ACME
France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019
           
REMUNICIPALISATION EN FRANCE

Les régies municipales se multiplient pour réduire les coûts d'une gestion privée

Les élus landais remettent la tête dans l'eau.

Voilà une gestion de l'eau qui pourrait faire tache d'huile. Dans les Landes, de plus en plus de communes, soutenues par le conseil général, s'orientent vers une gestion en régie (gérée par la commune ou l'intercommunalité) pour les services de distribution et d'assainissement de l'eau, au détriment des entreprises privées.



Les régies municipales se multiplient pour réduire les coûts d'une gestion privée
A tel point que ce système en régie est à présent majoritaire dans le département. Certes, les trois grands opérateurs privés, Veolia (l'ancienne Générale des eaux), la Lyonnaise des eaux (filiale de Suez) et la Saur (filiale de Bouygues) gardent une très confortable avance à l'échelle nationale. Mais, sous la pression de collectivités désormais attentives, leurs marges financières pourraient se réduire. Et leurs parts de marchés suivre le mouvement.

Rébellion.

En matière d'eau, les années 1990 furent celles des scandales de corruption. Les années 2000 pourraient être celles de la rébellion. Pour Gabriel Garosi, président du syndicat intercommunal des eaux de Marsillon, «il est regrettable que des bénéfices puissent être faits sur une ressource aussi précieuse que l'eau. Il est normal que l'argent collecté soit réinvesti dans le service que l'on rend. Et puis, nous comptons réduire les délais d'intervention grâce à une petite structure de proximité». Au 1er janvier 2006, les vingt-quatre communes de son syndicat ne renouvelleront donc pas leur contrat avec la Saur. Elles passeront en régie, comme 56 % des communes du département.

Elles n'étaient pourtant que 35 % à avoir fait ce choix au milieu des années 1990, date à laquelle le conseil général, présidé par Henri Emmanuelli, a procédé à plusieurs études. «On s'est aperçu qu'il y avait un écart de 70 % sur le coût de l'eau entre la gestion en régie directe et la délégation du service public à une entreprise privée», explique son premier vice-président, Robert Cabé. Le conseil général décide alors de mettre en place un système de bonus-malus qui avantage les collectivités faisant le choix de la régie. Elles bénéficieront d'une subvention de 10 % supérieure aux autres.
A l'époque, le préfet attaque cette décision en justice. Mais, en décembre 2003, après huit années de bataille judiciaire, le conseil général obtient gain de cause devant le Conseil d'Etat. Fin des hostilités ? Pas tout à fait. Le sénateur du Cantal Pierre Jarlier (UMP), rapporteur à la Commission des lois, a récemment déposé un amendement au projet de loi sur l'eau pour empêcher la mise en oeuvre de ce genre de subvention. «Il faut préserver l'équité dans le choix des collectivités», soutient-il. Il ne manque pas de mettre en avant que lui-même, maire de Saint-Flour, a recours à une régie. «Mais soit on refuse de faire intervenir le privé dans la gestion de l'eau, soit on donne les mêmes chances à tout le monde. D'autant que le public n'a pas toujours les compétences nécessaires.»

«Fortunes».

Une analyse que rejoint forcément Bernard Guirkinger, PDG de la Lyonnaise des eaux, qui préside le syndicat professionnel regroupant les opérateurs privés : «L'important, c'est que la collectivité soit libre de choisir. Il n'est pas normal qu'il y ait une discrimination en fonction du mode de gestion. Cela brise les règles d'équité.» Au conseil général, Robert Cabé précise qu'«il ne s'agit pas d'exclure le privé. Le monopole du public pourrait aussi engendrer certaines dérives. Mais il faut mettre en concurrence les trois grands, qui ont bâti des fortunes sur le dos des usagers.»

Reste que si les compagnies privées ont tant prospéré, c'est aussi parce que pendant longtemps les communes n'ont pas voulu s'embarrasser de cette gestion. «Les maires redoutaient de faire apparaître un endettement excessif de leur commune et de voir des usagers manifester contre des redevances trop fortes, explique Yvan Stefanovitch, auteur de l'exhaustive enquête L'Empire de l'eau (1). Et puis les communes n'ont pas toujours les compétences.» Ce qui explique qu'en dehors de toute corruption certaines municipalités se sont fait berner par les juristes rodés des grandes compagnies. Pour pallier ce manque de connaissances, le conseil général des Landes a renforcé le Sidec (Syndicat mixte départemental d'équipement des communes), une structure à laquelle les communes peuvent transférer leurs prérogatives en matière d'eau.

Chute des prix .

Toutes ne le font pas. «Il y a des liens très anciens, des habitudes, explique Robert Cabé. Sans compter que souvent la compagnie d'eau participe historiquement à l'organisation d'événements culturels, ou sponsorise le club de foot local. Ce qui fait que certaines mairies rechignent. Mais même quand elles choisissent de poursuivre en délégation de service public, le fait que le Sidec concourt lors de l'appel d'offre fait considérablement chuter les prix.» L'écart, selon le conseil général, ne serait plus aujourd'hui que de 26 % dans les Landes (1,31 euro le mètre cube d'eau pour la régie, contre 1,56 au privé). Le conseil général espère le voir tomber à 5 %.
Les frondeurs des Landes vont-ils faire des petits partout en France ? Aujourd'hui, le privé distribue toujours 74 % de l'eau potable de l'Hexagone. Mais de nombreux contrats arrivent prochainement à échéance. De grandes villes ont déjà ou vont rejoindre ce système de régie (Cherbourg, Grenoble, Rouen, entre autres). Ce qui fait dire à Robert Cabé que le «rouleau compresseur est en marche».


(1) L'Empire de l'eau, Ed. Ramsay . -   http://www.liberation.fr/page.php?Article=326088

Dimanche 25 Septembre 2005
Mercredi 29 Mars 2006
Libération
Lu 2590 fois

Dans la même rubrique :

VEOLIA EN ALLEMAGNE - 02/12/2004

L'eau à Paris - 02/12/2004

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide