ACME
Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018 Rachat de la Saur par EQT : un jour sans fin… 28/08/2018 Veolia paie des voyages à Paris pour des hauts fonctionnaires arméniens afin d'augmenter le prix de l'eau 27/08/2018 Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018
           
EDITO

Mario Soares nous écrit

L’URGENCE DE L’EAU



Mario Soares nous écrit
La problématique de l’eau occupe de plus en plus une place importante dans l’agenda politique actuel, au niveau local, des régions, des pays, comme au niveau des continents et du monde. Et pour cause.

En raison des prélèvements excessifs et déraisonnés effectués ces 50 dernières années à travers le monde pour des buts agricoles (irrigation par pulvérisation), industriels (tous secteurs confondus), énergie (nucléaire : plus de 40.000 grands barrages construits depuis 1950) on ne compte plus les fleuves qui ne portent plus l’eau à la mer (le Colorado a été parmi les premiers), les mers intérieures (le lac Baïkal, la Mer morte, le lac Tanganyika…) en train de disparaître, les nappes phréatiques qui se vident et dont le niveau baisse dangereusement (notamment aux Etats-Unis, en Inde et en Chine, pays confrontés à des graves problèmes d’approvisionnements hydriques).




En outre, la pollution et la contamination de l’eau par des substances toxiques (ces dernières années, une importance accrue est prise par la contamination induite par les déchets humains d’une population vieillissante à forte médicalisation…) est l’origine d’une raréfaction croissante de l’eau potable saine.

Point n’est nécessaire de parler des dévastations des ressources hydriques liées aux conflits grandissants autour de l’eau entre Etats appartenants au même bassin hydrographique (exemples du bassin du Sénégal, du Niger, du Tigres et de l’Euphrate, du Jourdan, du Nil…), causés par l’affirmation abusive d’une souveraineté nationale sur les eaux traversant le territoire national et par le refus de traiter l’eau comme un bien commun.

Bref, loin d’être traitée et valorisée comme un bien essentiel et in substituable à la vie pour tous et dans l’intérêt de tous les habitants de la planète, l’eau est traitée surtout et principalement comme le nouveau « or du monde », l’or bleu, comme le pétrole a été et reste, pour l’instant, l’or noir du monde, cause donc de guerres.

Conséquence : nos sociétés considèrent que le droit à l’eau, le droit à la vie, n’appartient pas à tout le monde et que dans 20 ans il y aura encore des milliards de personnes qui n’auront pas accès à l’eau potable saine et aux services hygiéniques car ils seront pauvres… Qui plus est, au lieu de renforcer les capacités des pouvoirs publics, du local au mondial, à assurer une gestion durable et efficace de l’eau et de l’accès à l’eau pour tous, nos sociétés sont en train de privatiser les services de l’eau et réduire l’eau à une marchandise, comme toute autre boisson, laissée aux aléas des marchés et du profite des entreprises privées. On laisse faire du profit à partir de ce qu’est un droit humain. La fois dans la fable « le privé est beau », « le privé est efficace » est de retour, alors que le chemin à emprunter est celui de faire du public un public juste, efficace, transparent, démocratique.

Cette tendance est inacceptable et inadmissible à tous points de vue, surtout du point de vue humain, social. Je formule les vœux que votre colloque puisse affirmer avec clarté et rigueur le caractère de bien public de l’eau, de sa propriété, de sa gestion et de son contrôle, dans le cadre d’une réelle participation des citoyens. Je suis convaincu que le peuple corse dont la culture est fortement enracinée dans l’amour de la nature, de la terre, est en mesure de transmettre avec force ce message moderne et puissant, prophétique, d’amour envers l’eau, envers la vie.

Avec mes meilleurs vœux


par Mario Soares
Lisbonne, le 30 octobre 2004




POUR TOUT SAVOIR DE MARIO SOARES

Figure historique de l'opposition aux dictatures portugaises d'Antonio Salazar et de Marcelo Caetano, puis fondateur du Parti socialiste portugais, premier ministre et président de la République du Portugal, Mario Soares peut être considéré comme l'un des principaux artisans de l'adhésion de son pays à la Communauté économique européenne (CEE) en 1985.


Mario Soares naît le 7 décembre 1924 à Lisbonne. Après avoir étudié au Collège Moderne, Mario Soares obtient des licences de Sciences historiques, philosophiques et de droit à l'Université de Lisbonne. Etudiant, il s'engage dans la lutte contre le régime autoritaire de l' " Estado Novo ". Institué par Antonio Salazar en 1933, ce régime est caractérisé par l'hégémonie d'un parti unique : l'Uniäo Naçional. Après avoir adhéré en 1943 au MUNAF, le Mouvement d'unité national anti-fasciste, Mario Soares s'illustre au sein de divers mouvements qui contribuent à déstabiliser l'" Estado Novo ", dont le Mouvement de jeunesse du MUD (Mouvement d'unité démocratique) qu'il a fondé en 1946. A partir de 1957, Mario Soares exerce, parallèlement à son activité d'opposant, la profession d'avocat, ce qui lui permet de défendre de nombreux prisonniers politiques et de mettre en lumière le rôle joué par la PIDE, la police politique du régime de Salazar.


Ses activités lui valent d'être arrêté 13 fois par la PIDE. Incarcéré pendant près de trois ans pour délit d'opinion, il est même déporté, sans jugement, dans la colonie portugaise de Sao Tome e Principe, en 1968. En 1970, il décide de s'exiler et part pour la France. Il y devient professeur d'université (Sorbonne et université de Vincennes) et ne reviendra au Portugal qu'après la " Révolution des œillets " du 25 avril 1974. Après avoir été envoyé dans les capitales européennes pour obtenir la reconnaissance du nouveau régime démocratique portugais, Mario Soares occupe le poste de Ministre des Affaires étrangères de 1974 à 1975. Pendant cette période, il amorce avec succès le processus de décolonisation des colonies portugaises. Il est élu député en 1975 et sera présent dans toutes les Assemblées législatives jusqu'à son élection à la présidence de la République en 1986.


Mario Soares participe également à la mise en place de l'opposition politique au régime. Fondateur de l'Action socialiste portugaise en 1964, Mario Soares participe, en 1973, à la création du parti socialiste portugais, dont il devient le secrétaire général après la " Révolution des œillets ", qui met fin au régime dictatorial du Portugal, jusqu'en 1986. Il participe à de nombreuses réunions de l'Internationale socialiste, qui lui donnent l'occasion de nouer contact avec plusieurs responsables des partis socialistes européens. Il en est le vice-président de 1976 à 1986. Il représente également le Portugal à la Ligue internationale des droits de l'homme.


Mario Soares accède à la présidence du gouvernement de 1976 à 1978 puis de 1983 à 1985. Pendant l'exercice de ses fonctions, il entame le redressement de l'économie portugaise et initie le processus d'adhésion à la Communauté économique européenne, en lançant les négociations en 1977. En outre, les gouvernements Soares lancent la réforme du secteur agricole portugais afin de le rendre plus compétitif vis-à-vis de ses partenaires européens.


En 1983, il dirige la coalition PS/PSD et est réélu au poste de député. Il mène l'économie portugaise sur la voie de la rigueur budgétaire, ce qui permettra, à plus ou moins long terme, de faciliter son entrée dans le Marché commun et d'atténuer le choc économique entraîné par celle-ci.


Mario Soares est élu en 1986 et réélu triomphalement en 1991. En 1986, sa volonté d'ancrer le Portugal à l'Europe, déjà très forte au temps de l'opposition au régime salazariste, se voit enfin récompensée : le 1er janvier, le Portugal entre officiellement dans la Communauté économique européenne. L'ouverture complète au Marché commun industriel et agricole doit s'effectuer après une période transitoire de 10 ans pour le Portugal. En 1992, le Portugal exerce pour la première fois de son histoire la présidence du Conseil des ministres tandis que l'économie portugaise affiche un faible taux de chômage et une croissance vigoureuse : le " pari européen " de Mario Soares, dont l'issue semblait incertaine 15 ans auparavant, est désormais gagné.


La fin de son mandat présidentiel en 1996 lui permet d'intensifier son activité au niveau international et européen. De 1997 à 1999, il exerce la présidence du Mouvement européen international et de 1997 à 1998, il est président du comité des sages du Conseil de l'Europe. Aux élections de 1999, il est élu député au Parlement européen sur la liste du parti socialiste portugais. Il représente le Parti des socialistes européens (PSE) pour l'élection à la présidence du Parlement, remportée par Nicole Fontaine, candidate du Parti populaire européen et Démocrates européens (PPE-DE). En outre, Mario Soares est membre de la Commission des affaires étrangères, des droits de l'homme, de la sécurité commune et de la politique de défense.


Mario Soares a reçu de nombreuses distinctions internationales, il s'est notamment vu récompensé, entre autres, du Prix international des droits de l'Homme en 1977, du Prix Robert Schuman en 1987 et du prix Simon Bolivar en 1998.

Il a créé, en 1991, la Fondation Mario Soares, dont il est aujourd'hui président. Celle-ci a pour fonction de réaliser, promouvoir et parrainer les actions de formation à caractère culturel, scientifique et éducatif dans les domaines des droits de l'homme, de la science politique et des relations internationales. Il a signé en 1999 l'appel solennel lancé lors du cinquantième anniversaire de la Convention de Genève qui garantit les droits de la personne en tant de guerre.



Mercredi 1 Décembre 2004
Jeudi 30 Mars 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 3316 fois

Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide