ACME
Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019
           
REVUE DE PRESSE

Marché de l'eau : une société attaque la ville de La Roche sur Yon



Agur, une société du pays basque, estime avoir été injustement écartée du marché de l'eau yonnais. C'est Veolia qui a actuellement en charge la distribution de l'eau potable ainsi que le traitement des eaux usées. Le marché arrive à son terme fin juin.

Agur, société indépendante intéressée par le marché de l'eau yonnais, estime avoir été mise hors jeu.Elle menace la ville d'un recours devant le tribunal administratif.
Enquête

C'est une société du Pays basque, qui a son siège à Bayonne. À la fin de l'été dernier, Agur fait savoir à la ville de La Roche-sur-Yon qu'elle est intéressée par le marché de l'eau à La Roche-sur-Yon, le contrat de délégataire (avec Véolia) arrivant à échéance au mois de juin 2009. Agur adresse son « CV », argumente, pièces à l'appui, sur son savoir-faire technique et ses capacités financières.

La réponse de la ville tombe, c'est non. « La ville a manifestement estimé que nous n'étions pas de taille pour concourir, et nous n'avons donc jamais eu le cahier des charges », analyse Hervé Bouhineau, directeur commercial de la société. Sauf qu'Agur ne l'entend pas de cette oreille. « La ville ne nous connaît pas, ce qui est normal, on ne s'appelle pas Suez ou Veolia, on est une société indépendante, plus connue dans le sud-ouest. Mais j'ai demandé que l'on soit reçu. »

C'est ce que la société réclame en octobre dernier, toujours par courrier. « Et nouveau refus », indique-t-on, du côté de chez Agur, qui ne comprend pas. « On veut pouvoir travailler et se battre à la loyale contre nos concurrents », argumente Hervé Bouhineau. La société de Bayonne a donc décidé de taper plus fort. Voilà quelques jours, elle a envoyé un ultime courrier à la ville.

« On a le sentiment d'avoir été écarté »

Cette fois-ci, elle la menace d'un recours devant le tribunal administratif, « parce qu'on ne nous a pas donné notre chance, on a le sentiment d'avoir été écarté », commente Hervé Bouhineau. « S'il le faut, nous essaierons d'obtenir la suspension du vote portant sur le marché de l'eau prévu lors du conseil municipal du 4 février prochain. »

Côté ville, on affiche ¯ officiellement du moins ¯ une grande sérénité et on s'abrite derrière les procédures, « qui sont très encadrées », pour en dire le moins possible. « On est fier du travail que l'on a fait dans le seul intérêt des Yonnais », réaffirme Stéphane Ibarra, l'élu en charge de ce dossier ultrasensible, où des dissensions fortes existent, dans la majorité mais aussi à l'intérieur même du camp socialiste.

Tout juste consent-il à dire que « la candidature d'Agur a été étudiée sur la base de critères objectifs portant sur les aspects juridiques, financiers et techniques ». Concernant le recours juridique d'Agur, le monsieur « eau » de la ville ne veut pas en dire plus. L'élu a désormais les yeux rivés sur la séance du conseil municipal du 4 février. Ce soir-là, les élus doivent trancher et faire un choix engageant la ville pour une bonne dizaine d'années. À moins que le « petit poucet » basque ne vienne jouer les trouble-fête.


Philippe ECALLE.
Ouest-France

Vendredi 23 Janvier 2009
Vendredi 23 Janvier 2009
JEAN-LUC TOULY
Lu 2153 fois


1.Posté par concurrence connait pas le 23/01/2009 19:24
Un exemple de plus du très médevien 'La concurence publique, c'est scandaleux! ...... Mais, il faut restreindre la concurrence dans le privé' (sous-entendu en faveur de nous les trois soeurs).Allez, courage, chers lyonnais et basques, essayez la régie ou à défaut les entreprises indépendantes (agur, nantaise...).

2.Posté par viviane le 05/02/2009 11:16
De toute façon, en matière de marchés publics, la réglementation est extrêmement contraignante, et ne laisse pas beaucoup de place à l’improvisation. Moi je suis dans le domaine des services, et les demandes juridiques et financières sont également très fortes. Après, de là à crier au scandale, je suis pas trop d’accord, vu que l’objectif c’est quand même de donner des garanties aux citoyens.

3.Posté par marc le 06/02/2009 11:25
Agur c’est pas le mec qui demandait à ce que le gouvernement favorise les PME dans son domaine ? Avec cette tendance très gauchisante d’interventionnisme d’état dans tout il ferrait mieux de faire autre chose que chef d’entreprise. C’est pas brillant !

4.Posté par Rrr le 08/02/2009 10:49
A part faire perdre encore un peu d’argent et de temps à la commune, cette action ne sert à rien. Les appels d’offre sont bien trop encadrés pour qu’il y ait une quelconque irrégularité.

5.Posté par concurrence connait pas le 15/02/2009 12:32
Agur ne fait que se défendre, car dans le domaine des eaux il est courant que le sortant pratique la rétention d'informations (mais rarement à ce point). La question porte sur le fait de ne pas avoir eu les informations minimales nécessaires pour présenter (ou non)une offre pertinante. Celle-ci aurait alors pu se battre (et malheureusement vraisemblablement perdre) avec honneur face aux offres des trois soeurs.
Quand une PME essaie de vivre dans un marché public, il faut qu'elle soit mordante et qu'elle défende ses vues et son business. Alors, oui, un patron peut en être réduit a adopter une posture gauchisante SURTOUT quand 97% du marché est tenu par trois entreprises qui vivent en bonne entente et font du lobbying intense et constant sur les Etats et les Collectivités. Le PDG d'Agur ne fait que se défendre.


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 20

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide