ACME
La gestion calamiteuse de l'eau en Guadeloupe : Cla Maria TV  ·  Entretien Exclusif avec Jean-Luc TOULY 01/05/2021 Plus d’un million de Français boivent une eau polluée par les pesticides 24/04/2021 SEDIF 20/04/2021 L'eau à Wissous ville essonnienne 20/04/2021 Communiqué du CREFOM sur le droit à l'eau en Guadeloupe soutenu par des associations guadeloupéennes, l'ACME France et le FRICC 18/02/2021 Assainissement : la Régie Eau d’Azur prend la main 09/02/2021 La SME toujours dans le collimateur du Comité Citoyen du Sud de Martinique 10/01/2021 A Lyon, la rente de Veolia tombe à l’eau 31/12/2020 Les citoyens inspirent la nouvelle directive sur l’eau potable 31/12/2020 Première partie  Veolia-Suez : genèse d’une affaire d’État 26/10/2020 Libération 7 octobre 2020 07/10/2020 Nouveau livre de Roger Lenglet et Jean Luc Touly "Les requins de la fin de vie" chez Michel Lafon sortie le 1er octobre 2020 02/09/2020 COMMUNIQUE ACME ET FRICC : Veolia veut racheter Suez 31/08/2020 Communiqué : demande de commission d'enquête parlementaire sur la gestion catastrophique de l'eau en Guadeloupe par l'association guadeloupéenne Balance ton SIAEAG soutenue par l'ACME et le FRICC 25/08/2020 Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020
           
REVUE DE PRESSE

Pas assez propre, l'eau Suisse ?

Assainir les réserves naturelles, améliorer les systèmes d'épuration, engager une rénovation massive des canalisations: tels sont les chantiers gigantesques qui attendent la Confédération ces prochaines années pour se conformer à la Directive cadre de l'Union européenne sur l'eau. Le coût des travaux est estimé à quelques dizaines de milliards de francs. Qui passera à la caisse? Au bout du robinet, ce sont les consommateurs qui verront leur facture exploser.



Lire dans le détail les réglementations de l'Union européenne est une tache ingrate.Les comprendre, un boulot de spécialiste.

Pas assez propre, l'eau Suisse ?
Voyons par exemple la Directive cadre de l'Union européenne sur l'eau (DCE), adoptée fin 2000 à Bruxelles et fixant des «objectifs environnementaux» pour «parvenir à un bon état écologique» des eaux avant décembre 2015.

Volumineux et complexe, le document est imbuvable .

Des experts et chercheurs universitaires ont pris le soin de l'étudier, pour traduire les enjeux en langage courant: l'Union européenne demande à tous les pays membres d'effectuer un recensement complet des réserves sur leur territoire; d'assainir lacs et rivières; d'améliorer les systèmes d'épuration; enfin, d'engager une rénovation massive des canalisations.

Le tout pour respecter de nouvelles normes, draconiennes, en matière de qualité et de gestion de l'eau. Le coût de ces chantiers gigantesques: entre 10 et 60milliards d'euros selon les pays, en fonction de leur écosystème et de leurs infrastructures.

UNE OCCASION DE PRIVATISER

Un scénario de science-fiction, cette directive?
Au contraire. Bruxelles a même prévu des pénalités et des amendes salées pour les Etats qui ne se plieraient pas à ces exigences. Tout est inscrit dans –et entre– les lignes de la DCE, analyse en France Bernard Barraqué, directeur de recherche au CNRS (Centre national de recherches scientifiques, lire ci-dessous).

Pour les gouvernements qui paniqueraient face aux investissements exorbitants à assurer sur ces prochaines années, l'UE donne une recette: partager les dépenses. Et la marche à suivre: confier les travaux et la gestion de l'eau à des multinationales expérimentées, privatiser tout ce qui est possible, et faire payer aux consommateurs «le juste prix de l'eau», toutes prestations incluses.

Autant le savoir, la facture va exploser.

A Paris, Jean-Luc Touly, président de l'Association pour un contrat mondial de l'eau (ACME-France), monte au créneau:
«Les lobbyistes de Veolia (ex-Vivendi, groupe leader mondial de la gestion de «l'or bleu») sont très implantés à Bruxelles, à Strasbourg et à l'Assemblée nationale. On estime qu'ils sont plus de 1500 à travailler à temps plein pour défendre les intérêts de la multinationale auprès des instances gouvernementales», françaises ou européennes. Pas étonnant, dès lors, si dans les textes de la DCE, «Veolia a obtenu des normes européennes sur mesure» qui lui ouvrent les plus grands marchés à venir dans le secteur: entre autres, l'épuration, la gestion et le remplacement des canalisations.

Ce dernier chantier, colossal, sera incontournable ces prochaines années avec le vieillissement des anciens réseaux. Les nouvelles normes de la Directive cadre, très exigeantes et citant le «modèle français» en exemple, viennent accélérer et conditionner le processus.
Elles favorisent des grosses entreprises qui ont les moyens de mener de front de nombreux travaux de grande envergure, garantissent des investissements considérables, disposent d'une haute technologie et d'une longue expérience dans la gestion des eaux. Comme l'expliquait dernièrement le professeur Riccardo Petrella, «la directive européenne sur l'eau a fixé des niveaux de qualité si élevés que l'eau potable ne pourra plus être fournie que par des sociétés disposant de capitaux énormes –elle a donc ouvert la porte à une privatisation massive».


CACOPHONIE EN SUISSE

En Suisse, seuls de rares spécialistes se sont interrogés sur la dimension des travaux à entreprendre. Pour l'heure, entre l'insouciance affichée des autorités fédérales et l'attention extrême des responsables scientifiques de l'EAWAG (Institut fédéral de recherche pour l'aménagement) ou de l'EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne), la cacophonie est totale. A Berne, certains responsables minimisent les enjeux. D'autres nient même les effets des directives européennes sur la Suisse. La plupart des chercheurs et des ingénieurs interrogés se montrent par contre très concernés, voire alarmistes.

«A terme, cette Directive cadre aura d'importantes implications pour la Confédération, prévoit Matthias Finger, de l'EPFL. Rien que sur le plan de la gestion des bassins hydrographiques, on est particulièrement mal barrés: avec des cours d'eau transfrontaliers comme le Rhin et le Rhône, sans compter les lacs, le pays sera coupé en quatre, dépendant de nouvelles institutions européennes régionales.» Sur le plan de la gestion de l'eau courante, la situation n'est guère plus simple: «Les lois sont souvent cantonales, chaque commune fait ce qu'elle veut. Les comptabilités ne sont pas claires et personne n'a une vue d'ensemble.» «Surtout pas à Berne», ajoute un observateur.

La Suisse peut néanmoins s'estimer bien préparée dans plusieurs domaines: la législation est déjà très sévère, les recensements effectués au niveau national seraient «presque complets». Les multiples méthodes d'évaluation et analyses de qualité –obligatoires pour tous les pays d'Europe et très coûteuses– vont bon train, note un responsable de l'EAWAG. Le nombre de stations d'épurations présentes dans la plupart des localités représente un autre avantage, précise l'ingénieur Luca Rossi.


NOMBREUX DÉFIS

Il reste toutefois de nombreux défis à relever, confirme Alexander Zehnder, directeur à l'Ecole polytechnique fédérale (EPF).
«La Suisse compte quelque 3000distributeurs d'eau, un morcellement qui nuit à un contrôle de qualité adéquat. A l'avenir, ce problème deviendra encore plus crucial. Ces prochaines décennies, il faudra renouveler l'ensemble des infrastructures servant à l'approvisionnement en eau potable ainsi qu'à l'évacuation et à l'épuration des eaux usées. Les risques économiques sont considérables. C'est d'autant plus vrai que le débat sur la privatisation est en train de se tourner vers le secteur de l'eau.»

En attendant que la Directive cadre de l'UE soit adaptée en législation suisse, les experts romands planchent déjà sur les scénarios du futur. A l'EPFL, Matthias Finger et son collègue Jeremy Allouche ont dirigé une étude de cas sur la libéralisation du secteur de l'eau en Suisse –étude financée par Berne. Certains spécialistes de l'EAWAG poursuivent leurs recherches sur les techniques d'épuration, en partenariat avec la Générale des eaux– filiale de Veolia, qui les sponsorise. D'autres effectuent même des projections pour savoir combien le consommateur payera dorénavant «le juste prix de l'eau».

Selon des calculs très larges, les infrastructures d'épuration et de distribution d'eau du canton de Vaud représenteraient à elles seules un patrimoine équivalant à 10000 francs par habitant. La réfection et remise aux normes européennes de ces installations coûterait environ 2milliards, suivant d'autres estimations.

Au final, qui passera à la caisse?

Mardi 15 Mars 2005
Vendredi 15 Avril 2005
JEAN-LUC TOULY
Lu 2001 fois


1.Posté par Florian le 16/01/2007 16:28
Bonjours, je suis en 1er et je doit rédiger un T.P.E. sur les stations d'épurations. Je voulais donc avoir un petit renseignement sur ce sujet: En quelle année la station d'épuration a été mis en service dans pays?

Nouveau commentaire :

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide