ACME
L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019
           
LA POLLUTION DE L'EAU EN CHINE

POLLUTION : LE MEA CULPA DE LA CHINE

BEIJING — D'après le ministre de l'environnement de la Chine, plus d'une centaines d' usines chimiques sur les rives des fleuves chinois seraient une source de dangers potentiels qui pourraient altérer l'eau potable et étendre plus largement leur contamination.



La Chine constate que leurs usines chimiques sont des épées de Damoclès pour la qualité de leurs cours d'eau

100 tonnes de composés de benzène dans le fleuve Songhua dans le nord de la Chine
100 tonnes de composés de benzène dans le fleuve Songhua dans le nord de la Chine
Cette révélation, fondée sur une enquête du gouvernement qui a étudié 21000 usines chimiques sur les rives chinoises, alerte le gouvernement de Pékin des conséquences du développement industriel trop rapide qui a diminué les capacité du pays à réguler leurs dangers sur l'environnement.

Plus de la moitié des usines chimiques, situées en bord de rivières, le sont sur les rives des fleuves les plus célèbres de Chine : Comme le fleuve Jaune et le Yangtze, qui coulent sur des milliers de kilomètres et traversent des concentrations de population dépendantes de ces voies navigables et de leur alimentation en eau potable. Deux usages essentiels à la vie, tout autant que l'irrigation qu'ils permettent.

L'enquête a aussi montré que beaucoup de ces usines n'ont pas conduit d'études d'impact appropriées sur l'environnement et déversent régulièrement leurs déchets, non traités, directement dans les cours d'eau.

Le gouvernement a mené cette enquête à la suite de l'explosion de l'usine chimique en novembre dernier qui a déversé 100 tonnes de composés de benzène dans le fleuve Songhua dans le nord-est de la province chinoise "Jilin", forçant la ville de "Harbin" à couper l'eau à 3.8 millions de personnes pendant cinq jours. La crise a forcé le chef de l'Administration de la Protection de l'environnement à démissionner.

Zhou Shengxian, le nouveau chef de l'Environnement, a annoncé lors d'une conférence de presse que les enquêtes continuaient et qu'il faudrait du temps pour identifier toutes les usines en cause.

Zhou a reconnu que ces problèmes étaient liés au développement exponentiel du pays, qui a mis l'économie en avant par rapport à l'environnement. Mais il a précisé que le pays travaillait pour changer de cap.

"Dans les années qui ont précédé au développement de la Chine, nous avons sacrifié l'environnement au seul profit des bénéfices économiques," a avoué Zhou. "Maintenant le gouvernement chinois a pris la décision opportune d'arrêter cette approche conventionnelle du développement, que l'on peut caractériser ainsi : la destruction et la pollution d'abord, le traitement plus tard."

Bien que la Chine ait ordonné des lois environnementales nationales, les écologistes accusent les "affaires" et les fonctionnaires locaux de les avoir facilement ignorées.

Le gouvernement avoue, par conséquent, que, dans les campagnes, 300 millions de chinois consomment de l'eau contaminée et qu'environ 90 % des villes de Chine dispose d'eau souterraine polluée.

Des problèmes environnementaux et les difficultés pour adresser ses griefs à une juridiction compétente ont contribué à la montée en puissance de la colère de l'opinion publique et des manifestations. L'année dernière, la police nationale a enregistré un record de 87 000 protestations, en hausse par rapport au 74000 en 2004.

Bien que dans les causes de cette agitation il faille inclure les allégations de corruption, les usurpations de terrains et les salaires impayés, la dégradation environnementale a eu un rôle certain dans plusieurs incidents largement rendus publics.

En avril, des milliers de personnes en Chine orientale se sont heurtés avec la police au sujet de la pollution engendrée par des usines chimiques qui "tuait" leur récolte. En Chine du sud, en décembre, la police a ouvert le feu sur une foule de villageois manifestant contre la construction d'une centrale électrique et tuant au moins trois d'entre eux.

"Ces heurts sont inévitables parce qu'il n'y a aucune étude d'évaluation environnementale adéquate et aucune participation publique des citoyens à ces décisions" renchérit Sheri Liao, le président de Village Mondial Beijing, une association environnementale à but non lucratif. "Nous avons besoin de débats publics pour permettre aux gens d'aider le gouvernement à contrôler la qualité de notre eau."

Le niveau atteint par la crise de "Harbin" et le risque d'une mauvaise image internationale de la Chine ont mis une nouvelle pression sur le gouvernement afin qu'il protége son environnement. De surcroît, Le fleuve Songhua coupe à travers au moins deux villes principales chinoises et coule dans le territoire de Khabarovsk à l'extrême-orient de la Russie.

La réaction, très lente, des fonctionnaires locaux a gaspillé un temps précieux au nettoyage et a stimulé la panique, selon les rapports qu'en ont fait les médias. Un maire-adjoint de la ville de Jilin avait même nié que l'accident pourrait empoisonner les circuits d'alimentation en eau.

Pékin dans son rapport a précisé que le contrôle des puits le long du Songhua n'avait révélé aucun niveau risqué de composés de benzène.

Mais les inspecteurs du Programme Environnemental des Nations unies ont soulevé le problème de la recontamination après le dégel de la rivière au printemps.

Cependant, cela ne devrait pas être un problème, d'après Chen Jining, un professeur à l'Institut d'Université Tsinghua de Science Environnementale et d'Ingénierie et membre de l'équipe d'évaluation environnementale du gouvernement.

Quand le dégel commencera, dit-il "la concentration de nitrobenzène de la rivière peut monter, mais elle ne devrait pas dépasser les normes nationales sur une grande échelle." Il affirme que, de toute façon, le gouvernement dispose de la technologie suffisante pour y remédier même si ces niveaux devaient être en excédent.

Source : Ching-Ching Ni, Journaliste au Times

Jeudi 26 Janvier 2006
Samedi 4 Mars 2006
acme
Lu 4677 fois

Dans la même rubrique :

POLLUTIONS EN FRANCE | LA POLLUTION DE L'EAU EN CHINE | Pesticides aux Antilles

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide