ACME
Salon 2018 du livre des lanceurs d'alerte 19/11/2018 M Moudenc président de Toulouse Métropole un vrai père noel !!! 17/11/2018 Café citoyen sur la gestion de l’eau 14 novembre à 19h30 50 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-Maurice 13/11/2018 Arménie : Une amende de 20 millions drams à payer par la compagnie « Véolia Djur » 11/11/2018 Sénégal -SDE: l’attribution provisoire à Suez suspendue  la bataille pour la distribution de l'eau n'est pas terminée 10/11/2018 SIAAP : RÉSILIATION D’UN MARCHÉ IRRÉGULIER 07/11/2018 La gestion directe fait baisser la facture d’eau à Lesparre Médoc 07/11/2018 Guadeloupe : Mobilisation du collectif d'usagers et des salariés de l'eau 8 novembre 2018 7h devant la Générale des Eaux Veolia 06/11/2018 L'ECHIQUIER MONDIAL. Eau : l'or du XXIe siècle ? 02/11/2018 Gestion de l’eau à Toulouse : une élue qui dérange 02/11/2018 Journal de 20h de France 2 du 1er novembre 2018 01/11/2018 MOBILISATION DES USAGERS ET TRAVAILLEURS DE L'EAU DE GUADELOUPE DU VENDREDI 31/10.2018 A 19H00 PLACE DE LA MAIRIE DE PETIT-BOURG 29/10/2018 M. Santini tente un coup de force contre la démocratie locale 29/10/2018 La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 10 septembre dernier vient de mettre en demeure le SIAEAG de verser à l'Office de l'Eau de Guadeloupe plus d'un million d'euros pour retard de paiement de frais depuis 5 ans 05/10/2018 INTERVENTION devant le Président MACRON DE GERMAIN PARAN et JACQUES DAVILA représentants guadeloupéen de comité et d'associations d'usagers de l'eau et de lutte contre la corruption et d'associations nationales (ACME FRICC) 30/09/2018 Communiqué des Associations Guadeloupéennes de Défense des Usagers de l'Eau de la CANBT, de la CANGT et de CAP EXCELLENCE 27/09/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC  à la veille de la visite du Président de la République sur la question de l'accès à l'eau d'une bonne qualité 24h sur 24 et 7 jours sur 7 en Guadeloupe à l'instar des autres départements français 25/09/2018 20 minutes 24 septembre : Toulouse: Des citoyens veulent un référendum sur la gestion publique ou privée de l'eau 25/09/2018 Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018 Rachat de la Saur par EQT : un jour sans fin… 28/08/2018 Veolia paie des voyages à Paris pour des hauts fonctionnaires arméniens afin d'augmenter le prix de l'eau 27/08/2018 Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018
           
HISTOIRES

New York City sauve ses réserves en eau potable... mais pour combien de temps ?

Une décision "partagée"

La décision prise par la Société d'énergie Chesapeake de ne pas forer des puits de gaz naturel dans le bassin hydrographique de New York City est une résolution intelligente et bienvenue de la part de l’entreprise, et une très bonne nouvelle pour les 8,2 millions d'habitants de la ville de New York qui dépendent écologiquement de cette région sensible pour leur approvisionnement en eau potable.



Marcellus shalle
Marcellus shalle
La menace n'a toutefois pas disparu. Si Chesapeake est, d’après ce que l’on sait le seul ayant droit du bassin hydrographique, sa décision est volontaire et n’est pas opposable aux autres compagnies pétrolières ou gazières. L’État de New York a besoin d'adopter des règlements qui placeront le bassin versant hors des limites de façon permanente, tout en imposant des garanties les plus strictes possibles sur les possibilités de forage partout où l'eau potable pourrait en être affectée.

Le gaz est piégé dans une roche de schiste qui se trouve à un mile ou plus sous la surface. Le processus d'extraction, connu sous le nom de « fracturation hydraulique », exige d’envoyer d'un mélange d'eau, de sable et de produits chimiques dans le sol à haute pression. En attendant que les Etats légifèrent sur les précautions particulières à opposer aux foreurs de puits dans le bassin versant, il y a plusieurs possibilités dans le processus où les produits chimiques toxiques peuvent s'échapper pour contaminer le réseau d’approvisionnement en eau.

Si « Chesapeake » s’est résolu à ne pas faire de forage, ce sont principalement pour de bonnes raisons commerciales. Ses projets avaient déjà été à l’origine d’une vive opposition de la part de certains responsables politiques de New York. Toute contamination accidentelle aurait créé un énorme problème autant environnemental que politique.

La société n'a pas non plus renoncé à tout pour autant. Le million d'acres au nord-ouest de New York, qui comprend le bassin, contient pas moins d'un dixième du plus riche gisement de gaz naturel logé dans la partie de l'état de la « Marcellus Shale », une couche épaisse de roche souterraine qui va de Virginie occidentale à New York. La société a accès au reste.

Les politiques de l'État de New York, qui avaient adopté avec enthousiasme le forage comme une réponse aux difficultés économiques au nord de l’état de New York, ont récemment publié 800 pages de règlements pour régir le forage dans les schistes de « Marcellus ». Ils ont insisté pour certifier que les préconisations étaient suffisamment sévères pour éviter tout accident. Aujourd’hui, Chesapeake, celui qui a motivé toutes ces règles, a décidé que, quelles que soient les garanties, il n'était pas disposé à prendre de risques.

La décision de Chesapeake fait également disparaître une des principales craintes d’Albany: à savoir que les entreprises qui détiennent des baux d'exploitation de droits miniers dans le bassin hydrographique puissent intenter des poursuites si l'Etat leur refuse la possibilité de les exploiter. Chesapeake a décidé qu'il ne cherchera même pas à exercer ce droit. Et son directeur général, Aubrey Mc Clendon, a déclaré au Times cette semaine qu'il n’imaginait pas qu’une autre compagnie "ose" acquérir des concessions dans le bassin.

l'Editorial du New York times


A Watershed Decision
The decision by the Chesapeake Energy Corporation not to drill for natural gas in New York City’s watershed is a smart and welcome move on the company’s part, and very good news for the 8.2 million New York City residents who depend on this environmentally sensitive region for their drinking water.

The threat has not, however, disappeared. Chesapeake is believed to be the only leaseholder in the watershed, but its decision is voluntary and not binding on other oil and gas companies. New York State needs to adopt regulations that place the watershed permanently off limits, while imposing the strictest possible safeguards on drilling anywhere else where drinking water supplies might be affected.

The gas is trapped in shale rock that lies a mile or more underneath the surface. The process of extracting it, known as hydraulic fracturing, requires shooting a mix of water, sand and chemicals into the ground at high pressure. While pending state regulations would require drillers to take special precautions in the watershed there are too many points in the process where toxic chemicals could escape into the water supplies.

Chesapeake decided against drilling there mainly for sound business reasons. Its plans had already drawn stiff opposition from some New York politicians. Any accidental contamination would create a huge environmental and public relations headache.

The company also hasn’t given up all that much. The one million acres northwest of New York City that comprise the watershed contain less than one-tenth of the rich deposits of natural gas lodged in the state’s portion of the Marcellus Shale, a thick subterranean layer of rock that runs from West Virginia to New York. The company has access to the rest.

New York State officials, who have eagerly embraced drilling as one answer to upstate New York’s economic woes, recently issued 800 pages of proposed regulations to govern drilling in the Marcellus Shale. They insisted the rules were tough enough to prevent accidents. Now Chesapeake, an intended beneficiary of these rules, has decided that whatever the safeguards, it is unwilling to take the risks.

Chesapeake’s decision also undercuts one of Albany’s main fears: that companies with leases to exploit mineral rights in the watershed would sue if the state denied them the opportunity to do so. Chesapeake has decided that it won’t even try to exercise that right. And its chief executive, Aubrey McClendon, told The Times this week that he didn’t expect any other company “would dare” to acquire leases in the watershed. All in all, Édito du NY tine


Jeudi 29 Octobre 2009
Jeudi 29 Octobre 2009
JEAN-LUC TOULY
Lu 1881 fois


Dans la même rubrique :
1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide