ACME
VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019
           
HISTOIRES

Papeete en eaux troubles, les hommes passent, le système reste

Preuve encore que la Lyonnaise a vraiment des intérêts financiers conséquents octroyés dans des conditions suspectes, le dernier rapport 2004 de la chambre territoriale concernant la commune de Papeete.



Celle-ci avait déjà connu d'importantes turpitudes dans les années 90,...

Celle-ci avait déjà connu d'importantes turpitudes dans les années 90, mais son nouveau maire n'a semble t-il pas changé les accords de prestations passés avec une filiale de la multinationale très polynésienne. Ces dépenses colossales engagées par les communes sont
encore pénalisantes pour la collectivité, ce qui permet de douter au minimum de la pertinence du choix de l'entreprise pour répondre à ces prestations, d'autres en concluront que la vérité est ailleurs. Sur les dépenses de personnel de la commune la chambre observe que « qu' une bonne partie des agents (est affectée) au ramassage des ordures
ménagères et au service de l'hydraulique et de l'assainissement ayant été repris par les sociétés délégataires de services publics : la T.S.P (Tahitienne de Services publics) et la S.P.E.A (Société Polynésienne des Eaux et de l'Assainissement), soit 160 personnes. Sur l'eau et l'assianissement « la municipalité a décidé dans le cadre de son plan de redressement financier de concéder ses services de l'eau à la Société Polynésienne des Eaux et de l'Assainissement (SPEA), filiale de la Lyonnaise des Eaux - Dumez, dans le cadre d'une convention conclue le 26 mars 1992.

L'objet en est la distribution publique de l'eau potable (captage, stockage, adduction et traitement). » A ce sujet la chambre note « La durée de la convention est excessivement longue : 40 ans, à compter du 1er janvier 1992. Cette durée est aggravée par le fait que la résiliation ne pourra pas intervenir avant un délai de 15 ans et sous réserve d'un préavis de 4 ans notifié au concessionnaire. Dans ce cas le concessionnaire percevra une indemnité. Ces conditions de résiliation, tout à fait défavorables pour la commune, rendent pratiquement impossible à cette dernière la reprise de la gestion du service ou la modification des conditions de sa délégation conformément aux nouvelles modalités de maire justifie la durée de la convention par la nécessité d'assurer la rentabilité des capitaux investis par le concessionnaire, qui doit notamment financer un fonds spéciale de travaux. Il n'en reste pas moins qu'il est généralement admis qu'une durée de 12 à 20 ans suffit à garantir l'équilibre du contrat » . (..) « la SPEA communique donc chaque année à la commune les comptes rendus prévus par le cahier des charges sous la forme d'un document intitulé « rapport annuel sur le prix et la qualité des services » en application de la loi n° 95-101 du 2 février 1995 et du décret n° 95-635 du 6 mai 1995 relatif aux rapports annuels sur le prix et la qualité des services publics de l'eau potable et de l'assainissement, textes non encore rendus applicables en Polynésie.(..)

A côté d'une remarque sur la forme du document la ctc « remarquera que le ratio de rendement global du réseau (pourcentage du volume d'eau facturé par rapport au volume produit) est loin d'être bon : 63,4% en 2001 » regrettant qu'il ne soit assorti de commentaire comme « sur le plan financier, la SPEA se contente de produire un compte d'exploitation particulièrement dépouillé et sans commentaires
».

Dans sa réponse, le maire fait valoir que les comptes rendus techniques et financiers, malgré leur caractère succinct, permettent à la commune de suivre l'exécution du contrat, ce qui lui a permis de déroger aux clauses de révision des prix contractuelles, dans un sens favorable aux usagers. Il précise que le taux de rendement du réseau, très faible en 1993 (40,5%), a été sensiblement amélioré en 2001 (63,4%), ce qui a permis
d'économiser les ressources en eau, le volume distribué passant de 15,1millions de m3 à 11,9 millions de m3 en 2001. (.) Mais sur « l'assainissement : un accord cadre a été signé entre la SPEA et la commune de Papeete le 26 mars 1992, parallèlement à la convention de
concession du service de distribution de l'eau. » La chambre observera également que malgré « l'absence de délibération du conseil municipal cet accord porte le cachet d'approbation de la tutelle mais aucune date n'y figure ». Il convient en effet de remarquer qu'aucune délibération n'a autorisé le maire à signer cet accord cadre, susceptible d'engager
financièrement la commune. La seule délibération produite en la matière est celle portant le n° 92-1 du 23 mars 1992 adoptant la convention relative à la concession du service de distribution d'eau potable de la commune de PAPEETE. C'est donc à tort que l'accord indique «..son maire, Jean JUVENTIN , autorisé à signer la présente convention par la
délibération du conseil municipal en date du 23 mars 1992. ».

Cet accord cadre, quasiment calqué sur la convention de concession du service de
l'eau, constituait un préalable à la concession du service de l'assainissement prévue à l'issue d'une première phase d'étude d'une durée d'un an, destinée à permettre à la commune d'apprécier les conditions et conséquences, notamment financières, de la mise en
concession. La SPEA s'engageait à mettre au point, à ses frais, dans un délai de 12 mois, un schéma directeur de développement des ouvrages du service de l'assainissement portant sur la durée de la convention (40 ans). A l'issue de cette phase d'étude, la commune et la SPEA s'engageaient à établir et à signer en 1993 l'acte de concession. La commune se réservait toutefois le droit de ne pas signer le contrat de concession si les conditions proposées par la SPEA ne lui convenaient pas. Aucune suite n'a été donnée à cet accord cadre malgré l'engagement de nombreuses études, financées par le FREP ou le FIP affecté , qui ont été engagées depuis plus de 10 ans mais qui n'ont jamais été concrétisées. La seule étude jamais réalisée en matière d'assainissement date des années1985/1986. La seule prestation assurée par la SPEA au titre de cet accord cadre consiste en l'entretien du réseau d'évacuation des eaux pluviales, d'un coût de 6 millions de F.CFP par an, prestation
qui devrait, en raison de son montant, faire l'objet d'un marché public de prestation de service. En l'absence de marché, la régularité des paiements effectués à ce titre est contestable. Etc(.) »

Trouble n'est ce pas ? pourtant la commune de Moorea Maiena accorde encore le 14 octobre 2003 sa concession pour la gestion hydraulique à la SPEA, filiale de la Lyonnaise..

Mardi 14 Décembre 2004
Vendredi 17 Mars 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 5209 fois


1.Posté par Tiroa Alexandra le 17/10/2006 04:03
Bonjour, je suis élève de 1re S du lycée de Papara et j'aimerai avoir tout les renseignements possible sur l'eau potable à Tahiti dans le cadre d'un TPE.
Merci de me répondre le plus tôt possible. NANA

2.Posté par vaheana le 25/01/2008 03:02
bjr je sui élève du lycée de papara en terminal stg communication de gestion de des ressource humaine et dans le cadre du bac nous avons choisi de travailé sur rojet de votre entreprise et pour avancé j'aimerais un peu plus de renseignement sur votre entreprise tel que votredate de création? merci de bien vouloir nous répondre

3.Posté par teauna le 10/04/2008 05:11
bonjour, je recherche une formation en tant que technicien de maintenance industriel.


Dans la même rubrique :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide