ACME
Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019
           
REVUE DE PRESSE

Porto Alegre : l'eau marchande fait bouillir les altermondialistes

D Mitterrand, R Petrella, A Velasco et le nigérien Moussa Tchangi témoignent sur la question de la privatisation de la gestion de l'eau confiée à Veolia et à Suez-Lyonnaise des Eaux en Argentine, au Pérou, en Uruguay, en Bolivie, au Niger, aux Pays-Bas, en Italie et en France



Témoignages et idées fusent afin que l'accès à cette ressource devienne un droit pour tous.

27 janvier 2005, Porto Alegre. Le Président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva parle de «la bataille contre la pauvreté dans le monde». (Keystone)
27 janvier 2005, Porto Alegre. Le Président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva parle de «la bataille contre la pauvreté dans le monde». (Keystone)
(1) www.fame2005.org : site

Il y a l'eau comme un droit.
Et il y a l'eau comme une marchandise, vendue par les grands groupes qui en fixent le prix
.


A Porto Alegre, il y a ceux qui veulent que le droit l'emporte sur le marché et qui, de séminaires en ateliers, se demandent comment y parvenir .

Pour les alters, l'eau est un bien de l'humanité, forcément public.
Et les grandes multinationales, notamment les françaises Lyonnaise des eaux et Veolia (Vivendi), qui dominent le commerce hydrique, sont priées d'aller faire leur beurre ailleurs.

«On nous dit "l'eau est un droit" mais sa livraison a des coûts et il faut payer la facture. Alors, si c'est un droit, c'est par l'impôt, collectivement, qu'il faut payer !», s'insurge Ricardo Petrella, du Comité international pour le contrat mondial de l'eau. A service public, financement public, «comme pour l'armée», réclame-t-il.

« Pour l'eau, il faut tout simplement refuser de parler de client et revenir au mot usager, qui existe dans la loi française, renchérit son camarade Alberto Velasco, coordinateur du futur forum alternatif sur l'eau (1), qui se tiendra en mars à Genève.

"Ce que nous voulons, c'est un Trésor public mondial pour gérer cette ressource naturelle, à la manière d'un grand service public.»


Financement
Impôt international, taxe d'un centime sur les bouteilles d'eau minérale, financement par les pays du Sud en contrepartie de l'annulation de leur dette, etc., les idées plus ou moins utopiques ne manquent pas pour trouver l'argent qui financera l'eau pour tous. «Pas quatre douches par jour, précise Petrella, simplement le minimum défini
par l'Organisation mondiale de la santé : trente-cinq litres par personne et par jour.»

En attendant, les exigences sont chiffrées : de 40 à 100 milliards de dollars par an pendant dix ans pour permettre à un milliard et demi d'habitants de la planète, qui se trouvent à plus de trois kilomètres d'une pompe ou d'une fontaine, d'avoir accès à l'eau.
C'est beaucoup moins que ce que l'Europe dépense chaque année pour soutenir ses agriculteurs, rappellent perfidement les militants alters.

Et puis il y a les combats de terrain, quotidiens, que l'on vient raconter au Forum, grand marché de l'expérience locale. Les bagarres gagnées. La Toscane va nationaliser son eau en 2008. En Uruguay, aux Pays-Bas, la privatisation de l'eau est désormais interdite par la loi.
A La Paz, en Bolivie, une compagnie française s'est retirée. «Les firmes ont compris que les risques politiques étaient trop grands, nuance un expert, et préfèrent laisser la gestion aux gouvernements, tout en leur vendant du soutien technique.» En France, on se bouge pour convaincre les maires de reprendre l'eau en gestion directe.

Danielle Mitterrand explique que des municipalités [«qui avaient imprudemment confié la
gestion de leur eau au privé » dénoncent les contrats ou ne les renouvellent pas. «On leur a appris à lire les factures, pour qu'elles comprennent à quel point elles étaient volées.»


Vivendi au Niger

Certains sont venus à Porto Alegre demander de l'aide. Chiliens et Argentins veulent lutter contre la privatisation de leur réseau. Le Pérou a des problèmes de contamination des nappes phréatiques par les rejets de mines. Moussa Tchangari a fait le voyage du Niger
« parce que l'eau, pour nous, c'est la sécurité alimentaire».
Dans ce pays du Sahel, le plus pauvre du monde, le manque d'eau pour les bêtes et l'irrigation entraîne des famines régulières. Dans les villes, la société d'exploitation des eaux a été cédée à Vivendi après un appel d'offres international qui l'opposait à son principal concurrent, la Lyonnaise.

«La Banque mondiale nous prête de l'argent mais, en échange, elle impose la hausse des prix et sa vision : il faut privatiser pour bien gérer», accuse le responsable associatif. Pour assainir les finances, les tarifs de l'eau ont augmenté de 15 % en cinq ans. Le
gouvernement nigérien vient de voter une TVA de 19 % sur l'eau. Un
produit de luxe.


Débats sur le contrôle de l'eau par des entreprises privées

30 janvier 2005, Porto Alegre. Ambiance de renouveau parmi les participants au forum social mondial.
30 janvier 2005, Porto Alegre. Ambiance de renouveau parmi les participants au forum social mondial.
Des militants européens, africains et latino-américains ont profité du Forum social mondial (FSM) de Porto Alegre (sud du Brésil) pour prôner des actions communes visant à pousser les Etats et les citoyens à reprendre le contrôle de l'eau.

Le problème de la gestion des ressources aquifères domine nettement les préoccupations des ateliers réunis sous la tente thématique "environnement" du FSM. Des représentants de plusieurs pays ont estimé que la reconquête de l'exploitation de l'eau par les pouvoirs publics a connu des avancées ces dernières années.

"En France, de plus en plus de municipalités font la démarche de ne pas renouveler leurs contrats avec les entreprises privées d'exploitation de l'eau", a déclaré Danielle Mitterrand, présidente de la Fondation France Libertés et membre du comité pour le Contrat mondial de l'eau, créé en 1997.

"On commence aujourd'hui, après huit ans de travail, à entrevoir les effets positifs de nos actions ", a-t-elle commenté.

Plusieurs participants ont pris pour exemple la Bolivie où le gouvernement du président Carlos Mesa, pressé par des grèves et manifestations, a résilié, début janvier, son contrat avec la compagnie Aguas de Illimani, filiale du groupe français Suez.

Ils ont cité aussi d'autres cas comme l'Uruguay, l'Argentine et le Pérou.

"La constitution uruguayenne vient d'adopter grâce à un référendum une loi interdisant la privatisation de l'eau", a rappelé Alberto Velasco, organisateur d'un Forum alternatif mondial sur l'eau (FAME) qui aura lieu du 17 au 20 mars en Suisse.


L'Argentine est en conflit avec la société Aguas Argentinas, filiale du groupe Suez. Le président argentin, Nestor Kirchner a ainsi menacé, vendredi, de retirer la concession du service des eaux et égoûts de Buenos Aires, attribuée pour trente ans, en 1993, à la société française, si celle-ci " refuse de faire de nouveaux investissements pour garantir un meilleur service à la population".

En 2004, sous la poussée de communautés locales et d'associations, la concessionnaire allemande Nordwasser Sac, qui exploitait l'eau dans une région du Pérou "a été expulsée", a indiqué Carlos Franco Pacheco, de Red Vida Peru (Vigilance interaméricaine du droit humain à l'eau).

Il a rappelé que les Andes péruviennes manquent cruellement d'eau, ce qui occasionne souvent des conflits autour de son exploitation avec les populations locales.

Les participants à l'atelier se sont en outre inquiétés que "la situation de l'eau en Afrique reste critique" .

Ils se sont dits particulièrement alarmés des conditions du fleuve Niger, menacé d'ensablement, alors que plusieurs millions de personnes dépendent de lui pour subsister.

"60% de la population nigérienne n'a pas accès à l'eau potable, c'est un pays très désertique avec une sécheresse récurrente, qui souffre de la famine et de tarifs très élevés de l'eau à cause des contraintes imposées par le Fonds monétaire international", a indiqué Musa Tchamgari.

Selon lui, le FMI et la Banque mondiale ont d'abord contraint la société d'exploitation locale à augmenter ses tarifs car elle était déficitaire puis à privatiser. Depuis 2001, c'est Vivendi qui assure le service des eaux au Niger.

" Renationaliser l'eau c'est une question de sécurité alimentaire", a affirmé ce représentant de l'association Alternative.


Dimanche 30 Janvier 2005
Samedi 18 Mars 2006
J Rueff
Lu 3187 fois

Dans la même rubrique :

Les leçons de Suez - 10/03/2006

1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide