ACME
La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 10 septembre dernier vient de mettre en demeure le SIAEAG de verser à l'Office de l'Eau de Guadeloupe plus d'un million d'euros pour retard de paiement de frais depuis 5 ans 05/10/2018 INTERVENTION devant le Président MACRON DE GERMAIN PARAN et JACQUES DAVILA représentants guadeloupéen de comité et d'associations d'usagers de l'eau et de lutte contre la corruption et d'associations nationales (ACME FRICC) 30/09/2018 Communiqué des Associations Guadeloupéennes de Défense des Usagers de l'Eau de la CANBT, de la CANGT et de CAP EXCELLENCE 27/09/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC  à la veille de la visite du Président de la République sur la question de l'accès à l'eau d'une bonne qualité 24h sur 24 et 7 jours sur 7 en Guadeloupe à l'instar des autres départements français 25/09/2018 20 minutes 24 septembre : Toulouse: Des citoyens veulent un référendum sur la gestion publique ou privée de l'eau 25/09/2018 Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018 Rachat de la Saur par EQT : un jour sans fin… 28/08/2018 Veolia paie des voyages à Paris pour des hauts fonctionnaires arméniens afin d'augmenter le prix de l'eau 27/08/2018 Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018
           
REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE

Le mouvement social pour la défense des ressources naturelles en Méso-amérique



Le mouvement social pour la défense des ressources naturelles en Méso-amérique
La mise en marche de la Zone de libre-échange des Amériques (ALCA, sigles en espagnol) 1, du Plan Puebla-Panama (PPP) [2]http://risal.collectifs.net/imprimer.php3?id_article=1800#nb2 et du Traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Amérique centrale (CAFTA, sigles en anglais) 3 pose et requiert - entre autres questions - la résolution de deux éléments centraux : une série de réformes légales (qui impliquent un processus de dérégulation nationale et de régulation régionale) et le moteur qui fait fonctionner le système et son modèle de production néolibérale : l’énergie. Sans elle, les investissements attendus tout comme l’extraction des ressources naturelles ne seraient pas possibles. Maquiladoras 4, ports, aéroports, canaux secs 5, autoroutes, chemins de fer et couloirs industriels ; le tourisme, les grandes étendues de monocultures pour l’exportation (palmier à huile ou eucalyptus) ou l’extraction de pétrole, d’or, d’argent ou d’aluminium, exigent de grandes quantités d’énergie.

L’une des ressources qui a été privilégiée pour la production d’énergie est précisément l’eau -l’or bleu-, associée - et indispensable - à n’importe quel type de production et dont l’exploitation est aussi liée à celle des forêts et de leur banque génétique de millions de dollars : la biodiversité -l’or vert-. C’est ainsi que l’ensemble des ressources naturelles qui sont en voie d’incorporation à la logique du marché comme des « biens commerciaux » sont intimement liées et en même temps disputées par divers secteurs économiques comme les méga-entreprises alimentaires, d’exploitation d’eau, de fabrication de papier, d’énergie électrique, pétrolières ou pharmaceutiques, entre autres.

Certainement, tous ces investissements ne se feront pas sans un autre élément crucial : la construction de voies de communication et de l’infrastructure qui y est associée. Mais celle-ci et les ressources naturelles se trouvent en majorité sur des terres de pauvres, de paysans et d’indigènes, dans toute région méso-américaine 6. La terre se situe ainsi au centre de la dispute, ce qui implique d’entreprendre un processus de désarticulation de la propriété communale, « ejidale » 7 ou communautaire qui se trouve entre les mains de noyaux agraires et ruraux pour la transférer au grand capital. Dans ce processus, et dans la mesure où les gouvernements cèdent progressivement leur place et leur rôle aux grandes entreprises transnationales, on peut remarquer le passage de la confrontation entre société et gouvernements à celle entre société et entreprises transnationales. Une confrontation à laquelle nous assistons aujourd’hui par rapport, entre autres, aux thèmes de l’eau, de l’énergie électrique, des forêts, du pétrole ; et qui montre le développement de la résistance méso-américaine.


Les changements légaux

En 2000, le Fonds monétaire international (FMI) a octroyé des prêts à douze pays à la condition qu’ils privatisent l’eau (Grusky, 2001) ; parmi ces pays, le Honduras, le Nicaragua et le Panama 8. Entre 1990 et 1995, la Banque mondiale -BM- a imposé la même condition pour accorder vingt et un prêts pour des projets relatifs à l’eau. Durant cette période, le Mexique 9, le Salvador 10 et le Honduras notamment, ont entrepris - à plusieurs niveaux - différents processus et projets de privatisation de l’eau. Contre ces politiques, en septembre 2005, au Guatemala, plus de 15 000 personnes se sont rassemblées devant le gouvernement départemental de Totonicapan pour refuser la nouvelle loi des eaux.

Cependant, le processus de privatisation de l’eau est aussi associé au financement de barrages auxquels, à la fin du XXe siècle, les banques multilatérales avaient destiné 125 milliards de dollars (Castro Soto, 2005). Ce processus est également lié au commerce de l’eau en bouteilles 11 et aux exigences d’autres secteurs économiques qui consomment de grandes quantités de ce liquide : le secteur pétrolier, celui de l’automobile, ceux des bières et des boissons rafraîchissantes, les secteurs minier, textile, de l’aluminium, hydroélectrique, du papier et du carton, l’agro-industrie et tout particulièrement les grandes étendues de monoculture pour l’exportation, entre autres.

D’autre part, dans le domaine des ressources génétiques, les lois ont été modifiées dans toute la région méso-américaine, particulièrement dans le contexte de la création du Corredor Biológico Mesoamericano -CBM - Couloir biologique méso-américain- 12. En 2005, le Mexique a adopté la Loi sur la biodiversité, mieux connue comme la « Loi Monsanto ». Au Costa Rica, au Honduras et au Guatemala aussi, des lois relatives à l’emploi des ressources forestières, du matériel génétique et des zones naturelles protégées ont été approuvées. De ce fait, du point de vue de la privatisation de la biodiversité, la région est pleine de projets des banques multilatérales, de fondations, de transnationales 13, d’organisations et universités étrangères, entre autres acteurs qui se disputent les ressources génétiques 14. Dans le cas de la région de Montes Azules dans l’état du Chiapas, au Mexique, la haute concentration en eau et en ressources génétiques a amené le gouvernement à mettre en oeuvre divers schémas d’expulsion et de réinstallation de la population indigène de la zone. Sans oublier le projet de biopiraterie ICBG-Maya 15 appliqué dans la région qui a obligé le Consejo de Médicos y Parteras Indígenas Tradicionales del estado de Chiapas (Compitch - Conseil des médecins et accoucheuses indigènes traditionnelles de l’état du Chiapas) à mener une lutte acharnée, jusqu’à ce qu’il parvienne à le faire annuler 16.

Dans ce domaine, le mouvement méso-américain a aussi encouragé et mis en place différentes initiatives et différents processus sociaux, parmi lesquels la « Semaine pour la diversité biologique et culturelle » inaugurée au Chiapas en 2001, semaine qui, depuis lors, se déroule chaque année dans différents pays d’Amérique centrale. Dans cet espace convergent des centaines d’organisations qui élaborent des diagnostics, des analyses et des plans d’action communs 17. Cependant, la réaction des gouvernements et des Etats-Unis a été la militarisation de la région, l’installation d’un plus grand nombre de bases militaires 18 et la création d’une nouvelle école de formation militaire au Salvador 19.


L’eau comme ressource naturelle stratégique

Après la Seconde guerre mondiale, de 1948 à 2000, On a enregistré 1 831 conflits provoqués à cause de l’eau. Tout semble indiquer que l’assimilation de la ressource naturelle « eau » en tant que ressource économique sera la principale source de conflits dans le monde au XXIe siècle. Ismaïl Serageldin, vice-président de la Banque mondiale, l’a confirmé lorsque qu’il a dit que « la prochaine guerre mondiale sera à cause de l’eau » -Rothfeder, 2001-. Les fronts de ces conflits se situeront à 5 niveaux : à l’intérieur et à l’extérieur des nations ; entre les populations rurales et urbaines ; entre les intérêts de l’amont et de l’aval d’un fleuve ; entre les secteurs agricole, industriel et domestique ; entre les besoins humains et les exigences d’un environnement sain -Comisión Mundial de Represas - CMR, Commission mondiale des barrages-.

Face à un tel scénario, il faut prendre en compte le fait que, sur les 261 cours d’eau qui traversent les frontières politiques de deux nations ou plus dans le monde, quatre-vingt se trouvent sur le continent américain ; et sachant, en outre, que la privatisation touche aussi le sous-sol, où les réserves d’eau se concentrent soixante fois plus qu’à la surface -CMR-. Rien que dans la région méso-américaine, on calcule qu’il y a cent-vingt bassins hydrographiques principaux, parmi lesquels 23 sont internationaux, équivalents à 19% des systèmes hydriques de la région et à 10,7% des bassins internationaux de la planète -Delgado, 2004-. Dans le cas de cette région, il pourrait y avoir prochainement des conflits violents au sujet des fleuves Lempa, Bravo 20 ou Usumacinta, ou au sujet des besoins de l’agriculture (qui consomme aujourd’hui 67% de l’eau douce dans le monde), de l’industrie -20%- ou encore au sujet des usages municipaux et domestiques -10%-. N’oublions pas non plus que dans les villes des pays pauvres, 70% des pauvres n’ont pas d’eau potable -CMR-. Dans ce sens, la perspective de conflits nationaux et internationaux pour l’eau augmentera dans la mesure où la résistance sociale augmentera.

D’autre part, les politiques de privatisation, liée à la commercialisation de l’eau, ont conduit à justifier la construction de davantage de barrages, le type d’infrastructure qui a le plus gros impact sur l’environnement dans le monde ; qui, de plus, produit de grandes quantités de gaz à effet de serre, accélérant le changement climatique, qui a déplacé le plus grand nombre de populations dans le monde -entre quatre-vingt et cent millions de personnes pour les plus de quarante-cinq mille grands barrages qui ont « bloqué » 60% des fleuves de la planète-, et qui a provoqué une résistance mondiale sans précédent. La retenue de grands volumes d’eau dans les réservoirs a provoqué la détérioration sérieuse des conditions de vie des déplacés, ainsi que de graves maladies -Delgado, 2005-.

Ces processus ont permis l’émergence et la croissance d’une résistance sans précédent dans la région méso-américaine pour la défense des ressources naturelles. Ainsi, la lutte stratégique populaire contre la privatisation du triptyque terre - eau - énergie s’est avérée être le talon d’Achille du modèle néolibéral.

La traduction de ce texte est volontairement incomplète, la suite de cet article s’avérant être avant tout une énumération des différents forums, initiatives, campagnes, appels des mouvements sociaux et ONG méso-américains. Si vous êtes intéressés par lire cette partie non publiée sur le site Web du RISAL, vous pouvez vous y reporter dans l’article original en espagnol.


Bibliographie

— Castro Soto, Gustavo, “La estrategia para el control eléctrico del Plan Puebla-Panamá”
en Chiapas al Día (CIEPAC) Nº 307, 11 septiembre 2002.

— Castro Soto, Gustavo, “No Seas Presa de las Represas” (México : CIEPAC), 2005.

— Comisión Mundial de Represas (CMR), Rapport annuel, 2000 : http://www.dams.org.

— Delgado, Gian Carlo, “Biodiversidad, desarrollo sustentable y militarización. Esquema
de saqueo en Mesoamérica”, México : Plaza y Valdés, 2004.

— Delgado, Gian Carlo, “Agua y Seguridad Nacional. El recurso natural frente a las
guerras del futuro”, México : Arena Abierta, 2005.

— Grusky, Sara, “IMF Forces Water Privatization on Poor Countries”, Globalization
Challenge Iniciative, 2001.

— Rothfeder, J., “Every Drop for Sale”, Sandia Water Iniciative, 2001 : http://www.sandia.gov/water.


Notes:

Le mouvement social pour la défense des ressources naturelles en Méso-amérique
[1] [NDLR] Área de Libre Comercio de las Américas - ALCA ; Free Trade Area of the Americas - FTAA ; Zone de libre-échange des Amériques - ZLEA.
Consultez nos articles sur la « Zone de libre-échange des Amériques et les traités de libre-échange » .

[2] [NDLR] Consultez le dossier « Plan Puebla Panama » sur RISAL.

[3] [NDLR] Consultez le dossier « l’Amérique centrale sous la coupe du libre-échange » sur RISAL.

[4] [NDLR] Les maquilas sont des entreprises de sous-traitance, filiales de multinationales, faisant appel à une main-d’œuvre non qualifiée. « Maquila » est un terme d’origine arabe signifiant « portion de grain, de farine ou d’huile qui revient au meunier pour la mouture ». Ce terme est invariablement associé à une précarité du travail, à une absence de libertés syndicales et de négociations, à des salaires de misère, à des journées de travail interminables et épuisantes et - il faut le souligner - à l’embauche prioritaire de femmes. Lire Jon Ander Bilbao, Olga Rocha, Magdalena Mayorga, Nicaragua : espoirs et déceptions autour des maquilas, RISAL, 29 septembre 2004 ; Yanina Turcios Gómez, Voyage au coeur d’une « maquila », RISAL, octobre 2002 ; Marcelo Colussi, Les maquilas en Amérique latine, RISAL, 20 juillet 2004.

[5] [NDLR] faisceau d’autoroutes et de voies ferrées.

[6] Dans cette analyse, nous entendons par Méso-amérique la région qui comprend les pays suivants : Panama, Costa Rica, Nicaragua, El Salvador, Honduras, Guatémala, Belize et Sud-Est du Mexique.

[7] [NDLR] Héritage de la révolution mexicaine, l’ejido est la propriété collective de la terre.

[8] Voir www.imf.org.

[9] Voir l’analyse sur le contrat entre la Banque mondiale, le gouvernement du président Fox et le gouvernement du Chiapas relatif à la privatisation de l’eau dans Chiapas al Dia (CIEPAC) n°348 et 357.

[10] Début 2000, la Banque interaméricaine de développement (BID) a approuvé un prêt de 46 millions de dollars au Salvador ; dont 75% étaient destinés à la réforme des entreprises dans le but de promouvoir l’investissement privé et de créer les conditions pour lui permettre de s’approprier le commerce.

[11] Coca-Cola-FEMSA, la plus grande entreprise de mise en bouteille d’Amérique latine, y vend chaque jour 30 millions de litres de rafraîchissements, ce qui correspond à la consommation normale de 14 500 000 personnes. Entre 2000 et 2003, au Mexique, le gouvernement a accordé vingt-sept concessions pour l’extraction d’eau dans dix états et sur quinze fleuves du pays à seize entreprises de mise en bouteille. Voir G.C.Soto, 2005 « La Coca-Cola en México. El Agua tiembla », in Chiapas al Dia (CIEPAC) n°445 .

[12] [NDLR] Dès 1993, le couloir biologique méso-américain (CBM), sous prétexte de créer une réserve naturelle reliant trente écosystèmes, du Chiapas au Panamá, a servi à répertorier les ressources biogénétiques de la région pour leur exploitation industrielle.

[13] Parmi les entreprises transnationales intéressées à la privatisation des ressources génétiques, il y a Bristol-Myers Squibb, Dow Agrosciences, Monsanto, McDonalds, Ford, Conservation International et Pfizer.

[14] Voir Delgado (2004).

[15] [NDLR] L’International Cooperative Biodiversity Group (ICBG) est un consortium américain créé en 1992 pour effectuer des recherches sur la biodiversité. ICBG exige la participation des entreprises privées dans les projets qu’il commandite et associe à ses travaux l’industrie pharmaceutique en vue de réaliser le brevetage du vivant.

[16] Pour des informations détaillées sur la problématique de Montes Azules et le projet ICBGMayaau Chiapas, consultez les documents sur www.ciepac.org.

[17] Voir Chiapas al Dia, n° 248,296,364 et 423 sur www.ciepac.org.

[18] Voir Chiapas al Dia, n° 340, 371-372 sur www.ciepac.org.

[19] Voir www.sitiocompa.org.

[20] Delgado (2005).



En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

Source : Revue de l’Observatorio Social de América Latina http://osal.clacso.org.clacso.org, n°17, mai-août 2005.

Traduction : Marie-Paule Cartuyvels, pour RISAL www.risal.collectifs.net.risal.collectifs.net.

20 juin 2006

Mercredi 21 Juin 2006
Mercredi 21 Juin 2006
par Gustavo Castro S
Lu 2859 fois

Dans la même rubrique :

Les leçons de Suez - 10/03/2006

1 2

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide