ACME
La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018 Bordeaux Métropole : Trans’Cub s’attaque à la gestion de l’eau 17/12/2018 Réponses de Jacques Tcheng lors de la réunion de Quimper 17/12/2018 Nouvelles ponctions sur les finances des Agences de l'Eau 17/12/2018 Contrat de l’eau : une pétition pour faire gagner 120 millions d’euros à Bordeaux 13/12/2018 Toulouse 2020 : pas de multinationales dans mon eau ! 12/12/2018 Eau Secours 29. Dix ans de luttes contre les dérives de l’eau © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/au-secours-29-dix-ans-de-lutte-contre-les-derives-de-l-eau-10-12-2018-12157958.php#ut0wca5apLGyHeY2.99 11/12/2018 Le Télégramme du 8 décembre : Quimper Marché de l’eau. Le dossier s’alourdit 08/12/2018 6 décembre à Paris : Sommet de l'économie organisé par Challenges avec comme partenaires Veolia, EDF, LVMH, Total,... : Réconcilier les 2 France 07/12/2018
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

Menaces sur les grands fleuves LE MONDE : 05.04.07

Ce sont dix fleuves, répartis sur tous les continents. Leurs noms évoquent la force des flots s'écoulant vers la mer. Pourtant ils sont affaiblis, pollués et pillés. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) les désigne comme les "dix fleuves les plus en danger au monde", dans un rapport sorti fin mars. Ils constituent "les meilleurs exemples des menaces qui pèsent sur tous les cours d'eau", explique Jamie Pittock, directeur du programme eau douce de l'organisation écologiste. "Il y a aujourd'hui une focalisation de la communauté internationale sur l'accès à l'eau potable, qui pose la question des infrastructures d'approvisionnement des populations, poursuit M. Pittock. Si rien n'est fait, nous risquons le crash sur la ressource naturelle elle-même."



Le Jourdain
Le Jourdain
A l'avenir, les besoins en eau seront en hausse et les quantités utilisables en baisse. Déjà, 40 % de l'humanité vit dans des zones confrontées au stress hydrique. La population mondiale, de 6 milliards aujourd'hui, devrait atteindre 9 milliards en 2050, pour le même volume d'eau. Dans le même temps, si rien n'est fait, sa qualité sera altérée par de multiples sources de pollution. Et les conséquences du réchauffement climatique pèseront.

Les scientifiques du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), réuni jusqu'au 6 avril à Bruxelles pour étudier les conséquences du réchauffement, placent au premier rang les difficultés d'approvisionnement en eau. Ils prévoient "une augmentation de la disponibilité dans les latitudes élevées et certaines zones tropicales humides et une baisse sous les latitudes moyennes et les zones tropicales sèches, qui sont déjà des zones de stress hydrique". Les sécheresses et les épisodes de précipitations intenses seront plus nombreux. Les volumes d'eau stockés dans les glaciers et la neige en altitude baisseront, ce qui réduira les débits au printemps et à l'automne. Les besoins pour l'irrigation des cultures augmenteront. L'ampleur de ces phénomènes dépendra bien sûr de l'intensité du réchauffement.

Ce dernier n'est pas seul en cause. Les grands fleuves, leurs affluents, les zones humides, nappes souterraines et lacs qui y sont associés subissent des dégradations multiples, liées à leur surexploitation par l'homme, auquel ils rendent de multiples services. 70 % de l'eau douce prélevée sont utilisés pour arroser des terres irriguées, qui produisent 40 % de l'alimentation mondiale. Les poissons d'eau douce constituent aussi une source importante de protéines pour les populations pauvres du sud de la planète.

Les grands fleuves sont aussi utilisés comme voies de transport et fournissent de l'énergie. L'hydroélectricité représente 17 % de la production mondiale, autant que le gaz et le nucléaire. Ils rendent également des services, moins visibles mais précieux, comme l'épuration de l'eau et l'irrigation grâce aux crues, et abritent une part importante de la biodiversité.

Dans son rapport, le WWF classe les causes de dégradation en catégories distinctes. Mais, la plupart du temps, les menaces s'accumulent sur un même fleuve, leurs effets se conjuguent et s'amplifient mutuellement.

Les barrages, les canalisations et les digues entraînent de multiples dommages. En modifiant l'habitat naturel des espèces, ils fragilisent la biodiversité, tout comme la surpêche et l'invasion d'espèces exotiques. L'assèchement de zones humides supprime aussi d'utiles "éponges" en cas de crue. "On ne doit pas forcément arrêter la construction de barrages, mais on ne peut plus les mettre n'importe où", affirme Denis Landerbergue, responsable du programme zones humides du WWF. L'organisation recommande d'en construire seulement sur les affluents, de limiter leur taille et de prévoir des aménagements pour préserver la circulation de la faune.

Les barrages freinent aussi l'évacuation des polluants accumulés dans les fleuves, qui jouent souvent le rôle de décharges et d'égouts. Le Yangtsé (Yangzi Jiang) en est le meilleur exemple. Bien qu'il alimente 40 % du territoire chinois et fournisse l'eau nécessaire à 70 % de la production rizicole, 25 milliards de tonnes d'eaux souillées urbaines et industrielles y sont déversés chaque année. Ce type de contamination menace tous les cours d'eau de la planète. Avant son rejet dans le milieu naturel, l'Afrique traite moins de 10 % de son eau, l'Amérique latine 14 %, l'Asie 25 %, contre 66 % pour l'Europe et 90 % pour l'Amérique du Nord. Au total, 2,4 milliards de personnes ne disposent pas d'un assainissement de base.

Mais le plus fort risque pour les grands fleuves est tout simplement leur assèchement. Quatre présentent les signes typiques des fleuves surexploités : le Rio Grande, le Gange, l'Indus et le Nil. Ils ont parfois du mal à rejoindre la mer. Des pratiques agricoles inadaptées sont en cause. "J'ai vu, dans la région du lac Tchad, d'immenses surfaces de blé irriguées, aménagées à coups de millions d'aide au développement", rapporte M. Landenbergue. Le riz, céréale reine en Asie, est un gros consommateur d'eau. L'élevage du bétail, qui nécessite une production massive de fourrage, l'est encore davantage. Partout, le recours à l'eau souterraine s'accroît, bien que sa capacité de renouvellement soit beaucoup plus lente. Là encore, les fléaux se conjuguent. Quand un débit est trop faible, les pollutions domestiques, urbaines ou industrielles ne sont pas diluées ni évacuées, et l'eau contaminée alimente les villes et les champs. La salinisation gagne à l'aval des fleuves, ce qui diminue encore la quantité d'eau disponible.

Les solutions techniques existent : réduction de l'impact des constructions, quotas de pêche, construction de stations d'épuration des eaux usées, etc. L'agriculture est en première ligne. Selon de nombreux experts, elle doit désormais effectuer une "révolution bleue", après la révolution verte, qui permit une formidable augmentation des rendements grâce à la chimie et à la sélection variétale. Des techniques d'irrigation plus efficaces doivent être généralisées.

Cela pourrait ne pas suffire. "Il s'agit de penser l'implantation des cultures en fonction des quantités d'eau disponibles, et non l'inverse", résume le journaliste anglais Fred Pearce, dans son ouvrage Quand meurent les grands fleuves (Calmann-Lévy, 2006, 432 pages, 19,50 euros).

Aucune de ces solutions ne peut être mise en oeuvre sans moyens, ni surtout sans la volonté politique d'imposer de nouvelles règles de partage de l'eau. Remettre en question des usages anciens, en particulier agricoles, se révèle souvent extrêmement difficile, même quand le dialogue entre les différents usagers de l'eau est rodé, comme c'est le cas dans les pays riches. Or, dans la plupart des pays en développement, ces instances de dialogues n'existent même pas.

Source d'antagonisme au niveau local ou national, le partage de l'eau peut devenir conflictuel quand plusieurs pays sont concernés. Deux grands fleuves sur trois sont partagés entre plusieurs nations. Les motifs d'affrontements sont donc nombreux. "A mesure que la pénurie va s'aggraver, les tensions iront croissant, note M. Landenbergue. Il est difficile de prévoir jusqu'à quel point. Nous ne connaissons pas aujourd'hui de véritable guerre de l'eau, mais des tensions entre les gouvernements, les ministères." Pour les plus optimistes, l'eau sera au contraire, à l'avenir, un facteur de coopération. "Même si les espaces de conciliation sont difficiles à mettre en place, il n'y a pas d'alternative, juge M. Landenbergue. Aucune solution ne fonctionnera, nulle part, si elle n'est pas négociée et mise en oeuvre par-delà les frontières sociales, économiques et politiques."



Gaëlle Dupont
Article paru dans l'édition du 06.04.07

Jeudi 5 Avril 2007
Jeudi 5 Avril 2007
LE MONDE
Lu 3768 fois

Dans la même rubrique :

INFORMATIONS LEGALES - 04/04/2007

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide