ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

Les Eaux Troubles des océans aux USA.

Les Etats-Unis restent un obstacle majeur pour qu’un accord international puisse réguler la gestion des océans au niveau mondial et pour établir une liste des océans et mers en danger.



DAVID HELVARG
DAVID HELVARG
La semaine dernière, LEON E. PANETTA et James D. Watkins retraité de l’administration sont allés au Capitole, à Washington, pour faire pression afin qu’un traité concernant les océans soit ratifié par les sénateurs. Il y 25 ans ce traité comme il y a trois ans, avait été bloqué en commission. Tous deux, co-présidents d’un groupe d’actions concernant les océans et anciens responsables d’un groupe de recherche sur l'état des Océans, ont récemment donné une note déplorable au gouvernement pour sa gestion et sa politique des océans.
Ce qui a motivé entre autres critères cette mauvaise note, c'est certainement le peu d’investissement de ce gouvernement à ratifier la convention de l’ONU sur les océans et son inaction politique au niveau international pour une meilleure gouvernance des affaires maritimes.


Cette convention est le cadre d’un traité d’accords internationaux limitant les frontières maritimes, concernant les ressources économiques et environnementales, la recherche scientifique, le contrôle de la pollution .... certains considèrent même cette convention comme un cadre juridique et 153 nations l’ont déjà signée.

Une succession de bloquages du rouage politique depuis 25 ans empêche les USA de reconnaître le traité sur les océans de l'ONU

la calotte glaciaire fond et un nouvel univers encore vierge reste à conquérir et à exploiter... par les états gourmands
la calotte glaciaire fond et un nouvel univers encore vierge reste à conquérir et à exploiter... par les états gourmands
Suite à son refus d'approuver le traité, les Etats-Unis ne sont pas en position de participer à des commissions même quand il s’agit de décisions capitales ou encore de se joindre à la Russie et à la Norvège dans leurs revendications territoriales dans le cadre du traité sur les eaux arctiques, où le changement climatique, responsable de la fonte de la calotte glacière, est prometteur d’un nouveau potentiel économique, énergétique et minier, augmente les zones de pêches et ouvre de nouvelles voies maritimes commerciales.

Le traité bénéficie de l'appui de l'administration Bush, de 90 sénateurs et des groupes d’influence qui vont de Greenpeace au Pentagone et du conservatoire des Océans à l'industrie pétrolière offshore. Il n’y a plus qu’à agir, alors qu’attendent les USA ?



L’historique de ce traité qui remonte à la Guerre froide est liée aux Etats-Unis et à un bateau, le Glomar Exploreur, que le milliardaire Howard Hughes a faire construire pour la C.I.A. afin de soi-disant, récupérer un sous-marin russe coulé dans les années 1970. Cette expédition était en fait une opération de couverture de la C.I.A. qui utilisa le Glomar Exploreur pour rechercher des minerais, ce qui a exacerbé la spéculation frénétique de possibles richesses sous-marines qu’il n’y avait plus qu’à ramasser. C’est alors que l'ONU avait déclaré le fonds des océans "Patrimoine commun de l'humanité."

En 1980, Elliot L. Richardson, le représentant américain à la conférence de la Mer, avait négocié un accord autorisant l’activité sous-marine de quelques compagnies minières. Mais une nouvelle délégation nommée par l'administration Reagan a mis son veto contre les autorisations obtenues par ces sociétés minières, déclarant que les ressources des océans ne peuvent appartenir qu’aux entreprises dont la technicité, le savoir-faire et les capitaux sont suffisants pour les revendiquer. En conséquence, bien qu'il y ait eu accord sur 16 des 17 points du traité, les négociations s’enlisèrent, a expliqué Richardson plus tard. Le président Reagan refusa alors de signer le traité en 1982.

Le président Clinton obtint que soit rédigé par les autorités de l’ONU un accord permettant l’accès des fonds sous-marins à plus d'entreprises, ce qui devait politiquement lui permettre, en 1994, comme de nombreux autres chefs d’Etat, de signer ce traité, qui devait être ensuite ratifié par le Sénat. La majorité démocrate au Sénat devait adopter ce traité, mais le vote fut bloqué par le chef de la Commission des Relations étrangères, le Sénateur Jesse Helms de la Caroline du Nord.

Son Chef de cabinet confia « que le sénateur, sur ce point n'a pas voulu être lié à un tel traité dans lequel "les Etats-Unis ont le même poids politique que les autres états membres. Soit une voix par état membre."

En 2004, le Sénateur Jesse Helms fut remplacé par un Républicain de l'Indiana, le Sénateur Richard G. Lugar, qui obtint un soutien total de la Commission des Relations Etrangères pour la ratification du traité par le Sénat essaya à nouveau de l’inscrire à l’ordre du jour, mais il fut bloqué par le chef de la majorité des députés Républicains Bill Frist du Tennessee...

Les partisans de B. Frist, des Républicains Radicaux, comme Phyllis Schlafly et Oliver L. North. considérèrent le traité comme une tentative de l'ONU de saper la souveraineté américaine.

Le manque de volonté politique des USA à participer à la bonne gouvernance des océans rend difficile la restauration de la qualité des eaux maritimes qui sont en danger

Toutes les sources de pollution des océans et mers
Toutes les sources de pollution des océans et mers
Depuis la prise du pouvoir en 2006, au Sénat, et au Congrès par les Démocrates, l’administration Bush républicaine ainsi que le Président Bush lui-même sont devenus plus favorables à la signature de ce traité des océans. Le Conseiller pour la sécurité nationale, M. Stephen J. Hadley est devenu un fervent supporter. Ce qui laisse peut-être présager une nouvelle possibilité de ratification du traité au Sénat et un passage pour examen devant la commission des Relations Etrangères avec à sa tête le Sénateur, Joseph R. Biden du Delaware.

Le cabinet du Sénateur Démocrate Biden déclare pourtant qu'il y a de nombreux traités à examiner avant celui-ci et qu’il n’est pas inscrit à l’ordre du jour pour un vote au Sénat. Bien que le sénateur (et candidat à la Présidentielle) fut acquis à l’adoption de ce traité comme membre de cette commission des Relations Etrangères en 2004, ses priorités en 2007 semblent maintenant dirigées vers d’autres sujets comme l’Irak et l’Afghanistan où les guerres font rage.

Ainsi le fait d’établir une gestion internationale qui règle l’utilisation et les opérations sur 71% de la surface de la terre n’est-ce pas suffisant pour mener une politique étrangère significative et influente ?

Si les Etats-Unis ne peuvent pas consentir à s'engager dans la gouvernance globale des océans, comment peut-on commencer à réfléchir à une politique complexe de restauration de nos océans, malades et même en danger de mort.

Va-t-on continuer à jouer longtemps à ce petit jeu politique pour tenter de ratifier ce traité, ou va-t-on enfin participer à l’amélioration de la santé des océans par une approche globale?


Les Eaux Troubles des océans aux USA.
Le 12 mars 2007

DAVID HELVARG, président de la « la campagne de sensibilisation Frontière Bleue » et auteur "d’un ouvrage’ la Frontière Bleue : Messsage depuis les profondeurs des Océans Américains."

traduction bénévole N T et SDT

Troubled waters on U.N. oceans treaty

http://www.latimes.com/news/opinion/la-oe-helvarg12mar12,0,5228022.story?track=ntothtml


The U.S. has been the major stumbling block to a worldwide agreement on ocean governance and fixing damaged seas.

By David Helvarg
DAVID HELVARG is president of the Blue Frontier Campaign and the author of "Blue Frontier: Dispatches from America's Ocean Wilderness."

March 12, 2007

LEON E. PANETTA and retired Adm. James D. Watkins were on Capitol Hill last week lobbying for a treaty that, depending on how you look at it, is three to 25 years overdue for a Senate vote. As co-chairmen of the Joint Ocean Commission Initiative and former heads of two major blue-ribbon panels on the state of our seas, they recently gave the government a C-minus in ocean policy. One of the categories that helped drag that grade down was international leadership - in which the U.S. was given a D-minus because of its ongoing failure to ratify the U.N. Convention on the Law of the Sea.

The convention is the framework treaty for international agreements relating to marine boundaries, economic and environmental resources, scientific research, pollution control and more. Some call it the constitution of the ocean, and 153 nations have signed on.

As a result of its failure to approve the treaty, the U.S. is not in a position to participate in vital decision-making bodies, including joining nations such as Russia and Norway that are staking territorial claims under the treaty in Arctic waters, where climate change is melting ice and opening up the potential for new energy, mineral, fishing and global shipping operations.

The treaty has the support of the Bush administration, 90 senators and almost every maritime interest group, from Greenpeace to the Pentagon, the Ocean Conservancy to the offshore oil industry. In terms of policy, it's not low-hanging fruit, it's more like fruit on the ground. So what's the problem?

The story of the Law of the Sea treaty and the U.S. goes back to the Cold War and a ship, the Glomar Explorer, which Howard Hughes built for the CIA to retrieve a sunken Russian submarine in the 1970s. The CIA cover story was that the Glomar Explorer would be mining deep-sea minerals, and this inspired frenzied speculation that there was a trillion dollars of wealth just waiting to be vacuumed off the ocean floor. But the U.N. had declared the deep oceans "the common heritage of mankind."

By 1980, Elliot L. Richardson, the U.S. special representative to the Law of the Sea conference, had worked out a compromise agreement allowing for some corporate ocean mining, but a new delegation appointed by the Reagan administration nixed any "giveaway" of deep-sea minerals, insisting that the oceans' resources belonged to those with the capital and technology to claim them. As a result, although there was agreement on 16 of 17 treaty issues, negotiations stalled, Richardson later told me. President Reagan refused to sign the treaty in 1982.

President Clinton got greater corporate access written into the U.N. rules so that, in 1994, he was politically able to join many other heads of state in signing the treaty, but that still left the Senate to ratify it. A majority was prepared to do just that, but the vote was blocked by the Foreign Relations Committee chairman, Sen. Jesse Helms of North Carolina. His top staffer on the issue told me that the senator didn't want to be part of a U.N. agreement in which "the U.S. doesn't have a greater vote than anyone else."

In 2004, Helms' replacement as head of the panel, Republican Richard G. Lugar of Indiana, got unanimous committee endorsement for the treaty and again tried to move it to a floor vote, only to be blocked by then-Majority Leader Bill Frist (R-Tenn.). Frist's supporters on the right, including Phyllis Schlafly and Oliver L. North, saw the treaty as part of a U.N. attempt to undermine U.S. sovereignty.

Since the Democratic takeover of the House and Senate in 2006, the Bush administration, if not the president himself, has become more outspoken in its support of the Law of the Sea treaty. National security advisor Stephen J. Hadley is promoting it.

Which leaves bringing the treaty to a floor vote - and certain passage - in the hands of the new Senate Foreign Relations Committee chairman, Joseph R. Biden Jr. of Delaware, right? Not quite.

Biden's staff says there are lots of treaties pending; this one is not scheduled for a vote. Although the senator (and presidential candidate) voted for it as a committee member in 2004, his priorities now are the wars in Iraq and Afghanistan. Yet isn't establishing an international approach to using and operating on 71% of our planet's surface just as significant a foreign policy and leadership issue?

If the U.S. can't agree to engage in global ocean governance, how can it ever begin to address the complex and challenging task of restoring our damaged oceans to health? It's long past time to schedule the Law of the Sea vote, get our overdue homework done and improve our ocean policy grade.

Jeudi 22 Mars 2007
Samedi 31 Mars 2007
DAVID HELVARG,
Lu 7519 fois

Dans la même rubrique :

UNE PAILLE DE VIE - 13/11/2005

1 2

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide