ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
PRIVATISATION EN FRANCE

Les grandes entreprises de l'eau sous le feu des critiques

Factures anormalement élevées ou délibérément floues, tarifs incompréhensibles : élus et représentants d'associations montent de nouveau au créneau pour dénoncer les pratiques des grandes entreprises de l'eau.



Bordeau, Lilles et les autres...

©P. Gleizes / REA
©P. Gleizes / REA
Coup sur coup, plusieurs grandes collectivités viennent de remettre en cause les pratiques des grands concessionnaires du marché de l'eau en France.

Alain Rousset, président de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB) a révélé, le 17 novembre dernier, avoir arraché un protocole d'accord avec la Lyonnaise des eaux après des négociations qualifiées de "rudes". Les services de la CUB ont en effet repéré pas moins de 80 millions de "surprofits" réalisés par la filiale du groupe Suez entre 1992 et 2005. Le 21 novembre, c'était au tour de la communauté urbaine de Lyon de mettre en évidence 94 millions d'euros collectés par la Générale des eaux (groupe Veolia) auprès des usagers pour des travaux jamais effectués.

Le même jour, la Société des eaux du Nord (SEN), filiale à 50-50 de Veolia et de Suez chargée de la distribution de l'eau dans l'agglomération lilloise, était accusée par des associations d'avoir indûment perçu, à titre de provisions pour le renouvellement des canalisations, 164 millions d'euros entre 1986 et 1996. Parlant de "faux procès", le P-DG de la SEN a concédé qu'il y avait "un retard d'investissement de 156 millions d'euros" constaté fin 1996, en affirmant que cette somme avait été reportée dans le programme de 369 millions pour la période 1997-2015.

Des critiques récurrentes

Les grandes entreprises de l'eau sous le feu des critiques
Ces exemples de "surprofits" seraient courants chez les géants de l'eau, flou des comptes aidant. Fin janvier dernier, l'UFC-Que choisir avait dénoncé dans une étude portant sur trente et une villes les prix "abusifs" pratiqués dans les grandes agglomérations, avec des taux de marge nette sur chiffre d'affaires oscillant entre 26 et 42%. Selon les données de cette étude, l'eau distribuée par le Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif) était facturée 2,5 fois plus chère que ce qu'elle coûtait. Le prix facturé était 1,7 fois plus élevé que le prix de revient à Lyon et à Reims, 1,5 fois à Strasbourg, Angers et Nantes et 1,4 fois à Paris et à Lille.
Beaucoup de maires de petites communes rurales s'en prennent aussi aux pratiques des entreprises qui gèrent leur réseau d'eau. "On se pose même la question de revenir en régie municipale, pour leur faire peur", souligne Daniel Le Moal, adjoint aux finances de Saint-Nolff, une commune de 4.088 habitants du Morbihan dont le réseau d'eau est pourtant géré depuis 20 ans par la Saur, filiale du groupe Bouygues. Pour cet élu, "monté" à Paris pour le 89e Congrès des maires, "les gros groupes profitent un peu trop de leur monopole (...) et il n'y a pas de concurrence réelle entre eux". "La Bretagne, par exemple, ils se la sont partagée en secteurs", accuse-t-il.
"C'est vrai que les consommateurs se sentent parfois piégés", explique Fernand Fauqueux, maire de Courbépine, commune de l'Eure de 650 habitants dont le réseau d'eau est géré par Veolia depuis trois ans. "Mais soyons francs, les communes sont incapables de gérer le problème de l'eau toutes seules", reconnaît-il.
"C'est beaucoup plus facile pour nous, mais c'est vrai que ça nous coûte, concède également Robert Denost, maire de Saint-Vincent-Jalmoutiers, en Dordogne. Les gens grognent, ils trouvent que c'est trop cher."
"Il y a même des élus qui veulent repasser en régie municipale", explique Yolande Vignal, maire du Garn, un bourg gardois de 221 habitants dont l'alimentation en eau dépend de la Saur, comme vingt-quatre autres petits villages voisins avec qui il est allié au sein d'un syndicat de communes.
Mais revenir en arrière est difficile, reconnaît Daniel Le Moal : "Cela oblige à un lourd investissement en matériel, à embaucher des personnes supplémentaires, on est un peu démuni." Alain Lyps, adjoint au maire de Wizernes, une commune de 3.500 habitants du Pas-de-Calais dont le réseau d'eau est toujours en régie municipale, ne regrette pas de ne pas avoir cédé aux sirènes des grands groupes : "Nous n'avons aucune tentation de les rejoindre, tant que nous pourrons tourner comme ça, nous tournerons comme ça."


Des précisions sur les obligations des délégataires dans le projet de loi sur l'eau

En réponse aux critiques les plus récentes, la Fédération des entreprises de l'eau (FP2E) assure dans un communiqué publié le 24 novembre que "98% des élus français" étaient "satisfaits du fonctionnement des services de l'eau", soulignant que "les distributeurs d'eau représentent 41% de la facture d'eau totale en France", le reste relevant "des collectivités locales, de l'Etat et des agences de l'eau". La FP2E précise encore que "le prix moyen de l'eau en France (...) se situe en-dessous de la moyenne des pays européens", les contrats de délégation de service public étant "strictement contrôlés(...) dans le cadre des lois Sapin et Barnier".

Le projet de loi sur l'eau, qui sera examiné en seconde lecture à l'Assemblée nationale à partir du 30 novembre, devrait apporter de nouvelles précisions sur les obligations des délégataires. Dans sa version actuelle, le texte prévoit notamment que tout contrat de délégation de service public de distribution d'eau ou d'assainissement comporte une estimation précise des dépenses à réaliser sur le réseau par le délégataire, qui devra rendre compte chaque année de l'exécution des travaux.
Sur le site de l'Association des Régions de France

Organisation de l'Association

L'assemblée générale des présidents se réunit, en moyenne, trois fois par an. Le conseil d'administration, élu par l'assemblée générale des Présidents, se réunit tous les mois. Il organise les travaux internes de l'ARF.

Le conseil d'administration est présidé par M. Alain ROUSSET, Président du Conseil régional d'Aquitaine.
Premier Vice-Président délégué :
M. Jean-Paul HUCHON Président du Conseil Régional d'Île-de-France
Deuxième Vice-Président :
M. Michel VAUZELLE, Président du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d'Azur
Troisième Vice-Président :
M. Michel SAPIN, Président du Conseil régional du Centre
Quatrième Vice-Président :
M. Paul VERGES, Président du Conseil régional de la Réunion
Cinquième Vice-Président :
M. Raymond FORNI, Président du Conseil régional de Franche-Comté
Sixième Vice-Président :
M. Adrien ZELLER, Président du Conseil régional d'Alsace
Porte-Parole :
Mme Ségolène ROYAL, Présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes
Trésorier :
M. René SOUCHON, Président du Conseil Régional d'Auvergne
Secrétaire :
M. Martin MALVY, Président du Conseil Régional de Midi-Pyrénées
Secrétaire adjoint :
M. Jacques AUXIETTE, Président du Conseil régional des Pays de la Loire


Le budget de l'ARF est alimenté par les cotisations des Régions.

Dimanche 26 Novembre 2006
Dimanche 26 Novembre 2006
Association des Régions de France
Lu 2919 fois


1.Posté par GAZEL Claude (dit CYRIAQUE) le 15/05/2007 11:11
Je souhaiterais participer à cette lutte pour la privatisation de l'eau .
je subis en effet , comme bien d'autres , les diktats arbitraires de la SOGEDO , et préfèrerais comme la plupart des citoyens français que l'eau soit gèrée par la région .
Bien cordialement
Claude Gazel -CYRIAQUE
Domaine des Farguettes
24480 PALEYRAC
Tél : 05 53 23 48 23 (je peux organiser des séminaires de réflexion )


Dans la même rubrique :

8 SECONDES - 10/11/2006

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide