ACME
Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019
           
REVUE DE PRESSE

Libération 1.02.2010 : Eau : guerre pour une vache à lait



Les communautés urbaines ferment les vannes
Les villes agitent la menace d'un retour en régie publique pour renégocier les contrats de délégation, très lucratifs pour les marchands d'eau.

Les caves se rebiffent. Un peu partout en France, les communautés urbaines renégocient drastiquement leurs contrats de délégation avec les marchands d'eau. Quand elles ne reviennent pas à une gestion directe via une régie municipale. Longtemps dépassés par le maquis comptable des distributeurs privés, orfèvres en la matière, les élus locaux ont fini par se reprendre en main : il suffit, après tout, d'éplucher les rapports des chambres régionales des comptes ou de commander un audit. Au besoin, elles se font épauler par Jean-Luc Touly, ancien délégué CGT de Veolia, aujourd'hui militant chez les Verts et Anticor.

«Surprofit». Pour l'essentiel, les tractations tournent autour des provisions pour entretien des réseaux d'eau potable, souvent constituées mais pas toujours dépensées. Une cagnotte à récupérer auprès de Suez ou Veolia, donc. A Bordeaux, la communauté urbaine (présidée par le socialiste Alain Rousset) avait commandé un audit selon lequel Suez aurait perçu un «surprofit» de 30 millions d'euros. Il a, depuis, obtenu que le concessionnaire réinvestisse 230 millions d'ici dix ans dans l'entretien du réseau. Tout en laissant planer le doute sur un retour en régie.

A Paris, Betrand Delanoë a fait coup double : en 2003, restitution de 150 millions d'euros auprès de Suez et Veolia, qui se partageaient la capitale ; en 2010, retour en régie municipale. A Toulouse, Veolia a spontanément proposé une baisse de 25% du prix de l'eau. Le maire, Pierre Cohen, avait menacé de rompre par anticipation le contrat courant jusqu'en 2020.

A Lille, des usagers somment, par voie judiciaire, la communauté urbaine de réclamer à Suez 160 millions d'euros (valeur de 1997, réactualisée à 350 millions en 2010). Longtemps accroché à la présidence de Lille Métropole, Pierre Mauroy refusait de déclarer la guerre aux distributeurs : «Ils nous rendent des services, embauchent des jeunes désoeuvrés, soutiennent le club de foot.» Et de ne réclamer que 20 millions de trop-perçu. Martine Aubry, maire depuis 1995 mais présidente de la communauté urbaine depuis seulement un an, réfléchit à un retour en régie. A Lyon, Gérard Collomb estime qu'il y en aurait pour 95 millions d'euros. Mais plutôt que d'en demander restitution, il suggère que Veolia les réinvestisse enfin dans le réseau. A Marseille, le président de la filiale commune de Suez et Veolia (SEM), Loïc Fauchon, ex-bras droit de Gaston Defferre, est en aussi bon terme avec Jean-Claude Gaudin (maire UMP) qu'avec Jean-Noël Guérini (président PS du conseil général). Tout baigne. Seuls les Verts ruent dans les brancards au motif que l'eau de Marseille serait, selon Que Choisir, 56% plus chère qu'ailleurs. Anglet (Pyrénées-Atlantiques), a établi un record : baisse de 61% du prix au mètre cube et de 20% sur l'abonnement. En retour, le nouveau maire PS a accepté de reconduire Suez.

Echéance. Ces tractations sont rendues obligatoires par un arrêt du Conseil d'Etat d'avril 2009, saisi par un citoyen d'Olivet (Loiret), dont la commune avait signé en 1933 un contrat de quatre-vingt-dix-neuf ans avec Veolia? La loi Sapin de 1993 stipule que les délégations au privé doivent être «limitées dans leur durée», un décret de 1995 fixant le seuil à vingt ans. Mais beaucoup s'étaient précipités pour reconduire les contrats avant l'échéance fatale. Le Conseil d'Etat proclame que la durée limite est désormais rétroactive : tous les contrats devront donc être renégociés d'ici 2015. Le compte à rebours est enclenché.



Veolia et Suez se disputent le juteux marché d'Ile-de-France, chasse (bien) gardée de l'ex-Générale des eaux.
C'est «l'événement du siècle». André Santini manie aussi bien l'emphase que l'invective, pestant également contre un «harcèlement indigne d'élus d'ultragauche et de blogs altermondialistes». Lesquels dénoncent son partenariat historique avec Veolia (ex-Générale des eaux) et sa possible reconduction au printemps. Car le député-maire d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), ancien ministre, est président du Syndicat intercommunal d'Ile-de-France (Sedif), regroupant 144 villes de la banlieue parisienne, quatre millions d'usagers et distribuant un million de mètres cubes d'eau par jour. Le plus grand marché en Europe, délégué au privé depuis 1923, bastion historique de l'antique Générale des eaux, boutée hors de Paris par le baron Haussmann au XIXe siècle avant de se refaire en banlieue.

Veolia est au mieux avec Santini, qui s'est un jour égaré à écrire un courrier à ses collègues maires sur papier à en-tête de la compagnie? Sonnez trompettes, donc : pour la première fois, Veolia et Suez s'affrontent directement et franchement pour l'obtention d'un marché, mettant fin à une longue ère de compétition bien tempérée - à chacun son territoire. Le lauréat doit être désigné en avril. La tension monte au point que, mi-décembre, Nicolas Sarkozy en personne a été mis en garde sur les avatars inéluctables de cette lutte fratricide. De multiples recours mijotent en coulisse. Grand barnum en perspective.

Empoignade. Tout a commencé par une décision du conseil de la concurrence mettant en cause la mainmise de Veolia et Suez, «oligopole restreint détenant 85% du marché» en France. Le duo prétexte une «distance trop longue pour formuler une offre compétitive?» pour ne pas aller chasser sur les terres de l'autre, même éloignées d'à peine 30 km. Le conseil demande alors au ministère de l'Economie de faire «injonction» aux marchands d'eau de dissoudre leurs filiales communes. Un minimum. C'était en 2002? Les locataires de Bercy se succèdent avec la même impavidité bovine. Seule Christine Lagarde sursaute en 2009 : elle fait enfin injonction au binôme de s'exécuter. Mais le partage vire à l'empoignade : Veolia récupère Marseille, dont le contrat a de bonne chance d'être reconduit ; Suez hérite de Lille, démangé par un retour en régie municipale (lire ci-contre).

Dindon de la farce, Suez décide de se venger en attaquant Veolia sur ses terres du Sedif. En douceur dans un premier temps : Suez demande que le nouveau contrat soit séparé en différents lots à partager car, sinon, «l'opérateur sortant aurait un avantage considérable». Refus du Sedif. La candidature d'un troisième larron, Derichebourg, vient d'être retoqué alors que l'impétrant avait soutiré, en 2009, le marché parisien des ordures au tandem Suez-Veolia. Place au mano a mano final. «La bataille est extrêmement chaude, ce n'est pas du pipeau, souligne un protagoniste. Vont-ils se lancer dans une politique de la terre brûlée ? Une baisse des prix de 15-20%, passe encore. Mais à -30%, ce n'est plus l'Eldorado.»

Des élus de gauche entendent perturber le calendrier. Ils sont furieux que le débat sur un éventuel retour en régie municipale ait été escamoté, ne leur laissant le choix qu'entre deux opérateurs privés. En décembre 2008, Santini avait imposé un vote à bulletin secret sur le maintien ou pas du régime actuel - une régie intéressée, variante de la délégation de service public. Par 88 voix contre 56, avec une vingtaine de défections à gauche, le système est maintenu.

Chantage. Le PS et le PCF avaient pourtant appelé au retour à une gestion publique de l'eau mais, en la matière, leurs élus locaux ont l'habitude de passer outre. Frustrés d'un grand débat, des édiles ont saisi le conseil de la concurrence et le tribunal administratif, au risque de reporter le choix après les élections régionales. Comme Philippe Kaltenbach, maire PS de Clamart (Hauts-de-Seine) : «Au-delà de l'ancienne corruption politique, l'eau est une vache à lait. Malgré leurs arguties juridiques ou comptables, les distributeurs privés ont bien mangé.» Certaines villes menacent même, suprême chantage, de quitter le Sedif en cas de reconduction de Veolia. Et de se fournir auprès d'Eau de Paris, la nouvelle régie publique de la capitale.

Hasard malencontreux du calendrier, la Sade, filiale de Veolia spécialisée dans la fourniture des compteurs, a été perquisitionnée fin décembre par la direction de la concurrence. Un rapport avait révélé qu'elle facturait ses travaux au Sedif à des prix «deux fois supérieurs à ceux rencontrés dans les autres délégations de service public». Mais tout serait, depuis, rentré dans l'ordre, assure Santini. «Pas de quoi gâcher mon réveillon», lâche le patron de la Sade au mensuel Capital, révélant la perquisition. Son Noël, peut-être, mais Pâques ?


Repères

«L'eau, c'est la vie, parfois la mort. Mais c'est aussi le pouvoir, l'argent. Car l'eau est un bien et sera demain, plus encore, une richesse.»

Loïc Fauchon président d'une filiale de Veolia et du Conseil mondial de l'eau

«L'opacité des entreprises de distribution d'eau est à l'image de leur manque d'intérêt pour la gestion d'un bien commun.»

Danielle Mitterrand dans un appel aux maires de France

Privé et public
Seules 13% des collectivités locales françaises (2 000 sur 15 500) ont délégué au privé leur distribution d'eau potable. Mais comme cela concerne les principales communautés urbaines, le privé distribue 75% de l'eau en France.

L'oligopole
Veolia et Suez se partagent 85% du marché de la délégation au privé, contre 13% à la Saur, ex-filiale de Bouygues. Depuis un an, l'allemand Gelssenwasser a fait son trou en France, en récupérant les marchés à Nantes, Strasbourg et La Rochelle.

Henri Proglio Après trente-huit ans au sein de l'ex-Générale des eaux, il cumule depuis deux mois les casquettes de président (désormais non exécutif) de Veolia et de PDG d'EDF. Sans oser parler de fusion, à la façon GDF-Suez, il milite pour un rapprochement commercial.

Gérard Mestrallet Ex-collaborateur de Jacques Delors, il préside Suez depuis 1995, fusionné avec la Lyonnaise des eaux et GDF. La fusion GDF-Suez ne concerne que l'électricité. L'eau et les déchets restent sous l'étiquette Suez Environnement, aussi présidé par Mestrallet.


Lundi 1 Février 2010
Lundi 1 Février 2010
JEAN-LUC TOULY
Lu 1404 fois


1.Posté par gdfontaines le 03/02/2010 00:50
Il est grand temps d’en finir avec le corporatisme d’une oligarchie financière qui gangrène les peuples du monde entier à tous les niveaux de nos économies et de rétablir les conditions d’un équipement à long terme de l’homme et de la nature pour un développement mutuel des nations à travers une reprise de contrôle de nos monnaies, via la mise en banqueroute organisée des banques toxiques, leur réquisition durant des enquêtes de type Pecora, la mise en place des critères des Glass Steagall et Hill Burton acts, l’abandon du système monétariste pour du crédit productif public afin ainsi de lancer des politiques de Grands Travaux du genre pont ferroviaire afrique-europe-asie-amériques ou centrales nucléaires de 4ème et 5ème génération, ou encore l’exploration humaine du système solaire .. seuls gagent du développement humain, qu’en pensez vous ?

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 20

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide