ACME
A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018
           
PRIVATISATION DANS LE MONDE

Pour mieux comprendre la problématique de l'eau au Mali

On ne dira jamais assez tout ce que l'eau représente pour l'ensemble des êtres vivants et des écosystèmes de notre planète terre. Les discours relatifs à cette ressource vitale sont nombreux et variés. Mais la multiplicité de ces discours doit nous inciter à une analyse approfondie et pertinente pour une meilleure prise en compte des vraies questions autour de cette denrée précieuse qui devient rare en certains endroits du monde et objet de beaucoup de convoitise et de nombreux enjeux. La région sahélienne dont fait partie le Mali, s'inscrit dans le lot des zones et régions qui souffrent de façon récurrente de pénurie de cette ressource.

Il convient d'ailleurs à l'occasion de saluer les efforts et les initiatives qui concourent à mettre ensemble tous les acteurs de l'eau. Leur rencontre, leur dialogue, leurs échanges peuvent être fructueux et édifiants en terme de localisation, de spécificité et d'approches dans le processus de résolution des problèmes qui se posent au secteur. Mais qu'est ce qui constitue les vrais goulots d'étranglement par rapport à la question de l'eau? Nous porterons notre réflexion sur quelques axes que nous estimons pertinents pour mieux comprendre la problématique de l'eau.



Pour mieux comprendre la problématique de l'eau au Mali
Il s'agit entre autres.
  • - De la question d'infrastructures ;
  • - De la pollution de l'eau ;
  • - Du problème de financement de l'eau ; etc.

a) Des infrastructures.

De l'ensemble de ces difficultés, la priorité semble être donnée à la réalisation des infrastructures qui se substituent le plus souvent à l'ensemble de la question de l'eau. Loin de minimiser l'importance de la réalisation des infrastructures, il est important de savoir que la simple réalisation des infrastructures n'est pas une fin en soi au regard de la complexité de la question.

Pour s'en convaincre, un séjour sur le terrain démontre à suffisance que implanter des puits et des adductions d'eau ne suffit pas pour permettre un accès à l'eau potable de l'ensemble des consommateurs. Pire, ces points d'eau ont tendance à devenir la propriété exclusive de quelqu'un ou de quelques uns contraignant la majorité à l'exclusion et à l'abandon du point d'eau. Ces exclus vont poursuivre leur approvisionnement au niveau des eaux insalubres des puisards, mares ou fleuves pendant que les estimations théoriques de ceux qui ont en charge la question de l'eau, parlent d’un taux de couverture théorique actuel au Mali estimé à 60 %. Mais un tel taux bien de réalités occultées même comme la répartition inégale dans le temps et dans l'espace mais aussi, une forme de gestion qui exclut bien de consommateurs.




b) Par rapport à la pollution.

La pollution est présentée en général comme un danger imminent surtout pour les grands cours d'eau comme le fleuve Niger. Les pollueurs sont nombreux: les simples usagers, les hôtels, les teinturières et les industries. L'action de ces différents acteurs contribue à produire des déchets nuisibles qui se déversent directement dans les fleuves et autres cours d'eau. Ces pratiques très néfastes sont fustigées par l'ensemble des riverains de ces cours d'eau ainsi que par les autorités. Cependant une autre forme de pollution plus grave et plus dangereuse est volontairement tue par l'ensemble des participants du récent salon de l’eau : le SIDEAU : il s'agit de la pollution tant des eaux de surface que de la nappe souterraine par les mines d'or disséminées à travers les première et troisième régions du Mali.

Cette autre pollution est grave parce qu'elle contamine les eaux souterraines pour des décennies voire des centaines d'années selon les estimations des experts en la matière. De même, les coûts de décontamination sont tellement élevés qu'ils ne saurait être à la portée d'un pays aux ressources limitées comme le Mali. Pourtant cette forme de pollution ne fait l'objet d'aucune attention particulière de la part de nos hautes autorités et des responsables à la base.

Cette question doit être une des missions essentielles de la GIRE présentée comme une nouvelle trouvaille miracle pour résoudre la problématique de l'eau. Nous pensons que toute politique de gestion durable de l'eau ou de l'environnement doit résoudre cette question sous peine de compromettre les générations futures. Cette pollution est dangereuse dans la mesure où les produits polluants provenant du traitement des minerais sont des poisons mortels pour les hommes et les animaux à court terme dans les eaux de surface et à long terme au niveau des eaux souterraines.


U[c) Le financement de l'eau. ]U

Oui au coût du service de l’eau ; non à la marchandisation de cette ressource vitale :

La question du financement de l’eau a un lien étroit avec la réalisation des infrastructures en même temps qu'elle dépasse aussi ce niveau technique. La dimension politique de la question du financement est très importante et mérite d’être clarifiée. A ce niveau il est important de relever un grand paradoxe : en même temps que se pose le problème de financement, se bousculent aussi aux portillons des bailleurs potentiels. De notre point de vue, l'option politique en matière de l'eau est fondamentale et ne doit souffrir d’aucune ambiguïté.

Nous pensons aussi et tenons à dire que la politique de l'eau d'un pays (le Mali ne saurait être l'exception) doit intégrer, tenir compte de l’adhésion et de la volonté de la base constituée des consommateurs avant toute décision. De même, elle doit s'accorder avec la réalité culturelle des concernés. Les maliens dans leur généralité s'opposent à la vente de l'eau donc à sa réduction comme une simple marchandise. Cela est culturellement, socialement et symboliquement inacceptable sans nier que les services liés à l'eau aient un coût. Cette attitude constitue à notre avis un élément de base, un préalable qui doit guider toute la volonté politique de l'eau.

Un cri d'alarme,

Pour mieux comprendre la problématique de l'eau au Mali
En d'autres termes, cela sonne comme un cri d'alarme, une interpellation de l'ensemble des responsables de ce pays pour un choix judicieux des partenaires financiers pour l'eau au Mali. Or , nous nous permettons d'attirer l'attention et cela avec insistance sur le danger imminent d'un accaparement du domaine de l'eau par des partenaires financiers qui ont donné la preuve de leur incapacité à améliorer les conditions de vie de nos populations. Ces institutions qui ont donné la preuve de leur mépris et de leur incapacité à conduire des programmes économiques qu'elles ont tant venté à travers les différents ajustements qui n'ont conduit qu'au désastre.

Ces institutions tentent encore de s'infiltrer dans la question de l'eau à visage couvert dans l'optique d’insérer l'eau dans le lot des biens économiques qu'il faut rentabiliser même si une telle option plonge les populations déjà très éprouvées par la paupérisation généralisée et galopante. Il faudra faire échec à ces manœuvres qui tentent de s'imposer, de nous imposer une vision mercantile de l'eau qui est avec l'air les deux ressources les plus vitales. Une telle ressource ne peut et ne doit pas être abandonnée aux mains des marchands sans foi ni loi et guidés seulement par l'appât du gain.

Le prix de l'eau dépend d'abord des conditions de la négociation entre acteurs et du poids politique de ces acteurs

Pour mieux comprendre la problématique de l'eau au Mali
La récente expérience de l'Energie du Mali a montré que l'accès démocratique à l'eau n'est pas donné pour acquis car la tentative des hautes autorités du Mali a conduit à la rupture du contrat avec le principal partenaire. A ce niveau, il faut saluer la portée politique de cet acte des autorités qui ont pris leur courage à deux mains pour aller dans le sens de l'intérêt du peuple en réduisant les coûts exorbitants de l'eau et de l'énergie.

Mais ne soyons pas naïfs, il faut de la vigilance pour qu'il n'y ait pas un retour à la case départ. Les multinationales qui se sont emparé de la gestion de l'eau un peu partout dans le monde en infligeant des misères aux populations, ne sont pas sur le point d'abdiquer. Vigilance encore car ces multinationales, même dans les pays développés imposent leur gestion opaque faite de spoliation des consommateurs. Les exemples de la France et de l'Argentine sont assez édifiants. Malgré l'existence des moyens techniques appropriés et des capacités humaines importantes, ces pays n'ont pas pu empêché une gestion calamiteuse de l'eau.
Roger Lenglet et Jean Luc Touly soulignent avec force que :" le prix de l'eau relève donc d'un calcul très différent de celui que l'on peut naïvement imaginer. Il dépend d'abord des conditions de la négociation entre acteurs et du poids politique de ces acteurs. Il ne reflète en aucune façon le coût réel de ce bien pour les différents payeurs : les particuliers, moindres consommateurs payent plus que les surconsommateurs. En d'autres termes le prix "viole" à la fois les critères d'efficacité économique et d'équité sociale".

Ceci démontre que dans notre cas, il faut une conjugaison des efforts de l'ensemble des acteurs pour éviter le pire. A l'heure actuelle où tous les discours concourent à la lutte pour réduire la pauvreté, il est très important de faire le lien de cette lutte avec la question de l'eau. Cette lutte doit être plus ambitieuse et passer inéluctablement par l'accès à tous à l'eau comme un droit inaliénable au plan individuel et collectif.

L'eau, source de vie et intrant essentiel dans l'ensemble de nos activités économiques, risque d'être la voie royale de construction et d'accentuation de la pauvreté en Afrique en général et au Mali en particulier. Pour s'en convaincre, il convient de faire cas ici de l'exemple du Sri Lanka. En effet, c'est à travers la gestion de l'eau que la Banque Mondiale est parvenue à la privatisation du foncier agricole, pour saccager les petites exploitations agricoles obligées d'abandonner la culture millénaire du riz cédant le terrain aux multinationales de l'Agro Business de s'installer dans ce pays et pratiquer les cultures de rente. Celles-ci vont menacer de quitter le pays au regard du coût de travail très élevé. Ce qui va obliger les autorités du Sri Lanka d'adopter un profil bas et accepter un rabais drastique du salaire des employés agricoles.

Aucun pays aux ressources limitées comme le nôtre n'est à l'abri d'un tel drame à condition qu'il s'impose souverainement sur la question de l'eau

Pour mieux comprendre la problématique de l'eau au Mali
Pour notre part, nous disons qu'aucun pays aux ressources limitées comme le nôtre n'est à l'abri d'un tel drame à condition qu'il s'impose souverainement sur la question de l'eau. Ce qui nous amène à dire que la gestion de l'eau nécessite :

- Une prise de conscience de l'ensemble des acteurs notamment les consommateurs sur la question de l’eau ;
- Un engagement politique des élus locaux et des parlementaires pour la démocratisation de l'accès à l'eau ;
- Un partenariat public- public à privilégier ;
- Une politique de l'eau qui tienne compte des réalités socio-culturelles des maliens ;
- La mise en place d'un fonds de l'eau qui sera doté par les fonds du trésor public, des collectivités et des partenaires qui acceptent et adhèrent à notre politique de l'eau ;
- Une solidarité nationale et internationale sur cette question cruciale. Nous pensons que la prise en compte de ces éléments sus mentionnés et leur bonne articulation permettront de lever les goulots d'étranglement qui confinent la question de l'eau comme marginale.


Rédacteur(s): CISSE Alou Hamadoun Socio-économiste, Comité Malien pour la défense de l’Eau
Le Républicain
2006-04-21

Vendredi 21 Avril 2006
Dimanche 14 Mai 2006
Rédacteur(s): CISSE Alou Hamadoun Socio-économiste, Comité M
Lu 9356 fois


1.Posté par LAM Aliou Aboubacar le 08/01/2009 22:11
bonjour,
je suis malien résidant au Maroc. actuellement je suis entrait de developper un SIG (système d'information géographique) en apporvisionnement en eau potable sur le mali. je souhaite collabore avec vous. il y a beaucoup de données qui me manque. dans l'attente de votre réponse, je vous rémerci de votre effore de la sauvegare de cette ressource naturelle.


Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide