ACME
Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018
           
REVUE DE PRESSE

Les géants de l'eau sous la pression des élus



Les géants de l'eau sous la pression des élus
Contrôler la production et la distribution afin de serrer les tarifs et de soigner la qualité : avec la croisade des maires, le temps des contrats en or s'éloigne pour Veolia, la Lyonnaise et Saur.

Il y a des victoires qui comptent plus que d'autres. Gérard Claysse, vice-président de la communauté urbaine de Lyon, en sait quelque chose. Cet élu apparenté communiste n'a rien d'un gros bras. Pourtant, il a réussi à faire plier Veolia, l'un des géants français de l'eau. Une version business et moderne de David contre Goliath. Notre homme raconte à l'envi comment il a obtenu une baisse substantielle du prix de l'eau pour 1,4 million d'habitants du Grand Lyon. « On a profité d'une clause quinquennale de révision de contrat pour trouver un équilibre plus juste entre ce que paie l'usager et ce que gagne le délégataire », explique-t-il, ravi de son coup de force. Il faut dire que la partie n'était pas gagnée d'avance.

Début 2007, les élus lyonnais constatent que leur eau du robinet est l'une des plus chères de France, alors même que les ressources locales sont abondantes et de bonne qualité. « Surtout, on découvre que Veolia affiche une marge avantimpôts de 21 % sur ce contrat, poursuit Gérard Claysse. Autant vous dire que les négociations ont été animées. » Il faudra une année pour que les deux parties arrivent à un accord : une baisse du prix du mètre cube de 16 %, soit une économie de 36 euros par an sur une facture moyenne. Une goutte d'eau, mais qui a rapporté gros lors des élections municipales du printemps dernier.


Gérard Claysse n'est pas un héros solitaire. Partout en France, des dizaines d'élus - maires, présidents d'agglomération, encartés PS ou UMP - ont décidé de remettre la main sur le robinet d'eau potable. Surfant sur la vague verte du développement durable, ils plongent dans la paperasse des contrats de délégation signés des années plus tôt, exigent des comptes, en veulent pour leur argent.

Pour les géants du secteur, ce réveil des élus sonne la fin d'une époque bénie, celle des contrats en or et des marges mirifiques. La période qui s'ouvre est critique car, « pour les deux tiers des collectivités locales, les contrats de délégation arrivent à échéance dans les trois ans qui viennent », explique Jean-Luc Touly, président de l'Association pour le contrôle mondial de l'eau. 52 % des collectivités envisageraient déjà de changer de prestataire, si l'on en croit les résultats d'une enquête réalisée par l'Association des maires de grandes villes de France et la banque Dexia. Près d'un tiers se disent même prêtes à étudier la possibilité de remunicipaliser l'eau !

En Europe, chacun gère l'eau à sa façon
Entre la privatisation totale, au Royaume-Uni, et la gestion entièrement publique des Pays-Bas, la France occupe une position intermédiaire, comme l'Espagne. Aucune corrélation évidente entre mode de gestion et prix ne peut être établie.

« Quel que soit le mode de gestion, on observe une nouvelle implication des élus dans la gouvernance de la distribution d'eau », affirme Catherine Barucq, du Bureau d'informations et de prévisions économiques. Ils veulent se doter de moyens de contrôle, d'outils d'aide à la décision, d'instruments de prospective. « Ils ont enfin compris que, pour dialoguer avec leurs délégataires, ils doivent maîtriser le sujet », conclut cette experte.

Officiellement, cette mise sous contrôle laisse les majors de glace. Certes, Veolia, Lyonnaise des eaux et Saur peuvent voir venir : ils se partagent un peu plus de 70 % du marché. Mais, derrière la satisfaction de façade, les sourires sont crispés. Et, dans les états-majors, on travaille dur pour contre-attaquer, notamment en proposant de nouveaux services. « Les élus sont beaucoup plus exigeants, mais on a retrouvé un dialogue et des interlocuteurs », se félicite Igor Semo, directeur des relations extérieures de la Lyonnaise des eaux. Même sentiment à Veolia, qui a transformé le besoin de contrôle des élus en argument commercial.

« Les maires nous fixent des objectifs, et on peut leur proposer désormais de nous rémunérer en fonction de leur réalisation. Un système de bonus-malus qui porte aussi bien sur la conformité bactériologique de l'eau, sur le taux d'impayés des usagers que sur la proportion de fuites dans le réseau », explique Tristan Mathieu, le directeur des relations contractuelles de Veolia Eau. Ainsi, l'entreprise s'est vu imposer par la communauté d'agglomération de Montpellier une dizaine d'objectifs précis à atteindre, depuis le contrôle des branchements jusqu'à la qualité du traitement des eaux usées en passant par le respect d'horaires de rendez-vous stricts chez le client. « S'ils ne sont pas tenus, nos recettes en seront affectées », reconnaît Tristan Mathieu.

La coûteuse mise aux normes des fosses septiques rurales
Bernadette et Philippe Garcia auraient pu couler des jours heureux dans cette vieille bâtisse en pierres blondes, typique de la Drôme des collines. Certes, il leur fallait encore changer les fenêtres, refaire le toit et aménager la cour intérieure. Mais ils avaient tout prévu, tout calculé. Tout sauf une sombre histoire de fosse septique qui a englouti leurs projets d'avenir. L'affaire commence au printemps 2007, lors d'une réunion d'information à la mairie de Peyrins, le village voisin, à quelques kilomètres de Romans-sur-Isère. « On nous a dit qu'un employé de la mairie allait passer pour vérifier le bon fonctionnement de notre fosse septique », raconte Bernadette.


Des devis minimaux de 15 000 euros


Les mauvaises nouvelles s'enchaînent alors très vite. Lors de la visite - facturée 100 euros -, le technicien affirme aux Garcia que leur système d'assainissement non collectif, refait au début des années 70, n'est plus aux normes et qu'il pollue. Le couple a quatre ans pour se mettre en conformité. Quand les premiers devis tombent, c'est le coup de bambou : 15 000 euros de travaux au minimum, sans compter les multiples forages nécessaires pour déterminer l'emplacement du futur champ d'épandage. Ni aide ni déduction fiscale ne sont prévues pour aider les Garcia à faire face à ces dépenses. Aujourd'hui, ils ont rejoint une association de riverains et ont décidé de faire de la résistance, quitte à passer pour des hors-la-loi. « Plus personne n'entrera chez nous pour vérifier quoi que ce soit », lance Bernadette avec des airs de Ma Dalton.


Dans la Drôme comme dans l'ensemble des campagnes françaises, la révolte gronde. 41 % des com-munes n'ont pratiquement pas de système d'assainissement collectif, et la France est très en retard dans la modernisation de ses équipements. 13 millions de Français sont touchés par ce problème, et l'on compte dans l'Hexagone presque autant de ménages non raccordés à un système d'assainissement collectif que dans l'ensemble des autres pays de l'Union européenne. La loi sur l'eau votée en décembre 2006 a donc imposé aux collectivités locales la tâche de contrôler le bon fonctionnement de tous les systèmes individuels d'ici à la fin de 2012. « Dans les trois quarts des cas, les installations ne sont pas aux normes, et les ménages ont alors quatre ans au maximum pour se mettre en conformité. Des travaux qui coûtent entre 6 000 et 10 000 euros en moyenne », affirme Alain Chosson, le secrétaire général de la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie. Mais les arrêtés ministériels fixant les définitions techniques exactes des nouvelles installations n'ont toujours pas été publiés, ce qui créée un vide juridique à l'origine de nombreuses arnaques. Sauf qu'à partir du 1er janvier 2013 un état des lieux détaillant le fonctionnement du système d'assainissement sera obligatoire lors de la signature de tout acte de vente d'un bien immobilier.

Mais ce n'est pas la seule raison qui pourrait laisser présager des recettes moins abondantes dans l'avenir. Lors de la renégociation des contrats, à côté d'objectifs nouveaux, la question de la marge du délégataire tient désormais une place de choix. Or certains contrats phares qui pèsent très lourd dans les comptes des géants du secteur arrivent en fin de vie. C'est le cas de celui qui lie Veolia au Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif), qui regroupe 144 communes du Sud et de l'Ouest parisiens, soit environ 4 millions d'usagers - le premier service d'eau de France et le deuxième en Europe, avec près de 1 milliard de mètres cubes d'eau potable par jour.

Le Sedif assure plus de 3 % du chiffre d'affaires mondial annuel de Veolia Eau, titulaire du contrat depuis 1923, et, d'après certains analystes, 8 % du chiffre d'affaires réalisé en France. Or, si l'on en croit une récente enquête de l'association de consommateurs UFC-Que choisir, 80 à 90 millions d'euros pourraient être économisés sur ce contrat annuel de 300 millions d'euros. Des calculs qui ont fait l'effet d'une douche froide sur les élus membres du Sedif. « On voit bien qu'on a perdu le contrôle, s'emporte Philippe Laurent, maire de Sceaux, une banlieue chic au sud de Paris. On ne peut plus se satisfaire du seul rapport annuel du délégataire. » Si un retour à une gestion publique de l'eau en Ile-de-France est peu probable, les élus du Sedif se disent prêts à étudier de très près toutes les propositions qui seront faites par les concurrents de Veolia, français ou étrangers. « Nous exigerons une amélioration de la qualité de l'eau, la mise en place d'un tarif social et, surtout, une baisse du prix. La marge avant impôts de 11,3 % réalisée par Veolia est sans doute trop élevée », prévient Christian Cambon, maire UMP de Saint-Maurice et premier vice-président du Sedif.

Ce désir des élus de remettre la main sur l'eau va parfois jusqu'à vouloir reprendre en direct les services de production et de distribution. De ce point de vue, le cas de Paris a été emblématique, la remunicipalisation de l'eau ayant été l'un des axes forts de la campagne de Bertrand Delanoë pour les municipales. Il faut dire que la gestion de l'eau à Paris est ubuesque. Si la production, le transport et le stockage sont assurés par une société d'économie mixte (la SEM Eau de Paris), la distribution est partagée entre les deux sœurs ennemies Veolia et Lyonnaise des eaux, tandis que les fonctions de pilotage sont assurées par la ville. En clair, le litre d'eau potable peut changer d'opérateur - et donc de responsable - au moins six fois entre l'usine où il a été produit et le robinet du consommateur.

A partir du 1er janvier 2010, la gestion de l'eau dans la capitale sera donc confiée à un seul opérateur public. « Il fallait bien rationaliser tout ça », observe Anne Le Strat, adjointe au maire de Paris chargée de l'eau. Mais cette petite brune au tempérament bien trempé n'est pas au bout de ses peines, car il lui reste tout juste un an pour recréer de toutes pièces un service public de l'eau. En théorie, la mairie de Paris s'engage à reprendre tous les salariés de Veolia et de Lyonnaise des eaux qui travaillaient sur le contrat parisien. Un audit social a été lancé cet automne, mais il piétine.

« Impossible de savoir exactement qui fait quoi. C'est le flou le plus total. Je crains que les délégataires ne nous transfèrent plus de personnel que ce dont nous aurions réellement besoin, ce qui plomberait nos comptes dès le début », confie la jeune femme. A la Lyonnaise des eaux, 200 salariés seraient concernés. Veolia n'a pas souhaité répondre à la question. Il faut dire que le sujet est sensible. Car les salariés de ces grands groupes privés peuvent refuser ce changement de statut, notamment certains cadres qui rêvaient d'une carrière internationale et de stock-options. Impossible de savoir si la nouvelle entité qui verra le jour dans un peu plus d'un an bénéficiera des mêmes compétences que les anciens délégataires.

Ces bras de fer profiteront-ils aux consommateurs ? Si, à court terme, des baisses de prix peuvent être affichées, la donne est différente à moyen terme. A Paris, Bertrand Delanoë a enterré ses promesses de baisse des tarifs, ne parlant plus que de stabilisation. « Nous contrôlons moins de la moitié de la facture », se défend Anne Le Strat. La production et la distribution d'eau potable ne représentent que 38 % du prix du mètre cube d'eau à Paris. Le reste va aux différentes taxes, et surtout à l'assainissement, confié à un autre opérateur, le Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne. « Partout en France, l'assainissement est la partie de la facture la plus inflationniste à moyen terme », reconnaît Marc Reneaume, président de la Fédération professionnelle des entreprises de l'eau. Les normes européennes se sont durcies et la France a pris beaucoup de retard dans la modernisation de ses stations d'épuration. 146 d'entre elles, desservant 36 millions de Français, ne correspondraient plus aux exigences de Bruxelles, et 10 milliards d'euros d'investissements d'ici à 2015 seraient nécessaires pour les remettre aux normes. Il n'y aura pas de miracle : les usagers paieront l'addition.

S'ajoute un dernier facteur inflationniste : la baisse de la consommation. Davantage sensibilisés à la protection de l'environnement, les Français laissent beaucoup moins couler inutilement l'eau du robinet. Mais la baisse des volumes consommés déséquilibre tout le système de financement des services de l'eau. Moins de mètres cubes facturés, c'est moins de recettes dans les poches des producteurs et des distributeurs, qu'ils soient publics ou privés. Or près de 80 % de leurs charges sont fixes. « Il faudra bien réfléchir un jour à un nouveau mode de financement de l'eau potable en France. 70 % pourraient venir de la facture des usagers - donc des quantités consommées -, contre 100 % aujourd'hui, et le reste, de l'impôt », soutient Marc Laimé, auteur des Batailles de l'eau (Editions Terre bleue) et animateur du blog Les Eaux glacées du calcul égoïste. Il faudra alors que les élus peaufinent leurs discours pour faire passer cette potion amère auprès des électeurs.

L'expansion





Mercredi 19 Novembre 2008
Mercredi 19 Novembre 2008
JEAN-LUC TOULY
Lu 3071 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 19

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide