ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

Politique de l'eau en Europe et dans le Monde : une planète assoiffée

Pour Satu Hassi MEP, le changement de climat qui s'opère et la fonte des glaciers qui s'ensuit actuellement, ont et auront des effets dramatiques et spectaculaires sur les ressources en eau douce accessibles dans le monde.
Satu Hassi MEP est ex-ministre finlandais de l'Environnement et vice-présidente du comité d'environnement au Parlement Européen.



Interview

Politique de l'eau en Europe et dans le Monde :<font color='red' size=5> une planète assoiffée</font>
Il y a quelques années, j'ai lu un article sur les montagnes. Il débutait en disant que nous considérions les montagnes comme inaltérables, qui durent toujours, au moins à l’échelle humaine. Mais en fait, les montagnes appartiennent à certains écosystèmes les plus vulnérables dans le monde du fait de la fonte rapide des glaciers. La moitié de la population mondiale dépend des rivières issues de glaciers pour leur ressource en eau douce.

Des glaciers de l'Himalaya alimentent sept grandes rivières asiatiques - les Ganges, l'Indus, le Brahmaputra, le Salween, le Mekong, le Yangtze et le Huang Il – qui assurent l'alimentation en eau de toute l'année pour deux milliards de personnes.

Mais les glaciers de L'Himalaya reculent vite. Récemment l'Académie Chinoise de Sciences a annoncé que les glaciers tibétains se réduisent de sept % chaque année, ce qui signifie qu’ils auront diminué de moitié à chaque décennie.

Chaque année, la perte est équivalente au flux annuel de la rivière Jaune. Dans le Gange, cette perte d'eau pourrait réduire les flux de septembre-juillet de deux tiers, impliquant 500 millions de personnes et 35 % des terres irriguées indiennes.

En Amérique du Sud, dans les Andes « sèches », actuellement la fonte contribue plus au flux des rivières que les averses, même pendant la saison des pluies.

La réduction des émissions de gaz à effet de serre pour arrêter le réchauffement mondial se révèle extrêmement importante pour la prévention des nations entières à se prémunir de la sécheresse - et de la faim, l'eau étant étroitement liée à la production de l’alimentation.

Une personne moyenne boit quatre litres d'eau par jour, mais l'eau nécessaire pour produire notre alimentation quotidienne doit être environ de 2000 litres.

Malheureusement, l'eau souterraine est utilisée plus rapidement qu'elle ne se renouvelle. Dans beaucoup d'endroits, la formation d'eau souterraine est si lente qu'elle est appelée fossile.

Les rivières sont asséchées avant qu'elles n'atteignent la mer comme au Colorado aux USA et en Chine pour la rivière Jaune particulièrement mis en évidence.

La révolution verte, qui a triplé la récolte mondiale de céréales de 1950 à 2000, était surtout basée sur une irrigation extensive. Les experts parlent d'une « production sous bulle » signifiant ainsi que l'irrigation était pensée sans plan de gestion durable.

Il semble qu’il soit à la mode de préconiser la privatisation des ressources d'eau comme un moyen d'arrêter le gaspillage. Mais nous devons nous assurer qu'il y a une différence entre la marchandisation de l’eau et sa privatisation.

L'eau serait gaspillée quand elle est d'accès gratuit, de même que pour l'énergie bon marché, ce qui justifierait un prix pour l'eau, au moins pour l'eau courante dans des villes afin de financer la construction et la maintenance d'infrastructures pour l'eau.

Mais quel prix est socialement acceptable dans des pays pauvres ? Dans beaucoup de pays, les plus pauvres n'ont pas de canalisations d'eau dans leurs maisons; ils doivent donc acheter leur eau dans la rue à des prix d’autant plus élevés.
Une autre question se pose.

Qui devrait bénéficier de cet argent ? L'Eau est une nécessité de la vie, une fois connectés à un réseau d'eau, les consommateurs ont peu ou pas le choix. Je pense que les compagnies d'eau devraient être la propriété des services publics des villes.

Dans beaucoup de pays, la privatisation de l'eau a signifié la permission aux sociétés privées de faire de l'argent avec l'eau fossile souterraine, comme la production de boissons embouteillées. Quand les réservoirs sont vides, ces sociétés privées laissent les communautés locales sans eau souterraine.

Un nouveau phénomène donne un peu d'espoir grâce à un mouvement populaire en Inde qui préconise la récupération des eaux de pluie. La remise en état de vieux canaux traditionnels permet de récupérer l'eau pendant la saison des pluies au lieu de la laisser s'écouler à la mer.

Dans beaucoup de villages, cela a été couronné de succès. Pour moi, il semble que les coopératives locales sont une façon appropriée de l'organiser, pas des sociétés privées.

Water policy: A thirsty planet

Politique de l'eau en Europe et dans le Monde :<font color='red' size=5> une planète assoiffée</font>
Climate change and falling water tables are having a dramatic effect on the world’s water resources, writes Satu Hassi MEP. A few years ago, I read an article on mountains. It began by saying that we consider mountains to be something very robust, something that lasts forever, at least in human timescales. But in fact, mountains belong to some of the most vulnerable ecosystems in the world because mountain glaciers are rapidly melting. Half the world’s population depends on rivers starting from mountain glaciers as their freshwater source.

Himalayan glaciers feed seven great Asian rivers - the Ganges, Indus, Brahmaputra, Salween, Mekong, Yangtze and Huang He - ensuring a year-round water supply for two billion people.

But the Himalayan glaciers are retreating fast. Recently the Chinese academy of sciences announced that the Tibetan glaciers are shrinking by seven per cent every year, which means that these great glaciers will halve every decade.

Each year, the loss of ice is equivalent to the annual flow of the Yellow river. In the Ganges alone, this loss of glacier melt water could reduce July-September flows by two thirds, causing water shortages for 500 million people and 35 per cent of India’s irrigated land.

In South America, in the dry Andes, glacial melt water contributes more to river flow than rainfall, even during the rainy season.

Reducing greenhouse gas emissions to stop global warming is extremely important in preventing whole nations from turning thirsty - and hungry, since water is closely linked to food production.

An average person drinks four litres of water a day, but the water required to produce our daily food is much more, around 2,000 litres.

Unfortunately, groundwater is being used more rapidly than it is being formed. In many areas, the formation of groundwater is so slow that it is called “fossil water”. Water tables are falling in countries that contain more than half of the world’s population.

However, falling water tables are hidden from the public’s view. Rivers that are drained dry before they reach the sea such as the Colorado in the US and the Yellow river in China are more clearly visible.

The “green revolution”, which tripled the world grain harvest from 1950 to 2000, was very much based on expanding irrigation. Experts speak about the “food bubble”, meaning unsustainable use of water for irrigation.

It seems to be fashionable to advocate privatisation of water resources as a way to stop wasting water. But we have to ensure that there is a difference between the pricing of water and privatisation.

As “free” water is wasted, just as too-cheap energy is wasted, so it makes sense to have a price for water, at least for tap water in cities, to finance building and maintenance of water infrastructure.

But what kind of price is socially acceptable in poor countries? In many countries, the poorest people do not have water pipelines in their homes; they have to buy their water in the street with the resultant high price.
And there is another question.

Who should get the money? Water is a necessity for life, but once connected into a water pipeline network, consumers have little or no choice. I think that water companies in cities should be publicly owned.

In many countries, water privatisation has meant allowing private companies to make money from fossil groundwater, for example to produce bottled drinks. When these reservoirs are empty, local communities are left without groundwater.

One phenomenon creating hope is a new grassroots movement in India, spreading so called rainwater harvesting. This revival of old traditions channels and stores rainwater during the rainy season, saving water that would otherwise just flow rapidly into the sea.

In many villages, this has been successful. For me, it seems that local cooperatives are a suitable way to organise this, not private firms.

Water policy: EU challenges

Mercredi 21 Juin 2006
Mercredi 21 Juin 2006
Satu Hassi MEP, ancien ministre de l'Environnement finlandai
Lu 2412 fois

Dans la même rubrique :

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide