ACME
20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018
           
Communiqués de Presse de la CACE

Les consommateurs se rebellent contre le projet de loi sur l'eau. LA CACE FAIT DES PROPOSITIONS

Rappelons que les associations de la CACE (Coordination nationale des Associations de Consommateurs d'Eau) se battent pour que la loi permette d'interdire et d'arrêter net toute activité polluante et non de pratiquer le principe du pollueur payeur.



RAPPELONS-LE et DISEZ-VOUS LE !

Les consommateurs se rebellent contre le projet de loi sur l'eau. LA CACE FAIT DES PROPOSITIONS
UN PRINCIPE POLLUEUR PAYEUR QUI GENERE LA POLLUTION ET DES PROFITS ET DES INTERETS

Ce principe, en effet, consiste, au bout du compte, à récupérer sur l'usager/consommateur le montant de la redevance de pollution répercutée sur le prix du produit et comme ce malheureux usager est aussi contribuable, il financera, de surcroît et bien malgré lui, la technique polluante agricole responsable de son malheur via les subventions de l'Europe. Qui, par dessus le marché (si l'on peut dire) produit des excédents eux aussi polluants,
ne serait-ce que du fait de leur destruction.


La pollution ne doit pas être combattue par le financement de la dépollution mais par l'interdiction des pratiques polluantes.

La guerre ne se combat pas en soignant les blessés et en reconstruisant les destructions mais en interdisant la guerre.

En pièce jointe, les propositions de la CACE relatives à la loi sur l'eau en gestation et remises au Ministère de l'Environnement le 17/09/04. La comparaison du contenu de ce document avec celui du projet de loi montre à quel point nos dirigeants sont autistes.

D'après eux, nous serions victimes des directives européennes. Raison de plus pour voter NON au TEC.

"Disez-vous le" comme le hurlait le tambourineux municipal de mon enfance.







PROPOSTIONS de la CACE RELATIVES AU PROJET DE LA LOI SUR L'EAU

Les consommateurs se rebellent contre le projet de loi sur l'eau. LA CACE FAIT DES PROPOSITIONS
CACE (Coordination des Associations de Consommateurs d'Eau (180 assoc.)


L’EAU, PATRIMOINE COMMUN DE L’HUMANITE, N’EST PAS UNE MARCHANDISE


  • 1- Interdiction de certaines pratiques abusives
  • Dépôt de garantie ;
  • Avance sur consommation ;
  • Demande de caution solidaire ;
  • Frais d’ouverture et de fermeture de compteur ;
  • Frais de dossier;
  • Suppression de la redevance d’occupation du domaine public pour les délégations d’eau, d’assainissement et des déchets




  • 2 – Encadrement des tarifs et révision des règlements de service
  • Le projet de loi sur l’eau doit préciser, sans aucune ambiguïté, les éléments exhaustifs à prendre en compte pour la fixation du coût de l’eau à la charge des usagers.
  • Mise en place d’un système permettant à toutes les collectivités ( communes, intercommunalités : syndicats, communautés …) de garantir un prix de l’eau raisonnable :
  • Application rigoureuse du principe selon lequel l’usager ne peut se voir facturer que la stricte contrepartie d’un service rendu ;
  • Révision des contrats léonins ; remise en question et révision voire suppression des formules d’indexation des prix sur des indices économiques ;
  • Suppression de la dégressivité des tarifs de consommation ;
  • Progressivité de la tarification au m3, au delà de 300 m3 annuels pour encourager les économies de consommation d’eau ;
  • Aide aux communes rurales notamment pour celles dotées d’un réseau important ( revoir l’intervention du FNDEA) ; péréquation urbain/rural
  • Suppression de la tarification binôme eau et assainissement pour une tarification au volume réellement consommé :
  • Suppression de la partie fixe remplacée par un véritable abonnement excluant toute avance sur consommation
    La tarification binomiale favorise les « gros consommateurs »au détriment des économies d’eau
  • Application dans l’établissement du règlement des services d’eau et d’assainissement de la recommandation n° 851 de la commission des clauses abusives réactualisées.

    En outre,

    Le règlement de service doit exposer clairement les droits et obligations de chaque partie :
  • L’individualisation des compteurs doit être rendue obligatoire (loi SRU) pour que chaque résident d’immeuble collectif paie ce qu’il consomme et soit en mesure de le vérifier mais non à l’individualisation des contrats qui conduit à une augmentation du prix de l’eau pour les usagers et des recettes supplémentaires non justifiées pour les opérateurs
  • Suppression de la TVA notamment sur les redevances aux agences, au FNDEA, aux VNF puisque les sommes collectées serviront à financer des investissements eux aussi soumis à la TVA.
  • La comptabilité doit faire apparaître la rémunération du fermier
  • Le prix de l’eau doit être relié directement de manière comptable aux charges de l’exploitation des services :
  • d’une part au niveau de la fixation du prix initial de l’eau à travers l’analyse d’un compte d’exploitation où chaque ligne a été évaluée en référence aux prix pratiqués sur le terrain,
  • d’autre part en supprimant la « formule de révision » et en la remplaçant par une mise en place d’un budget annuel, aussi bien en délégation qu’en régie où c’est la pratique courante;
  • le prix de l’eau doit être fixé chaque année non pas sur des bases statistiques contestables quant à leur emploi, mais sur un compte d’exploitation prévisionnel concurrentiel, mis lui-même en concurrence avec le mode de gestion alternatif non opérationnel sur le cas d’espèce (régie en délégation et délégation dans le cas de la régie).




3 / Limitation de la durée des contrats d’affermage

Les consommateurs se rebellent contre le projet de loi sur l'eau. LA CACE FAIT DES PROPOSITIONS


  • – Différenciation entre contrats d’affermage et de concession;
  • - Possibilités réelles de renégociation et non de révision simple des contrats en cours ;
  • – Faciliter les retours en gestion publique.


    Les lois Sapin, Mursec et Mazeaud sont insuffisantes pour supprimer les abus des fermiers basés sur des contrats léonins d’où les modifications suivantes :
  • Exclusion, dans les contrats d’affermage, des financements apportés par les fermiers ; ceux-ci devenant ainsi banquiers et opérateurs des financements. Pratiques dénoncées par les CRC
  • Limitation de la durée des contrats à 5 ou 6 ans voire renouvelables chaque année puisque en affermage, le fermier se contente d’exploiter un bien investi par les usagers via leur collectivité.


    Sous-traitant pratiquement tous les travaux (souvent à leurs filiales), le délégataire ne peut invoquer la durée d’un quelconque amortissement :
  • Cette limitation de la durée des contrats doit être assortie de la possibilité de résiliation des contrats en cours d’une durée résiduelle de 5 ans pour que les mesures précédentes aient la possibilité réelle d’être appliquées;
  • Le retour en gestion publique doit être aussi aisé que le passage du public au privé, non seulement par la réduction de la durée des contrats (voir ce qui précède), mais aussi par la présentation, par l’exécutif de la collectivité, d’un rapport technique mettant objectivement en parallèle les avantages et inconvénients chiffrés des 2 modes de gestion soumis, d’une part à la CCSPL et d’autre part à l’assemblée délibérante.

4/Renforcement du rôle des associations d’usagers aux organismes et commissions de gestion rattachées à toutes les collectivités territoriales

Les consommateurs se rebellent contre le projet de loi sur l'eau. LA CACE FAIT DES PROPOSITIONS

  • La transparence doit être l’un des principes de base des gestions des services publics d’eau et d’assainissement.
  • L'Obligation de mise en application immédiate de la loi « démocratie de proximité » sous menace de pénalisation des collectivités récalcitrantes et de leurs responsables.
    Bien préciser que cette loi doit être appliquée dans les cas prévus mais qu’elle doit l’être aussi quelle que soit la taille de la collectivité (suppression des seuils);
  • Extension des compétences de ces commissions en leur donnant non seulement celle de donner un avis sur le gestion des services, mais aussi la possibilité de communiquer leur avis aux usagers via les courriers de facture d’eau par exemple et toutes les publications des collectivités;
  • Formation des militants associatifs et des élus participant à ces « commissions » mais aussi possibilité pour ces commissions de disposer d’un budget leur permettant de consulter des experts de leur choix et de commanditer des études de leur choix afin d’aiguiller leur réflexion;
  • Participation accrue en nombre de sièges, des association d’usagers domestiques aux Conseil National de l’Eau, aux Comités de Bassin, CLE, SAGE, … avec les mêmes exigences que pour les CCSPL
  • Exiger de ces commissions, comme cela est prévu par la loi :
  • qu’elles contribuent à l’élaboration des règlements de service eau et assainissement;
  • qu’elles contribuent à l’élaboration des programmes d’investissement et de renouvellement des réseaux financés par les usagers, en régie comme en délégation
    qu’elles analysent les Comptes Rendus techniques et financiers des délégataires comprenant le compte d’exploitation détaillé du service, les rapports des maires et présidents sur le prix et la qualité des services rendus, les comptes administratifs et les comptes de gestion;
  • que soient prises en compte leurs propositions d’amélioration de ces gestions
    que soient stigmatisées les rendements hydrauliques de réseaux désastreux (inférieurs à 70 % ) aussi bien en régie qu’en délégation.
    Sachant que pour la délégation, il nous était promis, il y a quelques dizaines d’années, de ne plus jamais revoir cela. Avons-nous la mémoire si courte que cela ?
  • Etendre le champ des CCSPL aux « régies directes »




5 / Protection des ressources

Les consommateurs se rebellent contre le projet de loi sur l'eau. LA CACE FAIT DES PROPOSITIONS
La qualité de l’eau

  • La transparence doit être là aussi la règle.
  • Les affichages légaux doivent être respectés pour l’information des usagers.
  • Les normes légales quant à la concentration des polluants doivent être respectées sans atteinte au principe de la continuité du service public.
  • Toute infraction sera pénalisée non au niveau de la gestion du service de l’eau mais à celui de la personne même du distributeur. Il est inconcevable de faire supporter à l’usager une carence du fermier en demandant réparation de la faute au service public de l’eau en cas de délégation. Sinon, où situer les risques et périls du fermier délégataire ?
  • La réglementation de la protection des captages par les DUP doit être respectée partout.

6 / Précarité et 7/ Agences de Bassin

Les consommateurs se rebellent contre le projet de loi sur l'eau. LA CACE FAIT DES PROPOSITIONS
L’accès à l’eau est un droit pour tout être humain. Ceci doit être inclus dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

  • La distribution d’eau ne peut être interrompue chez quiconque sans l’aval d’une décision de Justice avec rappel des ses droits à l’usager en situation de précarité.
  • Mise en place obligatoire des Chartes de Solidarité Eau sur le 3 axes prévus :
  • Maintien des services publics de l’eau et de l’assainissement pour les familles en situation de pauvreté et de précarité;
  • Prise en charge financière de tout ou partie de leur facture d’eau lorsqu’elles ne peuvent pas s’en acquitter temporairement;
  • Actions d’information en direction des usagers du bon usage de l’eau.



    7 / Agences de Bassin

    La mise en œuvre des SDAGE et des SAGE doit être accélérée.
  • Le principe pollueur payeur ne doit pas se transformer en droit de polluer. Le dépassement des normes de pollution doit entraîner l’arrêt de l’activité polluante.
  • La gestion de la ressource doit être réalisée dans une optique de durabilité avec toutes les conséquences que cela impose sur les pratiques agricoles « déviantes »: élevages hors sol illégaux, abus des engrais, abus des pesticides, gaspillage de l’eau d’arrosage, mauvais choix des cultures fait en fonction des subventions et de la rentabilité de la culture au détriment des possibilités des sols …
  • La représentation des usagers domestiques de l’eau dans les Comités de Bassin doit être revue à la hausse.
  • Les Agences de Bassin doivent développer une mission de conseil et d’expertise indépendants auprès des usagers : collectivités, usagers domestiques et leurs associations pour contre balancer le monopole et l’omniprésence des délégataires souvent en position de juge et partie. Il est par exemple désolant de constater la quasi absence de données statistiques sur les coûts et performances des gestions des distributions d’eau potable et d’assainissement commune par commune.



EN CONCLUSION

Les consommateurs se rebellent contre le projet de loi sur l'eau. LA CACE FAIT DES PROPOSITIONS
Le patrimoine de l’EAU est la propriété de chaque français :
(au niveau national, ce patrimoine représente, pour chaque individu, 21 000 F soit 3200 euros ; cf rapport Tavernier).

Or les prédateurs du privé, tels des vers dans le fruit, se servent sans contrepartie dans une soupe qui ne leur appartient pas.
Nos élus peuvent les chasser à tout moment, donc tout de suite, et reprendre en main, en concertation étroite avec les usagers, un service public qu’ils n’auraient jamais du déléguer.
Les usagers ne peuvent pas accepter d’assister, impuissants, à la prédation de leur services publics par les multinationales.
La loi sur l’eau doit donner aux usagers les moyens de se « réapproprier » leurs services publics (notamment ceux de l’eau et de l’assainissement), de les contrôler efficacement et d’en orienter la gestion vers celle du Bien Commun.


Mardi 5 Avril 2005
Vendredi 31 Mars 2006
JL. LINOSSIER
Lu 3890 fois

Dans la même rubrique :

Communiqués de Presse d'Anticor | Communiqués de Presse d'ATTAC | Communiqués de Presse de la CACE | Communiqués de Presse de France Libertés | Communiqués de Presse de S-EAU-S | Communiqués de Presse de transcub | Communiqués de Presse syndicalistes et politiques

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide