ACME
22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018
           
PRIVATISATION EN FRANCE

Les actionnaires de Vivendi Universal percevront prochainement des indemnisations

Il faut en faire la demande

Un plan de distribution de 51 millions de dollars d'indemnités au profit des actionnaires de Vivendi Universal trompés par sa communication financière en 2000-2002 se met en place.
L'Association Syndicale des Actionnaires de Vivendi Universal fait savoir que 51 millions de dollars seront prochainement distribués aux investisseurs ayant détenu des actions Vivendi Universal durant la période comprise entre décembre 2000 et juillet 2002 inclus.



Entre 800.000 et près d'un million d'actionnaires ont été victimes de ce problème.

Les actionnaires de Vivendi Universal percevront prochainement des indemnisations
Le 12 janvier 2004, la SEC, Securities and Exchange Commission (Commission des titres financiers et des bourses), l'organisme fédéral de réglementation et de contrôle des marchés financiers, obtenait de Vivendi Universal, de Jean-Marie Messier et de Guillaume Hannezo le versement de 51 millions de dollars destinés aux actionnaires de VU trompés par les informations financières diffusées entre décembre 2000 et juillet 2002. En 2003, les condamnés avaient obtenu de la Cour des délais de paiement. Aujourd'hui le dédommagement a été intégralement consigné.

Entre 800.000 et près d'un million d'actionnaires ont été victimes de ce problème.

Les investisseurs français qui pensent être éligibles pour participer au plan de distribution qui se met en place doivent prendre contact avec Maître Frederik-Karel Canoy qui répondra à leurs questions (Tél. : 01 43 98 96 36, Fax : 01 43 98 23 18 courriel : frederik-karel.canoy@wanadoo.fr ). Il leur suffira de joindre les justificatifs selon lesquels ils étaient actionnaires à cette époque. Ces justificatifs seront ensuite transmis aux USA afin qu'ils puissent percevoir leur indemnisation.

Les Echos 24 septembre 2007

Vivendi :

Les actionnaires de Vivendi Universal percevront prochainement des indemnisations
Par décision de la Cour d'appel de Paris du 28 juin 2005, Vivendi (VIV) a été reconnu coupable d'avoir délivré des informations financières "trompeuses" pour les années 2000 - 2002 imputable à cette dernière et à Jean-Marie Messier. Maitre Frédérik-Karel Canoy se bat depuis pour obtenir réparation du préjudice subi par les investisseurs particuliers et institutionnels. Une fois n'est pas coutume ce sont des Etats-Unis que viennent les premières indemnisations. Depuis août dernier la somme de 51 millions de dollars est distribuable par la SEC (le gendarme de la Bourse américaine) aux investisseurs ayant détenu des actions Vivendi (VIV) pendant la période concernée. Maitre Canoy revient pour nous ( Capital) sur les méandres de cette affaire et les prolongements dans la justice française.




Capital.fr : Expliquez-nous pourquoi des actionnaires de Vivendi (VIV) vont pouvoir se partager 51 millions de dollars ?

Maitre Canoy : Dans le cadre d'une enquête de la SEC, Vivendi (VIV) a accepté de payer 50 millions de dollars et Jean-Marie Messier 1 million en décembre 2003. Le groupe de média a transigé en faisant appel à la procédure américaine du "plaider coupable" pour mettre fin aux poursuites du gendarme de la Bourse américaine qui le poursuivait pour diffusion d'informations financières trompeuses données au marché entre décembre 2000 et juillet 2002. Si Vivendi (VIV) a préféré payer rapidement, Messier s'est dit à l'époque ruiné ce qui a retardé le versement des indemnisations. Depuis août 2006, la situation s'est débloquée et dorénavant cette somme est distribuable à tous les actionnaires qui démontrent avoir détenu des actions pendant cette période.

Capital.fr : Quelle est la démarche à suivre pour un actionnaire qui a détenu des actions pendant la période ?

Maitre Canoy : Ils doivent me contacter (n° : 01.43.98.96.36), je leur indiquerai les pièces justificatives (apporter la preuve d'être propriétaire d'actions) qu'ils doivent posséder et je transmettrai à mon correspondant américain la liste. Pour les cas litigieux je compte bien défendre les intérêts des actionnaires français.

Capital.fr : Cette somme est une goutte d'eau pour Vivendi (VIV), qu'elle est l'importance de cette indemnité pour les actionnaires ?

Maitre Canoy : Je ne peux vous donner que les chiffres que je possède mais 1 million d'actionnaires sont concernés par cette indemnisation : 800.000 Français et 200.000 étrangers, majoritairement américains. A l'époque il y avait 1,1 milliard d'actions en circulation, si la répartition se fait en fonction du nombre d'action cela ne fait pas grand-chose mais l'affaire ne s'arrête pas là. C'est pourquoi ceux qui ont subi un préjudice doivent se faire connaitre.

Capital.fr : L'affaire est donc loin d'être réglée ?

Maitre Canoy : En effet. Si cette amende met fin aux poursuites de la SEC, il reste d'autres actions en justice qui sont en cours. D'une part aux Etats-Unis où la justice est en train de déterminer si une "class action" contre Vivendi (VIV) est possible. D'autre part en France où j'ai intenté des actions au pénal et au civil. Au civil, nous ne réclamons pas 51 millions d'euros à Vivendi (VIV) mais 50 milliards. Aujourd'hui nous avons déjà gagné plusieurs batailles, les choses avancent mais Vivendi (VIV) s'est lancé dans une guerre de procédure pour ralentir l'indemnisation afin d'épuiser les demandeurs. La prochaine audience a lieu aujourd'hui (lundi 11 septembre).

Capital.fr : Peut-on encore s'associer à ces actions en justices ?

Maitre Canoy : Bien sur. J'ai porté la première assignation, qui comportait une centaine de noms d'investisseurs individuels et institutionnels, à Vivendi (VIV) en juillet 2005. Depuis chaque investisseur qui justifie de la détention d'actions peut se joindre à cette action civile.

Capital.fr : Quand pensez-vous que vos efforts aboutiront ?

Maitre Canoy : Vivendi utilise tous les moyens dont il dispose pour gagner du temps. Mais j'espère que l'affaire pourra être réglée au civil en 2007.

Mardi 25 Septembre 2007
Mardi 25 Septembre 2007
JEAN-LUC TOULY
Lu 4974 fois


1.Posté par RISTERUCCI le 10/10/2008 07:42
Est-il encore possible de s'associer à cette action en justice?
L'article paru sur "Mieux vivre votre argent" (demande 160€+10€ de préjudice moral par action) est-il exact?
Merci
Pierre RISTERUCCI

2.Posté par dal moro pierre le 03/12/2008 15:13
Bonjour
c'est encore possible de s'associer au recour en justice avec maître Canoy
Merci pour la reponse

3.Posté par APPAC le 09/01/2009 18:58
Une action pénale a été lancée par l'association APPAC qui a dû se séparer de Mâitre CANOY pour les propos tenus dans la presse

et surtout pour divergence sur la procédure, en effet, à travers un site classaction.fr,il disait qu'une procédure collective était lancé contre VIVENDI, or la loi sur les classactions n'existait pas

cette procédure en civil n'a toujours pas abouti , en référe ,Mâitre CANOY a été débouté de ses demandes

De plus, si vous n'apporté pas la preuve d'une infraction à la loi et au code, vous serez condamné à payer des dommages et intérêts et l'article 700 de la partie adverse, ca d les honoraires d'avocat de la partie adverse
La procédure civil est cloturé , le dossier est plaidé le 13 janvier prochain

Le risque est donc très grand
Aussi, l'APPAC a préfére la procédure pénale ,comme dans les dossiers SIDEL , REGINA RUBENS,ALTRAN, le risque est nul

Vous pouvez donc vous inscrire à l'APPAC, l'adhésion est de 80 euros , elle prend en charge le shonoraires fixes de l'avocat

APPAC Tel 02 38 88 09 44 MAIL:associationappac@yahoo.fr


Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide