafranceenaction.com:// et même de lire le merveilleux livre de M. Jean-Marc Governatori : " vivre c'est possible ", il vous redonnera de l'espoir !

3.Posté par Mégane B. le 27/11/2007 09:04
Bonjour, dans le cadre des Travaux pratiques encadrés de mon lycée je cherche a savoir les conséquences de la molécules de paracétamol sur les animaux et les cultures lorsqu'elle se trouve dans les rivières. Est-elle un agent responsable de la féminisation des poissons ? J'ai aussi appris qu'une molécule appelée N-Acétyl-Benzoquinone ( qui est formé lorsque le paracétamol est en contact avec un produit comme de la javel ) est mutagène. Mais l'est elle seulement pour les animaux ou aussi pour l'homme ? J'attend une réponse de votre part . Merci


Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide