ACME
Commission d'enquête sur la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences en Guadeloupe 08/06/2021 La gestion calamiteuse de l'eau en Guadeloupe : Cla Maria TV  ·  Entretien Exclusif avec Jean-Luc TOULY 01/05/2021 Plus d’un million de Français boivent une eau polluée par les pesticides 24/04/2021 SEDIF 20/04/2021 L'eau à Wissous ville essonnienne 20/04/2021 Communiqué du CREFOM sur le droit à l'eau en Guadeloupe soutenu par des associations guadeloupéennes, l'ACME France et le FRICC 18/02/2021 Assainissement : la Régie Eau d’Azur prend la main 09/02/2021 La SME toujours dans le collimateur du Comité Citoyen du Sud de Martinique 10/01/2021 A Lyon, la rente de Veolia tombe à l’eau 31/12/2020 Les citoyens inspirent la nouvelle directive sur l’eau potable 31/12/2020 Première partie  Veolia-Suez : genèse d’une affaire d’État 26/10/2020 Libération 7 octobre 2020 07/10/2020 Nouveau livre de Roger Lenglet et Jean Luc Touly "Les requins de la fin de vie" chez Michel Lafon sortie le 1er octobre 2020 02/09/2020 COMMUNIQUE ACME ET FRICC : Veolia veut racheter Suez 31/08/2020 Communiqué : demande de commission d'enquête parlementaire sur la gestion catastrophique de l'eau en Guadeloupe par l'association guadeloupéenne Balance ton SIAEAG soutenue par l'ACME et le FRICC 25/08/2020 Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020
           
ACTUALITES / MANIFESTATIONS

Même la pluie : un film exceptionnel et émouvant autour de la guerre et de la privatisation de l'eau de Cochabamba

.
Le film "Même la pluie" de la réalisatrice Icíar Bollaín, choisi par l’Espagne pour la représenter dans la course à l’Oscar 2011 du Meilleur Film Étranger est une œuvre ambitieuse, qui ose, s’adossant à l’histoire, aborder un sujet qui s’imposera dans un avenir proche comme la principale source de bouleversements et de conflits sur toute la planète, de la Bolivie à l’Espagne en passant par la Palestine et l’Afrique : l’accès à l’eau potable.

Entre la découverte des Amériques et notre époque actuelle, l’or bleu a remplacé l’or jaune et la vision romanesque du passé rejoint le cynisme d’une mondialisation dévastatrice de vies humaines et prédatrice de ressources naturelles.



Même la pluie : un film exceptionnel et émouvant autour de la guerre et de la privatisation de l'eau de Cochabamba
Au cinéma le 5 janvier 2011

Même la pluie de Icíar Bollaín :

La guerre de l’eau a débuté en Bolivie


MÊME LA PLUIE raconte le tournage d’un film d’époque dans une Bolivie déchirée par les conflits de l’eau : Quand Sebastian, jeune réalisateur passionné, arrive avec producteur et équipe de tournage dans le décor somptueux des Andes boliviennes pour évoquer la conquête espagnole, l’évangélisation et la mise sous tutelle des Indiens pour leur voler leur or et leur force de travail… il a la tête pleine de ses héros indiens, résistant à l’envahisseur.

Le budget dont il dispose n’est pas énorme pour un film dit d’époque, et la minceur des salaires proposés aux autochtones a été un argument pour convaincre la production de déplacer une équipe dans un coin aussi perdu.

Dès l’arrivée, on comprend que les recrues locales ne sont pas du genre à se laisser aveugler par la magie du cinéma, la tension est palpable et Sebastian, à la recherche de figurants, remarque un Indien au regard intense qui semble exercer un ascendant sur tous les autres. Il sera dans le film celui qui s’oppose et résiste. On comprendra vite que son charisme en fait aussi un leader au présent dans le conflit qui est en train de se nouer autour de l’eau.

"La lutte du peuple contre le pouvoir c’est la lutte de la mémoire contre l’oubli" Milan Kundera


Le film s’inspire de faits bien réels : en avril 2000, à Cochabamba, la troisième ville de Bolivie, une multinationale obtient la privatisation et le monopole de l’eau (sur les recommandations de la Banque Mondiale).

Creuser son puits devient alors un délit et tous, même les plus pauvres, se voient imposer un tarif que beaucoup ne peuvent pas payer. Des premiers heurts opposent les ouvriers qui viennent cadenasser les puits des habitants, puis des manifestations s’organisent, et le pouvoir ne cédant décidément pas, des barricades bloquent la ville.

Le président bolivien décrète l’état d’urgence, la police intervient violemment, il y a de nombreux blessés, un tué… la rue finira par obtenir gain de cause, le pouvoir redoutant une propagation à tout le pays reprendra la main sur la gestion de l’eau.

Mêlée bien malgré elle à cette agitation, l’équipe de tournage va d’abord d’abord s’acharner à finir le film quoi qu’il arrive, mais ne peut s’empêcher de vivre au rythme de la situation : difficile de rester de bois quand les situations du film où vous jouez répondent aussi fort à l’actualité. Si certains sont révoltés par ce qui se passe, d’autres ont surtout peur et veulent s’échapper avant que les remous ne les atteignent… c’est qu’entre temps des liens se sont noués entre les figurants et l’équipe du film, et la tourmente ambiante ne les laisse pas indifférents…

Le message véhiculé par ce film pourrait se résumer ainsi : "changer le monde commence par changer soi-même."



La réalisatrice Icíar Bollaín [1], à propos de son film, raconte :

Même la pluie : un film exceptionnel et émouvant autour de la guerre et de la privatisation de l'eau de Cochabamba
"Réaliser ce film était un véritable défi, cela revenait à réaliser trois films en un : tout d’abord un film d’époque, mais aussi un film sur un conflit récent, et enfin un film sur le tournage d’un film d’époque.
Maintenir la tension et faire progresser le récit à travers les trois histoires en maintenant l’intérêt du spectateur était un challenge. Mais en réalité la complexité du projet était un cadeau : un réalisateur a rarement l’occasion de travailler un matériau aussi original et riche, ayant de surcroît une telle résonance avec un des conflits les plus cruciaux de notre époque. Etant donné la complexité du scénario, il était essentiel de mettre en exergue le personnage de Costa et l’évolution de sa relation avec Daniel )2), interprété par l’acteur bolivien Juan Carlos Aduviri, qui le changera profondément. Pendant le tournage puis pendant le montage, j’ai essayé de trouver les moments clés de cette évolution – parfois un simple regard, un silence. J’avais l’intime conviction que l’émotion du film naîtrait du conflit entre ces deux personnages et de la prise de conscience par Costa de la réalité dans laquelle vit Daniel : un monde bien plus dur que le sien
".

La réalisatrice conclut : "MÊME LA PLUIE est de loin le film le plus compliqué que j’ai réalisé. Plus qu’une aventure, un défi pour chacune des personnes engagées dans ce projet. Comment manger un éléphant ? Morceau par morceau. Comment faire un film avec autant de figurants, de personnages,
d’action ? Plan par plan. C’est comme ça que j’ai pris les choses, en planifiant minutieusement chaque scène, en choisissant et en dirigeant chaque figurant, en travaillant phrase par phrase avec les acteurs qui pour certains n’avaient jamais joué auparavant, en me reposant sur des équipes
techniques et artistiques espagnoles comme boliviennes remarquables
".

Même la pluie de Icíar Bollaín, avec Luis Tosar, Gael Garcia Bernal, Juan Carlos Aduviri (esp., 1h44, 2011).

Film distribué par Haut et Court. Date de sortie : 5 janvier 2011.

http://www.cdurable.info/_David-Naulin_.html

Icíar Bollaín

Même la pluie : un film exceptionnel et émouvant autour de la guerre et de la privatisation de l'eau de Cochabamba
Née à Madrid en 1967, est aussi comédienne : El Sur (1983) de Víctor Erice ; Malaventura (1988) de Manuel Gutiérrez Aragón ; Un paraguas para tres (1992) de Felipe Vega ; Land and Freedom (1995), de Ken Loach ; Leo (2000) de José Luis Borau ; Nos miran (2002) de Norberto Pérez, ainsi que La balsa de piedra (2002) de George Sluizer ou plus récemment Rabia (2009) de Sebastiàn Cordero.

En 1995, Hola esta sola? est le premier long-métrage qu’elle écrit et réalise. Pour ce film elle est récompensée, lors de la 40 e Semaine Internationale de Cinéma de Valladolid, par le Prix du Meilleur Réalisateur, le Prix du Public ainsi que la Mention Spéciale du Jury de la Jeunesse.

Son deuxième long-métrage, Flores de otro mundo, sélectionné en 1999 au Festival de Cannes obtient le Grand Prix de la Semaine Internationale de la Critique. Ne dis rien (Te doy mis ojos), son troisième long-métrage qui avait pour thème la violence conjugale, a rencontré un énorme succès lors de sa sortie en Espagne. C’était la première fois qu’était ainsi abordé par le biais de la fiction, un phénomène social qui frappe l’Espagne plus que tout autre pays européen. Juan Carlos Aduviri, qui le changera profondément.

Pendant le tournage puis pendant le montage, j’ai essayé de trouver les moments clés de cette évolution – parfois un simple regard, un silence. J’avais l’intime conviction que l’émotion du film naîtrait du conflit entre ces deux personnages et de la prise de conscience par Costa de la réalité dans laquelle vit Daniel : un monde bien plus dur que le sien.

MÊME LA PLUIE est de loin le film le plus compliqué que j’ai réalisé. Plus qu’une aventure, un défi pour chacune des personnes engagées dans ce projet. Comment manger un éléphant ? Morceau par morceau. Comment faire un film avec autant de figurants, de personnages, d’action ?

Plan par plan. C’est comme ça que j’ai pris les choses, en planifiant minutieusement chaque scène, en choisissant et en dirigeant chaque figurant, en travaillant phrase par phrase avec les acteurs qui pour certains n’avaient jamais joué auparavant, en me reposant sur des équipes techniques et artistiques espagnoles comme boliviennes remarquables.

Icíar Bollaín Mataharis, son troisième long métrage a été nommé pour 2 Goyas. Même la pluie (También la lluvia) a été présenté au Festival de Toronto en 2010 et a fait l’ouverture de la 55 e Semaine Internationale de Cinéma de Valladolid. C’est par ailleurs le film qu’a choisi l’Espagne dans la course à l’Oscar du Meilleur Film Etranger.

Elle est l'auteur d’un livre intitulé Ken Loach, un observador solidario (un observateur solidaire), publié en novembre 1996 par El País Aguilar.

Jeudi 16 Décembre 2010
Vendredi 17 Décembre 2010
Lu 9494 fois


Dans la même rubrique :

SEDIF - 20/04/2021

1 2 3 4 5 » ... 18

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide